Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Les discours de l’ONG Urgences Panafricanistes : sémiotique d’une (con)quête aux stratégies en questionnement

Par Hamidou BELEM

Doctorant et inspecteur du travail, Hamidou Belem est depuis 2019 Chef du Département Médiation et Dialogue Social au Haut Conseil du Dialogue Social au Burkina. Il est auteur de trois articles scientifiques respectivement sur le roman burkinabè, les discours politiques et les luttes syndicales.

Introduction

Depuis des décennies et ce jusqu’à nos jours, des maux d’une certaine contemporanéité assaillent toujours l’Afrique au nombre desquels l’on peut citer : l’impérialisme occidental, le néocolonialisme, le pillage des ressources naturelles, la mal gouvernance, etc. Dans une perspective panafricaniste, des figures se sont dressées contre ces pratiques et beaucoup y ont payé le prix par le sacrifice suprême. Ce combat est loin aujourd’hui de s’estomper étant entendu que les préoccupations soulevées frisent l’insolubilité. Ainsi, des acteurs politiques, tout comme ceux de la société civile, en ont fait leur cheval de bataille et des actions sont menées à travers plusieurs pays sur le continent africain ou sur d’autres.

La présente rréflexion vise à analyser le discours d’un des acteurs de la société civile africaine, à savoir l’ONG Urgences Panafricanistes (URPANAF), dans son combat pour la (re)construction d’une Afrique indépendante, souveraine où les intérêts des peuples et des générations présentes et futures d’Africains sont préservés. Pour rappel, l’ONG URPANAF a été créée en décembre 2015 au Sénégal pour la défense entre autres de la cause de l’Homme noir, la souveraineté de l’Afrique, et contre l’impérialisme. Elle est représentée dans plusieurs pays africains et en Europe.

Son combat étant la transformation de la situation décriée en une autre, nous nous intéresserons à la problématique suivante : comment dans son discours URPANAF mène-t-elle la lutte ? De cette question principale, d’autres en découlent : quelle est la configuration actantielle dans le combat mené par URPANAF ? quelles stratégies discursives utilise-t-elle pour mobiliser les partisans et pour attaquer les adversaires ?

Notre analyse s’effectuera à travers le prisme de la sémiotique greimassienne en vue de faire ressortir dans un premier temps les principaux axes de combat ainsi que le schéma actantiel qui le caractérise ; par la suite, les différentes stratégies dans l’économie narrative en termes de mobilisation des adjuvants et en termes d’attaque à l’endroit des bourreaux dont les responsables de URPANAF font usage dans leurs discours pour l’aboutissement des actions projetées seront identifiées. Aussi, les insuffisances de ces stratégies seront relevées dans le but d’esquisser une nouvelle approche stratégique pouvant conduire à un combat panafricaniste qui triomphe.

1-Approche théorique et méthodologique

Tout récit ou discours, dans son développement, met en branle un certain nombre de rôles qui assurent sa progression et sa compréhension en vue de constituer le sens. Ces rôles sont assumés par des personnages ou plus spécifiquement par ce que la sémiotique appelle actants. L’analyse de cette configuration discursive fait appel au modèle actantiel qui est un dispositif mis en place par A. J. Greimas (1986-172-191) qui permet de décomposer une action en six facettes (Herbert, 2007). Ces facettes ou actants sont le sujet, l’objet, le destinateur, le destinataire, l’adjuvant et l’opposant. Pour Herbert, « le sujet est ce qui est orienté vers un objet » (2007, p. 87) et les deux actants se définissent l’un en fonction de l’autre. Par exemple, dans « je lutte pour un monde juste », « je » est le sujet et il est orienté vers l’objet, à savoir « un monde juste ».

