Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Les chefs traditionnels à l’ère du numérique en Côte d’Ivoire 

 

Par Loroux Serge Pacôme Junior Djokouri

Loroux Serge Pacôme Djokouri est doctorant en histoire à l’université Alassane Ouattara Bouaké. Ses recherches portent sur les mutations en cours dans les sociétés traditionnelles en Afrique. Il écrit actuellement une thèse sur l’évolution du pouvoir politique traditionnel en pays bété de Gagnoa (Côte d’Ivoire).                 

Introduction

La vague d’idées démocratiques des années 1990 n’a pas seulement impacté le domaine politique en Afrique. La liberté d’échange et la liberté d’expression sont aussi le corolaire du système démocratique. Avec la libéralisation des Technologies d’Information et de Communication (TIC),  chaque individu est désormais libre de donner son avis sur tous les sujets. Du président de la République aux chefs traditionnels, tout le monde a accès aux TIC. Avant les années 1990, ces derniers communiquaient essentiellement à travers les canaux  comme le tam-tam, la corne, et l’homme. La caractéristique de ces canaux  est qu’ils ne suscitent pas de réponses directes des auditeurs. Mais depuis quelques années, le numérique entre dans le canal de communication des chefs. À travers des sites internet et des pages Facebook, ils rendent compte de leurs actions au public en s’exposant souvent à de grossiers commentaires. Cet article vise à analyser les enjeux de l’utilisation du numérique dans les stratégies de communication des chefs traditionnels. Il se base sur les observations issues des sites en ligne qu’ils utilisent. La démarche a consisté à suivre les commentaires des internautes lors des publications des chefs traditionnels. Cette étude s’élabore sur trois axes. Le premier présente les canaux traditionnels de communications utilisés par les chefs. Le deuxième  met en exergue les stratégies d’utilisation du numérique par les chefs. Le troisième axe présente les enjeux de l’utilisation des TIC par les chefs traditionnels à travers quelques commentaires sur leur page Facebook.

I – Les canaux traditionnels de communication

1- L’homme comme canal de communication politique

Dans la majorité des sociétés traditionnelles de Côte d’Ivoire, l’homme est le principal canal de communication des autorités politiques. Dans le cadre des réunions privées, le chef instruit un émissaire pour passer les informations et distribuer les convocations (GBAYERE, 1998). Dans les sociétés à État comme celle des Akan, l’envoyé du roi peut être un porte-canne (idem) tandis que dans les sociétés lignagères comme les bété, l’émissaire peut être un neveu ou un jeune garçon envoyé au chef par ses parents  (DOZON, 1985). L’émissaire se charge de faire du porte-à-porte pour informer les individus des désirs du chef ou du roi. Les réactions ou les réponses des individus aux chefs sont données à l’émissaire qui les transmet au chef ou au roi dans la plus grande discrétion. L’ébruitement des informations ou des messages que le chef échange avec ses collaborateurs est presque impossible en raison du respect des principes de sagesse. Pour les informations d’ordre public, les autorités sollicitent les services du crieur public ou du griot. Ces émissaires qui ont pour mission de passer les informations émanant du chef au grand public sont moins discrets que les premiers. 

Ils sont choisis parmi les citoyens pour le caractère imposant de leur voix et leur maitrise de la parole. En effet, chaque famille a sa particularité. Pour inciter chacune d’elle à répondre favorablement à la convocation, le messager procède par déclamation. C’est donc un véritable art accompagné d’une forte connaissance de l’histoire du village et des familles. Ici, il n’y a aucune réponse directe. L’information passe sans échanges. Le messager se contente d’informer la population et n’attend aucune réaction directe de celle-ci. 

2-Les instruments d’alerte 

Plusieurs instruments sont utilisés pour passer les informations. Il y a entre autres, les instruments à vent (corne ou ivoire), les instruments à cordes (guitares) et les membranophones (tambour-parleur). Mais on retient que l’exemple du tam-tam parleur pour sa forte représentativité dans tout l’espace ivoirien. Le tambour-parleur est utilisé par les autorités pour informer (Pepper, 1956). Sa particularité est qu’il a la possibilité d’informer un nombre plus important de personnes. Il parle, non seulement à ceux qui n’ont pu se rendre aux champs, mais aussi à ceux qui sont loin du village et occupés par les travaux champêtres. Le son du tam-tam peut également atteindre les villages voisins. Le tambour-parleur ne parle pas dans le vide. Il est utilisé pour les grands évènements (décès de personnalité, grandes cérémonies, ou guerres). À chaque village correspond un code particulier que seuls les initiés peuvent comprendre. Au-delà des vivants, le tambour a la  possibilité d’envoyer des informations aux ancêtres.

La spécificité  du discours tambouriné est sa capacité à  susciter des réactions directes. Par exemple, un tambour peut envoyer des messages à un village voisin. Dans l’immédiat, le tamboureur de l’autre village peut répondre en battant son tambour. La réponse au message suit ainsi le même canal. Ici, seuls les initiés peuvent communiquer entre eux même si tout le monde peut entendre le son du tam-tam. Dans ce cas de figure, les réactions libres sont quasi impossibles. Il en ressort que la communication traditionnelle peut susciter des réactions. Cependant, celles-ci sont mesurées et cadrées de sorte à protéger l’image des autorités. 

II- Les stratégies d’utilisation du numérique

Dans les années 2000, la majorité des villages ivoiriens voit l’apparition d’anciens fonctionnaires dans les institutions traditionnelles comme chefs. Au même moment, les canaux de communication prennent un nouveau tournant. Internet se généralise, devenant ainsi le moyen privilégié de diffusion des informations et d’atteinte du plus large public. Depuis, il est au cœur des mœurs des populations. Selon le ministère de la communication, la Côte d’Ivoire enregistre 17 millions d’abonnés à internet en 2017. On ne peut donc l’ignorer dans la politique moderne de communication. Avec l’arrivée au pouvoir des chefs intellectuels, ce moyen est privilégié pour passer des informations relative aux activités des chefs pourtant gardienne des us et coutumes. Les chefs de villages privilégient les revues de presse en ligne, les sites officiels et les réseaux sociaux. Ce choix s’explique d’abord par le fait que les villages africains souffrent d’une grande vague d’exode rural. Les jeunes se déplacent vers les grandes villes. Les fonctionnaires y vivent pour travailler. Ces derniers ne viennent au village que rarement (Gibbal, 1973). Comme internet offre un certain « brouillage de l’échelle territoriale » (Dupuy, 1991) telle que la possibilité d’être « ici et ailleurs » au même moment (Bertrand, 2001), les chefs traditionnels se dotent de cet instrument pour informer la population locale et la population globale.

  En plus, avec la loi n°2014-428  du 14 juillet 2014, la mission officielle de la chefferie est d’œuvrer pour la réconciliation et la paix au niveau national. Dès lors le chef n’est plus uniquement traditionnel. Il devra agir dans un monde contrôlé par les hommes politiques. Ils n’hésitent donc pas à publier leurs activités sur Facebook et sur des sites internet. Mais les sites internet ou les journaux en lignes génèrent une rubrique dénommée « Commentaire » dans laquelle les internautes postent leurs avis ou leurs impressions. Ils revêtent dès lors, un véritable enjeu pour les chefs traditionnels dont la fonction exige discrétion.  

III – les commentaires et les enjeux de l’utilisation du numérique

Selon le  dictionnaire le petit Larousse grand format 1996, le commentaire peut être défini comme une remarque, ou un exposé qui explique, interprète, apprécie un texte ou une œuvre. Appliqué sur internet, Il a bouleversé les modes traditionnels de communication. Avec l’avènement des commentaires en ligne, les avis des lecteurs ou de l’auditoire sont directement perceptibles. Internet avec cette rubrique est donc un instrument à double tranchant. Son utilisation peut être « bénéfique, mais peut être tout aussi destructrice » (Jean Michel, 1998). Bien qu’il y ait de nombreux  sites portant les commentaires sur les activités du chef, mais on isole ici la page Facebook de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT) en raison de son caractère officiel.

1-Les commentaires positifs

Les commentaires positifs peuvent être compris comme les prises de positions des internautes en faveur des informations postées par les chefs traditionnels. Plusieurs visiteurs de la page Facebook des chefs postent des avis positifs après lecture des publications. Ces avis favorables ont la « vertu de faire la publicité » (Thierry Poupard, 2011). L’internaute qui trouve pertinente une information sur le site des chefs a la possibilité de la partager. Le partage de cet avis multiplie les vues sur internet en faisant la promotion du chef auprès d’autres internautes. La circulation des avis positifs  assure ainsi la promotion de l’autorité traditionnelle auprès des différentes couches de la population.

Aussi, les commentaires positifs  forgent la réputation du chef traditionnel. Ils permettent de soigner l’image de celui-ci. Dans le commentaire sur l’information publiée le 6 mars 2020, relatives aux remerciements adressés au gouvernement,  un internaute réagissait ainsi : «  Félicitations à Sa Majesté pour son Leadership et sa maîtrise de soi. Grâce à ses bonnes actions, la chambre gagne aujourd’hui et c’est tout le monde qui gagne. Félicitations à toutes et à tous. En particulier un personnel dynamique et infatigable. » Un autre félicite les chefs pour leur discours tenu dans la lutte contre la maladie à corona virus « Vraiment merci que dieu nous protège Aminnnn souma Aminnnn vraiment  Félicitations, ». Ces commentaires renvoient un écho positif. Ils peuvent contribuer à polir l’image du chef. Les commentaires élogieux des internautes qui découlent bien entendu de la pertinence des activités postées par les chefs, peuvent permettre de renforcer la confiance entre les chefs et la population en majorité jeune, influencée par la modernité. 

2- Les commentaires désobligeants 

Sur le site des chefs traditionnels et sur leur page Facebook, les internautes postent plusieurs commentaires, souvent désagréables.  L’internaute en visite sur le site des chefs, est libre de ses commentaires. Alors, certains internautes ne se privent pas de critiquer vivement les chefs. Ainsi, un internaute écrit ce qui suit : « pourquoi vous êtes obligés de porter un masque pour parler ? Cela s’appelle de l’exagération et ça n’a aucun sens.  Finalement tout le monde veut prouver quoi? (…).Un autre pose son commentaire en ces termes : « Pour parler encore et étant seul face au micro, tu es obligé de porter masque Puffff vraiment». Un autre commentaire désobligeant s’attaque à la place du chef traditionnel.  : « Voilà des gens payés à ne rien faire ».  De ce qui précède, il faut dire que les commentaires sont faits avec légèreté. Ces internautes n’utilisent aucune formule de politesse pour s’adresser aux chefs. À travers le ton utilisé, on perçoit le manque de considération dont peuvent faire preuve certains  dans leur discours aux chefs. Les commentaires injurieux ou critiques vulgaires auront pour corolaire la démystification de l’autorité coutumière et partant le nom respect des us et coutumes. De cette façon, le chef traditionnel risque de perdre son autorité et son influence peut être remise en cause. Partant de ce postulat, la liberté d’expression suppose parfois injure, opprobre, manque de respect de l’autorité. Le chef a intérêt à faire bon usage de l’internet afin de garder sa crédibilité et son autorité. 

                                            Conclusion

À l’issue de cette étude, on retient que depuis peu, les chefs traditionnels intègrent le numérique dans leur stratégie de communication. La particularité de ce canal est sa grande liberté d’expression accordée à tous les individus. Dès lors, les chefs sont exposés à des commentaires souvent peu appropriés, voire injurieux. Cependant, les commentaires désobligeants ne sont pas forcément négatifs car les chefs peuvent s’en servir pour améliorer leur système. Les commentaires positifs ne sont pas non plus tous productifs parce qu’ils favorisent, bien souvent, des décisions impopulaires. Les chefs gagneraient donc à utiliser internet avec prudence.

                                   Bibliographie

ANY-GBAYERE S. (1998), Gestion des réunions en Afrique, Séoul, Haedong/confors. 

BERTRAND N. (2001) « Technologies d’information et de communication : quel rôle dans les dynamiques territoriales de développement ? », In : Armand Colin, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 135 – 152.

DOZON J-P. (1985), La société Bété, Histoires d’une « ethnie » de Côte d’Ivoire, Paris, Katharla Orstom.

DUPUY G. (1991), « Nouvelles technologies, nouveaux territoires ? pour conclure », in Entreprises et territoire en réseaux, direction F. ROWE et P. VELTZ, Presse de I ‘École Nationale des Ponts et Chaussées, 291-300.

MICHEL J. (1998), « les nouvelles technologies de l’information et de la communication », In: Sciences et techniques éducatives, volume 5, n°3, 263-269.

PEPPER H. (1956) « Les messages du tam-tam se répandent en Afrique », ORSTOM fon documentaire n° 22990, 79-83.

POUPARD T. (2011), « Les Avis sur Internet appliqués au monde de la restauration » : www.service-attitude.com.

GIBBAL J-M. (1973) « Le retour au village des nouveaux citadins. Résultats d’enquête et amorce de réflexion méthodologique», In: Cahiers d’études africaines, volume 13, n°51, 549-574.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Décentralisation et amélioration de la gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’Extrême-Nord au Cameroun

Par Jean Clovis KAMDEM

Jean Clovis Kamdem est titulaire d’un master recherche en Sciences Sociales pour le développement, inspecteur Pédagogique Régional des Sciences et Technologie du Tertiaire en charge de l’Action et de la  Communication Administrative et chercheur à l’Université de Maroua/Cameroun. 

Le contexte dans lequel notre étude a été menée est la région de l’Extrême-Nord. Nous avons porté un intérêt capital sur le questionnement de la décentralisation au Cameroun à travers les compétences qui ont été transférées de manière générale. De manière spécifique, il s’agit de mesurer et analyser l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. En s’appuyant sur les théories telles que la théorie de la dépendance selon Pfeffer et Salansik, (1978). Le Petit Larousse (2007) définit la décentralisation comme étant « un système d’organisation des structures administratives de l’État qui accorde des pouvoirs de décision et de gestion à des organes autonomes régionaux ou locaux (collectivités locales, établissements publics). Au XXe siècle, nous avons une définition plus psychotechnique dans le domaine des apprentissages : Bresson et Pierron, (1957 : 64) « phénomène par lequel les progrès obtenus au cours de l’apprentissage d’une certaine forme d’activité entraînent une amélioration dans l’exercice d’une activité différente, plus ou moins analogue». La décentralisation administrative promulguée par la constitution du 18 janvier 1996 est la réforme administrative la plus importante jamais réalisée au Cameroun depuis l’État unitaire le 20 mai 1972 ; assurément, la réforme la plus importante que notre pays a pu faire afin d’orienter son développement économique socioculturel, éducatif, sanitaire etc… de notre pays. 

L’État traditionnel camerounais ne souffre pas seulement de centralisation des décisions et de concentration des services dans l’aire métropolitaine ; il est aussi particulièrement affecté par un ensemble d’autres dysfonctionnements dans l’organisation des services publics. Ces traits qui caractérisent la mal administration dont souffre le pays sont aussi bien connus. La mauvaise gestion de ces ressources par le gaspillage qu’elle entraîne constituera nécessairement un obstacle à la décentralisation. Il est question de présenter la décentralisation administrative comme effet levier pouvant améliorer la gestion des établissements des enseignements secondaires.

Problématiques sur le transfert  de compétence et la gouvernance locale des établissements des enseignements secondaires

Le concept de gouvernance locale ou territoriale vise aussi bien à rationaliser les formes de management territorial à travers les circonscriptions administratives, qu’à permettre de conduire des actions économiques efficaces et de constituer des territoires performants. Centrée sur la répartition des pouvoirs entre les acteurs organisationnels, la gouvernance publique locale met la lumière sur les mécanismes de coordination nécessaires à l’intérieur et à l’extérieur d’une organisation pour réguler les conflits d’intérêts entre ses différentes parties prenantes. C’est pourquoi, dans la plupart des communes de la région de l’Extrême-Nord, il existe certaines communes qui assurent la charge des écoles et celles des collèges et lycées. De ce fait, d’autres préoccupations taraudent notre esprit, à savoir : quelles sont les causes qui entraîneraient la mauvaise utilisation des compétences transférées ? Au regard de l’engouement peu reluisant manifesté autour de l’éducation de manière générale au Cameroun et en particulier dans la région de l’Extrême-Nord et au regard de ce qui précède, quelles sont les facteurs dus à l’insuffisance des ressources transférées quand bien même lorsque les ressources sont transférées, existe-t-il une bonne gouvernance en matière d’utilisation de ces ressources ? Suite aux dispositions prises par l’État pour la mise en œuvre de la décentralisation au niveau local, la marge de manœuvre  des communes se trouve réduite.  L’inefficience de la gestion des ressources transférées empêche la collectivité d’assurer les services de L’État correspondant aux nouvelles compétences des départements et régions. De ce fait, la coopération intercommunale et le partenariat accompagneraient la commune à son épanouissement.

Revue de la littérature sur le transfert de compétence

Le transfert des compétences administratives influence l’amélioration de la gestion des établissements des enseignements secondaires. Des auteurs nous ont précédés. Afin de suivre le fil d’Ariane laissé qui entrevoit la poursuite de la recherche, plusieurs écrits ont servi à l’élaboration du cadre d’analyse général. 

Au Cameroun, la décentralisation administrative est perçue comme le fait, pour l’État, de confier la gestion d’une région, d’une commune ou d’une communauté rurale à un conseil élu (Diouf, 1997). L’étape qui marque cette décentralisation est la régionalisation survenue dans la Constitution du 18 janvier 1996. Par rapport à l’éducation, la décentralisation paraît avoir un intérêt. Plusieurs pays du Nord l’expérimentent depuis longtemps et semblent en tirer beaucoup de bénéfices. Pelletier (2001 : 26-27) pense que « la mise en place d’un processus de décentralisation est présentée comme une stratégie prometteuse pour l’accroissement de la qualité générale de l’éducation et la réussite scolaire des élèves.» Mais l’auteur s’empresse de souligner que cela ne peut fonctionner si certaines conditions techniques et matérielles ne sont pas remplies. Parmi ces conditions, il cite la stabilisation des effectifs scolaires, la mise à disposition de structures d’accueil et de gestion, la formation adéquate du personnel de direction et du personnel enseignant. Il reste à savoir si le Cameroun remplit ces conditions pour espérer que le secteur de l’éducation puisse fonctionner.

Ainsi, par exemple, dans le domaine d’application choisi ici, l’éducation et la formation professionnelle, les chercheurs se sont appliqués à trouver un sens à l’action régionale, une cohérence régionale de l’action publique. Se faisant, ils sont partis, consciemment ou non, d’une « posture État », un peu technocratique, avec dans l’esprit les modes de pensée et d’action de l’état et l’idée que le « transfert de compétences » était une sorte de translation, d’homothétie. 

Après de nombreuses interrogations au sujet de la meilleure forme de gouvernance possible, l’intérêt de la question se trouve recentré autour de son but. Tout aussi important que la manière, le but de la gouvernance a fait couler beaucoup d’encre. Ainsi, il ne suffit pas de savoir comment gouverner ; encore faut-il savoir pourquoi le faire. C’est notamment à cette préoccupation que Schneider (1999 : 8) tente de répondre lorsqu’il affirme qu’au-delà de la gouvernance « classique », « la gouvernance participative (…) débouche potentiellement sur une plus grande efficacité au niveau de la prise des décisions et des résultats ». Pranab Bardhan (1997 : 51) affirme que la décentralisation a une signification différente selon les personnes qui ont des raisons multiples de la soutenir (…). Les avantages de la décentralisation, définie comme un transfert de pouvoir, seront tout d’abord énumérés (…).

Hypothèses et élaboration de l’opérationnalisation Hypothèses statistiques :

H: La décentralisation n’influence pas l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires. Contre H: La décentralisation influence l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires.

Opérationnalisation de la variable dépendante

VD : Gestion administrative des établissements des enseignements secondaires

Indicateurs 

Les problèmes liés à la gestion de votre établissement, les freins à l’implémentation de la décentralisation, mobilisation des ressources financières pour l’autonomie financière de votre établissement, participation à la gestion pédagogique des enseignements de votre établissement, le bénéfice des avantages liés aux transferts de compétence, le bénéfice de l’assistance de l’autorité communale, le domaine d’assistance.

Modalités 

Comme modalités nous utiliserons : l’appréciation Bonne et Moins bonne qui nous permettra d’être efficace lors de l’analyse. 

Méthodologie 

La méthode retenue pour cette analyse sera une méthode hypothético déductive R. Quivy et I. V. Campenhoudt, (1995 : 116). Nous partons d’abord de l’existant qui est la résultante des travaux des autres chercheurs en termes de généralité, ce qui sera suivi d’une enquête et d’une analyse de notre propre champ d’action ; enfin, nous commenterons nos propres résultats.

Questionnaire comme outil d’évaluation

Dans ce processus de recherche, nous avons opté pour une approche quali-quantitative avec l’appui d’un questionnaire d’enquête, sans oublier que sur la base des occurrences, des observations ont été effectuées.

Outils d’intervention

En ce qui concerne la mesure des données, nous utiliserons le logiciel SPSS v20, installé dans un PC Core i5 avec un système d’exploitation de Windows 8, tout en appliquant le test de la régression logistique binaire, le test de Khi deux, et pour le traitement de texte, le logiciel Microsoft Word 2013. Comme instruments de collecte des données, nous avons utilisé le questionnaire d’enquête.

Déroulement 

Après avoir procédé à la consultation des divers documents portant sur la décentralisation et la gestion des établissements des enseignements secondaires, des observations, et entretiens ont été effectués, suivis des questionnaires administrés à 75 participants. Enfin nous avons procédé à des analyses.  

Caractéristique de l’échantillon 

La présente recherche repose sur une enquête effectuée auprès d’un échantillon de 75 participants regroupés en plusieurs catégories. Au regard du diagramme à secteur ci-dessous, 4 % des maires ; 4 % adjoints aux maires ont répondu. 1,33 % sont des agents communaux et 42,6 % sont des conseillers municipaux, ce qui représente l’ensemble des personnels de l’administration communale qui ont fourni les réponses sur l’ensemble des indicateurs. Toutefois, s’agissant des responsables des services de la gestion des établissements des enseignements secondaires, 6 % des chefs d’établissements et 9,33 % des censeurs chefs des travaux et surveillants généraux se sont partagés le même pourcentage. Le total de 100 % des enquêtés équivalent à 75 individus.

Méthodes d’analyse

À visée exploratoire, cette méthode d’analyse statistique sert avant tout à explorer dans le détail des variables.

Résultats 

Afin d’analyser et mesurer Le lien qui existe entre la VI (décentralisation administrative) et la VD (gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires), la variable dans l’équation du modèle exécuté sur les 75 observations disponibles et les données estimées ont permis de construire la matrice de l’équation ci-dessous.

Tableau 1 : Variables dans l’équation du modèle de recherche 

 

A

E.S.

Wald

Ddl

Sig.

Exp(B)

IC pour Exp(B) 95%

Inférieur

Supérieur

Etape 1a

VI11

,551

,348

2,506

1

,113

1,736

,877

3,436

VI12

-1,877

1,202

2,436

1

,119

,153

,015

1,616

VI13

,201

,305

,434

1

,510

1,222

,673

2,220

VI14

,016

1,315

,000

1

,990

1,016

,077

13,375

VI15

,878

,637

1,903

1

,168

2,407

,691

8,386

VI16

-,206

,596

,120

1

,729

,814

,253

2,616

VI17

,125

,688

,033

1

,856

1,133

,294

4,369

Constante

69,062

1259,746

,003

1

,956

9842E+29

   

a. Variable(s) entrées à l’étape 1 : VI11, VI12, VI13, VI14, VI15, VI16, VI17 et Vi18.

