Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études africaine

Date : du 9 au 12 juillet 2018


Lieu : Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Thème : Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet 2018, se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques en débat ». L’évènement sera organisé sur le campus Saint Charles de l’université d’Aix-Marseille, en parallèle des cinquièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF).
Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines, sociales et économiques, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.
Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

 

Proposition de communication scientifique

Les propositions de communication soumettant les Afriques aux « débats » peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes identifiés ci-dessous. Néanmoins, toute proposition de communication dont l’objet porte sur un terrain ou sur une problématique liés au continent africain peut être également soumise. Les propositions de communication mêlant sciences sociales et sciences environnementales ou sciences de la santé sont également les bienvenues. Écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots, les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 novembre 2017 sur le site : https://jcea2018.sciencesconf.org/

Proposition de contribution artistique

Parallèlement aux discussions des jeunes chercheur.e.s, les Rencontres souhaitent inviter des chercheurs et des artistes amateurs ou professionnels qui, dans leurs recherches photographiques, littéraires, documentaires, cinématographiques, musicales, théâtrales, etc., convoquant ou non les sciences humaines et sociales, proposent un regard original sur les Afriques. Les Rencontres aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre recherches artistiques et recherches scientifiques. Les projets de performance, de projection, d’exposition ou de lecture, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté, devront être envoyés au comité d’organisation des Rencontres avant le 15 novembre 2017 à cojcea2018@gmail.com

 

Axe 1 : Circulations

Définie tour à tour comme traduction, diffusion, accès et succès, la notion de « circulation » traverse l’ensemble des disciplines qui portent sur les humanités. La circulation peut en effet être liée à l’intensification de l’activité économique, à la mondialisation, aux avancées technologiques, aux migrations, aux nouveaux modes de transports, etc. Elle peut également renvoyer à la mise en mouvement des personnes, des cultures, des images, des discours, des objets matériels ou immatériels, des constructions symboliques, des biens et des capitaux, etc.

Cet axe entend par ailleurs étudier le phénomène de circulation, d’une part, à l’intérieur de l’Afrique et, d’autre part, entre l’Afrique et le monde extérieur. Il s’intéresse, notamment, aux transferts culturels et technologiques, aux migrations, aux diasporas et à la construction de nouveaux espaces et identités, à l’hybridation, aux influences littéraires, artistiques, éducatives, pédagogiques, didactiques, idéologiques, vestimentaires, alimentaires et linguistiques, à la diffusion des modèles de gouvernance, à la circulation des savoirs, mais aussi aux questions portant sur la santé des populations.

Par-delà sa plasticité, la notion de circulation présente l’intérêt de saisir les sociétés par le prisme de l’hétérogénéité, de la diversité, de la plurivocité, de la complexité et de la complémentarité. Penser les situations africaines sous l’angle des circulations permet en effet de dépasser les dichotomies classiques opposant le global et le local, le moderne et le traditionnel, le rural et l’urbain, etc. En quoi les circulations plurielles informent-elles des continuités, des ruptures et des paradoxes de l’histoire politique, économique, démographique, territoriale, linguistique ou encore artistique des Afriques ? Dans quelle mesure la circulation des hommes, des choses, des artefacts, des symboles, etc. révèle-t-elle le pluralisme inhérent aux Afriques contemporaines ?

 

Axe 2 : Rites et rituels

Cet axe porte sur les phénomènes rituels dans les Afriques, plus particulièrement sur leurs dimensions religieuses, cultuelles et culturelles, du point de vue de l’ensemble des sciences humaines et sociales.

Il propose d’abord de questionner les rites et les rituels en considérant leur diversité première : ils peuvent être afférents ou non à une institution religieuse, s’être développés dans le cadre d’une certaine histoire politique, qu’elle soit ancienne ou contemporaine, comme celle de l’esclavage, la colonisation, l’indépendance et la constitution d’États-nation, etc. Pouvant être appréhendés sous différents angles (symbolique, fonctionnel, phénoménologique, etc.), les rites et les rituels peuvent, également, être interrogés aux travers des objets, des techniques (corporelles, langagières, etc.), de leurs objectifs (identitaire, politique, économique, sacré, transgressif, etc.), des relations ou encore des formes de syncrétismes qu’ils convoquent. Cet axe s’attache ainsi à montrer que les rites et les rituels ont une spécificité qui leur est propre : ils sont performatifs dans la mesure où ils (re)créent des codes, des institutions, des règles, des représentations ou encore des liens sociaux nouveaux.

Par ailleurs, si le fait religieux a depuis longtemps intéressé les recherches en sciences sociales, la prolifération religieuse des années 1990 a permis de réinterroger les théories de la sécularisation et la modernisation. Des outils théoriques originaux ont en effet été forgés pour analyser les nouveaux mouvements religieux, permettant en même temps de repenser l’inscription des religions de et dans l’histoire. L’analyse des cultes, des rites et des rituels au sein de ces mouvements peut alors éclairer leur portée politique, sociale ou économique ou encore interroger la question de la confessionnalité : comment analyser et comprendre les agencements sociaux et culturels générés par le cumul religieux et l’existence de multiples confessionnalités ?

En outre, les rites et les rituels peuvent permettre d’observer et de questionner les phénomènes de « réinvention de la tradition » et les dynamiques de réinterprétation culturelle. Ils sont, en effet, une porte d’entrée pertinente pour penser la façon dont les imaginaires collectifs passés évoluent et se transforment pour répondre aux interrogations contemporaines, notamment à partir des pratiques et des politiques de patrimonialisation de la part des acteurs, tels que ceux issus de la diaspora, des acteurs culturels, etc.