Les adjuvants et les opposants constituent une autre paire et leurs fonctions, respectivement, « consistent à apporter de l’aide en agissant dans le sens du désir, ou en facilitant la communication » et « à créer des obstacles, en s’opposant soit à la réalisation du désir, soit à la communication de l’objet » (Greimas, 1986, p. 178). Dans notre exemple ci-dessus, tous ceux qui vont aider ou favoriser l’action du sujet sont des adjuvants ; par contre les facteurs qui en constitueront des obstacles jouent le rôle d’opposant. Pour ce qui est du destinateur, il faut noter qu’il « est ce qui demande que la jonction entre le sujet et l’objet soit établie » (Herbert, 2007, p. 88) ; et quant au destinataire, il « est ce pour qui la quête est réalisée » (Herbert, 2007, p. 88). En d’autres termes, le destinateur est celui qui mandate ou incite le sujet à agir tandis que le destinataire est celui qui sera le bénéficiaire de la quête une fois réalisée. Greimas (1986, p. 180) résume le modèle actantiel de la manière suivante :

 

De ce qui précède, toute situation est un état ou une jonction, c’est-à-dire une « relation qui unit le sujet à l’objet » (Greimas, Courtés, 1993, p. 201). En sémiotique narrative, l’on parle d’énoncé d’état. Entre le sujet et l’objet, la jonction peut être positive, lorsque le sujet est conjoint à l’objet, ou négative quand il en est disjoint. Le Groupe d’Entrevernes (1979, p. 15) parle d’« énoncé d’état disjoint » où le sujet est en disjonction avec l’objet et d’«énoncé d’état conjoint » où le sujet est en conjonction avec l’objet. Dans notre exemple, le sujet « je » est disjoint de l’objet, un monde juste ; il s’agit dans ce cas d’un énoncé d’état disjonctif. Il se pourrait qu’il y ait un autre sujet qui soit dans cette même situation conjoint à l’objet, d’où un énoncé d’état conjonctif. Par exemple l’exploiteur sera, dans l’exemple que nous avons pris, le sujet conjoint à l’objet, cet objet étant ici le contraire d’un monde juste, donc le monde injuste. Ici, monde juste et monde injuste sont le même objet ; la différence tient seulement de l’appréciation des différents sujets.

Dans un discours, l’on peut identifier les différents états qui y sont évoqués. Ils sont susceptibles de changements ou de transformations ; du moins, les actants du discours peuvent œuvrer pour des changements des états, quitte à ce que ce désir réussisse ou échoue. «Le régime de l’action repose sur la transformation discontinue des états de choses. Une action relie deux situations, la situation initiale et la situation finale dont les contenus respectifs sont inversés…». (Fontanille, 2016, p. 198).

Les transformations ou les passages d’un état à un autre constituent un programme narratif (PN) qui sera impulsé par un actant appelé sujet de faire. Le PN peut être conjonctif ou disjonctif tel que indiqué par Courtés (1991, pp. 78-79). Lorsque la transformation vise à combler un manque par la liquidation de ce manque, c’est la procédure d’acquisition qui est soit transitive, soit réfléchie. Le Groupe d’Entrevernes résume la procédure d’acquisition comme suit :

Un même acteur assume le rôle de sujet operateur et le rôle de sujet d’état disjoint dans l’état initial et conjoint dans l’état final. Il s’agit pour cet acteur de s’attribuer à lui-même l’objet-valeur : c’est une opération réfléchie, on l’appelle APPROPRIATION. […] Le sujet operateur est représenté par un autre acteur que le sujet d’état conjoint dans l’état final. Il s’agit alors de faire acquérir l’objet à un autre : c’est une transformation transitive. On l’appelle ATTRIBUTION. […] Un même acteur assume le rôle de sujet opérateur et de sujet d’état conjoint dans l’état initial et disjoint dans l’état final. Il s’agit pour cet acteur de se disjoindre lui-même de l’objet : c’est une opération réfléchie, on l’appelle RENONCIATION. […] Le sujet opérateur de la transformation est un autre acteur que le sujet conjoint de l’état initial. Ce dernier est disjoint de l’objet par un autre : c’est une opération transitive, on l’appelle DEPOSSESSION. (Entrevernes, 1979, pp. 24, 25).

Dans cette logique, une attribution corrélée d’une renonciation entre respectivement le destinateur et le destinataire est un don tandis que l’appropriation impliquant une dépossession relève du schéma de l’épreuve qui « est défini traditionnellement comme la rencontre entre deux programmes narratifs… concurrents : deux sujets se disputent un même objet ». (Fontanille, 2016, p. 118).