Écriture de l’équation du modèle  

L’équation du modèle isolé de l’hypothèse de recherche écrira alors :

Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec.= 11+e(69,062+0,5511,877+0,201+0,016+0,8780,2060,125)

Avec :Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec. (VD): Gestion des collectivités territoriales des établissements d’enseignements secondaires.

Analyse et discussion du modèle

Quatre (05) variables expliquent mieux la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires ; il s’agit de la VI15 : Tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales présentant un Exp(B)=2,407 ; la VI11(Niveau de ressources transférées  dans votre commune) avec unExp(B)= 1,736 ; le Odds-ratio ou Exp(B) de la VI13 = 1,222 028 : Freins à la décentralisation tandis que  1,016=VI14 (Perception de  la déconcentration du pouvoir éducatif au sein des communes) et 1,133= pour la VI17 : Échelle de satisfaction de cette autonomie. On peut conclure que la tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales a deux fois plus de chance d’expliquer la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires et que le transfert de compétences est la solution pour le développement des communes. 

Après avoir mesuré et analysé l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, nous avons obtenu les résultats suivants  : le Xlu2=14,067  et XCal2=8,484 ddl=7 donc le  XCal2<XLu2 ; le R² Cox  et Snell est de 0,107 ; et le R² Nagelkerke  est de  0,143 comme décision et inférence statistique  Ho rejetée et, Ha acceptée alors l’hypothèse est confirmée.

Parvenu au terme de cet article qui a porté sur la décentralisation et l’amélioration de la gestion  des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’extrême-nord au Cameroun, il convient de rappeler que l’objectif général qui avait été fixé était de  mesurer et analyser l’influence du transfert de compétence sur l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. Suite à une étude empirique et la consultation des divers documents, des analyses, des observations et des questionnaires administrés, il a été constaté des réalités sur le terrain, et notamment que le transfert de compétences fait face à l’insuffisance des ressources des collectivités locales, qui utilisent presque la totalité de leur fond de dotation émanant de l’État pour leur fonctionnement. Pour mener à bien ce travail, nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle le transfert des compétences influence l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. D’après les tests, comme décision et inférence statistique Ho rejetée et, Ha acceptée, l’hypothèse est confirmée. Certes, ce transfert vise la responsabilisation des acteurs locaux et leur implication dans le développement économique, social et culturel de leur collectivité, mais les moyens aussi bien financiers, matériels, et humains font défaut. Il est donc nécessaire et même désormais indispensable pour les collectivités locales de se tourner vers la coopération décentralisée pour viabiliser leur localité et améliorer les conditions de vie de leurs populations. 

Bibliographie : 

Bardam, P. (1997). La gestion des affaires publiques au service du développement. Une approche par l’économie politique. Paris, Centre de développement de l’OCDE. 

Campenhoudt, R. Q. (1995). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris, Dunod.

Cox, D. R. (1989). The Analysis of Binary Data, 2nd éd. Londres, Chapman and Hall.

Diouf, A. (1997). Le transfert de compétences: partage du pouvoir entre l’État et les Collectivités locales. Dakar, SAFEFOD.

Nagelkerke, N. J. (1991). A note on the general definition of the coefficient of determination. Biometrika. 

Pelletier, G. (dir.) (2001), Autonomie et décentralisation en éducation : entre projet et
évaluation. Montréal, Labriprof. 

Pfeffer J., Salansik. G. (1978). The external control organizations and resource Dependence perspective. New York, Harper and Row Publisher.

Saint-Pierre, M., Brunet, L. (dir.) (2004). De la décentralisation au partenariat :
administration en milieu scolaire. Québec, Presses de l’université du Québec.

Schneider, H. (1999). Gouvernance participative : le chaînon manquant dans la lutte contre la pauvreté. Paris, OECD (Coll. Cahier de politique économique). 



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Des femmes et des savoirs : dynamique de la construction sociale des rapports de production dans la filière textile au Burkina Faso

Par Laura FORTIN

Laura Fortin est doctorante en anthropologie sociale à l’EHESS, sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo (IIAC-LAIOS), Laura Fortin est l’auteure de « La trame d’une anthropologie textile. Soixante-quinze ans d’évolution de l’artisanat textile féminin au Burkina Faso (1912 – 1987) », ‌(halshs-02107114) et « L’habit ne fait pas le genre. Fabrication textile et rapports de genre au Burkina Faso », Annales de la Fondation Martine Aublet.

A l’heure où la transformation du coton est présentée comme un levier de développement pour le Burkina Faso, l’un des premiers pays cotonniers du continent africain, on s’intéresse aux savoirs construits par les femmes et aux places négociées par celles-ci au sein des rapports de production de la filière textile. L’engouement pour le tissu local, affiché médiatiquement et politiquement depuis 2015 par le gouvernement formé après la chute de Blaise Compaoré, nous renvoie trente ans en arrière, à l’époque du président Thomas Sankara. Celui-ci avait baptisé ce tissu en langues nationales le « faso dan fani » (pagne tissé de la patrie) et y avait associé l’identité burkinabè et la fierté du patrimoine national. Malgré une forte pression exercée par les importations de textiles asiatiques, le faso dan fani semble jouir d’un regain de popularité dans le « pays des hommes intègres » et pose la question du développement d’une filière textile locale au profit des femmes, principales artisanes, aux côtés d’une petite industrie de filature.

Partant du constat d’une division sexuelle du travail dans les activités textiles, on interroge ici les rapports de production entre les femmes et les hommes au sein de cette filière et leur recomposition à travers la construction et la transmission de savoirs spécifiques, à la fois techniques et sociaux, au sein du groupe d’artisanes.

Ce travail s’appuie sur un terrain ethnographique de 15 mois au Burkina Faso, réalisé grâce au soutien financier du Prix Ariane Deluz et de la Fondation Martine Aublet, et sur l’analyse d’archives missionnaires, coloniales et institutionnelles. L’enquête s’est portée principalement sur le plateau Mossi et sur les villes de Ouagadougou, la capitale, et Bobo-Dioulasso, où vit cette ethnie majoritaire du Burkina Faso. Je me suis attachée à interroger les différents acteurs de la chaîne de valeur de la transformation textile : notamment les artisanes et les artisans, les industriels de l’usine de filature burkinabè et les commerçants.

 

Une division sexuelle du travail sous la contrainte de rapports productifs ?

 

Si les femmes sont, en 2020, largement majoritaires dans le processus de fabrication artisanale des étoffes (teinture et tissage principalement), elles sont largement minoritaires au sein du processus de fabrication industrielle du fil (filature), de l’approvisionnement en matière première (vente des fils de coton) et de la commercialisation des tissus sur les marchés.

 

Le métier de teinturière-tisseuse, en tant qu’activité économique principale, n’existait pourtant pas avant le début des années 1980. Les femmes Mossi – comme celles des autres ethnies de la région – pratiquaient des activités liées au coton et détenaient des savoir-faire spécifiques, mais ces activités appartenaient à un mode de production domestique et étaient considérées comme un complément de revenu annexe, au côté de travaux agricoles (Schwartz, 1993). Le métier de tisserand était, lui, traditionnellement masculin et à l’époque précoloniale, interdit aux femmes. Avec l’introduction d’un mode de production capitaliste industriel au début du XXe siècle, sous la colonisation française, la division du travail évolue avec l’apparition et la manipulation des machines. Comme observé dans de nombreux pays africains à l’exception de l’Afrique du Sud (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207-216), les femmes de Haute Volta (ancien nom colonial du Burkina Faso) sont peu impliquées dans l’industrialisation du pays. Le colonisateur, réticent à employer dans l’industrie des femmes jugées incapables de comprendre la modernité, faute d’instruction, préfère assigner ces travaux techniques à des hommes (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207). En outre, la scolarisation des garçons favorise, dans le contexte urbain ouest africain, le report d’une partie de la population masculine active vers des emplois administratifs et commerciaux (Cordonnier, 1982 : 28). Se recomposent alors, d’une part, les rapports sociaux entre les artisans, anciens détenteurs du capital technique, et les nouveaux ouvriers, davantage rémunérés et socialement valorisés dans une société de plus en plus fondée sur l’échange monétaire et dont les besoins augmentent avec la progression de la mécanisation. La catégorie des artisans est déclassée, à l’instar de ce qu’observe M’Halla dans l’industrie de la soie à Tunis (1983 : 120). D’autre part, les jeunes femmes initiées à de nouveaux savoir-faire textiles par les sœurs missionnaires chrétiennes à Ouagadougou et dans les différents postes régionaux de la Mission, investissent l’artisanat textile et le petit commerce et parviennent à se glisser dans les interstices libérés par les hommes et par le marché. Mais ces activités artisanales peu lucratives – temps de travail faiblement rémunéré pour proposer des services compétitifs sur le marché de la consommation, surtout au regard des produits d’importation (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 221) – et socialement déclassées, participent d’une recomposition des rapports de production au détriment des femmes.

 

Aujourd’hui encore, les femmes sont surreprésentées dans le secteur de l’artisanat textile, secteur principal de la filière textile burkinabè après la fermeture de la seule usine textile en 2001. Par ailleurs, elles restent largement absentes des étapes industrielles et commerciales de la chaîne de valeur, qui sont pourtant les plus stratégiques et rémunératrices.

 

Les artisanes rencontrées témoignent, en effet, de la difficulté constante de rémunérer leur travail, de structurer et de développer leur production. Nombreuses sont celles qui entrent et sortent périodiquement dans l’activité de teinture-tissage, au gré de la disponibilité de leur fonds de roulement pour s’approvisionner en fils et de l’assurance de débouchés pour leur production. Travaillant, pour la grande majorité d’entre elles, à domicile, elles doivent articuler leur activité artisanale avec leurs obligations domestiques, donnant souvent la priorité aux secondes, ce qui leur fait perdre en productivité. Parfois isolées tant géographiquement que socialement, elles sont ainsi nombreuses à éprouver des difficultés pour vivre au quotidien de cette activité et subvenir aux besoins de leur famille.

 

L’artisanat textile féminin, comme activité et produit de cette activité, le faso dan fani, jouit pourtant médiatiquement et politiquement d’un engouement croissant de la part de la sphère politique, des ONG du développement et de la population en général. Le port du tissage local, arboré fièrement comme marqueur de l’identité burkinabè et gage d’un artisanat africain de qualité participe d’un marché en expansion, notamment depuis 2015, à l’échelle nationale et sous-régionale. Par conséquent, on s’interroge sur ce que ces éléments, malgré l’existence d’un marché croissant, traduisent du fonctionnement du secteur textile et de l’organisation des rapports de production. On revient, pour cela, aux procès de travail féminins, en questionnant leur homogénéité et leur apprentissage.

 

Standardisation des procès de travail féminins et construction d’une catégorie professionnelle

 

À l’exception d’un centre de production géré par l’État délivrant des formations à la demande, la formation en teinture-tissage s’effectue par le biais d’associations privées (souvent financées par des ONG internationales) et religieuses, ou directement auprès d’une voisine ou d’une parente. La formation peut aller d’un mois à un an et constitue en l’apprentissage technique des processus de teinture (dosage des couleurs et des adjuvants, manipulation des fils) et de tissage (prise en main du métier à tisser, montage de la chaîne, reproduction des motifs). Bien que courte et peu spécifique sur le plan technique, cette formation est avant tout une transmission de savoirs qui tend à se standardiser. En effet, on observe que les procès de travail hétérogènes s’uniformisent et les étoffes se normalisent depuis le début des années 2000. Par exemple, les teintes et les mélanges de couleurs tendent à être stabilisées et reproductibles. Les largeurs et longueurs des bandes de tissus sont fixées à 30x160cm pour un pagne à 4 bandes et 40x160cm pour un pagne à 3 bandes – le nombre de bandes étant défini selon le motif à réaliser. Les motifs, figés et bien identifiés – certains sont même baptisés par des noms reconnaissables –, constituent un répertoire qui circule entre les artisanes. Enfin, le métier à tisser et ses accessoires sont reproduits quasi-systématiquement à l’identique.

 

Cette augmentation des prescriptions du travail artisanal tend à limiter la place de l’improvisation et à uniformiser les procès de travail, stabilisant les artisanes du textile dans de nouvelles conditions productives (Cornu, 2001 : 40-41). Si selon Roger Cornu, cet aspect démultiplie les moyens de domination dans les sociétés capitalistes industrielles (2001 :41), il participe également, à mon sens, à la construction d’une catégorie professionnelle identifiable, par l’homogénéité du travail réalisé et sa qualité, et par l’organisation de la production et la reconnaissance de compétences techniques et professionnelles propres au groupe.

 

Au sein d’une économie textile tendue, sous la pression des importations asiatiques et européennes et dans un contexte de pauvreté locale, la construction et la reconnaissance de cette catégorie professionnelle des « tisseuses », comme elles se font appeler, a pour avantage de créer une coalition entre artisanes, leur permettant de s’orienter au sein de la chaîne de valeur, de s’entraider et de faire valoir leurs droits en l’absence de syndicats.

 

Les associations de « tisseuses » : des stratégies d’organisation et de subversion économiques et politiques

 

Cette construction a été permise et continue de se reproduire à travers la création d’associations de tisseuses, notamment par quartier. Les toutes premières sont fondées au milieu des années 1980, avant de fleurir à partir du milieu des années 1990. L’enjeu de ces associations est, notamment au début, de pouvoir acheter du fil en gros à des prix avantageux, afin de le revendre au détail et à crédit aux artisanes, à des prix raisonnables qu’elles seront en mesure de rembourser une fois leurs tissages vendus. Il s’agit, par ailleurs, de former des réseaux de solidarité et d’épargne à travers des tontines et de proposer un accompagnement en alphabétisation et en gestion du budget. Grâce à l’obtention de financements privés ou publics, les associations construisent, en outre, leur propre boutique, qui leur permet de gagner en visibilité et de vendre leur production directement à des particuliers. Ces dispositions leur permettent, à un certain niveau, de lutter contre la pression économique exercée par la chaîne de valeur en amont du processus artisanal (à travers la spéculation sur le prix du fil), et en aval (à travers la dévaluation du prix d’achat des tissages par les revendeurs de textiles sur les marchés) – ces étapes, on l’a vu, étant essentiellement dominées par des hommes. En effet, il arrive très fréquemment que les détaillants en fils de coton soient aussi revendeurs de pagnes (étoffes tissées). S’entendant entre eux, les commerçants parviennent à « prendre en étau » les artisanes, en refusant de leur vendre du fil, si elles n’acceptent pas de leur vendre leurs tissages à un prix très bas, les contraignants parfois à vendre à perte. Par le biais des associations, les artisanes tendent donc à court-circuiter ces pratiques spéculatives et anticoncurrentielles et à protéger leurs marges, qui sont malgré tout relativement faibles.

 

Les financements associatifs leur permettent également d’investir dans du matériel davantage technologique pour s’adapter aux besoins du marché, notamment du marché extérieur. Par exemple, de nombreuses associations ont fait confectionner des grands métiers à tisser à navette volante, permettant de tisser des étoffes plus larges (1,20 mètre contre 20 à 40 cm pour les étoffes tissées sur les petits métiers) répondant aux standards internationaux et facilitant la confection. Aussi, ces associations ont permis à certaines de leurs membres de se former sur ces nouveaux métiers à tisser.

 

Enfin, le regroupement des tisseuses en associations leur permet de faire valoir leurs droits au niveau politique et sur la scène économique. Une fédération nationale, destinée à représenter les intérêts des tisseuses sur l’ensemble du territoire, est fondée en 2017. Elle est parvenue depuis à obtenir quelques victoires auprès du gouvernement et de la Chambre des Métiers de l’Artisanat, dont l’instauration du pagne officiel en tissage local pour la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, contre, jusqu’alors, le pagne imprimé importé d’Asie. Un arrêté ministériel est obtenu en janvier 2018 pour promouvoir le port du pagne tissé par les représentants de l’Etat à l’occasion de toute manifestation publique. De plus, depuis le 2 juillet 2020, après plusieurs années de négociation, un label a finalement été mis en place pour protéger et contrôler l’appellation « faso dan fani », en particulier contre les copies asiatiques qui fleurissent sur le marché et trompent le consommateur. A partir d’un catalogue de 400 modèles de pagnes, ce label certifie l’origine du fil : burkinabè et le mode de teinture-tissage : fait à la main au Burkina Faso sous certaines conditions ; et assure une traçabilité, en enregistrant pour chaque pagne, le groupement de tisseuses qui l’a produit. Dans une économie capitaliste mondialisée, la standardisation des processus techniques et esthétiques de production à travers la mise en place d’une marque collective apparaît comme un moyen, pour les tisseuses, de se prémunir et de rivaliser contre les affres du marché et de la concurrence. En s’associant et en se construisant comme une catégorie professionnelle reconnue, les tisseuses, dont le nombre ne cesse d’augmenter, produisent donc en commun des savoirs et des compétences stratégiques pour la reproduction du groupe.

 

De la transmission d’une « intelligence des situations » à la reproduction du groupe

 

Ainsi, la transmission de savoirs entre artisanes, que Roger Cornu pourrait appeler « apprentissage-production », correspond tout autant à un apprentissage technique qu’un apprentissage social. « Du fait de l’inséparabilité de l’apprentissage-production et de la production, de la relation pédagogique des autres rapports sociaux, l’apprentissage-production lie trois types d’apprentissages : un apprentissage de « capacités », un apprentissage de procès de travail dans lequel elles s’inscrivent, un apprentissage de rapports sociaux » (Cornu, 2001 : 26). Outre des « capacités » et des « processus » techniques, les rapports sociaux qui sont appris sont des rapports de production qui lient les artisanes aux autres secteurs productifs de la filière textile, selon un trinôme artisanat/industrie/commerce, auquel s’ajoute le rapport économie formelle/informelle. Ce sont également des rapports économiques qui lient les artisanes au marché et aux consommateurs, des rapports technico-professionnelles qui fondent le groupe des tisseuses et ce sont, enfin, des rapports de genre dans une filière marquée par une forte division sexuelle du travail. L’activité productive ne pouvant être pensée en dehors du système de relations économiques et politiques qui en déterminent l’effectuation (Eckert & Vultur, 2016 : 9), les compétences et l’intelligence qu’elle requiert dans sa mise en œuvre, dans le cas des activités textiles féminines au Burkina Faso, sont autant de compétences techniques que sociales – et notamment de genre, dans le sens où il s’agit de négocier à son avantage des rapports de genre.

 

Le concept de Mètis, proposé par Roger Cornu à partir de la pensée grecque et des analyses antérieures de Jean-Pierre Vernant comme « une intelligence rusée mise en œuvre par les agents dans les situations pratiques dans lesquelles ils agissent », invite « à penser leur action dans les liens de dépendance qui la contraignent, avec lesquelles la mètis tend à s’affranchir » (Eckert & Vultur, 2016 : 9). Car « la mètis est une réponse, une façon de contourner ou d’utiliser à son profit les effets de la subordination, de la neutraliser, voire même de la détruire. On ne peut de ce fait réduire la mètis ni à un savoir-faire ni à une technicité, deux éléments qui entretiennent toutefois des rapports avec elle. On peut encore rapprocher la mètis de ce que Henri Wallon appelle « l’intelligence des situations », qui est à la fois une intelligence de l’expérience et une intelligence de l’immédiateté » (Cornu, 2001 : 93).

 

C’est en ce sens que je rapproche ces « compétences sociales » et « compétences de genre » à une mètis, fonctionnant par transposition du savoir d’une situation à une autre (Cornu, 2001 : 101). Dans l’action collective, c’est bien d’intelligence pratique, d’intelligence des situations dont il s’agit (Cornu, 2001 : 100). À travers la revendication politique de mesures économiques de promotion et de protection du faso dan fani, à travers l’organisation de la production sous forme de groupements ou d’associations tendant à court-circuiter les rapports de pouvoir contraignants de la chaîne productive, le groupe d’artisanes parvient, par la négociation, à la définition de nouvelles règles et normes de production qui sont à leur avantage dans le monde socio-économique dans lequel elles s’inscrivent. Ces nouvelles règles relevant, cette fois, d’une intelligence discursive, dont la nature s’exprime par des consignes et dont l’analyse et la synthèse sont les deux termes caractéristiques (selon Henri Wallon cité par Cornu, 2001 : 94), sont transmises à leur tour. Elles rouvrent, ainsi de suite, la voie au règne de mètis dans l’adaptation pratique aux situations, générant un mouvement qui participe à la reproduction du groupe des tisseuses et à l’avancement de ses intérêts.

 

Finalement, on a voulu montrer, à travers cette analyse, que la complexité des rapports productifs se jouait également dans la transmission, au sein d’un groupe professionnel, de savoirs relatifs aux rapports sociaux dans lesquels ce groupe s’inscrit et dans la transmission de compétences (« intelligences des situations et discursive ») développées par le groupe pour renégocier à son avantage ces rapports, qu’ils soient productifs, socio-économiques ou de genre. Au Burkina Faso, la filière textile féminine s’inscrit, d’une part, dans une économie marquée par la cherté structurelle du fil de coton et par un marché sous la pression de la concurrence asiatique, et d’autre part, dans un contexte social patriarcal. Aussi, on comprend les difficultés socio-économiques qui pèsent sur les artisanes, les contraignant à réaliser de faibles marges et à avoir parfois des difficultés à vivre de leur activité. Toujours est-il qu’une analyse fine des rapports productifs à l’œuvre au sein de cette filière textile est nécessaire pour comprendre ces phénomènes dans leur complexité et met en évidence que ces rapports productifs, à première vue au détriment des artisanes, n’en sont pas moins sans cesse renégociés par elles.




Bibliographie :

 

Coquery-Vidrovitch, C. (1994). Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique Noire du XIX au XX siècle. Paris, Desjonquères.

Cordonnier, R. (1982). Femmes africaines et commerce. Les revendeuses de tissu de la ville de Lomé (Togo). Paris, ORSTOM.

Cornu, R. (2001). Éducation, savoir et production. Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Eckert, H. & Vultur, M. (2016). « Présentation : activité et circonstances de l’activité / Activity and circumstances of activity ». Sociologie et sociétés, n° 48 (1), 5–12.

M’Halla, M. (1983). « Apparition d’entreprises capitalistes en milieu artisanal : le cas du tissage de la soie à Tunis ». Dans C. Coquery-Vidrovitch & A. Forest (éds), Entreprises et entrepreneurs en Afrique, XIXe et XXe siècles (tome I) (pp. 99-122). Paris, L’Harmattan. 

Schwartz, A. (1993). Brève histoire de la culture du coton au Burkina Faso. Bondy, ORSTOM.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

LA PROBLÉMATIQUE DU LEADERSHIP CONTINENTAL ET LA PROMOTION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE DANS UN ENVIRONNEMENT GLOBAL MONDIALISÉ

Par Léo Gaël Atanga Ondoa

Léo Gaël ATANGA ONDOA, est doctorant, membre du Laboratoire Panafricanisme Unité Africaine et intégration Régionale (PUAIR) de l’UFD/RI de l’IRIC. Il  porte un grand intérêt aux questions liées au panafricanisme, au leadership, au régionalisme, à l’unité africaine et au numérique.