 

Axe 3 : Pouvoirs et autorité de (dans) l’État

Cet axe vise à réinvestir l’analyse de l’État et des dynamiques politiques afin de questionner les imaginaires, les pratiques et les relations de pouvoir dans les Afriques. De quelle manière les États se donnent-ils à voir, maîtrisent-ils ou non leur image et négocient-ils sur la scène internationale ? Quelles représentations et quelles normes régissent le fonctionnement quotidien des institutions publiques et les pratiques de leurs fonctionnaires ? Quelles attentes nourrissent les citoyens ou les usagers à l’égard de leurs administrateurs ? Dans quelle mesure des autorités autres (« traditionnelles », religieuses, privées, économiques, militaires, syndicales, « développementalistes », etc.) investissent-elles l’espace public et revendiquent une certaine légitimité à participer du pouvoir ? Au travers de ces négociations tant diplomatiques que quotidiennes, passées et actuelles, il s’agit notamment de penser, dans une perspective socio-historique, le caractère non linéaire de la construction de l’État, la dimension conflictuelle de la lutte pour l’autorité légitime ou la complexité des relations et des imaginaires politiques.

S’attachant à identifier les recompositions globales et localisées, structurelles et quotidiennes du politique, cet axe veut également saisir la (re)configuration des relations de pouvoir et leur historicité. Il s’agit alors d’inscrire l’analyse des pouvoirs et de l’État dans la problématique plus large du politique, celle des relations de domination (entre les sexes, les genres et les générations, les « riches » et les « pauvres », les « autochtones » et les « étrangers », les Blancs, les Noirs et les Métis, les « développés » et les « développeurs », etc.) que légitiment ou contestent les croyances et les représentations plurielles de l’inégalité.

 

Axe 4 : Ressources   

Dans un contexte où la disponibilité et la diversité des ressources en Afrique sont l’objet de tensions accrues, cet axe propose de mener des réflexions sur la production et la gestion des ressources, prises ici au sens large, tant physiques (foncières, minières, énergétiques, alimentaires, travail, eau, etc.) qu’immatérielles (savoirs, connaissances, langage, arts, etc.).

Ces tensions, qui se manifestent à des échelles différentes, questionnent les modes de régulation, les rapports de force et les inégalités économiques liés au traitement des ressources. Cet axe propose ainsi d’apporter des éclairages sur les processus de changements passés et actuels dans la production et la gestion des ressources, lesquelles peuvent être considérées au sein des territoires et des espaces (qu’ils soient profanes ou sacrés, publics ou privés, touristiques ou patrimoniaux, etc.) où s’observent des configurations sociales et écologiques spécifiques. Une attention particulière peut, par exemple, être portée sur les recompositions des pratiques et des représentations sociales et culturelles eu égard à l’exploitation des ressources dans un lieu donné, à l’instar d’une mine, d’un lieu sacré ou encore d’un village transformé en site touristique.

Dans cette optique, il importe de dépasser – sans toutefois ignorer – les dichotomies classiques ayant trait à la production et à la gestion des ressources (individu/groupe, hérité/construit, local/global, rural/urbain, État/marché, adoption/résistance, tourisme/sacré, etc.) pour mieux appréhender la complexification des arrangements sociaux, économiques et politiques entre acteurs pour l’accès et l’utilisation des ressources.

Dépendamment des contextes et des échelles concernés, l’enjeu est aussi de comprendre dans quelle mesure ces changements dans la production et la gestion des ressources s’inscrivent dans une continuité historique ou, au contraire, sont facteurs de rupture. Plus précisément, comment ces changements invitent-ils à réinterroger les rapports qui se nouent entre les différentes formes de propriété (religieuse, « coutumière », légale, publique, etc.), entre les processus de décision et les modalités de redistribution des fruits de l’exploitation ? Enfin, dans quelle mesure ces transformations sont-elles soutenables pour les futurs des sociétés africaines ?

Axe 5 : Construction des savoirs

Les origines de la construction des savoirs en études africaines peuvent être rapportées, en France, au début du XXe siècle et à l’organisation de la mission Dakar-Djibouti. Par le personnel qu’elle a convoqué et par son mode d’organisation, celle-ci a associé de nombreuses perspectives, allant de l’ethnologie à la littérature, de la musicologie à la botanique en passant par une démarche muséographique de collecte. Le tournant réflexif en anthropologie et les postcolonial studies ont conduit à une dévalorisation de ces premiers travaux « africanistes » issus des institutions coloniales et missionnaires, mais elle ont également donné lieu à une prise de distance vis-à-vis de la démarche pluridisciplinaire et collectionneuse qu’incarne la mission Dakar-Djibouti. Cette remise en cause va de pair avec une spécialisation disciplinaire croissante et un retour critique sur les matériaux collectés. Cet axe vise d’abord à saisir la spécificité de la démarche de production d’un savoir multidisciplinaire à travers les grandes figures historiques de « l’africanisme ». Il s’ouvre, ensuite, à une réflexion sur la structuration actuelle du champ des études africaines, en interrogeant les conséquences de la spécialisation des chercheurs héritiers de « l’africanisme », la séparation opérée entre les études sur l’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Nord et la Caraïbe, la prépondérance de certaines disciplines dans la recherche et les modalités de contact entre elles, dans un esprit qui nous semble caractéristique de l’organisation de ces JCEA. L’exigence épistémologique de cet axe pourra, en outre, permettre de revenir sur des questions méthodologiques récurrentes : ainsi sur les contacts universitaires entre Nord et Sud, la place des « langues africaines » dans la recherche ou encore les enjeux de l’oralité en tant que véhicule du savoir en Afrique. Pourront également être abordées la question de la création artistique et celle des expositions muséales. Comment et où exposer aujourd’hui les « matériaux » du premier africanisme ? De quelle manière l’archive est-elle intégrée dans la création littéraire, cinématographique et artistique ? Comment penser les éventuelles porosités entre savoir et création ?