Dans l’épreuve, il y a deux programmes narratifs concurrents et complémentaires. La réalisation de l’un entraine l’échec de l’autre.  Pour « la lutte pour un monde juste » que nous avons pris comme exemple, quand le premier sujet va réussir, le second se trouvera sans son monde « injuste ». C’est dans ce sens que nous comprenons Greimas et Courtés (1993, p. 131) quand ils affirment : « l’épreuve est une figure discursive du transfert des objets de valeur, qui suppose, de manière concomitante, une conjonction réfléchie (ou appropriation) et une disjonction transitive (ou dépossession), et qui caractérise le faire du sujet-héros en quête de l’objet de valeur ».

Par ailleurs, pour mener et réussir le combat de l’épreuve, chaque acteur doit déployer des stratégies en ayant en esprit que l’autre aussi en fait autant. Ainsi, chaque actant doit se projeter en avant en vue d’imaginer les stratégies de son adversaire. C’est de cette manière qu’il pourra mieux les contrecarrer et surtout mettre en œuvre sa propre stratégie. Dans cette perspective, et selon Fontanille (2016, pp. 202-203),

Le programme doit pouvoir alors être inventé par l’actant. C’est dans ce sens que ses calculs véritablement deviennent stratégiques… Lors de la mise en œuvre du plan d’attaque de la banque, par exemple, interfèrent d’une part le contre-programme de la sécurité et de défense de l’ordre, et d’autre part, ce qu’on appelle en général les impondérables. Dans ce cas, l’actant doit pouvoir combiner (1) la programmation à rebours, qui lui permet de conserver son objectif principal, (2) des schémas stéréotypés, permettant une réponse canonique, (3) un calcul stratégique à partir des représentations qu’il se donne de l’adversaire ou de l’« impondérable. 

Dans le cadre de cette réflexion, nous allons porter notre analyse sur deux discours du Président de l’ONG URPANAF en la personne de Kemi Séba. Le premier est un entretien intitulé « Kemi Séba : Panafricanisme 2.0 ? » qu’il a accordé à la chaine Youtube Thinkerview le 21 novembre 2018 sur divers sujets dont le sort des Noirs ; le second est une Conférence publique qu’il a animée le 21 décembre 2019 à l’Université de Ouagadougou à l’endroit de la jeunesse autour de la question du franc CFA (FCFA) et du terrorisme au Sahel. 

2- Configurations sémiotico-stratégiques des discours de l’ONG URPANAF

Le combat que mène URPANAF est tournée aussi bien vers des Africains que vers des Occidentaux. Dans la lutte, une stratégie inédite est utilisée tout en affichant clairement les axes d’un combat éprouvant.

2-1-Les discours de l’ONG URPANAF : l’expression d’une épreuve

Dans les discours dont Kemi Séba, Président de URPANAF, est sujet, nous identifions aisément les différents objets-valeurs qu’implique la quête. Dans ses deux discours, nous distinguons trois objets de lutte : il s’agit du combat contre le FCFA, de la lutte contre l’exploitation des richesses africaines au détriment des Africains et la lutte pour le respect de l’Homme noir. Lors de la conférence publique à Ouagadougou, il affirme :

La question du FCFA est un problème colonial et néocolonial ; et tout le monde le comprend… mais la seule force qui fait semblant de ne pas entendre, c’est Emmanuel Macron. Alors, nous disons à Emmanuel Macron d’entendre la voix, la douleur, la colère de la jeunesse africaine ; mais ça sera une perte de temps… Nous nous foutons de savoir si Emmanuel Macron comprend notre mobilisation… Nous parlons des nôtres qui font semblant d’avoir la surdité, qui font semblant de ne pas comprendre ce que nous disons…

Dans cet extrait, Emmanuel Macron et autres acteurs sont les opposants actantiels à combattre. Les siens dont il parle, ce sont les Présidents africains, les « sorbonnards » ou l’élite africaine qui, dans une complicité ou « concubinage incestueux » avec l’Occident, maintiennent le FCFA pour leurs intérêts personnels. Il fustige ces Présidents africains que sont « Alassane dramatique Ouattara », « le maquillage sale du Sénégal » et d’autres acteurs très connus comme l’ancien footballeur ivoirien Didier Drogba qui accompagnent le Président Macron dans le changement du FCFA à l’Eco, qu’il qualifie d’ailleurs de « changement cosmétique ».