INTRODUCTION

De tous les blocs continentaux qui composent le système international, l’Afrique demeure la zone ayant subi le plus d’influences d’acteurs extérieurs. Les invasions étrangères, avec pour conséquences des phénomènes durables telles que la traite négrière et la colonisation sans oublier la traite arabe conjuguée à la pénétration de l’islam, constituent aujourd’hui le socle de ce que Kwame Nkrumah qualifie d’expérience de la société traditionnelle africaine (Nkrumah, 1976 : 97). C’est une sphère géographique ne s’identifiant plus uniquement par son essence culturelle initiale, mais désormais teintée d’hybridité du fait de la cohabitation ontologique de trois dimensions : l’Afrique traditionnelle, la civilisation judéo-chrétienne (occidentale) et la civilisation musulmane. Les deux dernières restent constitutives de l’enchâssement de la praxis sociale africaine dans les valeurs occidentales, mieux dans l’euro-modernité (Lamola, 2017 : 111). S’il semble indéniable que l’expansionnisme de la modernité occidentale a grandement altéré la libre évolution des sociétés africaines (Ibid.), Nkrumah (Ibid.) préconise une rationalisation de la réaction à travers l’édification d’un corps de doctrines appelé à servir de socle de l’action unificatrice de la nouvelle Afrique. C’est ainsi qu’il propose le « consciencisme ». Sa philosophie axée globalement sur l’émancipation de l’homme s’apparente à une invitation de l’intelligentsia et de la classe dirigeante du continent à la réactivité. Se situant dans le prolongement de la pensée du leader ghanéen, le discours sur la Renaissance africaine,  autrefois soutenu par Pixley Ka Isaka Seme, au début du XXe siècle (Kumalo, 2015 : 192),  refait surface à l’aube des années 2000 sous l’égide du Président sud-africain d’alors Thabo Mbeki. C’était dans l’optique d’un réveil régénératif pour le développement et le repositionnement de l’Afrique parmi les acteurs majeurs de la scène internationale. Pour matérialiser la vision de ce dirigeant sud-africain en actes probants, plusieurs initiatives continentales telles que le NEPAD (New Partnership for Africa Developement) voient le jour en intégrant les idéaux de cette ambition en 2001. En outre, l’Agenda 2063 adopté en 2015 par l’Union Africaine (UA) fait de la Renaissance continentale un axe prioritaire. Seulement réinventer l’Afrique dans un environnement mondial caractérisé par l’ouverture des frontières s’avère difficile vu la menace pesant sur la préservation des identités nègres. Dès lors, pour mieux encadrer la transformation régénérative et se départir de « l’afrocolianité » (Lamola, 2017 : 110), le leadership joue un rôle déterminant. Le dynamisme et l’activisme de certains leaders du continent contribuent petitement, mais progressivement à la promotion de la renaissance africaine en dépit des nombreux freins perceptibles. En menant une analyse qualitative juxtaposée à l’éclairage de la puissance bénigne et du courant de pensée panafricaniste, cette réflexion interroge la contribution du leadership continental en faveur de l’opérationnalisation d’une politique de réinvention voire de prospérité africaine autocentrée. Par ailleurs, tenant compte des éventuels écueils entravant la régénérescence de l’Afrique, notre étude propose l’urgence de la mutation vers l’« afro-postmodernité » comme issue prospective susceptible d’apporter un plus dans la stratégie de résolution du problème en cause.

I-/ LE LEADERSHIP CONTINENTAL A L’INITIATIVE DE LA RENAISSANCE AFRICAINE

En éludant le débat de la validité ou non de l’Afrique comme territorialité d’expression des jeux de puissance (Sindjoun, 2002 : 143-146), parler du leadership continental dans le cadre de cette réflexion revient à mettre en visibilité le rôle significatif de certaines unités politiques – disposant les capacités relatives – en matière de capacité de mobilisation et d’attraction autour d’un projet collectif (Muxagato, 2016 : 100). Tenant compte de son statut de géant continental, voire de première puissance africaine (Alden et Schoeman, 2013), la nation arc-en-ciel qui fut le premier pays à gérer la présidence de la Conférence de l’Union Africaine, instance suprême de l’organisation nouvellement créée en 2002, proposa, au cours du sommet de la défunte Organisation de l’Unité Africaine (OUA) tenue en septembre 1999 à Syrte (Libye), le Millenium African Plan (MAP) par l’entremise de son Président Thabo Mbeki (Messi Bekono, 2017 : 25). Cette idée découlait du discours de la Renaissance africaine dont la maturation paraissait en cours dans ce pays. Le MAP figurait comme une forme de plan Marshall africain axé sur les ressources et les potentialités locales dont l’objectif portait sur l’orientation de la nouvelle vision de prospérité de l’Afrique pour le millénaire. Mbeki parvint à exporter un programme conçu comme la nouvelle vision de l’Afrique du Sud post-apartheid (Crouzel, 2000 : 171-172) sur la scène continentale. Aussi transparaît-elle l’affirmation de la puissance bénigne (Kupchan, 1998) par un acteur dans un cadre opératoire fondamentalement régi par le consensus de la collégialité.

Selon (Mona et Kaschula, 2018 : 114) la renaissance africaine telle qu’articulée par Th. Mbeki renvoie à une doctrine dont l’essence tend à réaliser la régénérescence du continent au plan politique et socio-économique et assurer la réintégration de ce bloc territorial dans l’économie globale en accordant la priorité aux intérêts du continent. Comme l’affirmait Mbeki en 2001 à l’université de Havana au Cuba (Ibid.), la question fondamentale qui se pose est celle selon laquelle nous avons le devoir de nous définir. L’évocation du discours sur la Renaissance se justifie par le fait que c’est nous-mêmes qui devons définir qui nous sommes, ce que nous défendons, notre vision, notre manière d’agir, les programmes à adopter, avec qui nouer des partenariats et comment les nouer (Ibid.). On comprend aisément que c’est un crédo révolutionnaire qui ambitionne de recentrer le destin de l’Afrique sur elle-même, et partant, de déconstruire le modernisme africain qui n’est rien d’autre que le rejeton de la modernité européenne pourtant elle-même en proie à de violentes critiques (Lamola, 2017 : 114-115).

Visiblement séduits par la proposition novatrice, voire salvatrice du dirigeant sud-africain, les gouvernants africains marquent leur approbation en mandatant (en 2000 à Lomé) un collège d’hommes d’État composés de Thabo Mbeki, Olusegun Obasanjo (Nigéria), Abdelaziz Boutéflika (Algérie) – qui à leur tour coptèrent Hosni Moubarak (Égypte) – de travailler sur un projet du Programme de millénaire sur le renouveau de l’Afrique (Djuidje Kouam, 2003 : 141). Le choix porté sur ces derniers se justifiait par la qualité des rapports cordiaux qu’ils entretenaient avec les dirigeants du G8. Leur proximité avec ces derniers facilitait toutes formes de négociations pour la remise de la dette des entités souveraines africaines (Messi Bekono, Ibid. : 25-26). Un préalable nécessaire pour éviter le blocage du nouveau plan de redressement du continent. 

Soulignons que le Président Wade, fraîchement élu à la tête du Sénégal, dans une logique sensiblement identique à celle de Mbeki, donne une réplique au plan sud-africain. En janvier 2001, il présente l’esquisse du Plan Oméga pour l’Afrique (POA) au forum économique mondial de Davos ensuite au mois de mars au sommet de l’OUA à Syrte. Cette initiative conçue pour le changement de l’orientation développementaliste du Sénégal se voit portée à l’échelle continentale. Le Président Wade mise sur l’amélioration des secteurs infrastructurel et éducatif comme moyen d’implémentation de son projet. Les voies de communication à construire faciliteront l’interconnexion des pays et des peuples tandis que la formation de la jeunesse augmentera le capital humain du continent, une ressource fondamentale pour la quête de l’émergence souhaitée (Djuidje Kouam, Ibid. : 138-140). L’idée du dirigeant sénégalais trouve écho favorable auprès des chefs d’État et de gouvernement de l’OUA. La conférence mandate les penseurs du MAP et du POA de mutualiser leurs propositions afin d’aboutir à une synthèse commune. C’est ainsi que naît la Nouvelle Initiative Africaine (NIA) au sommet de Lusaka le 9 juillet 2001. Comme plusieurs autres programmes antérieurs, elle entrevoyait « sortir le continent du malaise du sous-développement et de l’exclusion dans un monde en voie de mondialisation» (Ibid. : 142). Le 23 octobre 2001 à Abuja, elle prend le vocable de NEPAD avec une nouvelle dynamique. Poursuivant son action en tant que puissance idéologique, A. Wade, suggère à ses homologues la mise en place d’un dispositif de surveillance mutuelle qui conduit au Mécanisme Africain d’Évaluation par les Pairs (MAEP) (Tiogo, 2017 : 172).

Au regard de tout ce qui précède, il paraît indéniable que le projet sur la renaissance africaine demeure un mobile pertinent de la nouvelle dynamique guidant la prospérité collective africaine. En effet, sur le plan pratique, elle donna lieu à l’érection de diverses institutions panafricaines telles que le MAEP et le NEPAD et dans une certaine mesure il n’est point incongru d’en citer la création de l’UA en remplacement de l’OUA en juillet 2002. Le NEPAD, principal appareil fonctionnel de la régénérescence projetée, constituait un instrument déterminant de promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement, de l’intégration régionale, du développement du capital humain, de la prévention et du règlement des conflits… C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’Afrique du Sud, dans le costume d’acteur unipolaire (Vennesson et Sindjoun, 2000 ; Alden et Schoeman, 2013 : 116-117) tend à jouer, depuis la fin de la décennie 90 et le début des années 2000, le rôle d’unité en charge de la paix et de la sécurité sur la scène continentale. L’African Renaissance Fund fondé en 2001 (Sidiropoulos, 2012) et aujourd’hui substitué par la South African Development Partnership Agency (SADPA) ; a été le biais du gouvernement pour se déployer dans le sens souhaité. C’est ce qui explique la grande détermination de la nation arc-en-ciel à agir en faveur de la résolution du conflit congolais. Bien que le leadership continental se situe à l’initiative de la renaissance africaine, plusieurs paramètres hypothèquent le déploiement de ce projet régénératif.

II-/ LES FREINS À L’OPÉRATIONNALISATION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE : LES SYMPTÔMES D’UNE PERPÉTUATION DE L’AFROCOLONIALITE

À l’image de la plupart des blocs d’intra-territorialité régionale de part et d’autre dans le monde, le régionalisme africain reste confronté à une pluralité de freins qui influencent remarquablement le cours de son évolution. Cet état de fait constitue souvent un handicap à l’implémentation des initiatives communautaires pourtant destinées à la promotion d’un bien-être commun, voire à subvertir «l’afrocolonialité ». Ce concept forgé par (Lamola, Ibid.) traduit l’enchâssement de la praxis africaine – également connue sous le vocable de modernité africaine – dans l’euro-modernité. Cette afro-modernité qui encadre les plans de l’évolution sociale du continent depuis l’avènement des États postcoloniaux se bâtit sur la natte idéelle du rejet du colonialisme. Cependant, la conscience anticoloniale en elle-même ne s’empêcha point d’embrasser les valeurs eurocentrées de l’universalisme. Ceci engendra alors une philosophie de l’évolution sociétale africaine calquée sur les schémas développementalistes de l’Europe des lumières. Paradoxalement, les valeurs pour lesquelles l’intelligentsia embryonnaire du continent décida d’embrasser largement à ses dépens, subissaient de virulentes critiques de la part des partisans de la rupture et promoteurs de la post-modernité occidentale (Ibid. : 115). La clarification notionnelle opérée démontre implicitement le caractère impérieux de la renaissance africaine dans la mesure où elle favorise la régénérescence de l’Afrique. Dès lors, toute action entravant sa dimension opératoire se range dans le chapelet des symptômes de perpétuation de «l’afrocolonialité » ou de la « colonialité » évoquée par (Mignolo, 2013).

Il existe plusieurs freins au développement du projet salvateur de la régénération de l’Afrique au rang desquels on note les querelles de leadership et le défaut de volonté politique. Comme relevé plus haut, le NEPAD lancé en octobre 2001 représentait l’instrument matérialisant l’effectivité de la dynamique du renouveau continental. Afin d’assurer son fonctionnement de manière efficace, il revenait aux États de témoigner leur adhésion à l’initiative commune en contribuant volontairement de façon significative au plan financier. L’Afrique du Sud qui était l’une des promotrices principales de cette nouvelle vision dota le fonds national dédié à cet effet de 30 millions USD (Sidiropoulos, 2012). Faisant partie des économies florissantes du sous-système global concerné, la Libye du Guide Mouammar Kadhafi ne se montra guère réceptive à l’égard de la philosophie développementaliste en cause. Rappelons-le, la Renaissance africaine façonnée par Mbeki prône les principes essentiels de la démocratie libérale telle la bonne gouvernance, les libertés… un ensemble de valeurs que Kadhafi estime imposées par les pays du G8 auprès de qui furent mandatés les initiateurs du MAP pour négocier la remise de la dette africaine. Il va même jusqu’à la qualifier d’ « invention de Bush » (Tiogo, Ibid. : 176). Le défaut d’adhésion du Guide bloqua le projet d’interconnexion de l’Afrique occidentale à l’Afrique orientale en passant par l’Afrique médiane. Ce pan avait été confié au Président sénégalais qui, du fait de son soutien au projet de relance de l’intégration africaine par Kadhafi (Djuidje Kouam, Ibid. : 106 ; Lecoutre, 2007 : 2), comptait sur celui-ci pour la réalisation de son ambition panafricaine d’une intégration des peuples au moyen du développement des infrastructures de communications intra-régionales. À titre indicatif, lors d’une intervention sur le plateau du média télévisuel Africa24  le 11 septembre 2011, A. Wade déclare : « En 2002 (…) quand nous avons créé le NEPAD, je lui ai dit : Kadhafi, je te donne l’occasion de laisser ton nom à l’Afrique. Il faut que tu (investisses) 2 milliards de dollars US (…), que tu finances de grandes infrastructures comme un train continental, comme une route transcontinentale… » (Tiogo, Ibid.) Cette déclaration illustre dans une certaine mesure le degré d’espoir porté par Wade à l’endroit de son homologue d’Afrique du Nord qui disposait de pétrodinars en abondance. Le défaut de soutien que le colonel afficha à l’aurore 2000 lui valut le lâchage de la part de Wade en 2011 pendant le vent révolutionnaire du printemps arabe.

Par ailleurs, le manque de volonté politique s’inscrit aussi au rang des obstacles qui hypothèquent la mise en œuvre efficiente du plan régénératif de l’Afrique. Si l’exigüité des budgets nationaux de la majorité des pays africains relève d’un truisme, il n’en demeure pas moins qu’une organisation stratégique conduirait à une logique de rationalisation des priorités afin d’accorder la primauté aux mesures facilitant l’aboutissement vers la prospérité. En dépit du fait que la renaissance africaine se situe dans le sillage de la promotion du bien-être collectif, ce slogan peine encore à susciter l’adhésion probante de l’ensemble des unités politiques du sous-système international africain. Bien qu’ils donnent tous leurs accords – dans le cadre des prises de décisions collégiales de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine – sur les projets à implémenter, la plupart des pays appliquent difficilement les décisions qu’ils ont eux-mêmes signées. Une situation qui fragilise grandement les initiatives communautaires. Le défaut de mise en œuvre à échéance de l’ensemble des dispositions prévues par le (Traité d’Abuja, 1991) instituant la Communauté Economique Africaine (AEC) reste assez évocateur. Notons que ces différents éléments qui contribuent à la pérennisation de « l’afrocolonialité » imposent la convergence vers un nouveau paradigme d’action.

III-/ L’URGENCE DE LA MUTATION VERS L’AFRO-POSTMODERNITE : UN PRÉALABLE À LA RENAISSANCE EFFECTIVE

L’afro-postmodernité pensée par (Lamola, Ibid. : 119-121) désigne un mobile catalyseur reposant sur l’engagement méthodique en faveur de la formulation et l’application d’outils conceptuels et analytiques portés vers la critique acerbe de la culture intellectuelle qui prévaut en Afrique depuis la fin de la colonisation (Ibid.). On comprend alors qu’il s’agit d’un programme épistémique sur le renforcement ainsi que la reconstruction de l’imaginaire social africain. Une philosophie afro-postmoderniste exige le courage de se départir des abstractions établies avec pour ambition de renverser l’orthodoxie afin d’établir un monde meilleur voire un nouvel ordre mondial. (Ibid. : 120) préconise d’ailleurs de confronter le passé en interrogeant perpétuellement le futur. Pour parvenir à la régénérescence effective de l’Afrique, il semble désormais impérieux d’intégrer ce paradigme d’action naissant. Les leaders africains de concert avec leur intelligentsia, doivent significativement décoloniser la praxis qui prévaut actuellement sur le continent. Ce préalable exige de faire preuve d’une ingéniosité gouvernementale pour procéder tout d’abord à la promotion des savoirs africains dans tous les programmes éducatifs. Car, une véritable renaissance commence par la maîtrise et l’appropriation des savoirs locaux, socles d’une émancipation substantielle des esprits. Toutefois, il importe de relever qu’il ne s’agit point d’une rupture complète avec les acquis externes puisque l’Afrique comme l’Occident ont autant besoin l’un de l’autre pour la construction de leur postmodernité.

BIBLIOGRAPHIE

-ALDEN, Chris, et SCHOEMAN, Maxi, (2013), “South Africa in the company of giants: the search for leadership in a transforming global order”, International Affairs (Royal Institute of International Affairs 1994- ), Vol. 89, N° 1, January 2, pp. 111-129.

– CROUZEL, Ivan, (2000), « La renaissance africaine » : Un discours sud-africain ? », Politique africaine, Volume 1, Numéro 77, pp. 171-182.

– DJUIDJE KOUAM, Reine, (2003), « Les dynamiques de l’ordre international africain : un espace d’interdépendance en mutation », Thèse de Doctorat de 3e cycle en Relations Internationales, option Diplomatie, Yaoundé, IRIC.

– KUMALO, Raymond S., (2015), “Ex Africa semper aliquid Novi! Pixley kaIsaka Seme, the African Renaissance and the Empire in Contemporary South Africa”, Alternation: Interdisciplinary Journal for the Study of the Arts and Humanities in Southern Africa, S14: pp. 190 – 211.

– KUPCHAN, Charles A., (1998), “After Pax Americana: Benign Power, Regional Integration, and the Source of a Stable Multipolarity” International Security, Vol. 23, N°. 2 (Fall), pp. 40 – 79.

– LAMOLA MALESELA, John, (2017), « African Potsmodernism : Its moments, nature and content », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 12, Number 2, pp. 110 – 123.

– LECOUTRE, Delphine, (2007), « Vers un gouvernement de l’Union Africaine ? Maximalistes vs gradualistes ? », ISS occasional Paper, Pretoria, Institut d’Etudes de Sécurité, N°147, Juin.

– MESSI BEKONO, Hermann, (2017), « Témoignage sur la naissance de l’Union africaine » in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 23 – 29.

– MIGNOLO, Walter, (2013), « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé) Colonialité, pensée frontalière  et désobéissance épistémologique », La Découverte, Numéro 73, pp. 181 – 190.

– MONA, Godfrey V., et KASCHULA Russel H., (2018), « Mbeki’s African Renaissance Vision as Reflected in isiXhosa Written Poetry: 2005–2011 », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 13, Number 1, pp 113-128.

– MUXAGATO, Bruno, (2016), « Intégration et leadership en Amérique du Sud: la difficile émergence du Brésil comme puissance régionale », Critique internationale, Volume 2, Numéro 71, pp. 91 – 108.

– NKRUMAH, Kwame, (1976), Le Consciencisme, Paris, Présence Africaine, Collection « Le Panafricanisme ».

– SIDIROPOULOS, Elizabeth, (2012), « L’Afrique du Sud sur l’échiquier mondial : “donateur” émergent et acteur géopolitique », International Development Policy, Revue internationale de politique de développement, en ligne.

– SINDJOUN, Luc, (2002), Sociologie des Relations Internationales africaines, Paris, Karthala.

– TIOGO, Romaric, (2017), « Kadhafi, Wade et la construction de l’Union africaine : du duo au duel », in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 163 – 183.

– Traité d’Abuja, (1991).

– VENNESSON, Pascal, et SINDJOUN, Luc, (2000), « Unipolarité et intégration régionale : l’Afrique du Sud et la « renaissance africaine », Revue française de science politique, 50e année, n°6, pp. 915-940.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Sécurité routière comme nouvelle arène d’intervention de la société civile : formes de mobilisation et dispositifs de prévention des accidents au Bénin

Par Mensah Coffi Mahugnon André AÏNA, N’koué Emmanuel SAMBIENI et Marc PONCELET

Mensah Coffi Mahugnon André AÏNA est doctorant en sciences politiques et sociales à l’Université de Liège en Belgique. Ses recherches portent sur la politique de sécurité routière et les représentations sociales de l’accident au Bénin. 

N’koué Emmanuel SAMBIENI est enseignant-chercheur à l’Université de Parakou au Bénin et auteur de plusieurs ouvrages dont la « Maternité en souffrance : socialisation et médicalisation de l’enfantement au Nord-Ouest du Bénin ».

Marc PONCELET, Professeur Ordinaire de l’Université de Liège, coordonne des programmes de recherche interuniversitaire sur les sciences coloniales, les ONG et la coopération universitaire. Il est l’auteur de « Une utopie post-tiersmondiste : la dimension culturelle du développement ». 

L’insécurité routière, un « fléau » (Gaymard & Tiplica, 2017) qui entraîne une mortalité routière importante au sein de la population active, notamment les usagers faibles que sont les cyclistes, les piétons et les passagers (Paraïso et al., 2018), est un objet à multiples enjeux. Un des secteurs de la  politique de sécurité routière recouvre « l’ensemble éducation-formation-communication » (Lebas et al., 2018, p. 78), où une pluralité d’acteurs interagissent et se confrontent pour non seulement prendre part aux débats sur la formulation des actions, mais aussi pour participer au changement de comportements des usagers de la route. C’est bien de ce point de vue que la notion « d’arène » prend tout son sens, car elle désigne « un lieu de confrontations concrètes d’acteurs sociaux en interaction autours d’enjeux communs » (Olivier de Sardan, 1995, p. 234). Ainsi, les acteurs que l’on désigne sous le vocable de « société civile » en milieu urbain africains « ne sont, ni des organisations communautaires, ni des organisations populaires » (Poncelet et al., 2006, p. 165), mais regroupent majoritairement les organisations non gouvernementales (ONG), diverses associations de développement, les médias, etc. Leurs modalités d’action, les partenariats qui s’établissent entre elles, les pouvoirs publics et les autres acteurs sociaux amènent à soutenir que « l’action publique est un système d’ordre négocié » (Lascoumes & Le Galès, 2018, p. 105). 