 

Membres du comité scientifique :

  • Ward ANSEEUW (Cirad, France / International Land Coalition, Italie) ;
  • Florence BERNAULT (Univ. Wisconsin-Madison, États-Unis) ;
  • Elara BERTHO (Lam, CNRS, France) ;
  • Benoît BEUCHER (Imaf, France) ;
  • Edmond BILOA (Univ. Yaoundé 1, Cameroun) ;
  • Julien BONDAZ (Ladec, Univ. Lyon 2, France) ;
  • Magalie BOURBLANC (Cirad, France / GovInn Univ. Pretoria, Afrique du Sud) ;
  • Tarik DAHOU (Paloc, IRD / Muséum National d’Histoire Naturelle, France) ;
  • Tobias HAGMANN (Univ. Roskilde, Danemark) ;
  • Éric Komlavi HAHONOU (African Studies Center, Univ. Leiden, Pays-Bas / Univ. Roskilde, Danemark) ;
  • Benoît HAZARD (Iiac, CNRS, France) ;
  • Michael HOUSEMAN (Imaf, Ephe, France) ;
  • Chloé JOSSE-DURAND (Lam, IEP Bordeaux, France / Ifra Nairobi, Kenya) ;
  • Guillaume LACHENAL (Sphere, Univ. Paris Diderot, CNRS, France) ;
  • Katrin LANGEWIESCHE (Iiac, EHESS, France) ;
  • Tristan LEPERLIER (Cessp, CNRS, France) ;
  • Frédérique LOUVEAU (Laspad, Univ. Gaston Berger, Sénégal) ;
  • Géraud MAGRIN (Prodig, Univ. Paris 1, France) ;
  • Claire MÉDARD (Urmis, IRD, France) ;
  • Sara MERCANDALLI (Cirad, France / GovInn, Univ. Pretoria, Afrique du Sud) ;
  • Ismaël MOYA (LESC, CNRS, France) ;
  • Maureen MURPHY (Univ. Paris 1, France) ;
  • Kelley SAMS (Cne, EHESS, France) ;
  • Emmanuelle SIBEUD (Univ. Paris 8, France) ;
  • Ismail WARSCHEID (Irht, CNRS, France) ;
  • Nessim ZNAIEN (Imaf/Irmc, Univ. Paris 1, France)

 

Membres du Comité d’organisation :

  • Zakia AHMED (Inalco, France) ;
  • Eustache-Kossi AMOUSSOU (Imaf, EHESS, France) ;
  • Saphia AREZKI (Imaf, Univ. Paris 1, France) ;
  • Carla BERTIN (Imaf/Labex Tepsis, EHESS, France) ;
  • Ninon CHAVOZ (Thalim, Univ. Paris 3, France) ;
  • Moustapha Cissé FALL (Lam, Univ. Bordeaux Montaigne, France / Univ. Saint Louis, Sénégal) ;
  • Mélanie FAVROT (Lped, Univ. Aix Marseille, France) ;
  • Pierre GIRARD (Art-Dev / Cirad, Univ. Montpellier, France) ;
  • Pauline JARROUX (Cne, EHESS, France) ;
  • Jennifer LORIN (CANTHEL, Univ. Paris 5, France) ;
  • Delphine MANETTA (CANTHEL, Univ. Paris 5, France) ;
  • Lozzi Martial MEUTEM KAMTCHUENG (Falsh, Univ. Maroua, Cameroun) ;
  • Ronan MUGELE (Prodig, Univ. Paris 1, France) ;
  • Issopha NSANGOU, Doctorant en Sociologie (URMIS, Université de Nice Sophia Antipolis, France).

 

Filmer sur le terrain : quels enjeux?

A partir d’images tournées dans le cadre d’un travail de recherche et en adoptant un regard rétrospectif et analytique concernant leur positionnement sur le terrain, cet atelier invite les jeunes chercheurs à débattre des conditions et des contraintes de production de l’image. Reconnus comme des outils analytiques exceptionnels, les médias audiovisuels permettent d’ouvrir de nouvelles réflexions prometteuses pour la recherche : décomposer les interactions les plus confuses, saisir les mouvements et les expressions les plus infimes, proposer des dispositifs d’enquête novateurs. Parallèlement, ils influencent les données recueillies sur le terrain et exposent le chercheur à différents types d’instrumentalisations qui constituent des biais pour sa recherche. Que révèle ou produit l’usage de la caméra dans l’enquête ? Quels sont les enjeux de la diffusion et de la restitution de ces images pour les personnes filmées ? 

Les projections seront suivies d’un débat et constituent l’occasion d’une réflexion sur la façon dont les dispositifs filmiques influencent et nourrissent l’enquête scientifique.

Organisateur.trice.s :
Etienne Berger (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Elara Bertho (THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
Carole Bignon (CESSMA, Université Paris Diderot)
Muriel Champy (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Maïa Ghattas (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Yves Mintoogue (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

ibea

Contes cruels de la guerre (extrait), un film d’Ibéa Atondi de Cointet et Karim Miské, en présence des réalisateurs.

À travers le récit d’un retour au Congo-Brazzaville, son pays natal, la narratrice tente de rendre sensibles les situations vécues au temps de la guerre. La caméra, tenant le rôle de passeur, recueille les témoignages des victimes et aussi des bourreaux, s’essayant à restituer la complexité du rapport au crime et à la mort.

La restitution (19’), un film d’Ibéa Atondi de Cointet

La Restitution relate les réactions des témoins filmés dans le documentaire Contes cruels de la guerre lors du visionnage de leur film. Il explore un mode d’expérimentation de la méthode d’observation participante au travers d’un dispositif permettant de revenir sur les lieux de l’enquête, sur les faits, sur les dires mais aussi sur le travail de l’anthropologue.