Concernant la question du pillage des richesses africaines, il pointe du doigt « la France, l’armée française » présente au Sahel, « l’Etat Islamique » qui est un « mercenaire français » et les « terroristes endogènes » que sont les dirigeants africains. Il indexe la responsabilité des Présidents burkinabè, « une passoire politique », à qui il demande de retrouver son courage, et le Président du Niger, le « fou Issoufou ou Issoufou fou ». 

Quant à la lutte pour le respect de l’Homme noir, il s’insurge contre une pratique systémique dont les Africains et les Afro-descendants sont victimes. Il donne l’exemple du sort réservé aux Noirs en France qui ont été pris à partie par des manifestants contre la mort en 2006 de Ilan Halimi, un membre de la communauté juive. En voici un extrait tiré de son entretien sur Thinkerview :

Youssouf Fofana, sale nègre, les Juifs auront ta peau. Et tous les noirs qu’ils avaient trouvés lors de ces manifestations, ils les avaient tabassés… Quand j’entends, Youssouf Fofana, tu dois être jugé, tu dois être incarcéré, ce n’est pas mon problème. Youssouf Fofana est un criminel, à partir du moment où il commet un crime ce n’est pas mon problème… 

Ici, il accuse les Français, les Juifs, l’oligarchie occidentale, les médias français d’être des racistes, car s’étant attaqués systématiquement aux Noirs du simple fait que Youssouf Fofana, le criminel, est noir.  Pour lui, les criminels sont dans toutes les communautés, et il faut les juger comme tels et non tenir compte de la couleur de leur peau. Il prend l’exemple de Marc Dutroux, violeur-tueur de jeunes filles, qui est jugé en tant que criminel et non pas en tant que Blanc.

Dans le combat, URPANAF se fait accompagner par des acteurs comme la jeunesse africaine, certains dirigeants africains, certaines bonnes volontés et même les responsables dans des pays comme la Russie, l’Iran, le Venezuela… Ces acteurs sont leurs adjuvants et sont encensés sinon manipulés (au sens sémiotique du terme) afin qu’ils constituent un bloc contre les opposants qui sont de plusieurs ordres.

Au regard des configurations ci-dessus décrites, l’on est dans une situation d’une épreuve où le sujet URPANAF est en quête d’objets tels que la fin du FCFA, le non pillage des richesses africaines et le respect de l’Homme noir. Dans ces combats, des adjuvants lui donnent de l’aide ou facilitent l’acquisition des objets au détriment des opposants en vue de les rendre aux peuples noirs au nom de leur droit à l’auto-détermination. C’est donc un combat pour une appropriation corrélée à une dépossession.

2-2-Stratégies discursives dans la lutte

Dans le combat que mène l’ONG URPANAF, des stratégies sont utilisées. Nous retiendrons ici trois que sont l’usage d’une argumentation par le pathos, l’argumentation par l’exemple et l’éloquence de dérision.

D’abord, dans les discours nous distinguons le recours à une argumentation basée sur les émotions des allocutaires. Les discours cherchent à émouvoir l’auditoire, ce qui le met dans une posture où le raisonnement logique et rationnel n’est pas de mise. Pour exemple, lors de la conférence publique à Ouagadougou, Kemi Séba commence à qualifier les participants de « jeunesse révolutionnaire burkinabè responsable », et qualifie le pays d’hôte de « capitale du panafricanisme ». Cette façon d’aborder le public le place dans des conditions où il règne une confiance et un respect entre les interlocuteurs, ce qui tend à convaincre même si les arguments ne sont pas forcément fondés.

