Les Lions

12 juillet 11h15 – 13h15

Lieu : Campus Saint Charles (Amphithéâtre Sciences naturelles)

Les Lions

Jean-Frédéric de Hasque, 90″,

produit par Michigan Films et Rien à voir

« Les Lions », description d’un mouvement associatif sur le continent africain, sans explication mais en faisant ressentir la dynamique endogène qui s’y crée. Ce film a été réalisé en même temps que ma thèse en anthropologie sur le Lions Clubs au Bénin. Il est à la fois la contraction en 90 minutes d’un travail de terrain de plusieurs années et d’un texte écrit de 350 pages. Mais, le film suggère aussi par ce qu’il élude, c’est-à-dire l’absence d’interviews et de contextualisation historique. L’objectif est de se concentrer sur ce qui fascine au sein de l’association du Lions Clubs, ce qui séduit et motive les membres pour une association est présente au Bénin depuis 1961. Le film place le spectateur au cœur des réunions et lui offre le regard des Lions, en n’offrant pour seul point de vue vers les quidams et le reste de la population que celui des Lions contemplant les « autres » à travers les vitres de leurs limousines. Par l’image et le son, l’objectif de cette projection à laquelle peut-être associée une discussion/débat ensuite (en fonction de votre intérêt) est de décrire une situation ethnographique, en évoquant ce sur quoi elle pourrait déboucher. Plus précisément, dans le cas de ce film, j’ai décidé de ne pas utiliser d’images archives ou d’interviews, pour expliquer les causes de l’adhésion par exemple, afin de privilégier la monstration de la dynamique des clubs. Ce qui m’intéresse c’est de montrer « vers quoi mène un mouvement et un mécanisme », pour montrer dans ce cas-ci que faire partie du Lions Clubs au Bénin c’est parvenir à tenir de nombreuses réunions pour recruter plus de membres. La dernière séquence du film montrant un gâteau en forme de continent en train d’être découpé, suggérant la création d’un panafricanisme d’élite. Ce qui est un propos revendiqué par les hauts responsables africains, comme je l’écris dans ma thèse. Le film ethnographique serait donc un moment prospectif privilégié de l’anthropologie, proposant des situations « à venir ».

 Cotonou Nokoue devant sa charte (2014)

©Jean-Frédéric de Hasque, Cotonou Nokoue devant sa charte (2014)