Discutant(e)s :
Baptiste Buob (LESC, CNRS)
Bernard Surugue (IRD)

Atelier d’écriture avec les revues académiques partenaires 9h-12h30

Afrique Contemporaine (salle 234C)
Cahiers d’Études Africaines (salle 237C)
Études Littéraires Africaines (salle 238C)
Journal des Africanistes (salle 244E)
Politique Africaine (salle 253E)

Nota : Contrairement aux autres événements de la rencontre, l’atelier d’écriture n’est pas ouvert à tous. Seuls les jeunes chercheur.e.s ayant postulé, et dont la candidature a été sélectionnée en amont de la rencontre sont invités à participer.

Table-ronde 4 – Place et représentations de l’Afrique dans les pratiques académiques (salle 237C)

Cette table-ronde souhaite interroger les liens scientifiques établis en pratique avec le continent africain, en privilégiant une analyse réflexive sur le monde de la recherche, ses dynamiques et ses acteurs. Quelle place effective prend l’Afrique au sein des rapports professionnels et institutionnels, en termes socio-économiques et politiques, mais aussi de représentations et d’imaginaires sociaux ? Qu’est-ce que ces enjeux révèlent de l’étude scientifique de ce continent et des carrières construites sur et à l’extérieur de celui-ci?
Ces questionnements ont émergé à plusieurs étapes de l’organisation de cette troisième édition des JCEA, à travers notamment la constitution du comité scientifique, la rédaction de l’appel à communication, les recherches de financements, les modalités de dépôt et de sélection des communications, le choix des conférenciers, ou encore l’organisation des ateliers d’écriture et documentaires. Les débats suscités s’inscrivent dans des processus de production académique plus vastes, qui interrogent les incidences de la « crise de l’africanisme » des années 1980, ainsi que la catégorie académique « études africaines ».
Si les pratiques du monde de la recherche conditionnent la mobilité des élites, et ses ruptures ou continuités à l’échelle internationale, elles informent tout autant sur l’émergence des capitaux, des espaces et des inégalités qui construisent la circulation des savoirs et les modes de valorisation académique. On observe, par exemple, des critères de reconnaissance et de légitimité différenciés entre chercheurs occidentaux et africains travaillant sur l’Afrique, comme entre chercheurs africains expatriés et ceux affiliés à des institutions africaines. Qu’est-ce que ces modes de distinction explicitent des relations académiques entre ces diverses catégories d’acteurs scientifiques, de leurs rapports aux terrains et aux sociétés étudiées, des contextes des pratiques de recherche, et au-delà, des partenariats ou concurrences entretenus entre les institutions et individus concernés ? Comment l’ensemble de ces éléments influence-t-il les conditions de production, de circulation et de valorisation des savoirs (par le choix des laboratoires, des revues de
publication et des conférences) ? Comment certaines pratiques (re)dessinent-elles les hiérarchies globalisées des élites académiques spécialisées sur l’Afrique ?
Dans ce contexte, le continent africain nourrit des objets de recherche pour lesquels les expériences personnelles, les terrains d’étude, les réseaux professionnels, les environnements institutionnels, tout autant que les ressources et les parcours sociaux et biographiques des chercheurs, orientent les regards académiques et les représentations du continent, au-delà des clivages et contextes disciplinaires. En pratique, ces éléments peuvent occulter certaines réalités sociales, économiques et politiques, pourtant questionnées sur le plan académique. Comment ce contraste alimente-t-il, entre des catégories d’acteurs plurielles, des lignes de tensions, jalonnées de références exotisantes, essentialistes ou postcolonialistes, inscrites dans des processus d’ethnicisation réciproques souvent implicites, qui affectent le monde de la recherche à différentes échelles ? Et dans quelle mesure la construction des savoirs devient-elle un enjeu politique au sein des institutions, à la fois en Afrique et hors d’Afrique ?

Organisatrice : Hélène Quashie (IMAf, EHESS)

Intervenant(e)s :
Hamidou Dia (CEPED, IRD)
Anne Doquet (IMAf, IRD)
Abdoulaye Gueye (Université d’Ottawa)
Allison Sanders (IMAf, EHESS)

Table-ronde 3 – Classes sociales et productions des savoirs sur les sociétés africaines (salle 234C)