Cette contribution aborde, dans la perspective de la sociologie de l’action publique, « les multiples formes de mobilisation des acteurs sociaux qui s’efforcent d’organiser et de promouvoir leurs intérêts symboliques autant que matériels » (Lascoumes & Le Galès, 2018, p. 106), notamment dans le domaine de la sécurité routière. Qui sont les acteurs de la société civile et que font-ils dans le domaine de la sécurité routière ? Quelles sont les échelles d’action de leurs interventions et comment participent-ils aux débats ? Notre objectif est d’analyser les enjeux sociaux, cognitifs et politiques de l’action publique en sécurité routière en interrogeant le contexte d’émergence des acteurs de la société civile, leurs motivations, les formes de mobilisation déployées ainsi que les innovations en termes d’actions de prévention des accidents au Bénin.

Approche méthodologique

La présente recherche s’inscrit dans un programme de recherche multidisciplinaire pour la prévention des accidents de la voie publique au Bénin (ReMPARt). Ce volet socio-anthropologique que nous développons s’appuie sur les méthodes qualitatives de collecte de données que sont la revue documentaire, l’entretien et l’observation. Les résultats présentés concernent les données mobilisées auprès des acteurs de la société civile : ONG, associations diverses (clubs automobiles, clubs de motards), médias et syndicats des conducteurs de véhicules et de taxi-moto. Au total, 20 responsables d’ONG et associations, identifiés par boule de neige ont participé à des entretiens semi-structurés individuels. Ces données ont été complétées par des observations sur site lors des activités de sensibilisation grand public ou orientées vers des cibles spécifiques. Des supports audios de sensibilisation diffusés à la radio, des supports vidéo de séances d’échanges entre ONGs et acteurs institutionnels lors de l’élaboration du projet de politique de sécurité routière ainsi que des magazines spécialisés ont été mobilisés et exploités.

 Résultats

Contexte d’émergence des OSC et motivations 

Quels sont les acteurs qui entrent dans la catégorie de société civile en sécurité routière ? La réponse à cette question permet de lister des organisations non gouvernementales (ONG) et réseaux d’ONG, des médias, des organisations syndicales de conducteurs de taxi ville, de minibus et de taxi-moto, des clubs automobiles et de motards. En dehors de quelques timides et éparses initiatives menées par une ONG nommée « Espace secours » au début des années 2000, c’est au lendemain de la proclamation de la décennie d’actions pour la sécurité routière qu’on a observé un foisonnement d’ONG et d’associations se réclamant de la sécurité routière. L’émergence de ces acteurs survient comme une réponse à l’appel urgent à l’action en matière de sécurité routière lancé en 2004 par les Nations Unies.

Au total, une trentaine d’ONGs et d’associations interviennent dans ce nouveau champ d’action. Compte tenu des problèmes de financement et de représentations, l’ONG Handicap International/Humanité Inclusion, a préconisé leur mise en réseau. Trois réseaux ont été créés à savoir : (1) ReNASeR : Réseau National des Associations de la sécurité Routière, (2) ReJASeR : Réseau de Journalistes et Animateurs de la Sécurité Routière et (3) REPASER : Réseau des Partenaires pour la Sécurité Routière. Selon un responsable, « l’objectif de ce réseautage est de faire face efficacement aux activités de la décennie mondiale pour la sécurité routière 2011-2020 » (Responsable ReNASeR-31-07-18). Mais on observe une répartition inégale de ces acteurs sur l’étendue du territoire. Le Bénin est administrativement subdivisé en 12 départements, mais seulement quatre d’entre eux (Atlantique, Littoral et Ouémé au sud et Borgou au nord) concentrent la majorité des ONGs et associations. Elles sont implantées dans les villes de Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo et Parakou. Numériquement sous représentées au Nord, elles sont concentrées à Cotonou, la ville métropole qui compte une vingtaine d’ONGs spécialisées.

Les motivations relatives à la création de ces structures varient d’un acteur à l’autre et se structurent autour d’événements marquants pour les initiateurs. Un responsable d’ONG rapporte :

« J’ai été choqué par le décès de mon collaborateur. Il a eu un accident et on l’a trainé à l’hôpital et il est décédé. Mais c’est le décès de la fille du Ministre de l’agriculture, monsieur Sogbossi qui a déclenché ce qu’on appelle Alinangnon. Il était venu me voir quand j’étais encore à la banque et m’a raconté le décès de sa fille dans un accident. Je suis resté malade durant trois jours. Le troisième jour la seule solution que j’ai trouvée c’est de créer une ONG. J’ai regardé au niveau de l’Etat, j’ai regardé partout c’est comme le si terrain est vide, il n’y avait personne pour se sacrifier pour les autres. C’est ainsi que j’ai dit désormais alilɛ ᶑona nyᴐ [alilɛ =les routes ; ᶑona=doivent être ; nyᴐ=bonne] d’où Alinangnon. J’ai créé l’ONG sous le choc. J’ai vu le papa et fin mars 2009 j’ai créé l’ONG » (Responsable Alinagnon-08-08-18).

Si pour certains, le choc psychologique vécu et l’esprit de sacrifice sont déterminants dans la création d’une association de type ONG, pour d’autres il s’agit d’une simple réplique d’initiatives observées dans la sous-région, une simple imitation. Ces deux contextes favorisent la concurrence et les conflits de leadership entre les acteurs ; ce qui a pour conséquence l’effacement et la discrétion des uns au profit de la visibilité des autres.

Diverses mobilisations et actions de prévention la société civile 

Éducation routière dans les écoles

Les associations observées œuvrent spécifiquement dans la prévention des accidents. Une composante essentielle de leurs activités concerne l’éducation à la sécurité routière, la sensibilisation et la communication pour un changement de comportements. Mais comment fait-on de l’éducation routière dans un contexte où celle-ci n’est pas intégrée aux curricula de formation à l’école ? Suivant quelles approches et pour quels effets ? A ce propos, trois ONGs –Alinagnon, Éducation Routière en Milieu Scolaire et Intervention Rapide (ERMIS IntRa) et Young and Developpement (YAD ONG) – développent une approche basée sur des « espaces d’éducation routière » animés par des « Clubs de sécurité routière ». À travers ces « Clubs de sécurité routière » implantés dans les villes et quartiers de ville, les associations arrivent à atteindre les écoliers, les adolescents et jeunes des lycées, collèges et universités. Cette approche vise à : (1) faciliter l’auto-éducation des jeunes en matière de sécurité routière, (2) favoriser une circulation routière sûre et (3) faire l’expérience de la prise de responsabilité. Ces trois dimensions de l’approche sont interconnectées et permettent de former des citoyens d’un type nouveau, car rappelle un responsable d’ONG, « chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne ». Cette approche, autrefois singulière, tend à se généraliser au sein des OSC. Avec la création des « Ambassadeurs de la sécurité routière » et des « Relais sécurité routière », les écoles, lycées et collèges et universités sont pourvus d’interlocuteurs directs, des pairs pour mieux vulgariser le code de la route et les règles de comportements favorables en circulation. Il s’agit d’une cible capable de mieux comprendre les enjeux sous-jacents à la sécurité routière. Ainsi, l’école, le lieu par excellence où l’on « allume l’esprit » des enfants devient le « sanctuaire » où les valeurs de la sécurité routière sont inculquées aux apprenants. Il ne serait pas prétentieux de parler à la fois d’innovations et de nouvelles formes d’engagement des OSC dans cette arène.

Communications et sensibilisations à travers les médias

Les acteurs s’investissent dans l’animation d’émission radio et débats télévisés, la publication de magazines et quelques actions de terrain. Sur l’Office de Radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB), une chronique intitulée « Sur nos routes » est consacrée à l’information et à la vulgarisation du code de la route. Elle est animée par un promoteur d’auto-école et diffusée tous les jeudis sur l’émission télévisée 5/7 Matin. À la radio, tous les samedis de 11h15mn à 11h55mn, une émission ayant le même titre est dédiée à la sensibilisation aux comportements à risque et à l’éducation routière. Des élèves des lycées et collèges, accompagnés de leurs directeurs et des ONGs y participent activement. De nombreuses autres émissions se déroulent sur les radios communautaires. 

Dans la catégorie presse écrite, on dénombre deux magazines « La voix du routier » et « Bénin Auto ». Le premier, une initiative du ReJASeR, publie les informations relatives à la sécurité routière et au développement des transports au Bénin. Le second est un magazine en ligne diffusé par l’Automobile Club du Bénin et exclusivement réservé au transport, à la sécurité routière et au sport mécanique. Les interventions ne sont pas que médiatiques. Elles sont renforcées par des descentes périodiques sur le terrain pour des sensibilisations de proximité. C’est le cas du « projet 10 minuties pour sauver une vie » mené conjointement par le ReJASeR et les techniciens du CNSR. Pour les initiateurs, il s’agit de « faire des Responsables de structures : Ministres ou Directeurs, des « Ambassadeurs de la sécurité routière » au niveau des services de l’État » (Responsable ReJASeR, 02 08 2018). En ce qui concerne les médias sociaux, deux forums WhatsApp « La route se partage » et « Sécurité routière ODD » sont créés et regroupent les acteurs clés du secteur. Ils constituent des creusets d’échanges et de débats sur les orientations stratégiques en matière de sécurité routière en focalisant l’attention sur les cibles 3.6 et 11.2 des ODD.

Manifestions nationales et internationales 

L’implication des associations a véritablement pris son envol après la proclamation de la décennie d’action pour la sécurité routière. Elle coïncide avec la période du « seuil critique » définie par l’État béninois en 2000 où les accidents de la route ont fait plus de 5000 victimes et environ 700 décès. Au cours des célébrations nationales (fête de l’indépendance, pèlerinage marial à Dassa, fête de l’igname du 15 août à Savalou et les fêtes de fin d’année), les pouvoirs publics et la société organisent conjointement des activités de sensibilisation grand public auprès des usagers de la route. 

Plusieurs célébrations internationales et régionales ont régulièrement des échos au Bénin, notamment à travers l’organisation des caravanes et des séances de sensibilisation conjointement animées par les trois réseaux (ReNASeR, RePASeR et ReJASeR). Il s’agit de la « Semaine internationale de la courtoisie au volant », la « journée mondiale du souvenir des victimes d’accident de la circulation » commémorée chaque troisième dimanche du mois de novembre conformément à la Résolutions des Nations Unies en date du 2 mars 2010, la « Journée africaine de la sécurité routière » décrétée par le Conseil Exécutif de l’Union Africaine tenue en janvier 2012 à Addis-Abeba. Le thème retenu en 2017 pour la journée mondiale du souvenir est : « Réduire d’ici 2020 à 50% les Victimes d’accident de la Route ». À ce propos, les OSC ont initié en partenariat avec le CNSR, la formation et l’équipement des guides à la traversée de la route devant les écoles.

Vulgarisation des résultats de recherche

En l’absence d’un cadre formel d’action ou d’une stratégie nationale pour la sécurité routière, les initiatives de la société civile s’apparentent à une « externalisation » de l’action de l’État. Il s’agit d’une démarche de « faire faire ». Dans le cadre de la sécurité routière, c’est à travers des appels à projet que le CNSR délègue une partie de ses missions à des acteurs associatifs appelés « partenaires extérieurs ». Elle se formalise par la signature d’un contrat d’objectifs et la remise de chèque aux lauréats. Le Directeur du CNSR déclare dans un reportage :

« Je vous remets ce contrat d’objectifs et pour vous rassurer que le CNSR ne ménagera aucun effort pour vous accompagner dans l’atteinte de vos objectifs. Et vous remettre ce chèque de façon symbolique parce que vous avez fait partie des lauréats (…). Vous auriez à organiser non seulement des activités prédéfinies, mais des activités encadrées par les responsables du CNSR, vous serez amenées à produire des rapports mensuels. Vous serez amenées à conserver ces documents de gestions » (Reportage de Orbite TV sur la Cérémonie de remise de chèque aux OSC lauréates des micro-projets en mars 2019, 03-10-2019).

En effet, en octobre 2019, neuf organisations de la société civile ont bénéficié des fonds d’une valeur de 770.000 FCFA pour la réalisation de micro-projets. Il s’agit de promouvoir la vulgarisation, la diffusion et la médiatisation des résultats d’une recherche intitulée « Étude Épidémiologique du handicap post accident de la voie publique et des mécanismes sociaux de réponse dans les villes de Cotonou et d’Abomey-Calavi », qui a été menée par l’Institut Régional de Santé Publique de Ouidah. Le 12 décembre 2019, certaines OSC se sont initiées en technique de communication pour l’élaboration de projets, dans le cadre d’une formation qui s’est déroulée dans les locaux de Octavic Bénin. L’objectif est d’élaborer des projets accrocheurs. N’ayant seulement qu’une dizaine d’années d’existence, on pourrait affirmer que ces OSC sont dans un processus « d’apprentissage », ce qui justifie leur relative autonomie dans l’action.     

Élaboration de la politique de sécurité routière

L’élaboration de la politique de sécurité routière fait intervenir une multiplicité d’acteurs. Il y a les acteurs institutionnels représentés par les responsables du Centre National de Sécurité Routière (CNSR), les intervenants de proximité que sont les OSC, les partenaires (Handicap International, Banque Mondiale) et les experts. Cette cause commune a fait émerger des espaces de discussions, des micro-dispositifs où la collaboration entre ces acteurs s’établit et se renforce et où les enjeux de la politique sont débattus. Il s’agit de dispositifs spéciaux tels que les ateliers d’échange, les commissions et les tables rondes auxquels les acteurs les plus visibles participent. Ils prennent part aux débats au sein de ces espaces et partagent leurs expériences en tant qu’intervenants de proximité. Ils ont aussi participé à deux colloques sur la sécurité routière en 2019 et 2020 à Cotonou.

La sécurité routière est incontestablement devenue un objet public qui a un écho important dans la société, en milieu urbain en tout cas. L’impulsion internationale décisive est intervenue alors que les questions traditionnelles de développement et de santé publique et la première génération des OSC cédaient un peu de leur monopole. Cette thématique a été rapidement relayée à travers la constitution de nouveaux types d’associations et de partenariats nouveaux avec les pouvoirs publics, les organismes publics nationaux de recherche et de santé et des organismes internationaux. Dans une telle arène en formation, la production et la reconnaissance de compétences (expertise) et de légitimité est essentielle pour les acteurs. Elle s’articule avec la question de leur l’autonomie, voire de leur identité. Le champ des référentiels était ouvert au départ. Entre les traditionnelles associations de loisirs (automobiles clubs), les associations d’usagers, les associations de victimes, les groupements d’intérêt, ou groupements professionnels (police, santé), les initiatives issues des institutions publiques (écoles) et bien entendu les agences publiques spécialisées elles-mêmes ou les ONG traditionnelles « tout-terrain », les acteurs-entrepreneurs en sécurité routière pouvaient jouer dans des gammes et registres variés. 

Depuis 2010, les actions en matière de sécurité routière au Bénin n’ont pas été le fruit d’une politique imposée par des agences internationales, par une politique publique top-down ou par un collège d’experts existant à priori. Ces actions ont scandé le processus ouvert de constitution d’une arène inédite autour d’enjeux et de compétences qui prenaient forme « en direct » et contribuaient à dessiner une nouvelle scène de l’action publique et du devoir de l’État. Il s’agit d’actions fragmentaires autour desquelles les associations se sont montrées très créatives. Ces associations ont pour tâche de « souligner l’existence d’un problème, de faire naître un besoin, de créer une demande, de provoquer un changement d’attitude face à un problème (…) » (Poncelet et al., 2006, p. 117). Leur renouvellement depuis une quinzaine d’années (après la première vague de succès international des OSC en matière de développement et de plaidoyer) traduit l’existence de dynamiques et d’espaces nouveaux dans lesquelles elles sont in fine constituées. 

Une récente contribution sur l’espace associatif en sécurité routière en France a montré que les associations ont eu une influence importante sur le succès de la politique nationale et locale de la sécurité routière. Elles constituent même « une force militante et imaginative de propositions pour améliorer les lois et les règlementations (…) pour une meilleure sécurité des déplacements » (Lebas et al., 2018, p. 130). Au Bénin, nous n’en sommes pas encore à cette étape de proposition de lois, mais à celle de formulation de la politique de sécurité routière. Ainsi, on ne peut sous-estimer les progrès observés en termes de mobilisation sociale, d’engagement et de représentations d’intérêts sociaux d’envergure, notamment aux cotés des écoliers, dans la presse, sur le terrain et dans les lieux de débat. Au regard de ces résultats, l’idée selon laquelle leur trop grande spécialisation dans les sensibilisations et le lobbying les conforte dans un rôle consultatif et exécutif (Poncelet et al., 2006, p. 165), est à nuancer. Il convient de les situer dans une démarche de « co-production » et de « co-construction » de l’action publique » (Vaillancourt, 2015).  

Historiquement, politiquement et socialement enracinés dans le domaine du développement, notamment celui de la « cogestion des politiques de développement » (Poncelet & Pirotte, 2007, p. 1314), ces acteurs sont devenus presque incontournables dans la formulation et la mise en œuvre de l’action publique. Ils tiennent cette légitimité de l’accord de Cotonou qui, dans son article 7, stipule que la contribution des OSC au développement nécessite la mise en place « des mécanismes pour impliquer ces organisations dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des stratégies et programmes de développement » (Commission européenne, 2014, p. 21). Ce nouveau paradigme s’appuie sur trois concepts importants que sont : l’implication, la coopération et la participation, qui, selon nous, constituent des formes d’ « engagement » de la société civile rarement interrogées par les sociologues qui s’intéressent à l’action publique en sécurité routière, celle-ci n’étant pas seulement un problème politique, mais une réalité qui concerne tout citoyen. 

La « coopération » se situe aux frontières de la formulation de l’action et de sa mise en œuvre : elle crée un « espace commun d’action ». La « participation » à travers l’exécution d’actions préalablement définies par les responsables en charge de la sécurité routière renvoie à une relation de prestation. Cette relation de prestation et son projet managérial correspond à une « externalisation de l’action publique », quoi que cela se situe à un niveau microsocial ou communautaire. Mais l’exécution se fait conjointement avec les spécialistes de l’institution publique, ce qui rend floues les frontières entre l’externalisation et la co-production de l’action publique. En dépit des reproches qu’on peut faire à propos de ce mode de fonctionnement, il ressort que la démarche met en évidence la dimension pragmatique de l’action publique. 

Bibliographie : 

Commission européenne. (2014). L’accord de Cotonou Signé à Cotonou le 23 juin 2000 Révisé à Luxembourg le 25 juin 2005 Révisé à Ouagadougou le 22 juin 2010 et le cadre financier pluriannuel 2014-2020 (p. 228). Office des publications de l’Union européenne. Consulté sur https://doi.org/10.2841/45066 

Gaymard, S., & Tiplica, T. (2017). Sécurité́ routière : État des lieux et initiatives dans le monde Paris, L’Harmattan.

Lascoumes, P., & Le Galès, P. (2018). Sociologie de l’action publique. Paris, Armand Colin.

Lebas, Y., Mazo, M., Perret, P., Steinhart, F., & Thiberge, B. (2018). Mobiliser les énergies, mobiliser les territoires. La politique locale de sécurité routière de 1982 à 2008, Paris, L’Harmattan.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement : Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, Karthala, Marseille, APAD. 

Paraïso, M., Glèlè-Ahanhanzo, Y., Kpozèhouen, A., Makoutodé, P., Levèque, A., & Ouendo, E.-M. (2018). Handicaps post-accident de la voie publique et mécanismes sociaux de réponses : Cas des villes de Cotonou et Abomey-Calavi. Université d’Abomey-Calavi, URM/IRSP.

Poncelet, M., & Pirotte, G. (2007). L’invention africaine des sociétés civiles : Déni théorique, figure imposée, prolifération empirique. Mondes en Développement, 35(3). Consulté sur https://doi.org/10.3917/med.139.0009 

Poncelet, M., Pirotte, G., Tangherlin, G., & Sindayihebura, E. (2006). Les ONG en villes africaines Études de cas de Cotonou (Bénin) et à Lubumbashi (RDC). Louvain-la Neuve, Academia Bruylant.

Vaillancourt, Y. (2015). Chapitre 1 : La co-construction des politiques publiques. In J.-L. Laville & A. Salmon (Éds.), Associations et action publique. Desclée de Brouwer, p. 421–460).



Catégories
Thème 1 : Engagements

Peut-on encore parler d’engagement du roman francophone d’Afrique ?

Par Bernard Bienvenu Nankeu

Bernard Bienvenu Nankeu est auteur d’une quinzaine d’articles et de deux ouvrages en collaboration, et enseignant-chercheur en Littératures francophones au sein du département de Langue et Littérature Françaises de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humains de l’Université de Maroua au Cameroun. 

Introduction

La première vague des romanciers africains est tantôt anti-impérialiste, tantôt tournée vers un mouvement collectif d’affirmation identitaire contre une colonisation assimilationniste. La deuxième vague, au lendemain de la « décolonisation », incrimine les dictatures postindépendances qui ont succédé aux colonisateurs. Mais à l’aurore des années 1980, il y aurait une nouvelle génération qui dirait vouloir s’affranchir des carcans du militantisme qui ont jusque-là été comme une sorte d’option scripturale prescrite par leurs aînés ; au point où l’on se demande s’il est encore d’actualité de « parler d’engament » à propos du roman francophone d’Afrique. D’ailleurs, selon Mabanckou (2016 : 308), une des figures de cette nouvelle génération, il est désormais question « des écritures libres de tout clan, de toute surenchère et qui n’ont pour seul postulat que l’expérience individuelle ». En effet, du fait de l’immigration des auteurs, de la double identité de certains, des origines plus ou moins éloignées des autres par rapport à l’Afrique, de l’expérience des multiples déplacements dans l’espace occidental, la littérature de cette catégorie d’écrivains serait solipsiste, dépolitisée, orientée vers la migration et les problématiques identitaires. Malgré ce choix tendanciel des remplaçants de Césaire, de Mongo Beti, etc., force est d’admettre qu’on n’en a pas fini avec les romans en faveur d’une cause en Afrique francophone. Aux yeux de certaines plumes de l’heure, écrivant depuis l’espace occidental, l’engagement des littérateurs du Sud reste et demeure une urgence. En sorte que Nganang (2007) parle d’une « écriture préemptive », laquelle préconise un style de productions qui contribue à la réduction et à la prévention effectives des calamités et des tragédies en Afrique. Dès lors, quels sont les nouveaux auteurs engagés de l’Afrique franco-subsaharienne ? Plus précisément quel(le)s sont les auteur(e)s africain(e)s contemporain(e)s dont le(s) texte(s) font l’actualité de l’engagement ? Contre quoi ce(s) texte(s) s’insurge(n)-t-il(s) ? La présente communication est une lecture postcoloniale de quatre romans franco-africains dans la perspective de leur articulation sociopolitique. Ainsi, à partir de Temps de chien (Patrice Nganang, 2003), Petroleum (Bessora, 2004), Voici le dernier jour du monde (Gaston-Paul Effa, 2005) et Rouge impératrice (Léonora Miano, 2019), nous montrons que le principe de l’écriture militante n’est pas passé de mode chez les Africains comme une certaine lecture actuelle le laisse croire. À l’analyse des textes sus-énumérés, on note des convergences postcoloniales sur le plan scénographique et thématique, qui en font des romans dotés d’une teneur sociale et politique certaine qui, loin d’être en rupture avec les aînés d’hier, s’inscrivent plutôt dans une certaine continuité. 