Ensuite, Kemi Séba utilise l’argumentation par l’exemple. Dans ce type d’argumentation, il présente des exemples du passé et les compare aux situations qu’il présente. Par exemple, il affirme que « l’armée française a échoué en Centrafrique, en Syrie et en Lybie » ; la conséquence qu’il tire est qu’elle échouera aussi au Sahel. Par la suite, il indique que cet échec est connu par tous, ce qui indique que la présence française au Sahel répond à des besoins de pillage de richesses et non de lutte contre le terrorisme.

Pour finir, Kemi Séba utilise dans son discours une certaine rhétorique qui dénigre ses opposants, toute chose qui excite ses interlocuteurs et les enthousiasme. Quand il parle du « fou Issoufou ou Issoufou fou », du « maquillage sale » du « dramatique Ouattara », il tient le public en haleine, toute chose qui le prédispose à épouser ses thèses ou positions.

 

3- Une stratégie en questionnement 

Une analyse des différentes stratégies dans le combat que mène l’ONG URPANAF dans la communication montre que certaines peuvent être améliorées sinon revues complètement. Etant nombreuses, nous retiendrons seulement deux qui, de notre point de vue, suscitent des interrogations et peuvent même contribuer à affaiblir la lutte ou à décourager certains militants, sympathisants ou tout simplement les adjuvants. 

Premièrement, il est à remarquer que dans les discours de URPANAF, beaucoup sont coupables et responsables des maux combattus. Il est bien vrai que dans tout combat, il y a des adversaires, mais il faut cependant avoir des amis, des adjuvants. Dans le schéma de URPANAF, nous observons que les adversaires sont aussi bien de l’Occident que de l’Afrique. La France, l’oligarchie financière occidentale, les Blancs, les médias français, les dirigeants africains, les intellectuels et élite africains sont autant de coupables et donc à combattre farouchement.  Pis, certains des amis d’hier son aujourd’hui devenus des adversaires : il s’agit du Président burkinabè, du Président tchadien, de l’homme politique gabonais Jean Ping, de Didier Drogba, de certains amis occidentaux…bref, le nombre est inconsidérable. Dans cette dynamique, le nombre des adversaires ne fait que s’agrandir, ce qui pourrait augmenter le risque de perdre le combat. Si l’on adjoint les adversaires traditionnels aux amis d’hier devenus les ennemis d’aujourd’hui, le réalisme voudrait que l’on reconnaisse que la tâche deviendra plus ardue car ils vont tous et ensemble œuvrer à démobiliser et à mettre en place des stratégies pour contrer le combat engagé. 

Deuxièmement, la violence verbale dont Kemi Séba fait usage à l’endroit de ses adversaires est tout à fait difficile à supporter du point de vue moral, surtout dans un contexte africain. D’abord, ceux qui ne sont pas partie au combat qui l’écoutent pourraient ne pas le prendre au sérieux. Cette situation discréditera son combat et ne créera pas de conditions favorables pour l’adhésion d’autres sympathisants. Ensuite, les injures ou propos indécents à l’endroit des autorités sont un couteau à double tranchant. Autant, ils peuvent affaiblir l’adversaire, autant ils aiguisent l’adversité car les victimes peuvent en faire une affaire personnelle ; le cas échéant, elles mobiliseront tous les moyens, mêmes illégaux, pour le combat, surtout qu’elles sont à la tête des Etats ou qu’elles disposent de moyens importants. Pour preuve, certains pays ont interdit Kemi Séba de séjour, ce qui limite gravement ses marges dans son processus de sensibilisation de la jeunesse pour qui il se bat. Enfin, cet usage de la violence verbale écorne son image dans la mesure où cela peut entrainer des poursuites judiciaires comme c’était le cas dans certaines contrées où il a été condamné. L’un dans l’autre, les propos d’une certaine discourtoisie enlèvent à la lutte sa noblesse et la place dans un axe de lutte passionnelle.