Cette table-ronde s’intéresse à la place et à l’analyse des stratifications sociales dans les objets de recherche et les cadres scientifiques des études en sciences sociales sur l’Afrique. Les classes moyennes et les élites font-elles par exemple l’objet d’un investissement académique minoritaire? Quels postulats de recherche influencent la production des connaissances socio-économiques, politiques mais aussi historiques, relatives aux groupes et aux sociétés étudiés ?
Les études africaines possèdent un important héritage intellectuel issu du marxisme des années 1960 et 1970. Qu’est-il advenu de sa transmission aux jeunes générations de chercheurs ? De nouveaux objets se réapproprient-ils cet outil d’analyse et comment l’adaptent-ils au contexte de globalisation actuel des sociétés africaines, aux processus de domination et de mobilisation politiques qu’il construit ? Quelles formes revêt alors l’actualisation du concept de classe sociale dans les recherches actuelles sur l’Afrique ? Les études dans le domaine du développement et de l’aide internationale ont également contribué à orienter les analyses académiques en se focalisant sur les causes et les marqueurs de la « pauvreté » en milieu rural et urbain. Cette dimension fait partie intégrante de la recherche. Comment le « populisme développementiste » et le « populisme en sciences sociales » (Olivier de Sardan, 1990) ont-ils cependant remodelé l’appréhension et la définition des objets de recherche associés à l’Afrique, ainsi que les représentations académiques des sociétés étudiées ?
Les prospectives de la Banque mondiale et de la Banque Africaine de Développement ont mis à jour dans plusieurs pays du continent depuis les années 2000 l’émergence de classes moyennes associées à des mobilités et un consumérisme croissants, ainsi qu’aux usages des nouvelles technologies. L’afflux de fonds et d’investissements des « diasporas » ou encore le développement de loisirs touristiques attestent par exemple de mutations socio-économiques importantes. La notion de classe moyenne est alors associée à un renouvellement des définitions de la « pauvreté » en termes de capacités : quelle est sa pertinence scientifique et sa résonance politique? Comment les classes moyennes et les élites au sein des sociétés africaines, ainsi que les transitions descendantes ou ascendantes entre catégories sociales, peuvent-elles désormais être abordées ? L’analyse de ces mutations socio-économiques, mais également politiques, s’inscrit-elle en continuité ou en rupture avec les études historiques sur les stratifications sociales des époques pré et post-indépendance ? Quels changements peut-on observer dans la construction et la hiérarchisation des groupes sociaux ?
Enfin, la question de la place et de l’analyse des rapports sociaux de classe dans les objets de recherche sur les sociétés africaines peut interroger le courant théorique des Subaltern Studies qui imprègne depuis quelques années les débats universitaires et a favorisé une approche spécifique des groupes sociaux « dominés ». En quoi celle-ci se distingue-t-elle des autres perspectives académiques pour appréhender les clivages socio-économiques et identitaires internes aux sociétés étudiées ? Quelles sont ses incidences dans la construction et la production des savoirs et quelles analyses critiques induisent-elles ? Comment les études relatives aux circulations transnationales et leur renouvellement viennent-elles mettre en perspective et redéfinir les rapports de domination socio-économique tels qu’ils sont pensés dans la recherche sur les sociétés africaines ?

Organisatrice : Elsa Paris (CESSMA, Université Paris Diderot)

Intervenant(e)s :
Riccardo Ciavolella (LAIOS-IIAC, CNRS)
Jean Copans (EHESS)
Monique de Saint-Martin (IRIS, EHESS) (sous réserve)
Violaine Tisseau (IMAf)

Table-ronde 2 : Positionnalité du (jeune) chercheur sur le terrain (salle 237C)

Cette table-ronde propose de faire le point sur les méthodologies de terrain adoptées par les (jeunes) chercheurs au sein des sociétés africaines. Quelle est la place de l’enquête et quelles sont ses modalités dans un contexte de renouvellement constant des objets de recherche sous l’effet de la mondialisation ? Comment se construisent par exemple les terrains multi-situés ? Quelles sont les incidences sur l’évolution de la recherche et la production des connaissances ?
Dans le cadre d’une discussion transdisciplinaire, nous proposons d’analyser et de comparer les méthodes et les pratiques adoptées en fonction du terrain, de sa durée, de ses lieux et de la spécificité de ses objets. Les données de terrain étant vouées à être transformées en production écrite, on se demandera également comment l’écriture scientifique varie selon les terrains entrepris et les disciplines de recherche. Celle-ci utilise également de plus le plus le recours à l’audiovisuel : quelles sont les apports méthodologiques de
cette approche et quels questionnements réflexifs spécifiques permet-elle ?
Pour analyser et déconstruire la relation « chercheur-terrain », il s’agit d’abord de souligner le rôle de l’enquêteur et de ses caractéristiques sociales. L’accès au terrain, le déroulement et le résultat de la recherche sont-ils susceptibles d’être influencés par l’âge, le genre, la classe sociale, la nationalité de l’enquêteur ou encore l’assignation identitaire dont il peut faire l’objet ? Comment trouver un juste équilibre entre la quête, parfois obsessionnelle, d’une neutralité idéale et la subjectivité du (jeune) chercheur, parfois refoulée, dans la production des données ? Enfin, quels enjeux et quels biais interprétatifs peuvent impliquer le fait de faire une enquête « chez soi », ou comment aborder des sujets sensibles dans un environnement où le (jeune) chercheur a été impliqué autrement avant ses investigations ? Comment se traduit alors la distance nécessaire à la recherche ?
Les problématiques liées aux langues usitées durant l’enquête restent également cruciales. Le choix de la langue de travail, et plus généralement la question de la maîtrise des langues souvent plurielles sur un même terrain, peut être déterminant et influencer fortement tant l’implication du (jeune) chercheur, son accès au terrain, que les résultats de sa recherche. Quels enjeux constitue le recours aux langues « locales » au cours de l’enquête ? Quelles peuvent être les conséquences de l’utilisation de langues européennes ou d’un recours aux interprètes, que l’on soit un enquêteur étranger ou natif du pays, de la région étudiés ? La recherche en études africaines est par ailleurs aujourd’hui très diversifiée et s’ouvre de plus en plus à un large éventail de sujets et d’objets. Aussi, le (jeune) chercheur est-il confronté à la gestion de sujets « subversifs » ou « à risque » pour lui ou ses interlocuteurs, tels que pour des recherches dans des zones de conflits ou des lieux d’instabilité politique, sociale, sécuritaire, alimentaire, qui affectent tant la position du (jeune) chercheur que le déroulement de son enquête. D’autres objets s’intéressent à des problématiques mémorielles dont les frontières entre passé et présent sont très floues et peuvent conditionner politiquement et socialement le (jeune) chercheur au coeur de ses enquêtes.
Enfin, cette table ronde souhaite interroger l’apport et l’influence d’autres pratiques de terrain parallèles aux enquêtes effectuées dans un contexte académique. Quels changements subissent les approches méthodologiques et questionnements théoriques lorsqu’ils sont impliqués partiellement ou entièrement dans un contexte de consultance ou d’expertise ? Face à une précarité académique croissante, en Europe comme en Afrique, de plus en plus de (jeunes) chercheurs sont confrontés à cette question, ainsi qu’à des choix professionnels entre secteurs publics et privés, à la fois pour financer leurs enquêtes et pour trouver un poste. Quelles incidences cette multiplication des finalités de l’enquête a-t-elle dans la production des connaissances sur les sociétés africaines ?