 

Les enfants de la postcolonie certes, mais aussi soucieux du devenir du « homeland » 

Dans la périodisation des littératures de langue française de l’Afrique subsaharienne en particulier, une certaine approche voit, datant cela à partir des deux dernières décennies du 20e siècle, une orientation nouvelle. Celle-ci se distancerait complètement de l’anticolonialisme et les contre-dictatures postindépendance de Mongo Beti par exemple, ou la négritude de Césaire et compagnie. Les théoriciens, les critiques, les avis (Waberi (1998), Bennetta (1998), Cazenave (2003), Chevrier (2006)), présentent les nouveaux visages des littératures d’Afrique comme écrivains, écoliers ou défenseurs des courants inscrits dans les nouvelles logiques nomades et cosmopolites. Ils les disent contre la négritude, les philosophies nationalistes, les prises de position sociopolitiques. « Écrivains voyageurs », « Migrant writers », « Écritures vagabondes », « Migritude », « Migrance », « Diversalité » ou « Diversaliture », « Identité rhizomatique », etc., tels sont entre autres, en effet, les nombreux aspects tant étudiés de ces littératures qui, du reste, ne manquent pas de pertinence.

Cependant, quoique la jeune génération d’écrivains africains actuels se démarque des anciens, les analyses exclusives axées sur cette différence d’avec les aînés font parfois ombrage sur l’ancrage national et le référent politique ou idéologique des auteurs africains de l’heure. Les lettres négropolitaines contemporaines ne sont pas seulement des confessions des êtres vivants dans l’errance, des narrations de soi-même (identitairement parlement), elles sont aussi des cris d’appartenance à une terre vis-à-vis de laquelle le sentiment de désolation consécutif au visage de décrépitude qu’elle affiche, donne l’impression d’un rejet, d’un élan de désappartenance. La migritude est un avatar de la négritude. 

En effet, le roman africain contemporain d’expression française est d’autant plus engagé qu’il est produit dans un contexte mondial de révoltes démocratiques ; de brutalisme et des politiques de l’inimitié (Mbembe, 2016 et 2020) ; de reconfigurations géostratégique, économique et politique, de problématiques postcoloniales, écologiques, démographiques et migratoires qui font émerger, (re)construire de nouveaux discours à propos du continent. Au-delà des problématiques plus ou moins stéréotypées de catastrophes, de maladies, de famine, de guerre et d’instabilité sociopolitique, l’Afrique connait une montée en puissance. Le continent est désormais perçu comme le territoire de l’avenir de l’humanité sur un certain nombre de plans. Pour Mbembe et Felwine Sarr (2017), en ce début de siècle, l’Afrique apparaît comme l’un des théâtres principaux où se jouera l’avenir de la planète. Pour ses habitants et ses diasporas – tous ceux qui pendant longtemps ont été pris dans les rets du regard conquérant d’autrui –, le moment est propice pour relancer le projet d’une pensée critique, confiante en sa propre parole, capable d’anticiper et de créer des chemins nouveaux à la mesure des défis de notre époque. 

Si les années 1980 semblent marquer une rupture, celle-ci est moins une rupture de fond que de forme. Aux nationalismes et à la quête de l’authenticité africaine ont peut-être succédé le cosmopolitisme, l’hybridité et les utopies collectives ; aux affirmations de négritude a succédé l’afropéanisme ; le romantisme des idéaux a été remplacé par le réalisme ou les réalités du quotidien et toutes sortes de mutations en cours, le héros n’incarne plus les valeurs collectives, mais figure un type d’individu aux prises avec l’urgence de la survie, les écueils à la liberté et au privé, etc. C’est cette continuité, bien que sous d’autres visages, d’une écriture africaine au référent politique et social qui sous-tend l’ambition qui est la nôtre. Les littératures africaines (de langue française) n’ont pas véritablement cessé d’être aussi le lieu où se pense et se représente l’Afrique dans ses réalités, ses mutations, ses préoccupations, ses enjeux, ses aspirations, son devenir, sa relation au monde, etc. L’Afrique en devenir est aussi celle de ses écrivain(e)s et leurs textes. Les politiques (d’émergence) et les philosophies nouvelles, les changements ou les évolutions sociales ou les révoltes et les contestations qui sont les siennes se retrouvent également au cœur de sa littérature ou nourrissent cette dernière. Ainsi en est-il de Temps de chien de Nganang, Voici le dernier jour du monde d’Effa, Petroleum de Bessora et Rouge impératrice de Manio, qui sont résolument des romans postcoloniaux au sens sociopolitique du terme.

Des romans postcoloniaux : romans des révoltes et des utopies

Dans la lignée des précurseurs tels que Césaire, Fanon, Memmi et des théoriciens d’autorité intellectuelle de la discipline à l’instar de Gayatri, Bahbha, Saïd et accessoirement Mbembe, le postcolonialisme est un courant de pensée qui vise, pour les peuples décolonisés, à renverser le système de valeurs coloniales lequel suppose la supériorité du conquérant et dans lequel ils étaient définis comme étant inférieurs. Le mouvement est ainsi fondamentalement historique, politique, social et culturel. Il s’étend à toutes les disciplines des sciences sociales. En littérature, celle issue des territoires dits décolonisés, il s’intéresse à l’enracinement historique et social des œuvres. À cet effet, la critique postcoloniale « s’interroge sur les relations des textes à leur environnement socioculturel, étudie la pluralité linguistique qui les caractérise pour en identifier les formes littéraires et se concentre sur le dispositif poétique (la scénographie) qui articule l’œuvre au contexte dont elle surgit » (Moura, 1999 : 3). 

La littérature tient un discours sur le monde. C’est un fait. Elle le fait de manière symbolique et par des procédés qui lui sont spécifiques. En sorte que pour Maingueneau, « le texte, c’est la gestion même de son contexte » (1993 : 24). Il s’agit plus simplement de la situation d’énonciation de l’œuvre non pas au sens linguistique du terme, mais de l’environnement socioculturel que le texte fait voir, envisage, suppose ou présuppose. La construction du contexte supposé se fait au travers d’indices qui inscrivent le texte dans une relation particulière avec un milieu donné. On parle alors de scénographie par laquelle « l’œuvre définit les statuts d’énonciateur et de coénonciateur, l’espace et le temps à partir desquels se développe l’énonciation qu’elle suppose. [elle] confère à l’œuvre son cadre pragmatique. Elle est un dispositif qui permet d’articuler l’œuvre sur ce dont elle surgit : vie de l’auteur, société, culture […] » (Moura, 1999 : 109-110). 

Étant entendu que toute étude de poétique postcoloniale, comme la prescrite Moura, se concentre sur la situation d’énonciation que s’assigne l’œuvre elle-même, on constate que le contexte énonciatif peut se décliner à travers cinq éléments majeurs : l’auteur, le public, l’espace, le temps et la société (de référence). 

Camerounais de naissance et vivant aux États-Unis, toute l’œuvre de Nganang s’inscrit dans une dialectique ou une logique dialogale entre l’auteur, le Cameroun et les Camerounais. L’écrivain est un auteur révolté au sens camusien du terme. C’est dire qu’il se fait la voix des victimes, solidaire de la masse des Camerounais opprimés par le néocolonialisme, la dictature, les crises et les tensions sociopolitiques. Marchant presque sur les pas de son ainé Mongo Beti dont on connait les prises de position pour une Afrique entièrement décolonisée et affranchie des systèmes dictatoriaux, sa plume se caractérise par un style va-t-en-guerre, une conception de l’écriture comme principe dissident, révolutionnaire et préventive. Aussi remarque-t-on à la lecture de Temps de chien, que le roman prend forme au cœur d’un espace-temps réel, à savoir le Cameroun, plus précisément sa capitale Yaoundé, et les crises sociopolitiques depuis le tournant des années 90. Ce décor réaliste ou plus poétiquement, ce cadre contextuel suggéré, le récit met en scène Mboudjak, un chien humano-rationnel (il parle, interroge, analyse, observe et philosophe) qui, depuis les dessous des tables du bar de son maitre, juge et apprécie le quotidien des habitants de Madagascar, un sous-quartier de Yaoundé. Au fil de la narration, la métaphore du canidé philosophe, penseur et observateur, se transforme idéologiquement en un procès sans ambages de la gouvernance de Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982. Lui et son gouvernement sont accusés de « foutre le pays en l’air » (Nganang, 2007 : 248). Du coup, le lecteur croit vivre dans l’espace fictionnel, un régime assigné en justice pour malversation, corruption, paupérisation, précarité, économie de la débrouillardise et la myriade de ses activités informelles, chômage massif, dérives autoritaires, brutalité et violence policières, répression, climat social délétère et déliquescent, bref une situation sociale et politique explosive. Le chien narrateur parle des favelas à la camerounaise – les espaces dits urbains du pays n’étant à bien voir que des bidonvilles où la misère ambiante contraste avec quelques édifices et pâtés de maisons résidentiels clairsemés çà et là – où des hommes et des femmes se débrouillent tant bien que mal « pour s’arracher des miasmes de la misère » (Nganang, 2007 : 46). Massa Yo, propriétaire du chien, est le tenancier d’un bar envahi à la nuit tombée par une populace qui étouffe sous les coups de « la crise mortelle qui frappe le pays » (Nganang, 2007 : 59). La charge contre le système de prévarication se résume à l’un de ces propos d’un protagoniste : « Si je n’ai pas de pension de retraite aujourd’hui, n’est-ce, c’est parce que les Mbiya ont volé mon argent et sont allés le garder en Suisse ? » (Nganang, 2007 : 118). 

L’œuvre se clore sur un mouvement de révolte populaire pour exiger le départ du système : « Je sentais l’avenir soudain défier le présent, et plusieurs fois une phrase identique explosait devant les portes : “Carton rouge à Paul Biya !” Une phrase mille fois, dix mille fois, un million de fois, oui, douze millions de fois répétées. Une récalcitrante devant l’assaut rampant de la mort, une phrase-marteau des rues bruyantes : “BIYA MUST GO !” » (Nganang, 2007 : 364-65). 

C’est également dans un décor réaliste que se déroule Voici le dernier jour du monde de Gaston-Paul Effa, un récit qui, à la manière d’un Césaire révolté devant les décombres du pays natal, pointe le doigt sur l’image désastreuse du Cameroun en particulier et de l’Afrique en général. Le roman porte sur l’histoire d’un écrivain qui, après avoir passé vingt et un ans en exil, décide de rentrer dans son pays d’origine pour se ressourcer. La découverte d’une réalité désespérante le renvoie incessamment à ses propres références culturelles. Du coup, la description de cette réalité donne lieu au « croisement […] d’énoncés pris à d’autres textes » (Kristeva, citée Samoyault, 2001 : 9). Le roman présente alors une texture médiagénique. Car, en son sein sont transposés des fragments, des énoncés antérieurs ou contemporains pris à d’autres domaines d’expression dont la littérature elle-même. L’entrelacs de ces médias crée un continuum entre l’évocation de ceux-ci et l’expression de la désolation dans laquelle seraient plongés le Cameroun et l’Afrique. Le pays imaginaire de Bakassi où se déroule l’action rappelle la presqu’île camerounaise du même nom. Elle se trouve à l’une des frontières entre le Cameroun et le Nigéria. En plus, le récit commence avec le voyage de retour du narrateur qui atterrit à l’aéroport de Tomalen. Ce nom est un paronyme de Nsimalen, le site de l’aéroport international de Yaoundé, capitale politique du Cameroun. Toutefois, nombreuses sont les impressions du narrateur sur les réalités complexes de l’Afrique. Le roman est donc un regard porté sur le Cameroun, mais qui s’étend à l’Afrique entière.

L’image de malheur qu’Effa donne du Cameroun et du continent africain s’annonce dès le titre de son roman. L’énoncé par lequel se désigne l’œuvre réfère manifestement au mythe de l’Apocalypse pour décrire un pays et un continent aux prises avec de multiples catastrophes. Si le mythe de l’Apocalypse est un livre du Nouveau Testament annonçant la fin des temps et le jugement dernier, c’est davantage son étymologie qui est pertinente ici. Le mot apocalypse vient du verbe grec apocaluptein qui signifie « retirer le voile » ; une apocalypse est une « révélation ». Pris dans le sens littéraire, il signifie dénonciation, dévoilement. Il s’accorde avec le principe de l’engagement. Gaston-Paul Effa voudrait donc se mettre au service de ces Camerounais et de ces Africains qui subissent l’histoire. Il est un écrivain engagé qui sait que la parole est action, et que dévoiler les choses c’est vouloir les transformer. Voilà pourquoi son héros déclare « …j’allais écrire […] la destinée de tout un continent qui, depuis toujours demandait à être exorcisé et délivré » (Effa, 2005 : 53). Par conséquent, en guise de vocation, « les écrivains ouvrent les cercueils et comptent les cadavres » (Effa, 2005 : 110). Voici le dernier jour du monde est « le roman de l’Afrique… » (Effa, 2005 : 189). Raison pour laquelle il est imprégné d’auteurs qui se sont penchés sur la condition humaine : Zola, Céline, Voltaire, Hugo, Dante, Césaire, etc. Ceux-ci ont, en leurs temps, manifesté un intérêt pour l’humanité dans ses crises. À travers son narrateur, l’écrivain les cite comme des références et marche sur leurs pas pour révéler une Afrique en désolation permanente et générale : « des ethnies qui s’entretuent, Hutus, Tutsis, au Rwanda ; des frères qui sacrifient leur pays au pouvoir, Sassou Nguesso, Lissouba, au Congo ; le conflit du Darfour au Soudan ; la prolifération du sida, du paludisme […], la corruption, la dévaluation du franc C.F.A » (Effa, 2005 : 8). Cette révélation peut se lire comme le rêve de voir émerger une autre Afrique plus forte, plus humaine, plus stable et plus sécurisée. 

Similairement à Temps de chien, Voici le dernier jour du monde, Petroleum de Bessora relève également de la « narration post-coloniale ». Il s’agit d’une écriture qui, à l’instar de beaucoup d’autres produits en postcolonie, obéit aux principes du roman postcolonial
qui opte pour le réveil des êtres vivants « aux marges de l’histoire » ; ceux exclus
de toute dynamique sociale, privés d’identité et réduits à la subordination par
les groupes sociaux hégémoniques et dominants (Spivak, 2007 : 41-58). Petroleum est alors un roman à la tonalité engagée et caustique, qui se fonde sur un régime de référentialité réaliste. Véritable « pétro-polar », ce roman déroule de manière originale l’histoire pétrolière du Gabon : il est une enquête policière, politique et géologique qui explore tout à la fois les dessous de la terre et ceux de l’entreprise Elf-Gabon. Toute l’œuvre peut être lue comme une histoire de l’exploitation des richesses naturelles du Gabon, en particulier du pétrole. Ce qui donne lieu au développement des thèmes socio-environnementaux fondamentaux, comme la déforestation, la (non) gestion des déchets, la pollution, le racisme institutionnel, le paternalisme, la marchandisation à outrance du territoire et de ses ressources ou la brutalité du colonialisme. Ils sont traités sur un même plan, le texte abordant de front les problématiques politique, économique ou sociale et leur pendant écologique. 

Comme le souligne Mabanckou (2016), avec Petroleum, Bessora assoit définitivement sa réputation d’artiste préoccupée par un monde dont elle voudrait corriger les aspérités. Dans ce quatrième roman, l’auteure pointe du doigt les pratiques ténébreuses en cours au Gabon où les dirigeants autocratiques se partagent le gâteau des hydrocarbures avec certaines compagnies françaises au détriment du peuple plongé dans le dénuement extrême. Et selon Magnima (2016), le récit de Bessora rend compte d’une mémoire officielle qui se situe à l’époque coloniale, et se réfère essentiellement aux premières prospections géologiques, et par la suite à l’extraction des premiers puits pétroliers du Gabon. Le texte s’attache à décrire l’action des premiers géologues qui se sont installés au Gabon en 1928, avant de s’intéresser au forage d’Elf à Madiéla en 1934. L’écriture passe donc en revue l’évolution de la société Elf-Gabon, au gré de ses nombreux forages, jusqu’au début du vingt-et-unième siècle : « Les premiers géologues arrivent en 1928. / Ils plantent leurs tentes dans la tourbe insulaire et fertile de Ninghe Sika au beau milieu de la lagune des Fernan Vaz. Sous leurs gros sabots coule l’huile de pierre. Cette vieille roche liquide et noire migre en silence sous la terre depuis des millions d’années. / En 1928, la battue commence. / Ordre du gouverneur général d’Afrique-Equatoriale française. Pisteurs, porteurs, casseurs et charpentiers arpentent les rivières pour le compte de la République, sous le commandement de géologues venus de France et de Russie. Ils Ils ne marchent là où personne n’est jamais passé. Du moins le croient-ils. Ils montent. Ils descendent. Ils boivent de la vodka. Ils franchissent des cours d’eau fraîche et transparente. Ils boivent du Ricard. Ils ramassent des cailloux. Ils prennent des notes. Ils dessinent des cartes… Le pisteur s’appelle Zéphyrin. / Il guide les explorateurs dans la brousse. Il sait bien qu’il dérange les esprits de la forêt … il sait bien qu’il faudrait demander l’autorisation aux arbres et aux poissons. Leur dire s’il vous plaît. Merci… Leur donner un peu de kaolin ou d’isémo pour excuser du dérangement. Mais comment expliquer la politesse aux géologues ?… (Bessora, 2004 : 60-61) ».   

Tandis que Patrice Nganang, Gaston-Paul Effa et Bessora s’indignent de l’état des sociétés africaines du fait des crises et exploitations diverses, Léonora Miano, au-delà de la satire ou de la dénonciation pour un mieux-être, suggère dans son dernier roman en date, Rouge impératrice, un changement de paradigme géopolitique pour l’ensemble du continent. La postcolonialité de son roman repose manifestement sur une utopie attachée à l’idéologie panafricaniste. L’œuvre relevant de ce fait d’un « « rêve de l’unité » […] voulant concilier des univers symboliques différents » (Moura, 1999 : 138). Philippe Hamon y verrait un exemple illustratif de sa théorie des textes à l’« effet-idéologie » (1984 : 6). D’ailleurs une citation de Kwame Nkrumah – chante du panafricanisme qui voyait dans l’unité africaine une véritable fusion permettant à l’Afrique de devenir l’une des plus grandes forces du monde –sert d’épigraphe au récit. En prenant pour inscription liminaire de sa fiction ces mots du père de l’indépendance ghanéenne, « We face neither East nor West: we face forward », Miano inscrit son roman dans la catégorie des discours imprégnés de panafricanisme. Sous fond d’une histoire d’amour entre un puissant chef d’État pacificateur et une descendante d’un Occident déclinant, voire décadent – avec une forte communauté réfugiée en Afrique et en proie à une crise identitaire –, le récit fait voir un peuple africain affranchi de tous les liens et accords (néocolonialistes) avec les chancelleries et les institutions étrangères (Miano, 2019 : 155); uni à tous les coups, occupant un vaste territoire (Miano, 2019 : 151) sous l’administration d’un gouvernement conscient des enjeux de l’unité retrouvée : prospérité, stabilité et sécurité (Miano, 2019 : 152). C’est une vaste fresque politique présentant sous le nom de « Katiopa unifié » (Miano, 2019 : 123), une nouvelle Afrique harmonieuse, réconciliée avec elle-même, florissante, disposant d’une weltanschauung tournée vers ses traditions, ses cultures, ses spiritualités, ses métaphysiques (Miano, 2019 : 190). Le roman va donc en droite ligne d’une communauté africaine globale, économiquement, culturellement et politiquement émancipée.   

Conclusion

À l’observation, entre les indignations des uns et les projets d’une nouvelle société africaine unie des autres, la littérature africaine (francophone) contemporaine n’en a pas fini avec les batailles, les luttes en faveur d’une cause. Elle est encore bien entichée de sociologie, de politique et d’idéologie. Parler donc de rupture avec des idéaux est, à notre avis, ignorer un important axe sociopolitique des auteurs dits de la nouvelle génération. Certes, ils n’écrivent plus comme leurs aînés d’hier. Mais ils sont, entre autres, politiquement, socialement et idéologiquement engagés. Ce ne sont pas seulement des écrits individualisés, égocentrés à souhait comme beaucoup de lectures le soulignent. Ils privilégient aussi et encore des révoltes, des utopies collectives. De ce point de vue, plutôt que d’évoquer un divorce avec les courants de la veille, nous empruntons à Aliko Songolo, pour parler du phénomène, le concept de post-négritude. Aliko Songolo propose le terme en vue de théoriser, fédérer les problématiques issues de l’héritage de la négritude et une redéfinition de l’Africain selon les perspectives actuelles : « …la post-négritude n’est donc ni un mouvement ni une école, mais un ensemble disparate de textes, théoriques, philosophiques, littéraires, critiques, qui s’interrogent et qui interrogent le lecteur de manière pertinente et actuelle sur ce que cela veut dire que d’être Africain ou Antillais, Sénégalais, Algérien, Martiniquais aujourd’hui. Cette interrogation n’est ni univoque ni unanime. Dans son fond, elle ne vise pas d’autres buts que ceux de la négritude. Ce qui est différent – et capital – c’est la façon de poser les questions. Si la négritude a été une réaction contre une certaine conception de l’Afrique et des Africains, la post-négritude peut être comprise comme une réaction contre cette réaction, une façon de se redéfinir selon des critères plus pertinents, du moins plus actuels, que ceux proposés par la négritude, jugée par beaucoup comme servant la cause même des discours colonialistes » (Songolo, 1998 : 152). 

La définition que nous proposons de la post-négritude se situe dans un sens littéraire. Dans cette optique, nous entendons désigner de nouvelles formes esthétiques qui ne sont peut-être plus nationalistes, communautaristes sur le plan de l’identité, mais qui ont maintenu un ancrage dans les problématiques de développement, de société, sensibles à la reconfiguration actuelle du monde et ses grands blocs géostratégiques en puissance où les individus et les groupes sociaux, nationaux sont appelés à se redéfinir.  

Bibliographie

WABERI, Abdourahman A., (1998), « Les enfants de la postcolonie. Esquisse d’une nouvelle génération d’écrivains francophones d’Afrique noire », dans Notre Librairie, no 135, Paris, pp. 8-15. 

MBEMBE, Achille, et SARR, Felwine, (s/d) (2017), Écrire l’Afrique, « Les Ateliers de la pensée », Dakar, Philippe Rey/Jimsaan. 

MBEMBE, Achille, (2016), Politiques de l’inimitié, Paris, La Découverte.

                     —(2020), Brutalisme, Paris, La Découverte. 

MABANCKOU, Alain, (2016), Le monde est mon langage, Paris, Grasset. 

MAGNIMA, Arsène (2016), « Conflits mémoriels et réappropriation des espaces dans le roman postcolonial : le cas de Petroleum de Bessora », dans Sylvère Mbondobari et Albert Gouaffo
(éds.), Mémoires et lieux de mémoire. Enjeux interculturels et relations médiatiques, Presses Universitaires de la Sarre, pp. 172-186. 

BESSORA, Sandrine, (2004), Petroleum, Paris, Denoël.

BENNETA, Jules-Rosette, (1998), Black Paris. The African writers’landscape, Chicago, University of Illinois Press.  