Conclusion

Les discours de l’ONG URPANAF véhiculent un combat dont la justesse n’est plus à démontrer si l’on considère que les hommes se valent et que tous sur cette terre aspirent à un mieux-être dans le respect de la dignité. Ce combat s’actualise avec plusieurs conquêtes qui semblent opposer des forces endogènes et exogènes pour le maintien de la situation pour certains et pour d’autres le changement. Avec les stratégies usitées, la lutte pourrait se heurter à des obstacles étant entendu qu’elle crée constamment de nouveaux adversaires, ce qui à terme pourrait inhiber les efforts et décourager les moins intrépides, synonyme de relâchement, toute chose qui maintiendrait la donne intacte pendant qu’elle devrait s’accommoder des nouvelles réalités du monde contemporain.

Bibliographie

Courtés, Joseph, (1976), Introduction à la sémiotique narrative et discursive : méthodologie et application, Paris, Librairie Hachette.

Courtés, Joseph, (1991), Analyse sémiotique du discours : de l’énoncé à l’énonciation, Paris, Hachette.

Fontanille, Jacques, (2016), Sémiotique du discours, Limoges, Pulim, 3e édition.

Greimas, Algirdas Julien & Courtés, Joseph, (1993), Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette Livre.

Greimas, Algirdas Julien, (1986), Sémantique structurale, 2e ed., Paris, Presses Universitaires de France.

Groupe, d’Entrevernes, (1979), Analyse sémiotique des textes : introduction, théorie – Pratiques, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Charaudeau, Patrick & Maingueneau, Dominique, (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Le développement endogène, tel la vie d’un végétal. Penser le territoire comme acteur de développement

Par Taladi Narcisse YONLI

Taladi Narcisse Yonli est enseignant chercheur au département de sociologie à l’université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso). Par ailleurs, il a exercé pendant dix ans la fonction de conseiller en aménagement du territoire et en développement local. Ses travaux de recherches portent sur les questions de pauvreté, de développement territorial.

Introduction

Plus de cinquante ans après les « soleils des indépendances », l’Afrique peine toujours à retrouver ses marques en matière de développement. Pour parler comme Ki-Zerbo (2003), la “mayonnaise du développement n’a pas encore pris”. Or, depuis les indépendances, le continent africain est le laboratoire de divers théories et modèles de développement. Aussi l’Afrique bénéficie-t-elle sans cesse de programmes d’allocations au développement connus sous le nom de « l’aide publique au développement (APD) ». Toutes ces mesures sont animées d’une même finalité : sortir le continent de sa latence économique et le faire hisser sur l’échiquier de l’économie mondiale. Cependant, l’Afrique, malgré cet élan de « solidarité » internationale, semble sombrer dans une pauvreté et une misère sans précédent. 

Dans les annales de l’histoire, l’aide des Américains aux pays européens, le Plan Marshall, a permis aux économies européennes de sortir de l’ornière après les affres de la guerre. Ce plan a été le pivot de la relance économique de l’Europe d’après-guerre qui a su  tirer son épingle du jeu. Car à la suite du Plan Marshall, intervenu en 1947, apparaissent les « Trente Glorieuses » ou la gloire de l’économie européenne, trente ans après la fin de la seconde guerre mondiale.Ainsi, l’Afrique, depuis les premières lueurs des indépendances jusqu’à l’heure actuelle, a toujours bénéficié de la part des Occidentaux de plusieurs programmes d’APD. A l’image du Plan Marshall, on devrait s’attendre à un « décollage » de son économie. Ce qui, vraisemblablement, n’est pas le cas. Et, malgré la permanence de l’aide conjuguée aux divers théories et modèles, le développement de l’Afrique reste un défi. Cette situation se comprend difficilement d’autant plus que l’Europe n’a pas eu besoin de plusieurs Plans Marshall pour relancer son économie. L’Afrique, au contraire, qui bénéficie depuis d’un demi-siècle d’APD, verrait son « développement[…] en panne, sa théorie en crise et son idéologie l’objet de doute » (Amin, 1989 : 5) et  attendrait toujours son miracle économique ou « l’âge d’or » de la croissance, ses « Trente Glorieuses » (Fourastié, 1979).