Organisatrice : Elizaveta Volkova (IMAf, EPHE)

Intervenant(e)s :
Andrea Ceriana Mayneri (IMAf) (sous réserve)
Ismaël Moya (LESC, CNRS)
Fatoumata Ouattara (LPED, IRD)
Caroline Panis (CERLIS, Université Paris Descartes)
Tatiana Smirnova (RIAM, EHESS)

Table-ronde 1 – Etudier les Afriques, avec ou sans paradigmes postcoloniaux ? (salle 234C)

Il semble aujourd’hui difficile d’aborder la question des paradigmes postcoloniaux sans que ne viennent à l’esprit les débats passionnés qu’ils suscitent, à l’instar de celui de leur réception dans le champ académique français. D’une déconstruction épistémique utile du regard porté par l’Occident sur le reste du monde à des postures mêlant revendications identitaires et politiques, les études postcoloniales, dont les orientations se sont pourtant multipliées, semblent souvent procéder à la reconduction de ce qu’elles s’étaient donné pour objectif de déconstruire : le piège de la binarité. Pour autant, les objets de recherche des sciences sociales s’intéressant aux Afriques apparaissent de plus en plus imprégnés de paradigmes postcoloniaux pluriels : quels sont-ils ? La complexité de leurs interactions avec des postulats d’ordre socio-politique rend parfois leur définition difficile ou masque leur prégnance. Comment comprendre les questionnements épistémologiques qu’ils suscitent ou la banalisation de postulats épistémiques pour certains objets de recherche ? L’importance croissante de l’orientation postcolonialiste dans les travaux des jeunes chercheurs par exemple est-elle liée à une dimension « émique » du terrain qui rend indispensable l’usage de ces outils théoriques, à une absence de mise en perspective de ces derniers, à une torsion faite aux données de terrain liée à un aveuglement conceptuel et politique ? Quels liens ces positionnements théoriques entretiennent-ils aujourd’hui avec les courants de la Négritude et de la Blackness ? Alimentent-ils des débats autour de la racialisation des acteurs de la recherche et des sociétés étudiées ?
Ces interrogations ont pour but de permettre aux jeunes chercheurs de questionner leurs objets d’étude et méthodologies de recherche, les données ethnographiques, ainsi que les dynamiques globales à l’oeuvre sur les « terrains africains », remettant parfois en cause l’usage de certains paradigmes et cadres scientifiques. Ainsi, à quelles limites le postcolonialisme, comme d’autres courants avant lui (fonctionnalisme ou structuralisme), se heurte-t-il pour saisir les configurations des sociétés africaines globalisées ? Y a-t-il une « nécessité » de dépasser une approche postcolonialiste dictée par le terrain où subsistent entre autres des rapports sociaux racialisés, réels ou idéologiques – ou par un positionnement lui-même éthique et politique ? Par exemple, même si les sociétés africaines actuelles sont le produit de diverses expériences de colonisation, les faits historiques les plus étudiés sont la traite négrière et la colonisation européenne, comparativement à la traite transsaharienne. Faut-il y voir un effet d’accentuation de politisation des faits historiques ramenée à la période contemporaine ? A l’inverse, une analyse des sociétés africaines au prisme des classes sociales, considérant d’autres hiérarchisations qui relativisent la prédominance du postulat identitaire, peut-elle permettre de nuancer et questionner différemment la reproduction de certaines catégorisations ethno-raciales, y compris dans l’étude des réseaux « diasporiques » issus du continent ? Quelles limites peut-on poser à cet angle d’analyse ? Enfin, peut-on envisager une voie médiane qui reformule le projet scientifique postcolonial pour analyser les Afriques et leurs interactions avec le reste du monde ? Quelles seraient alors ses incidences académiques ?
Cette discussion pointe en filigrane la place du chercheur par le regard qu’il porte sur ses objets de recherche, les relations personnelles et professionnelles qu’il entretient avec les sociétés étudiées, ses propres représentations de l’Afrique, et pousse à un questionnement réflexif qui interroge aussi le développement et le recours aux paradigmes postcoloniaux : d’où parlons-nous et au nom de qui ?

Organisateur : Tonda Mahéba (IRIS, EHESS)

Intervenant(e)s :
Jean-Loup Amselle (EHESS)
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Elise Pape (IRIS, EHESS)
Sami Tchak (Écrivain)

Panel 24 – Patrimoine, patrimonialisation, tourisme (salle 253E)

La protection des « traditions » culturelles et d’ensembles paysagers africains est une préoccupation apparue pendant la période coloniale, avant la normalisation d’une définition universaliste et internationalisée du patrimoine par l’Unesco. De nombreux acteurs locaux, nationaux ou internationaux participent depuis aux processus de patrimonialisation, renouvellent la définition de leurs objets ou contestent leurs enjeux. Le patrimoine constitue un construit social et un outil politique qui induit des stratégies conflictuelles autour de ses usages et des identités qu’il dessine. Ses valorisations sélectives modifient le rapport au passé, redéfinissent les savoirs socio-historiques et culturels et influencent leur circulation. Elles impliquent également des recompositions territoriales qui engendrent des questions économiques et des modes de hiérarchisations sociales. Ce panel propose d’analyser la « fabrique du patrimoine » africain sur le temps long, ainsi que ses enjeux territoriaux, identitaires et politiques, en incluant les objets patrimoniaux qui ne sont pas institutionnalisés et qui questionnent la définition mondialisée du patrimoine. Les analyses épistémologiques liées à la (re)construction et à la circulation des savoirs, ou encore aux inégalités et distinctions sociales résultant de la valorisation patrimoniale, seront appréciées. Elles incluront les pratiques du tourisme culturel qui révèlent des contestations, discours alternatifs ou contournements des usages officiels du patrimoine et interrogent les savoirs qu’il incarne.