EFFA, Gaston-Paul, (2005), Voici le dernier jour du monde, Monaco, Éditions du Rocher.

MAINGUENEAU, Dominique, (1993), Le Contexte de l’œuvre, Paris, Dunod. 

MAKWARD, E., RAVELL-PINTO, T., & SONGOLO, A. (Eds.), (1998), The growth of African literature: twenty-five years after Dakar and Fourah Bay (Vol. 3). Africa World Press, le chapitre est aux pp.147-154. 

SPIVAK, Gayatri Ckakravorty, (2007), « Perché il pianeta ? Un’ autobiografia intellettuale », dans Sergia Adamo (éd.), Culture planétaire ? Prospettive e limiti della teoria e della critica culturale, Rome, Melmeti, pp. 41-58.

CHEVRIER, Jacques, (2006), Littératures francophones d’Afrique noire, Aix-en-Provence, Edisud. 

MOURA, Jean-Marc (1999), Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris PUF.

MIANO, Léonora, (2019), Rouge Impératrice, Paris, Grasset. 

CAZENAVE, Odile, (2003), Afrique sur seine : une nouvelle génération de romanciers africains à Paris, Paris, l’Harmattan. 

NGANANG, Patrice, (2007), Manifeste d’une Nouvelle Littérature Africaine, Paris, Homnisphères.

                    —(2007), Temps de chien, Groupe Privat/Le Rocher.  

HAMON, Philippe, (1984), Texte et idéologie, Paris, PUF. 

SAMOYAULT, Tiphaine, (2001), L’intertextualité. Mémoire de la littérature, Paris, Nathan.        

 

Catégories
Thème 1 : Engagements

L’engagement des professionnels auprès des enfants en situation de rue à Dakar

Par Marion LAUER, Yoram MOUCHENIK et Marion FELDMAN

Marion LAUER est psychologue clinicienne et doctorante. Elle s’intéresse aux processus de circulation des éléments traumatiques au sein de la relation d’aide et aux problématiques interculturelles.

Yoram MOUCHENIK est psychologue clinicien en pédopsychiatrie, Professeur Émérite des Universités. Il est responsable de deux consultations en clinique transculturelle qui prennent en charge des familles migrantes et réfugiées.

Marion FELDMAN est psychologue clinicienne, Professeure des Universités. Elle travaille dans le champ de la protection de l’enfance ; ses travaux de recherche concernent le devenir des traumas infantiles et les problématiques d’affiliations.

Alors que Human Rights Watch pointe la hausse du nombre d’enfants mendiant en rue au Sénégal (100.000 en 2019 contre 50.000 en 2010), plusieurs équipes s’engagent au quotidien auprès d’eux. Dans le dernier rapport à ce sujet, ils mettent en lumière les événements traumatiques vécus par les enfants, le manque de moyens des centres rattachés à l’Etat et des associations ainsi que l’impact limité du programme gouvernemental de retrait des enfants de la rue de 2016 et 2018, centré sur Dakar (Human Rights Watch, 2019). Si les études sur ces enfants se développent (Diop & Faye, 1997 ; Dramé, 2010), peu de recherches abordent les vécus de ceux qui les accompagnent. Pourtant, cela peut induire des phénomènes de traumatisation indirecte, ayant une répercussion sur la santé psychique et sur la pratique des professionnels (Gounongbé, 2014).

Dans le cadre d’une recherche doctorale à l’Université Paris Nanterre, nous réalisons une étude auprès de professionnels qui travaillent avec ces enfants à Dakar, afin de mieux comprendre leurs vécus, l’impact que cela a pour eux et les ressources qu’ils mobilisent. Les premiers résultats, présentés dans cet article, sont issus de la recherche exploratoire que nous avons réalisée en 2019 auprès de professionnels éducatifs et médico-sociaux d’une ONG sénégalaise. 

  1. Généralités

Trauma et culture

Le traumatisme psychique est un concept évoquant l’idée de blessure, qui « met en balance réalité psychique et réalité externe » (Laroche Joubert, Feldman & Moro, 2018 : 127). El Husseini le définit comme une « effraction qui perturbe l’économie libidinale, provoque un débordement d’affects ou de l’effroi » (El Husseini, 2016 : 38). Selon Baubet (2012), la plupart des cultures ont leur propre théorie de l’effroi et ne parlent pas de trauma. Dans la langue wolof, majoritaire au Sénégal, je suis effrayé se dit sama fit dem na, littéralement : mon principe vital est parti (Nathan, 1994).

Les enfants de la rue au Sénégal

Selon Lucchini, « la notion d’enfant de la rue est un concept à la recherche d’un objet » en raison des contours incertains de la population désignée (cité par Dramé, 2010 : 8). Pirot écrit qu’il s’agit d’enfants en rupture familiale qui, ainsi, vivent en permanence dans la rue (cité par Dramé, 2010 : 11). A Dakar, une grande partie de ces enfants sont désignés par les termes talibés ou fakhman (fakh en wolof signifie briser, casser, rompre). Les premiers sont des enfants confiés à un maître coranique qui souvent se trouvent contraints à mendier en rue, tandis que les seconds sont des enfants en rupture sociale et familiale, qui vivent en groupe dans la rue (Dramé, 2010). Selon Human Rights Watch (2019), il s’agit d’enfants exposés à des traumas cumulatifs et à des violences telles que des négligences, viols, passages à tabac, emprisonnements. Le Samu social international (2014) note « une prévalence des vécus traumatiques intrafamiliaux » (p.23) jusqu’à ce qu’un débordement de violences provoque le départ de l’enfant. Les mutations sociales ont modifié la place ainsi que la circulation de l’enfant au sein de la société et certaines pratiques comme le confiage se sont transformées, pouvant être, selon Camara (2014), potentiellement traumatiques pour les enfants.

La transmission du traumatisme psychique

Plusieurs études se sont penchées sur les mécanismes de transmission du traumatisme dans la relation soignante. La compassion, qui permet d’être touché par la souffrance de l’autre, peut générer une satisfaction mais aussi donner lieu à une fatigue qui va entraîner pour le professionnel un sentiment d’impuissance et une remise en question douloureuse de sa vision des choses (Figley, 1995). Son engagement empathique, qui lui permet la reconnaissance de l’autre par le partage d’états psychocorporels (Lebovici, cité par Lachal, 2006), peut également l’exposer à des processus de traumatisation secondaire caractérisés par l’apparition de symptômes en lien avec l’écoute de récits d’événements traumatiques (Figley, 1995) et/ou de traumatisation vicariante, consistant en une transformation profonde de son identité professionnelle (Pearlman & Saakvitne, 1995).

Du côté de la psychanalyse, ce sont les processus transféro – contre transférentiels qui permettent de penser la circulation des éléments traumatiques dans la relation. Le contre-transfert a d’abord été défini par Freud en 1910 comme l’influence exercée par le patient sur les sentiments inconscients de son analyste. Mouchenik (2012) évoque un « contre-transfert traumatique dont on peut repérer les caractéristiques dans l’apparition d’un « scénario émergent », suscité par le récit de l’expérience traumatique » (p.24). Ce scénario émergent, théorisé par Lachal (2006), est basé sur des images virtuelles, et va être construit par le soignant en écoutant le récit traumatique de son patient, témoignant de l’empathie faisant jour dans le contre-transfert. Le professionnel peut se trouver envahi par ce scénario qui se trouve à l’articulation des registres narratif et traumatique.

  1. Problématique

Nous questionnons les mécanismes de transmission du traumatisme chez les intervenants éducatifs et médico-sociaux travaillant auprès des enfants des rues à Dakar, au travers de l’étude de leur engagement dans la relation d’aide et des processus contre-transférentiels à l’œuvre.

  1. Objectif

Une meilleure compréhension de ces mécanismes permettrait d’affiner les dispositifs d’accompagnement de ces équipes et, ainsi, d’améliorer la prise en charge des enfants.

  1. Méthode

Type de l’étude : cette recherche exploratoire est basée sur une méthode qualitative et inductive, s’inspirant de la « Grounded theory » issue des travaux de Glaser et Strauss, datant de 1967. Il s’agit de partir du discours du sujet pour former des catégories conceptuelles, l’objectif étant l’élaboration d’une analyse ancrée dans le terrain, allant vers l’abstraction (Paillé & Mucchielli, 2013).

Population : cette recherche a été réalisée à Dakar en 2019, auprès de neuf professionnels d’une ONG sénégalaise qui accompagne en rue et dans un centre des enfants pour leur apporter des soins, une mise à l’abri et élaborer un projet de retour en famille ou d’insertion. Seuls les membres de l’équipe éducative et médico-sociale, ayant donné leur consentement éclairé, ont participé à la recherche. Ainsi, quatre femmes et cinq hommes ont été interrogés, parmi lesquels deux chauffeurs-animateurs ; deux travailleurs sociaux ; trois infirmiers ; deux animateurs.

Outils : un entretien individuel, enregistré et semi-structuré, a été mené avec chaque participant.

Méthode d’analyse : les verbatims ont fait l’objet d’une analyse inductive par élaboration de catégories émergent dans les discours, se référant à la « Grounded Theory ». Cette approche permet d’extraire les éléments qui ressortent des entretiens par une analyse en 6 étapes : codage, catégorisation, mise en relation, intégration, modélisation, théorisation (Paillé & Mucchielli, 2013).

Éthique : les données, anonymisées, ont été recueillies sur la base du volontariat et accompagnées du consentement signé des participants.

  1. Résultats

L’analyse des entretiens a permis de mettre à jour 7 catégories :

Représentations de leur travail

Dans le discours des professionnels, leur travail apparaît enraciné dans la relation d’aide et porté par une implication importante. L’investissement affectif des enfants et la compassion leur apparaissent fondamentaux. Leur engagement auprès d’eux est porté par la notion de devoir moral et/ou religieux, et déborde souvent le cadre professionnel : « Je devais le faire, ce n’était pas une question professionnelle ». Plusieurs expriment investir ces enfants sur une dimension parentale : « j’ai ressenti quelque chose comme un père », « je suis comme une maman pour eux ». Cette implication génère de la satisfaction et de la fierté mais peut également occasionner un sentiment d’impuissance face aux situations qui n’aboutissent pas et de l’épuisement chez certains.

Représentations des enfants et de leur situation

La découverte de la situation des enfants est décrite par la majorité comme un « choc » : « c’est quelque chose qui va me marquer jusqu’à la fin de ma vie », « je ne savais pas que les enfants souffraient autant, la première fois, ça m’a traumatisée ». La notion de traumatisme est présente chez tous les professionnels pour expliquer les difficultés des enfants (conduites à risque, instabilité, délinquance…). Le psychotraumatisme est traduit en wolof par deux professionnels par le terme « Nakhal » : « c’est une douleur, avoir quelque chose qui te fait mal au fond de toi », « c’est quelque chose que t’as vécu, qu’on t’a fait, que t’arrive pas à enlever de ta tête ». Les événements cités sont les maltraitances, enfermements, viols, abandons, dénuement en rue.

Les récits des enfants : exposition indirecte aux événements traumatiques

A l’écoute des récits des enfants, les professionnels évoquent des vécus de sidération psychique (« dès les premiers mots tu es paralysé ») ainsi que le sentiment de vivre ou de voir le déroulement de la scène. Ils citent des émotions violentes (colère, haine, tristesse), le sentiment de rester « accroché » à l’histoire de l’enfant et des reviviscences. Des récits ont également réactualisé des traumatismes personnels pour certains d’entre eux.

Exposition directe et sentiment d’insécurité

Les professionnels sont parfois exposés à des insultes, jets de pierres sur le camion ou bagarres entre enfants, qui génèrent de la peur mais auxquels ils attribuent du sens après-coup : « des enfants ont des comportements inadaptés (…) mais quand on remonte l’histoire on voit que c’est dû à ça ». Il arrive également qu’ils soient confrontés à des décès, occasionnant une souffrance importante.

Symptômes psychotraumatiques

Les intrusions et symptômes neurovégétatifs sont les plus cités (reviviscences, troubles du sommeil, hypervigilance), de même que les symptômes somatiques (douleurs corporelles, migraines), des éprouvés de tristesse et/ou de colère, ainsi que des sentiments d’injustice et d’impuissance. Les plus anciens expriment toutefois que cela s’est atténué progressivement.

Impact sur la vie privée et la vision de la société

Certains notent des changements dans leur vision de la société, notamment concernant certaines écoles coraniques ou actions étatiques, comme d’eux-mêmes, avec un fort sentiment de responsabilité. D’autres s’investissent auprès de ces enfants hors temps de travail et tendent à mettre de côté leurs émotions et activités personnelles. Plusieurs parents craignent que leurs enfants ne soient confrontés aux mêmes dangers : ils sont devenus plus inquiets et vigilants.

Les ressources mobilisées en conséquence

Au travail, la mise en place d’actions pour faire évoluer les situations des enfants génère un sentiment d’auto-efficacité : « quand tu penses que tu dois le faire, que tu sais comment le faire, ce sera vite fait ». Ils ont le sentiment que leur action est bénéfique : « les mots que tu leur donnes, ça leur donne de la force ». L’humour, le soutien émotionnel et instrumental de l’équipe ainsi que l’orientation vers d’autres professionnels tels que la psychologue, sont importants. Sont citées les formations, réunions, analyses de la pratique, qui permettent l’expression de difficultés, offrant un soutien et aidant à donner du sens aux conduites parfois déroutantes des enfants. Néanmoins, ces mécanismes favorisés par l’institution se révèlent parfois insuffisants. Face à des situations qui les mobilisent particulièrement sur le plan affectif, le sentiment de responsabilité est tel que les professionnels s’impliquent hors cadre institutionnel. C’est alors le groupe familial et communautaire qui apporte écoute, soutien et revalorisation. La religion apparaît également comme un support primordial pour moduler l’anxiété lorsqu’un enfant quitte le centre. Elle apporte des croyances qui participent à donner du sens à ce qui arrive et qui « donnent la force de continuer ». Les préceptes cités ont souvent été transmis par une figure d’attachement, qui se fait alors à nouveau présente comme source d’étayage lorsque ses mots sont remémorés. A ce niveau, la prière et les chants religieux ont une place importante. La nécessité de se reposer et de pratiquer d’autres activités personnelles est aussi mentionnée, mais la plupart disent ne pas en avoir le temps.

  1. Discussion

Exposition aux récits des événements traumatiques vécus par les enfants

Selon Lachal (2006), les soignants, face aux récits de leurs patients, construisent un « scénario émergent » qui, s’il permet de donner un statut représentationnel à l’expérience traumatique, peut aussi se trouver envahissant. Chez les professionnels rencontrés, l‘écoute répétée des récits des violences subies par les enfants entraîne différents vécus : sidération ; représentation imaginaire de la scène et du vécu de l’enfant ; envahissement par de la colère, haine, tristesse ; sentiment d’injustice et d’impuissance. L‘intensité de ces éprouvés semble en lien avec l’importance de leur engagement affectif à l’égard des enfants et, parfois, avec la réactivation de traumas personnels, comme l’avait noté Gounongbé (2014) avec des équipes au Tchad ou Dozio, Bizouerne et Moro (2018), en Centrafrique. L’étayage que les professionnels trouvent alors peut se situer du côté de la psychologue et de l’équipe mais cela ne suffit pas toujours à réguler leurs éprouvés et beaucoup évoquent de l’anxiété, des troubles du sommeil et des intrusions subséquentes, telles que le sentiment de revivre la scène ou des images intrusives.

Des processus de traumatisation complexes ayant de nombreuses répercussions

Outre les processus inhérents à l’écoute des récits d’événements traumatiques, les professionnels sont confrontés à des climats insécurisants lors de certaines interventions, qu’ils associent à des symptômes tels que l’hypervigilance ou l’évitement. De plus, apparaissent des changements dans leur vision de la société, leur attitude parentale et leur sentiment de responsabilité personnelle, au point que certains aient le sentiment d’être marqués à vie. Les répercussions sont ainsi multiples et certains propos ne sont pas sans évoquer un risque d’épuisement professionnel.

Les ressources mobilisées

L’institution, en ce qu’elle propose un cadre structurant et différents supports, apporte un soutien instrumental qui favorise le sentiment d’auto-efficacité. Néanmoins, de l’angoisse et un vécu d’impuissance émergent face à des enfants en grande détresse, qui refusent de quitter la rue ou qui y retournent. Le fait que très peu de centres soient destinés à cet accompagnement, renforce leur sentiment de responsabilité. Aussi, dans les situations qui les mobilisent particulièrement sur le plan affectif, le maintien d’une distance protectrice est difficile et leur investissement peut déborder le cadre institutionnel, ce qui favorise de la fatigue, des émotions négatives et des angoisses, difficiles à réguler. Ils s’appuient alors principalement sur leur environnement personnel pour trouver du soutien émotionnel et une valorisation de l’estime de soi. Le soutien est apporté par l’entourage proche et la communauté élargie, ce qui renvoie à la fonction pare-excitante du groupe face au trauma (Laroche Joubert & Moro, 2018). La religion participe à réguler l’angoisse en favorisant l’acceptation de la situation des enfants ainsi que l’appui sur des valeurs et préceptes issus d’un héritage familial et culturel. En effet, la reconstruction de sens est un mécanisme important face au trauma qui bouleverse les croyances fondamentales de l’individu. Comme Mouchenik et al. (2014) l’avaient noté à Haïti, la religion est un outil culturel qui permet de redonner du sens à la situation et aux vécus traumatiques auxquels les individus sont confrontés.

  1. Conclusion

Cette recherche témoigne de l’existence de processus de transmission d’éléments traumatiques dans la relation d’aide chez les professionnels rencontrés, de par leur engagement empathique.

La taille de notre population ne permet pas de tirer de conclusions généralisables et il existe des limites inhérentes à l’approche inductive, telle que l’impossibilité pour le chercheur de se mettre complètement à distance de ses préconceptions, du fait de ses connaissances préalables. Cette étude exploratoire permet ainsi plutôt de mettre en exergue des éléments susceptibles d’aiguiller la suite des recherches sur cette thématique. Il ressort que l’écoute de récits d’événements traumatiques et l’engagement dans la relation d’aide sont fondamentaux pour penser plus en profondeur l’impact qu’a sur les professionnels l’accompagnement des enfants. Il y a donc un intérêt à poursuivre l’étude de ces mécanismes en élargissant les recherches à un échantillon plus large.

De plus, en raison de leur engagement empathique, du manque de moyens auquel ils sont confrontés et de l’augmentation du nombre d’enfants en rue, les professionnels s’investissent hors de leur temps de travail. Les ressources mobilisées sont alors basées sur des éléments socioculturels tels que le groupe communautaire et la religion, qui ont une place importante au sein de la société sénégalaise. Il serait intéressant d’étudier davantage les modalités de ce recours aux outils culturels, qui apparaît avoir un rôle considérable pour aider les professionnels à appréhender les éléments traumatiques auxquels ils sont exposés et à maintenir leur engagement quotidien auprès des enfants.

Bibliographie

Camara, M. Seck, S. Ba, E. Faye, P. & Thiam, M. (2014). Le confiage : mécanismes et enjeux relationnels, L’Autre, 15 (2), 167-177.

Diop, M-C. & Faye, O. (1997). Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique. Actes du congrès international d’Abidjan en mai 1997.

Dozio, E. Bizouerne, C. & Moro, M-R. (2018). Réactions contre transférentielles face aux mères traumatisées et à leur bébé en Centrafrique, Soins, 827, 34-36.

Dramé, F. (2010). Nàndité – Enquête sur les enfants des rues à Dakar. Dakar : Samu social Sénégal, UNICEF Sénégal.

El Husseini, M. (2013). Exploration du contre-transfert dans la clinique du trauma : une étude qualificative (Thèse de Doctorat). Université Paris 13.

Figley, C-R. (1995). Compassion fatigue: Toward a new understanding of the costs of caring. Dans B. H. Stamm (Ed.), Secondary traumatic stress: Self-care issues for clinicians, researchers, and educators. The Sidran Press, 3–28.

Freud, S. (2013). L’avenir de la technique analytique. Dans La technique psychanalytique (J.  Altounian & al. Trad). Paris : PUF (Edition originale publiée en 1910).

Gounongbé, A. (2014). Fatigue de la compassion. Paris : PUF.

Human Rights Watch. (2019). Il y a une souffrance énorme : Graves abus contre des enfants talibés au Sénégal, 2017-2018.  

Lachal, C. (2006). Le partage du traumatisme. Contre-transfert avec les patients traumatisés.  Grenoble : La pensée sauvage.

Laroche-Joubert, M. Feldman, M. & Moro, M-R. (2018). L’étude du contre-transfert, une relance de la pensée face aux dyades traumatisées, Dialogue, 219, 125-138.

Laroche-Joubert, M. Moro, M-R. (2018). Intérêt du groupe dans l’accompagnement de la dyade traumatisée, Soins, 827, 37-39.

Mouchenik, Y. Baubet, T. Moro, M. (Eds.) (2012). Manuel des psychotraumatismes. Grenoble : La pensée sauvage.

Mouchenik, Y. Marty-Chevreuil, A. Marquer, C. & al. (2014). L’utilisation du PSYCa 3-6 pour l’évaluation indicative des difficultés psychologiques des jeunes enfants touchés par le séisme de janvier 2010 en Haïti, La psychiatrie de l’enfant, 57, 237-258.

Nathan, T. (2009). L’influence qui guérit. Paris : Odile Jacob (Edition originale publiée en 1994).

Paillé, P. & Mucchielli, A. (2013). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris : Armand Colin.

Pearlman, L-A. & Saakvitne, K-W. (1995). Treating therapists with vicarious traumatization and secondary traumatic stress disorders. Dans Figley, C-R. (Ed.) Compassion fatigue: Coping with secondary traumatic stress disorder in those who treat the traumatized. New York : Brunner/Mazel.

Samu social international. (2014). La suradaptation paradoxale. Une notion clé dans l’abord clinique et psychopathologique des enfants et jeunes de la rue, Cahiers thématiques.

 

Catégories
Thème 1 : Engagements

L’image émotionnelle au service de l’engagement sur Facebook : cas des photographies du mouvement de contestation algérien « le Hirak »

Par Atmane SEGHIR

Atmane Seghir est enseignant-chercheur à l’université de Bejaia. Ses publications nationales et internationales traitent de divers sujets relatifs à la sémiotique et aux sciences du langage : les cultures et les langues, l’analyse du discours, les réseaux sociaux, la publicité, le marketing, la sémiologie de l’image, le cinéma.

Introduction

À l’ère de Facebook, les émotions persuasives font incontestablement fortune. Des émotions positives qui incitent éloquemment les usagers à interagir avec elles, afin de rendre notre monde virtuel humainement vivable. Cependant, dans ce monde virtuel, se voulant idéal, les images déchaineraient aussi différentes émotions négatives qui rappellent notre complexité humaine (Morin, 2008). Pour connaître l’usage pragmatique des émotions façonnant la doxa visuelle en Algérie, nous nous sommes posé la question suivante : comment la rhétorique des émotions se construit-elle dans les images engagées du Hirak, relayées massivement sur Facebook ?