Benjamin Barbier (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) & Eustache Amoussou (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Entre le local et l’universel : la fabrique du patrimoine à Porto-Novo (Bénin) »

Eliane Djemgou (EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« La réinvention de la tradition dans les chefferies et les funérailles bamileke pour le développement du tourisme. »

Monica Labonia (Université Nice Sophia Antipolis)
« Le rôle du patrimoine culturel dans le processus de pacification et intégration régionale : le cas d’étude de l’initiation masculine du village sénégalais de Youtou »

Boubacar Sambaré (CESSMA, Université Paris Diderot, Université de Ouagadougou)
« Les métiers à tisser améliorés et l’essor de l’artisanat textile au Burkina Faso (des années 1960 à 2010) »

Discutant(e)s :
Saskia Cousin (Université Paris Descartes)
Marie-Pierre Ballarin (URMIS, IRD)

Panel 23 – Fabriques mémorielles (salle 244E)

Comme dans d’autres régions du monde, mémoire et histoire sont articulées et recomposées à différentes échelles sur le continent africain. Elles sont associées à des objectifs politiques, économiques et sociaux diversifiés, qui font aussi écho aux enjeux de légitimation politique des Etats-nations. De la « fabrique des grands hommes » aux processus de reconstruction de la mémoire des conflits, en passant par un retour de la mémoire coloniale qui oscille entre rejet et nostalgie, l’histoire est réinterprétée, hybridée et frôle souvent la fiction. Ce panel transdisciplinaire propose d’interroger les constructions mémorielles selon différents angles. Il s’agira par exemple de décrire et d’expliquer la façon dont l’histoire se mythifie, l’évènement entre dans la légende et la personne historique devient héroïque. Quels sont les acteurs de ces processus, les outils qu’ils mobilisent, les arènes dans lesquelles ils se déploient, ou encore l’impact politique, médiatique ou culturel de ces récits ? On s’intéressera également au traitement actuel des matérialités du passé qui informe sur la transformation des pratiques, des représentations et des discours dans les processus historico-mémoriels et la circulation des savoirs. Nous questionnerons enfin la position du chercheur face à ces enjeux de mémoire : comment observer et analyser les réécritures de l’histoire et comment rendre compte de leur imbrication et de leur circulation ?

Isabelle Denis (Université Paris-Sorbonne)
« Mayotte, entre construction d’une mémoire et appropriation de son histoire »

Pierre Leroux (CERC, THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
« Le rêve des autres, représentations des deux premières Chimurenga dans l’oeuvre de Dambudzo Marechera »

Simon Ngono (GRESEC, Université Grenoble Alpes) & Charles Le Grand Tchagnéno Téné (LIP, Université Grenoble Alpes)
« La presse camerounaise et la construction de la représentation sociale du martyr »

Discutant(e)s :
Maria Benedita Basto (CRIMIC, Université Paris-Sorbonne)
Marie-Aude Fouéré (IMAF, EHESS)

Panel 22 – Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques 2 (salle 238C)

Les langues introduites par les anciens empires coloniaux européens (le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol) s’entremêlent avec les autres langues du continent, elles-mêmes parfois issues d’anciens empires (à l’instar de l’amharique), ou encore avec l’arabe. Ce panel interroge les pratiques langagières au regard des évolutions, imbrications, rapports de force et interrelations entre les différentes langues usitées, à travers des études de cas linguistiques, historiques, sociolinguistiques, ou des illustrations en littérature et dans les arts. Ces frontières fluctuantes engendrent des rapports de domination, des constructions mythifiées et des investissements identitaires complexes qui dépendent des subjectivités des acteurs, des lieux et de multiples désirs d’appartenance. Les variations linguistiques, comme les rapports de pouvoir symbolique, inscrits dans des contextes mouvants de plurilinguisme et de multilinguisme, rendent par exemple les politiques linguistiques ou les campagnes d’alphabétisation en « langue locale », complexes à harmoniser. Les communications attendues pourront donc analyser les jeux d’échelles et de labilité entre les langues, qui induisent des dynamiques plurielles de bricolage, syncrétisme, rejet et appropriation. Ce panel s’intéressera également au positionnement du chercheur face à l’usage des langues lors du travail de terrain, le choix linguistique constituant un enjeu méthodologique qui détermine tant l’accès au terrain que la production des données.

Ferhat Balouli (Université Mohand Oulhadj de Bouira)
« Les langues dans les villes algériennes. Enjeux de statut et d’appartenance »

François Ousmane Dupuy (Institut de Langues et littératures romanes, Université Goethe, Francfort)
« Rapports inter- et transculturels et traduction de la littérature subsaharienne de langue française dans l’espace germanophone »

Amos Kamsu Souoptetcha (Université de Maroua)
« La néonymie au coeur du discours des écrivains négro-africains : problématique des identités linguistiques »

Lozzi Martial Meutem Kamtchueng (Université de Maroua)
« Il a coupé la petite-là. A Linguistic Study of the Language of Sexuality in French-Speaking Cameroon »

Discutant(e)s :
Aïssatou Mbodj-Pouye (IMAf, CNRS)
Cécile Van den Avenne (ICAR, ENS Lyon)

Panel 21 – Corps, genre(s) et sexualité(s) 2 (salle 237C)