Pour répondre à cette question, il nous paraît indispensable de recourir à la sociosémiotique (Landowski, 1989 & Semprini, 2016), jugée capable d’intervenir sur le réel grâce à son concept sémiotique de « monde possible », une construction culturelle stable caractérisant une période donnée qui n’est autre qu’une scène interprétative du monde, soumise à plusieurs points de vue pertinents. Il s’agit de la mise en signifiant des émotions manifestées dans les images du Hirak. Ces émotions offrent à notre regard critique les formes de vie, c’est-à-dire qu’elles sont révélatrices de l’expérience sémiotique et discursive d’une communauté donnée au sein de la sémiosphère qu’elle forme. La sémiosphère (système culturel), notion appartenant à la sémiotique des cultures, est développée, à partir des années 1980, par Jurij Lotman (1990). Grâce à l’approche heuristique que ce sémioticien propose, et à travers les images photographiques du Hirak, nous pouvons appréhender les croyances et aspirations politiques qui structurent l’actuel mouvement de protestation en Algérie. Principalement, dans le monde possible de ces images engagées, nous intéressent les états d’âme, la représentation de soi et des autres, et la rhétorique employée par leurs auteurs pour les mettre émotionnellement en récit.

A fortiori, pour resémiotiser la rhétorique de l’engagement ou d’indignation, traduisant l’impact émotionnel du Hirak sur les « Facebookeurs » algériens, nous avons choisi un corpus constitué d’une centaine d’images émotionnelles les plus commentées sur Facebook depuis le 22 février 2019 jusqu’à fin février 2020, date anniversaire marquant la première année des protestations citoyennes. Mahdi Boukhalfa (2019), considère que cette insurrection de dignité en face de l’humiliation est menée par la colère du peuple contre la nomenklatura et les oligarques. 

Le Hirak : un robinet à émotions au service de l’engagement

De l’arabe (الحراك), le mot « Hirak » veut dire mouvement : mouvement puissant et pacifique (Boumediene : 2019) ou probablement l’un des plus puissants mouvements sociaux de l’histoire moderne (Benderra et al. : 2019). Le Hirak, pour éviter de suivre le sillage macabre, du monde arabe est appelé consciencieusement « Révolution du sourire » (Acherchour et al. : 2019). Il a vu le jour le 22 février 2019 contre le cinquième mandat qu’avait voulu briguer l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, alors qu’on le montrait sur un fauteuil roulant, atteint d’une paralysie aux niveaux du visage et du bras gauche. Sachant que les Algériens s’interrogeaient sur sa longue absence, ses partisans ont décidé de le loger symboliquement dans un cadre que les chaines de télévision publiques diffusaient dans le but de le magnifier. Ce cadre, un peu humanisé, empreint de nostalgie, était présent dans toutes les cérémonies officielles : il recevait des hommages, des louanges et des dons, comme s’il s’agissait d’une divinité à idolâtrer. Cette étrange et soudaine vénération constitue, en conséquence, la trame narrative du roman de Mohamed Ben Chicou La Casa del Mouradia (2019), journaliste exilé en France sous le règne de Bouteflika. Nous savons que les images constitueraient un pouvoir magique, malgré leur fonctionnement analogique présupposant la vérité ou la réalité. Elles ont une force de conviction et de persuasion dépassant de loin celle du langage verbal : elles ont le pouvoir « d’entraîner les gens dans une voie émotive, tandis que le matériel textuel ou verbal les maintient dans une voie de pensée plus rationnelle, plus logique et plus linéaire. » (Joffe : 2007). 

Á y regarder de plus près, les images montrant, de manière répétitive, le président-absent, représenté dans un cadre pompeux ont motivé la mobilisation et la révolte des spectateurs qui l’ont conduit à démissionner le 2 avril 2019, après une vingtaine d’années au pouvoir. Ces images, même si elles sont traitées quelques fois d’obscènes, ont reçu sur Facebook des centaines de critiques marquées par l’humour, la dérision et les blagues. 

L’humour caractérise donc le Hirak, comme le confirme l’universitaire Karima Ait Dahmane (2019), en analysant la spécificité du dégagisme à l’algérienne et les slogans chantés par les « Hirakistes ». Parmi les cas de figure qui ont poussé les Algériens à alimenter la révolution de l’humour contre la langue de bois (Mebtoul : 2019), nous citons l’hospitalisation du Président qui a poussé le rire à son paroxysme. Des Algériens, s’emparant de cette arme doucereuse, résidant notamment en Suisse ou en Europe, sommaient les responsables suisses de le sortir de l’hôpital genevois où il séjournait. Cela dit, même si l’humour, utilisé par les « Hirakistes », connote l’intention de s’ouvrir aux autres, le dialogue civique demeure irréalisable entre l’État algérien et son peuple.

Impossibilité du dialogue civique

Le Hirak trouverait sa force et sa résistance dans sa non structure et son refus de dialoguer. Á ce sujet, l’article « Où en est le rêve algérien ? » du journaliste et écrivain Kamel Daoud (2020) tente de cerner un peu ce mode de fonctionnement afin d’élucider ses mystérieuses lois qui assurent sa cohésion : pour ce faire, il nous propose une lecture psychanalytique et mythique de cet indomptable mouvement de contestation. Une posture intellectuelle qui a choqué ses lecteurs algériens qui attendaient, depuis le départ, sa supposée lecture impartiale des faits. Le sociologue algérien Tayeb kennouche nous dit, à propos, que Daoud savait que « son article ne pouvait passer inaperçu, car, tout simplement, rien du Hirak ne peut rester étranger pour les Algériennes et les Algériens, émotionnellement engagés dans ce mouvement social, à bien des égards, inédit. » (2020). 

Nous trouvons dans son papier l’usage de plusieurs exemples poignants : « trauma d’une guerre », « on retrouve ce lien œdipien avec l’armée », « en boucle, l’Algérie, c’est le fils qui s’aveugle en tuant le père, le père qui tue son fils en l’égarant dans le labyrinthe des revendications ». Le journaliste s’inscrit dans la philosophie de l’absurde d’Albert Camus (1987) pour qui la victoire n’est jamais définitive et la quête de sens de l’homme paraît vaine. Comme Sisyphe, Kamel Daoud joue le rôle de l’homme sage se disant sur un ton pessimiste : « pourquoi dépenser autant d’énergie pour rien, puisque les mythes nous donnent les clés nécessaires ?». La seule clé qu’il met en avant, en évoquant les mythes, consiste à amener les protestataires à accepter la décadence et le non-sens du Hirak : faute de quoi, la persistance de ce mouvement conduirait déraisonnablement les Algériens vers le suicide collectif. Pour lui, l’appel de la « ruralité » au « frexit », et à la « division identitaire » sont la conséquence de la « rage » exprimée dans les publications et commentaires des « radicaux sur les réseaux sociaux ». 

En somme, le dialogue civique devient impossible, contre toute raison politique, du fait que le peuple scande une nouvelle indépendance, après celle de 1962, ayant mis fin à la colonisation française, pour reprendre son destin en main (Filiu, 2019). Durant une année entière, des hommes et des femmes de tous âges, suivant le vœu de l’architecte du congrès de la Soummam, Krim Belkacem, ne cessent de crier le slogan « État civil et non militaire », en remettant en cause hostilement la hiérarchie de l’armée, représentée par le feu Gaïd Salah, le chef d’Etat-major qui leur a tenu tête jusqu’à sa mort subite le 23 décembre 2019, en organisant des élections présidentielles rejetées massivement dans plusieurs villes du pays. 

Le lendemain de l’élection de l’actuel chef de l’État Abdelmadjid Teboune, une marée humaine est sortie à Alger pour le contester. Il appelle plusieurs fois au dialogue civique dans l’espoir de créer un consensus et un engagement généralisés, mais le mouvement poursuit son chemin de libération tout en lui faisant la sourde oreille. Tout dialogue, sans la présence des détenus politiques, est perçu comme une traîtrise de la part des marcheurs. C’est ce qu’on peut déceler dans les selfies qu’ils partagent sur Facebook. Les selfies pris émotionnellement lors des manifestations pacifiques, en tant que témoins exhibant fièrement l’acte héroïque de se révolter prouveraient l’engagement des citoyens algériens.

L’engagement par l’image ?

Avant de répondre à cette question, nous aimerions rappeler la signification de la notion d’engagement. Au sens large, Claude Giraud nous fait savoir que l’engagement se confond avec l’existence, il précise que l’usage de l’expression « nous sommes engagés » signifie d’emblée que nous avons « une responsabilité morale singulière, celle de devoir choisir entre différentes possibilités. Si l’homme se définit par ses actes et uniquement par eux, alors l’engagement est l’épreuve de soi à soi et de soi aux autres. » (2011 : 32).

Ce qui nous intéresse ici c’est l’engagement empathique des spectateurs virtuels avec le contenu représentationnel des images dites émotionnelles : les personnes représentées nous font vivre l’expérience directe de leurs émotions. En effet, chez les jeunes surtout, « Le cyberespace fait naître des cyber-citoyens qui peuvent s’approprier les dispositifs pour générer « une nature numérique » de l’engagement, un « engagement 2.0 », susceptible de le renforcer mais aussi, à l’image du lien social, de le déliter. » (Boutaud, 2016 : 224). 

Les jeunes, selon Anne Muxel, ne sont absolument pas dépolitisés, « ils sont politisés autrement. Ils sont moins dans le discours, moins dans l’idéologie, moins dans l’organisation. Ils sont sans doute davantage dans l’expressivité et dans l’émotion » (2010 : 62). En devenant chasseurs d’images, ils s’expriment notamment en partageant des selfies sur leurs comptes Facebook, Tweeter ou Instagram. Aujourd’hui, avec la démocratisation des téléphones digitaux, leurs usagers algériens manient et modifient, suivant leurs états d’âme, les images pour des raisons rhétoriques.

Rhétorique de l’image

La rhétorique, d’une manière générale, est l’art de bien parler pour persuader l’auditoire, en recourant aux émotions et aux arguments. Qu’en est-il de la rhétorique de l’image ? Roland Barthes, nous en livre quelques éléments de réponse : il considère que « la rhétorique de l’image […] est spécifique dans la mesure où elle est soumise aux contraintes physiques de la vision. » (1964 : 50), différentes des contraintes phonatoires qui nous obligent à avoir une lecture linéaire et structurée du discours. Il faudrait, cependant, bien comprendre par-là que la propriété fondamentale du langage visuel spatialisé « rend apte à modéliser une très grande variété d’espaces concrets qui ne relèvent pas uniquement de cet espace visuel construit par l’œil, mais aussi des divers perceptuels (tactiles, kinesthésiques, thermiques, auditifs, etc.) » (Saint-Martin, 1995 : 16). 

En s’inspirant des figures tropiques et des règles du discours verbal, la rhétorique visuelle (Groupe Mu, 1992), fondée sur la stratégie de l’émotion et non forcément de l’argumentation, agit sur les spectateurs grâce aux signes plastiques qui lui sont spécifiques. Ces différents signes, utilisés à bon escient, sont, à l’ère des médias, générateurs d’émotions qui régissent souverainement la vie individuelle, sociale et politique des citoyens. Les émotions condensées dans les images du Hirak ont a posteriori plus d’empire sur les internautes que les discours rationnels.

L’empire des émotions

Les émotions dévorent complètement l’espace social et politique, d’après Anne-Cécile Robert, au détriment des autres modes d’appréhension du monde, notamment la raison. L’auteure estime que « l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir. » (2018). Toutefois, pour fuir la chimère cartésienne de l’authenticité et la peur du déclassement de la raison, nous rappelons que les deux intelligences sont interdépendantes et inhérentes à l’homme postmoderne : le professeur de psychologie Damasio (2006) nous dit que l’absence d’émotions et de sentiments est ce qui empêche, en l’occurrence, d’être vraiment rationnel.

Si les émotions dans leur ensemble sont bavardes et nettement prononcées, « la véritable émotion est sans voix » (Barratin, 1920). L’émotion muette se localise dans les images, en général, et les images photographiques, en particulier. Cependant, nous ne devons pas rester au niveau du ressenti et du mutisme, lorsque nous sommes face à ce genre de contagion émotionnelle, mais aller vers son décryptage et sa compréhension pour parvenir à la lexicaliser. L’étude de la mise en discours de l’émotion dans l’image, jouant sur les cordes du sentiment, exigerait donc de la méfiance à l’égard de la tentation iconique (le fait de ne s’intéresser qu’aux côtés esthétique et émotionnel de l’image ou aux objets et personnages qu’elle renferme) et de son effet anesthésiant. Un regard défiant nous permettrait de comprendre la mécanique de l’empathie sociale qu’enracinent les images émotionnelles en nous : une intersubjectivité de nature à impliquer les spectateurs que nous sommes. 

Néanmoins, cette faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui devrait être orientée dans le bon sens, afin que l’engagement s’inscrive dans un univers empreint d’éthique, de morale et de déontologie, assurant le bonheur de tous et le vivre ensemble. Claude Giraud nous rappelle que « l’engagement de l’homme au monde rend nécessaire l’adoption de règles morales et la recherche de la vérité » (2011 : 33). Concernant notre étude, l’émotion engageante ou altruiste de la Révolution du sourire apparaît dans les images comme une toile de fond pour captiver l’émotionnalité des spectateurs-internautes algériens. 

Révolution du sourire 

Le sourire, cette expression du visage dénotant en général la sympathie, n’est pas monosémique, mais polysémique : il vient de l’infinitif latin « subridere », tromper, plaisanter ou feindre pour cacher ironiquement ses sentiments. Le 6 février 1864, Sully Prudhomme écrit dans son journal que le sourire est susceptible d’une « multitude de significations. Excepté peut-être la colère ; mais de l’indignation à l’amour, en passant par le mépris, le sourire peut rendre toutes les affections de l’âme. » (1960 : 43). Nous disons cela, parce que lorsque le spectateur interprète intuitivement l’émotion contenue dans l’image, il reste accroché à ses structures de surface (l’expression : signifiant), et il ne sort pas généralement du cadre et de ses perspectives. La sémiotique nous rappelle que le hors-cadre et le contexte, au même titre que les structures profondes (le contenu : signifié), sont des conditions d’énonciation qui nous permettent d’accéder au sens et à la signification de l’image et de l’expression émotionnelle des visages. Cela détermine la relation circulaire des trois intentions structurant le processus de signification et d’interprétation des objets sémiotiques et des mondes possibles : les intentions de l’auteur, du lecteur et de l’œuvre (Eco, 1992). C’est ainsi que nous avons pu resémiotiser vraisemblablement les émotions qui s’expriment dans les images du Hirak et notamment celle de la joie marquée sur les visages par le sourire. Le sourire devient un acte performatif implicite à part entière qui anime toute une révolution, il est le reflet de son âme. Comme nous le voyons dans les photographies du Hirak, il devient pragmatiquement un symbole de résistance, une arme douce et efficace contre la barbarie. 

Pour conclure

Nous tenons à rappeler que dans un contexte émotionnel, le principe de l’engagement par les images, publiées sur Facebook, consiste à sensibiliser les citoyens qui restent en marge des mobilisations de révoltes. Les photographies vantant les mérites du Hirak suscitent diverses émotions, mais dans cet univers énonciatif, la joie reste l’émotion dominante, cette émotion est symbolisée par le sourire articulant les valeurs axiologiques suivantes : la paix, la liberté, la fraternité, la solidarité, l’égalité, la justice. 

En effet, se constituant en réseau, les émotions prennent pratiquement sens sur les fonds identitaires et nationalistes complexes du rapport à soi et aux autres. Nous avons pu constater qu’une émotion n’a de sens que par rapport à d’autres émotions qui l’entourent, celle de la joie dans ce contexte prend tout sens en se mélangeant à la tristesse, la colère et l’indignation. La signification de la joie, de fait, se résume à la capacité de garder le sourire du début jusqu’à la fin de chaque manifestation ; la joie de retrouver ses semblables, les amis du combat pour dialoguer avec eux ; la joie aussi de crier haut et fort son mécontentement, son espoir et son marasme. La révolution du sourire, donc de la joie ne signifie pas pour autant que le dialogue civique est gagné par avance. Le sourire, exhibé dans toutes les photographies du Hirak, y est prescrit pour faire face aux armes lourdes, à la police, aux militaires qui attendraient l’état d’urgence. Il est là également pour dire non aux éventuelles ingérences étrangères. 

Bibliographie

Camus, Albert, (1987), Le mythe de Sisyphe, Paris, Folio.

Barratin, Anne, (1920), Les pensées : œuvres posthumes, Paris, Alphonse Lemerre.

Muxel, Anne, (2010), « L’engagement politique dans la chaine des générations », Revue projet, n° 316. P 60-68.

Robert, Anne-Cécile, (2018), La stratégie de l’émotion, Paris, Lux Éditeur.

Damasio, Antonio, (2006), L’erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob.

Roland, Barthes, (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, n°4, pp. 40-51.

Giraud, Claude, (2011), Qu’est-ce que l’engagement ? Paris, L’Harmattan.

Umberto, Eco, (1992), Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset. 

Acherchour, El-Mahdi et al., (2019), La révolution du sourire, Tizi Ouzou, Frantz Fanon.

Groupe Mu, (1992), Traité du signe visuel : pour une rhétorique de l’image, Paris, Seuil.

Joffe, Hélène, (2007), « Le pouvoir de l’image : persuasion, émotion et identification », Diogène, n° 217, pp. 102-115.

Boutaud, Jean-Jacques, (2016), Sensible et communication : du cognitif au symbolique, Bourgogne, CIMEOS.

Filiu, Jean-Pierre, (2019), La nouvelle indépendance, Paris, Seuil.

Daoud, Kamel, (2020), « Où en est le rêve algérien ? », Le Point, n° 2472.

Ait Dahmane, Karima, (2019), Vendredire en Algérie : humour, chants et engagement, Alger, El Ibriz.

Eric, Landowski, (1989), Essais de sociosémiotique : la société réfléchie, Paris, Seuil.

Jurij, Lotman, (1999), La sémiosphère, Limoges, PULIM.

Boukhalfa, Mahdi, (2019). La révolution du 22 février : de la contestation à la chute des Bouteflika. Alger : Chihab Éditions. 

Micheli, Raphaël, Hekmat, Ida et Rabatel, Alain, (2015), « Les émotions : des modes de sémiotisation aux fonctions argumentatives », Semen [En ligne], http://journals.openedition.org/semen/9790.

Ben Chicou, Mohamed, (2019), La Casa del Mouradia, Alger, Koukou.

Mebtoul, Mohamed, (2019), Libertés, dignité, algérianité : avant et pendant le « Hirak », Alger, Koukou.

Edgar, Morin, (2008), La complexité humaine, Paris, Flammarion. 

Benderra, Omar et al., (2019), Hirak en Algérie : invention d’un soulèvement, Paris, La Fabrique.

Boumediene, Rachid, (2019), Aux sources du Hirak, Alger, Chihab Éditions.

Fernande, Saint-Martin, (1995), Sémiologie du langage visuel, Québec, PUQ. 

Andrea, Semprini, (2016), Communiquer par l’image, trois essais de culture visuelle, Limoges, Pulim.

Prudhomme, Sully, (1960), Journal intime : pensées, Paris, Presses du Compagnonnage.

Kennouche, Tayeb, (2020), « Kamel Daoud contre-hirak-t-il ? », El Watan, [en ligne], https://www.elwatan.com/edition/contributions/kamel-daoud-contre-hirak-t-il-28-01-2020?fbclid=IwAR3Ff2lBXwedMbjtOkj8MjzXlzwUrGKSohPPtpOIHVTBy3xZOYK0nsgBG1c.

 

Catégories
Billets

Préambule à l’édition 2020

Les textes réunis sur ce blog sont une partie des communications qui auraient dû/pu être présentées lors de la cinquième édition des rencontres des JCEA, prévue à Marseille du 07 au 10 juillet 2020. 

Cette édition fut pensée avec l’idée de rendre compte, ou du moins de tenter de saisir, à partir de positions, d’approches, de disciplines ou d’expériences différentes et diverses, un monde en mouvement : l’Afrique. Le singulier ne prétendait ni nier la multiplicité qui caractérise ce lieu — en tant que continent et espace symbolique — ni l’effervescence qui anime chacune de ses parts, là où elles se retrouvent. Au moment de rédiger l’appel à communications de cette conférence d’envergure internationale, nous notions, en plus de cette pluralité et de ce dynamisme, que l’Afrique bouge comme depuis toujours. Elle se fait et se refait sans cesse dans un monde qui semble prôner l’universalisme absolu, l’enjeu étant toutefois de promouvoir la diversité sans s’acculturer. Quelles pouvaient, dès lors, être, nous interrogions-nous, ses potentialités au moment même où elle était au cœur des discours et agendas internationaux ? Quelles pouvaient être les façons de la penser, ou de saisir comment elle se pense ou est pensée ? Comment se mettait-elle en mouvement dans un monde en mouvement, forçant ainsi le/la jeune chercheur/euse en études africaines sinon à s’adapter, du moins à se réinventer théoriquement, méthodologiquement et épistémologiquement ?

En mettant ainsi le mouvement au coeur de l’événement, il était difficile, pour ne pas dire impossible, d’envisager que la question serait littéralement vitale non seulement pour l’Afrique, mais aussi pour l’ensemble de la planète. La situation de pandémie provoquée par la Covid-19 fut, en effet, une véritable épreuve sur divers plans : sanitaire, d’abord, mais aussi social, politique, intellectuel, etc. Les confinements ont révélé un monde en arrêt (au moins en apparence), avec la difficulté, voire l’impossibilité, de se déplacer sur les courtes distances comme sur les longues. Paradoxalement, l’accélération n’aura peut-être jamais été aussi remarquée que durant cette période : notamment au niveau de la circulation des images, des activismes, etc. Ce temps aura été (il continue de l’être) un temps de révélation : celui de l’existence de formes de violences diverses, celui de la capacité de résilience de l’Afrique – (qui, contre toute attente, semble moins souffrir de la pandémie au plan sanitaire).  C’est aussi un temps de possibilités, au moins au plan académique et intellectuel, avec la migration (et donc la multiplication) en ligne des lieux de savoir. C’est également surtout un temps d’interrogation sur ce que le monde sera désormais.

La forme qu’emprunte, finalement, cet événement que nous aurions souhaité en présentiel comme les précédentes éditions, est une réaction à cette situation exceptionnelle que vit notre planète. Plutôt que d’annuler purement et simplement, se laissant ainsi déborder par la difficulté et l’impossibilité que portent ces temps, nous avons préféré nous engouffrer dans la brèche qu’offrait ce temps d’incertitude, en faisant le pari de la possibilité et de la continuité de l’interrogation. En effet, interroger le mouvement de l’Afrique nous semble encore plus essentiel aujourd’hui et s’interroger sur le moyen d’y parvenir l’est d’autant plus. Comment  examiner encore le dynamisme de cette Afrique en mouvement dans un tel contexte, dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences ? Voilà une question qu’il nous faudra certainement désormais porter avec nous en permanence, que nous nous l’adressions directement, ou non.

Les contributeurs qui ont bien voulu nous suivre dans cette entreprise n’ont pas eu le temps et la possibilité de réorienter leur proposition en fonction de l’actualité, mais on ne saurait suggérer, pour cela, qu’ils n’en étaient pas conscients. C’est dans leur geste qu’il faudra voir l’adaptabilité. Et dans leurs travaux se lisent des enjeux épistémologiques, méthodologiques, théoriques qui continuent d’interpeller dans les études africaines. Les contributions se structurent finalement autour de six thèmes de réflexion transversaux. 