Depuis deux décennies, les études africaines ont pleinement investi les réflexions initiées par les études de genre, que ce panel vise à aborder par le prisme du corps et des sexualités. En abordant les thématiques liées à la prostitution, au concubinage, au mariage, aux pratiques sexuelles, mais aussi à l’homosexualité et à l’hybridité du féminin et masculin, il s’agit d’interroger la construction et l’articulation d’un ensemble de discours et de pratiques de colonisation, d’encadrement et de gestion de l’intime dans les sociétés africaines. Il s’agit aussi de « reconnecter » l’Afrique en montrant que l’évolution des sexualités et des pratiques corporelles se fait souvent, mais pas exclusivement, en regard de valeurs et de normes, souvent politisées, d’autres régions du monde. En outre, en élargissant la réflexion aux techniques corporelles et à la mise en scène de soi, ce panel vise à analyser non seulement la manière dont les corps sont investis et disciplinés par des enjeux et politiques visant à assigner une place aux individus dans l’espace social, mais aussi comment ces derniers habitent, négocient, voire superposent ces « normes ».

Zakia Ahmed (ADESS, Université de Bordeaux)
« Les pratiques sexuelles des femmes mahoraises-comoriennes ou la gestion de l’intime en contexte de mobilité »

Loucineh Guevorkian (CERLIS, Université Paris Descartes)
« Filles “perdues” »

Eve Gianoncelli (CRESPPA-GTM, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Paulette Nardal ou la naissance d’une conscience noire genrée »

Sara Panata (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Les militantes nigérianes se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’époque coloniale tardive (1945–1960) »

Discutant(e)s :
Thérèse Locoh (INED, EUPA)
Gianfranco Rebucini (Université Brunel, Uxbridge, Londres)

Panel 20 – États, nations et frontières (salle 234C)

Alors qu’en leur temps, les décolonisations africaines étaient apparues comme un désir de « faire communauté » à l’intérieur des frontières coloniales, les États-nations post-coloniaux n’ont pas tardé à devenir eux-mêmes la source de nombreux conflits et de querelles. L’autoritarisme, les faibles performances économiques et la prédation des élites gouvernantes n’ont pas permis l’amélioration des conditions d’existence des populations. Il s’en est suivi une crise de légitimité des États, ainsi qu’une exacerbation des replis identitaires, qui hypothèquent l’avenir des jeunes nations africaines, comme l’illustre l’apparition de mouvements irrédentistes et de rebellions armées. Avec la sécession du Sud Soudan et la rébellion touareg au Mali, le mythe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation s’est définitivement effondré, révélant au passage la faiblesse et la déliquescence des États africains post-coloniaux. Ce panel se propose, à partir d’études empiriques, de questionner le processus de construction de l’État-nation en Afrique, ainsi que les facteurs internes ou externes au continent qui conditionnent son « odyssée ». Il interroge aussi les différentes formes de réappropriation ou de remise en cause des États, des nations et des frontières africaines, ainsi que les mobilisations, les discours et les représentations identitaires par lesquels elles s’expriment.

Yves Béringue (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« D’une limite intra-impériale à une frontière nationale : exemple de la Guinée et du Mali de 1958 à 1970 »

Guilain Mathe (IEPI, Université de Lausanne)
« Gouvernance rebelle et politique de sécurité : les défis de la recherche de terrain dans les espaces de conflits armés au Nord-Kivu (RDC) »

Richard Oko Ajah (Université d’Uyo)
« Nationalism and African Communal Identity in Marguerite Abouet and Clément Oubrerie’s Aya de Yopoungon »

Silvester Trnovec (Académie slovaque des sciences, Institut des études orientales et africaines)
« Enseignement de l’histoire en Afrique Occidentale Française en 1900-1945. La construction d’une identité ? »

Discutant(e)s :
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Cindy Morillas (LAM)

Panel 19 – Le panafricanisme à l’épreuve du tout-monde (salle 253E)

La notion de panafricanisme a fait l’objet de glissements discursifs et géographiques tout au long du XXe siècle. Ce fut successivement le ferment d’une identité noire américaine, le moteur de mouvements de libération anticoloniaux ou le motif d’une solidarité entre États néoindépendants soucieux de leur intégrité territoriale. De la même façon, les modalités de ces panafricanismes ont été multiples : institutionnelles et militantes, élitistes et populaires, artistiques, politiques, économiques… Aujourd’hui, les formes institutionnelles du panafricanisme, telles que l’Organisation de l’Unité Africaine, tendent à s’essouffler, alors qu’un certain nombre de forces et d’évolutions (la fin des « grands récits » après la Guerre Froide, la régionalisation du monde court-circuitant l’échelle continentale, l’affaiblissement des États africains en situation d’ajustement structurel) en ont sapé les principes anciens. Cet essoufflement invite à penser les mutations contemporaines du discours panafricaniste, des savoirs qu’il construit et ses nouvelles modalités d’action au regard des évolutions passées. Il s’agira d’interroger l’adaptabilité du corpus et des imaginaires panafricains à des formes plus classiques de militantisme dans l’histoire. On questionnera également les échelles d’inscription actuelles et passées des panafricanismes pour déterminer si le continent constitue un horizon indépassable ou si les panafricanismes se jouent paradoxalement à d’autres échelles (locale/globale).

Augusta Anata Mawata (Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé)
« Marcien Towa, le fossoyeur du genre Noir »

Antoine De Boyer Des Roches (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« De Manchester à la Havane : la trajectoire afro-asiatique du panafricanisme ghanéen. »

Boris Bertolt von Siandje (Université Cheikh Anta Diop)
« Au-delà de l’afropolitanisme. »

Discutant(e)s :
Patrick Awondo (ENS Lyon) (sous réserve)
Karine Ramondy (IRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)