Le concept d’engagement constitue le premier thème. Il explore les formes de mobilisation individuelle ou collective dans les espaces de la vie sociale. (Cliquez ici pour lire les articles) La société civile et la gouvernance, en lien avec la notion d’engagement, permet de mettre en lumière les logiques d’actions en cours dans l’arène du développement en Afrique. Les contributions de ce deuxième thème, relèvent que dans la problématique du changement social, il existe une diversité d’acteurs qui implique une pluralité de logiques, parfois contradictoires. (Cliquez ici pour lire les articles)

Discuter la pratique de la recherche en contexte africain sans qu’il s’agisse de remettre en cause les outils utilisés, ou de rejeter le patrimoine de la science, est la réflexion menée autour du troisième thème. Il est question d’appréhender les objets d’étude avec des paradigmes certes universels, mais qui autorisent l’expression d’identités particulières. (Cliquez ici pour lire l’article) 

Dans le même ordre d’idée, les contributions sur l’esclavage et la colonisation mobilisent les questions historiques, de mémoire et de géopolitique. Elles remettent la question identitaire au centre des débats : restituer les éléments constitutifs de ces identités contribuant à leur restauration. (Cliquez ici pour lire les articles)

Dans une perspective conciliante, les productions linguistiques sont explorées pour montrer que dans le processus inter culturel, l’appropriation linguistique et culturelle ne constitue pas une menace pour l’identité, mais une richesse rendant compte de la diversité issue du contact entre les peuples. (Cliquez ici pour lire les articles)

Pour finir, le dernier thème, sur les migrations et la circulation en Afrique analyse les mobilités, l’occupation de l’espace, ainsi que les implications que le phénomène migratoire a sur l’identité et les notions de territorialité dans un contexte sécuritaire parfois instable, mais dynamique.  (Cliquez ici pour lire les articles)

Le comité éditorial des JCEA 2020.

Catégories
Billets

PROGRAMME DES RENCONTRES JCEA 2018

Retrouvez ici le programme détaillé des rencontres JCEA 2018 !

 

Catégories
Billets

Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études africaine

Date : du 9 au 12 juillet 2018


Lieu : Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Thème : Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet 2018, se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques en débat ». L’évènement sera organisé sur le campus Saint Charles de l’université d’Aix-Marseille, en parallèle des cinquièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF).
Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines, sociales et économiques, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.
Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

 

Proposition de communication scientifique

Les propositions de communication soumettant les Afriques aux « débats » peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes identifiés ci-dessous. Néanmoins, toute proposition de communication dont l’objet porte sur un terrain ou sur une problématique liés au continent africain peut être également soumise. Les propositions de communication mêlant sciences sociales et sciences environnementales ou sciences de la santé sont également les bienvenues. Écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots, les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 novembre 2017 sur le site : https://jcea2018.sciencesconf.org/

Proposition de contribution artistique

Parallèlement aux discussions des jeunes chercheur.e.s, les Rencontres souhaitent inviter des chercheurs et des artistes amateurs ou professionnels qui, dans leurs recherches photographiques, littéraires, documentaires, cinématographiques, musicales, théâtrales, etc., convoquant ou non les sciences humaines et sociales, proposent un regard original sur les Afriques. Les Rencontres aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre recherches artistiques et recherches scientifiques. Les projets de performance, de projection, d’exposition ou de lecture, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté, devront être envoyés au comité d’organisation des Rencontres avant le 15 novembre 2017 à cojcea2018@gmail.com

 

Axe 1 : Circulations

Définie tour à tour comme traduction, diffusion, accès et succès, la notion de « circulation » traverse l’ensemble des disciplines qui portent sur les humanités. La circulation peut en effet être liée à l’intensification de l’activité économique, à la mondialisation, aux avancées technologiques, aux migrations, aux nouveaux modes de transports, etc. Elle peut également renvoyer à la mise en mouvement des personnes, des cultures, des images, des discours, des objets matériels ou immatériels, des constructions symboliques, des biens et des capitaux, etc.

Cet axe entend par ailleurs étudier le phénomène de circulation, d’une part, à l’intérieur de l’Afrique et, d’autre part, entre l’Afrique et le monde extérieur. Il s’intéresse, notamment, aux transferts culturels et technologiques, aux migrations, aux diasporas et à la construction de nouveaux espaces et identités, à l’hybridation, aux influences littéraires, artistiques, éducatives, pédagogiques, didactiques, idéologiques, vestimentaires, alimentaires et linguistiques, à la diffusion des modèles de gouvernance, à la circulation des savoirs, mais aussi aux questions portant sur la santé des populations.

Par-delà sa plasticité, la notion de circulation présente l’intérêt de saisir les sociétés par le prisme de l’hétérogénéité, de la diversité, de la plurivocité, de la complexité et de la complémentarité. Penser les situations africaines sous l’angle des circulations permet en effet de dépasser les dichotomies classiques opposant le global et le local, le moderne et le traditionnel, le rural et l’urbain, etc. En quoi les circulations plurielles informent-elles des continuités, des ruptures et des paradoxes de l’histoire politique, économique, démographique, territoriale, linguistique ou encore artistique des Afriques ? Dans quelle mesure la circulation des hommes, des choses, des artefacts, des symboles, etc. révèle-t-elle le pluralisme inhérent aux Afriques contemporaines ?

 

Axe 2 : Rites et rituels

Cet axe porte sur les phénomènes rituels dans les Afriques, plus particulièrement sur leurs dimensions religieuses, cultuelles et culturelles, du point de vue de l’ensemble des sciences humaines et sociales.

Il propose d’abord de questionner les rites et les rituels en considérant leur diversité première : ils peuvent être afférents ou non à une institution religieuse, s’être développés dans le cadre d’une certaine histoire politique, qu’elle soit ancienne ou contemporaine, comme celle de l’esclavage, la colonisation, l’indépendance et la constitution d’États-nation, etc. Pouvant être appréhendés sous différents angles (symbolique, fonctionnel, phénoménologique, etc.), les rites et les rituels peuvent, également, être interrogés aux travers des objets, des techniques (corporelles, langagières, etc.), de leurs objectifs (identitaire, politique, économique, sacré, transgressif, etc.), des relations ou encore des formes de syncrétismes qu’ils convoquent. Cet axe s’attache ainsi à montrer que les rites et les rituels ont une spécificité qui leur est propre : ils sont performatifs dans la mesure où ils (re)créent des codes, des institutions, des règles, des représentations ou encore des liens sociaux nouveaux.

Par ailleurs, si le fait religieux a depuis longtemps intéressé les recherches en sciences sociales, la prolifération religieuse des années 1990 a permis de réinterroger les théories de la sécularisation et la modernisation. Des outils théoriques originaux ont en effet été forgés pour analyser les nouveaux mouvements religieux, permettant en même temps de repenser l’inscription des religions de et dans l’histoire. L’analyse des cultes, des rites et des rituels au sein de ces mouvements peut alors éclairer leur portée politique, sociale ou économique ou encore interroger la question de la confessionnalité : comment analyser et comprendre les agencements sociaux et culturels générés par le cumul religieux et l’existence de multiples confessionnalités ?

En outre, les rites et les rituels peuvent permettre d’observer et de questionner les phénomènes de « réinvention de la tradition » et les dynamiques de réinterprétation culturelle. Ils sont, en effet, une porte d’entrée pertinente pour penser la façon dont les imaginaires collectifs passés évoluent et se transforment pour répondre aux interrogations contemporaines, notamment à partir des pratiques et des politiques de patrimonialisation de la part des acteurs, tels que ceux issus de la diaspora, des acteurs culturels, etc.

 

Axe 3 : Pouvoirs et autorité de (dans) l’État

Cet axe vise à réinvestir l’analyse de l’État et des dynamiques politiques afin de questionner les imaginaires, les pratiques et les relations de pouvoir dans les Afriques. De quelle manière les États se donnent-ils à voir, maîtrisent-ils ou non leur image et négocient-ils sur la scène internationale ? Quelles représentations et quelles normes régissent le fonctionnement quotidien des institutions publiques et les pratiques de leurs fonctionnaires ? Quelles attentes nourrissent les citoyens ou les usagers à l’égard de leurs administrateurs ? Dans quelle mesure des autorités autres (« traditionnelles », religieuses, privées, économiques, militaires, syndicales, « développementalistes », etc.) investissent-elles l’espace public et revendiquent une certaine légitimité à participer du pouvoir ? Au travers de ces négociations tant diplomatiques que quotidiennes, passées et actuelles, il s’agit notamment de penser, dans une perspective socio-historique, le caractère non linéaire de la construction de l’État, la dimension conflictuelle de la lutte pour l’autorité légitime ou la complexité des relations et des imaginaires politiques.

S’attachant à identifier les recompositions globales et localisées, structurelles et quotidiennes du politique, cet axe veut également saisir la (re)configuration des relations de pouvoir et leur historicité. Il s’agit alors d’inscrire l’analyse des pouvoirs et de l’État dans la problématique plus large du politique, celle des relations de domination (entre les sexes, les genres et les générations, les « riches » et les « pauvres », les « autochtones » et les « étrangers », les Blancs, les Noirs et les Métis, les « développés » et les « développeurs », etc.) que légitiment ou contestent les croyances et les représentations plurielles de l’inégalité.

 

Axe 4 : Ressources   

Dans un contexte où la disponibilité et la diversité des ressources en Afrique sont l’objet de tensions accrues, cet axe propose de mener des réflexions sur la production et la gestion des ressources, prises ici au sens large, tant physiques (foncières, minières, énergétiques, alimentaires, travail, eau, etc.) qu’immatérielles (savoirs, connaissances, langage, arts, etc.).

Ces tensions, qui se manifestent à des échelles différentes, questionnent les modes de régulation, les rapports de force et les inégalités économiques liés au traitement des ressources. Cet axe propose ainsi d’apporter des éclairages sur les processus de changements passés et actuels dans la production et la gestion des ressources, lesquelles peuvent être considérées au sein des territoires et des espaces (qu’ils soient profanes ou sacrés, publics ou privés, touristiques ou patrimoniaux, etc.) où s’observent des configurations sociales et écologiques spécifiques. Une attention particulière peut, par exemple, être portée sur les recompositions des pratiques et des représentations sociales et culturelles eu égard à l’exploitation des ressources dans un lieu donné, à l’instar d’une mine, d’un lieu sacré ou encore d’un village transformé en site touristique.

Dans cette optique, il importe de dépasser – sans toutefois ignorer – les dichotomies classiques ayant trait à la production et à la gestion des ressources (individu/groupe, hérité/construit, local/global, rural/urbain, État/marché, adoption/résistance, tourisme/sacré, etc.) pour mieux appréhender la complexification des arrangements sociaux, économiques et politiques entre acteurs pour l’accès et l’utilisation des ressources.

Dépendamment des contextes et des échelles concernés, l’enjeu est aussi de comprendre dans quelle mesure ces changements dans la production et la gestion des ressources s’inscrivent dans une continuité historique ou, au contraire, sont facteurs de rupture. Plus précisément, comment ces changements invitent-ils à réinterroger les rapports qui se nouent entre les différentes formes de propriété (religieuse, « coutumière », légale, publique, etc.), entre les processus de décision et les modalités de redistribution des fruits de l’exploitation ? Enfin, dans quelle mesure ces transformations sont-elles soutenables pour les futurs des sociétés africaines ?

Axe 5 : Construction des savoirs

Les origines de la construction des savoirs en études africaines peuvent être rapportées, en France, au début du XXe siècle et à l’organisation de la mission Dakar-Djibouti. Par le personnel qu’elle a convoqué et par son mode d’organisation, celle-ci a associé de nombreuses perspectives, allant de l’ethnologie à la littérature, de la musicologie à la botanique en passant par une démarche muséographique de collecte. Le tournant réflexif en anthropologie et les postcolonial studies ont conduit à une dévalorisation de ces premiers travaux « africanistes » issus des institutions coloniales et missionnaires, mais elle ont également donné lieu à une prise de distance vis-à-vis de la démarche pluridisciplinaire et collectionneuse qu’incarne la mission Dakar-Djibouti. Cette remise en cause va de pair avec une spécialisation disciplinaire croissante et un retour critique sur les matériaux collectés. Cet axe vise d’abord à saisir la spécificité de la démarche de production d’un savoir multidisciplinaire à travers les grandes figures historiques de « l’africanisme ». Il s’ouvre, ensuite, à une réflexion sur la structuration actuelle du champ des études africaines, en interrogeant les conséquences de la spécialisation des chercheurs héritiers de « l’africanisme », la séparation opérée entre les études sur l’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Nord et la Caraïbe, la prépondérance de certaines disciplines dans la recherche et les modalités de contact entre elles, dans un esprit qui nous semble caractéristique de l’organisation de ces JCEA. L’exigence épistémologique de cet axe pourra, en outre, permettre de revenir sur des questions méthodologiques récurrentes : ainsi sur les contacts universitaires entre Nord et Sud, la place des « langues africaines » dans la recherche ou encore les enjeux de l’oralité en tant que véhicule du savoir en Afrique. Pourront également être abordées la question de la création artistique et celle des expositions muséales. Comment et où exposer aujourd’hui les « matériaux » du premier africanisme ? De quelle manière l’archive est-elle intégrée dans la création littéraire, cinématographique et artistique ? Comment penser les éventuelles porosités entre savoir et création ?

 

Membres du comité scientifique :

  • Ward ANSEEUW (Cirad, France / International Land Coalition, Italie) ;
  • Florence BERNAULT (Univ. Wisconsin-Madison, États-Unis) ;
  • Elara BERTHO (Lam, CNRS, France) ;
  • Benoît BEUCHER (Imaf, France) ;
  • Edmond BILOA (Univ. Yaoundé 1, Cameroun) ;
  • Julien BONDAZ (Ladec, Univ. Lyon 2, France) ;
  • Magalie BOURBLANC (Cirad, France / GovInn Univ. Pretoria, Afrique du Sud) ;
  • Tarik DAHOU (Paloc, IRD / Muséum National d’Histoire Naturelle, France) ;
  • Tobias HAGMANN (Univ. Roskilde, Danemark) ;
  • Éric Komlavi HAHONOU (African Studies Center, Univ. Leiden, Pays-Bas / Univ. Roskilde, Danemark) ;
  • Benoît HAZARD (Iiac, CNRS, France) ;
  • Michael HOUSEMAN (Imaf, Ephe, France) ;
  • Chloé JOSSE-DURAND (Lam, IEP Bordeaux, France / Ifra Nairobi, Kenya) ;
  • Guillaume LACHENAL (Sphere, Univ. Paris Diderot, CNRS, France) ;
  • Katrin LANGEWIESCHE (Iiac, EHESS, France) ;
  • Tristan LEPERLIER (Cessp, CNRS, France) ;
  • Frédérique LOUVEAU (Laspad, Univ. Gaston Berger, Sénégal) ;
  • Géraud MAGRIN (Prodig, Univ. Paris 1, France) ;
  • Claire MÉDARD (Urmis, IRD, France) ;
  • Sara MERCANDALLI (Cirad, France / GovInn, Univ. Pretoria, Afrique du Sud) ;
  • Ismaël MOYA (LESC, CNRS, France) ;
  • Maureen MURPHY (Univ. Paris 1, France) ;
  • Kelley SAMS (Cne, EHESS, France) ;
  • Emmanuelle SIBEUD (Univ. Paris 8, France) ;
  • Ismail WARSCHEID (Irht, CNRS, France) ;
  • Nessim ZNAIEN (Imaf/Irmc, Univ. Paris 1, France)

 

Membres du Comité d’organisation :

  • Zakia AHMED (Inalco, France) ;
  • Eustache-Kossi AMOUSSOU (Imaf, EHESS, France) ;
  • Saphia AREZKI (Imaf, Univ. Paris 1, France) ;
  • Carla BERTIN (Imaf/Labex Tepsis, EHESS, France) ;
  • Ninon CHAVOZ (Thalim, Univ. Paris 3, France) ;
  • Moustapha Cissé FALL (Lam, Univ. Bordeaux Montaigne, France / Univ. Saint Louis, Sénégal) ;
  • Mélanie FAVROT (Lped, Univ. Aix Marseille, France) ;
  • Pierre GIRARD (Art-Dev / Cirad, Univ. Montpellier, France) ;
  • Pauline JARROUX (Cne, EHESS, France) ;
  • Jennifer LORIN (CANTHEL, Univ. Paris 5, France) ;
  • Delphine MANETTA (CANTHEL, Univ. Paris 5, France) ;
  • Lozzi Martial MEUTEM KAMTCHUENG (Falsh, Univ. Maroua, Cameroun) ;
  • Ronan MUGELE (Prodig, Univ. Paris 1, France) ;
  • Issopha NSANGOU, Doctorant en Sociologie (URMIS, Université de Nice Sophia Antipolis, France).

 

Catégories
15 janvier 2016 Atelier documentaire 15h45-17h15 Projections documentaires

Filmer sur le terrain : quels enjeux?

A partir d’images tournées dans le cadre d’un travail de recherche et en adoptant un regard rétrospectif et analytique concernant leur positionnement sur le terrain, cet atelier invite les jeunes chercheurs à débattre des conditions et des contraintes de production de l’image. Reconnus comme des outils analytiques exceptionnels, les médias audiovisuels permettent d’ouvrir de nouvelles réflexions prometteuses pour la recherche : décomposer les interactions les plus confuses, saisir les mouvements et les expressions les plus infimes, proposer des dispositifs d’enquête novateurs. Parallèlement, ils influencent les données recueillies sur le terrain et exposent le chercheur à différents types d’instrumentalisations qui constituent des biais pour sa recherche. Que révèle ou produit l’usage de la caméra dans l’enquête ? Quels sont les enjeux de la diffusion et de la restitution de ces images pour les personnes filmées ? 

Les projections seront suivies d’un débat et constituent l’occasion d’une réflexion sur la façon dont les dispositifs filmiques influencent et nourrissent l’enquête scientifique.

Organisateur.trice.s :
Etienne Berger (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Elara Bertho (THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
Carole Bignon (CESSMA, Université Paris Diderot)
Muriel Champy (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Maïa Ghattas (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Yves Mintoogue (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

ibea

Contes cruels de la guerre (extrait), un film d’Ibéa Atondi de Cointet et Karim Miské, en présence des réalisateurs.

À travers le récit d’un retour au Congo-Brazzaville, son pays natal, la narratrice tente de rendre sensibles les situations vécues au temps de la guerre. La caméra, tenant le rôle de passeur, recueille les témoignages des victimes et aussi des bourreaux, s’essayant à restituer la complexité du rapport au crime et à la mort.

La restitution (19’), un film d’Ibéa Atondi de Cointet

La Restitution relate les réactions des témoins filmés dans le documentaire Contes cruels de la guerre lors du visionnage de leur film. Il explore un mode d’expérimentation de la méthode d’observation participante au travers d’un dispositif permettant de revenir sur les lieux de l’enquête, sur les faits, sur les dires mais aussi sur le travail de l’anthropologue.

Discutant(e)s :
Baptiste Buob (LESC, CNRS)
Bernard Surugue (IRD)

Catégories
14 janvier 2016 Projections documentaires Soirée documentaire 19h-21h30

A mots couverts (2014), Violaine Baraduc & Alexandre Westphal

unnamed

Catégories
16 janvier 2016 Atelier d'écriture

Atelier d’écriture avec les revues académiques partenaires 9h-12h30

Afrique Contemporaine (salle 234C)
Cahiers d’Études Africaines (salle 237C)
Études Littéraires Africaines (salle 238C)
Journal des Africanistes (salle 244E)
Politique Africaine (salle 253E)

Nota : Contrairement aux autres événements de la rencontre, l’atelier d’écriture n’est pas ouvert à tous. Seuls les jeunes chercheur.e.s ayant postulé, et dont la candidature a été sélectionnée en amont de la rencontre sont invités à participer.

Catégories
15 janvier 2016 Deuxième série de tables-rondes 15h45-17h15

Table-ronde 4 – Place et représentations de l’Afrique dans les pratiques académiques (salle 237C)

Cette table-ronde souhaite interroger les liens scientifiques établis en pratique avec le continent africain, en privilégiant une analyse réflexive sur le monde de la recherche, ses dynamiques et ses acteurs. Quelle place effective prend l’Afrique au sein des rapports professionnels et institutionnels, en termes socio-économiques et politiques, mais aussi de représentations et d’imaginaires sociaux ? Qu’est-ce que ces enjeux révèlent de l’étude scientifique de ce continent et des carrières construites sur et à l’extérieur de celui-ci?
Ces questionnements ont émergé à plusieurs étapes de l’organisation de cette troisième édition des JCEA, à travers notamment la constitution du comité scientifique, la rédaction de l’appel à communication, les recherches de financements, les modalités de dépôt et de sélection des communications, le choix des conférenciers, ou encore l’organisation des ateliers d’écriture et documentaires. Les débats suscités s’inscrivent dans des processus de production académique plus vastes, qui interrogent les incidences de la « crise de l’africanisme » des années 1980, ainsi que la catégorie académique « études africaines ».
Si les pratiques du monde de la recherche conditionnent la mobilité des élites, et ses ruptures ou continuités à l’échelle internationale, elles informent tout autant sur l’émergence des capitaux, des espaces et des inégalités qui construisent la circulation des savoirs et les modes de valorisation académique. On observe, par exemple, des critères de reconnaissance et de légitimité différenciés entre chercheurs occidentaux et africains travaillant sur l’Afrique, comme entre chercheurs africains expatriés et ceux affiliés à des institutions africaines. Qu’est-ce que ces modes de distinction explicitent des relations académiques entre ces diverses catégories d’acteurs scientifiques, de leurs rapports aux terrains et aux sociétés étudiées, des contextes des pratiques de recherche, et au-delà, des partenariats ou concurrences entretenus entre les institutions et individus concernés ? Comment l’ensemble de ces éléments influence-t-il les conditions de production, de circulation et de valorisation des savoirs (par le choix des laboratoires, des revues de
publication et des conférences) ? Comment certaines pratiques (re)dessinent-elles les hiérarchies globalisées des élites académiques spécialisées sur l’Afrique ?
Dans ce contexte, le continent africain nourrit des objets de recherche pour lesquels les expériences personnelles, les terrains d’étude, les réseaux professionnels, les environnements institutionnels, tout autant que les ressources et les parcours sociaux et biographiques des chercheurs, orientent les regards académiques et les représentations du continent, au-delà des clivages et contextes disciplinaires. En pratique, ces éléments peuvent occulter certaines réalités sociales, économiques et politiques, pourtant questionnées sur le plan académique. Comment ce contraste alimente-t-il, entre des catégories d’acteurs plurielles, des lignes de tensions, jalonnées de références exotisantes, essentialistes ou postcolonialistes, inscrites dans des processus d’ethnicisation réciproques souvent implicites, qui affectent le monde de la recherche à différentes échelles ? Et dans quelle mesure la construction des savoirs devient-elle un enjeu politique au sein des institutions, à la fois en Afrique et hors d’Afrique ?

Organisatrice : Hélène Quashie (IMAf, EHESS)

Intervenant(e)s :
Hamidou Dia (CEPED, IRD)
Anne Doquet (IMAf, IRD)
Abdoulaye Gueye (Université d’Ottawa)
Allison Sanders (IMAf, EHESS)