Dès lors, l’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur le blocage de son développement. Les interrogationsfusent de partout, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Afrique. Ainsi, les interrogations suivantes sont-elles légion : le développement en Afrique serait-il en faillite ? (Amin, ibid.), l’Afrique « peut-elle partir ? » (Meister, 1966), « Et si l’Afrique refusait le développement ? » (Kabou, 1991), «À quand l’Afrique ? » (Ki-Zerbo, 2003), « l’Afrique est-elle condamnée à rester pauvre ? (Eastery, 2006). Autant d’interrogations pour cerner le « mal développement » du continent.

Les réponses à ces interrogations cristallisent de théories de fortunes diverses. Ainsi, d’aucuns mettent en cause les modèles et théories qui seraient inadaptés à l’Afrique. Mais d’autres pensent que « l’Afrique refuse le développement » et a besoin de ce fait d’un « ajustement culturel » (Etounga, 1991) afin que la mayonnaise du développement puisse enfin prendre. Entendu comme tel, l’Afrique est réfractaire au développement ! C’est ce que réfute Joseph Ki- Zerbo qui soutient que les modèles de développement proposés jusque-là à l’Afrique sont inadaptés à son contexte. Le seul développement qui sied à l’Afrique, soutient-il, est le développement endogène, objet du présent texte. Que recouvre donc ce concept ? Quelles sont les implications pratiques de ce concept sur la vie des Africains ? 

L’objectif de la présente réflexion est de décrypter le concept de développement endogène. Afin de mieux le comprendre nous proposons une analogie avec le dispositif de l’organisme végétal.

Le développement endogène, tel la vie d’un végétal

Dans la continuité de Joseph Ki-Zerbo, nous voudrions à travers ces lignes apporter notre contribution pour l’explicitation du concept du développement endogène. Il est souvent reproché à ce concept de sous-tendre à un développement à vase clos. C’est ce que nous réfutons. Et pour mieux l’exprimer, nous usons de l’analogie : la vie d’une plante.

Préconiser un développement endogène, c’est plaider pour un développement qui sera issu de la synthèse des richesses internes et bien sûr de celles externes. Mais ce qui vient de l’extérieur ne sera pas visible d’autant plus qu’il est inclus dans l’intérieur mais pas à l’état pur mais par transformation ou appropriation. Ce qui vient de l’extérieur ne saurait prédominer. Il doit être intégré dans l’intérieur, qui, seul va désormais prédominer en donnant une sorte d’« intérieur extériorisé» et non « d’extérieur intériorisé ». C’est dans ce sens qu’il faut placer ces propos de(Colin,1988 : 179) quand il affirme que « le développement est considéré comme endogène si le mécanisme qui oriente les facteurs de l’intérieur et ceux de l’extérieur est contrôlé et réglé de l’intérieur. Si les facteurs internes et externes sont contrôlés de l’extérieur, il est interprété comme exogène ». Revenons donc à la plante.

Des composantes d’une plante : l’arbre comme un exemple.

Lorsqu’on observe un arbre qui présente une physionomie ravissante et que l’on nous demande de le décrire, on ne s’étonnera pas d’avoir ce présent descriptif : « l’arbre est composé de racines, du tronc, des branches, des feuilles, des fleurs ou peut-être des fruits ». Telles semblent être les caractéristiques de tout végétal ! Mais ce descriptif fait du végétal renseigne-t-il de l’essence ou de l’identité de celui-ci ? La question reçoit une réponse négative. Ce qui est décrit, n’est que l’artifice, la vie ou l’essence de la plante y est absente.

De la vie de la plante

L’aspect visible (tronc, branches, feuilles, fleurs), avons-nous dit, n’est pas expressif de l’essence de la vie de la plante. La plante est plus que tout cela. Son développement est plutôt le résultat d’un travail à la fois interne et externe. En effet, plus qu’une juxtaposition de ces éléments constitutifs énumérés ci-haut, la plante se développe à travers une synergie d’actions de ces éléments. Ainsi en travail interne, « la racine puise, dans le sol, l’eau et les principes nutritifs, les feuilles respirent en échangeant avec l’atmosphère et en s’enrichissant de l’énergie solaire. Le végétal croit selon une harmonie interne » (Lebret, 1967 :14) par le biais des racines qui puisent du sous-sol les éléments nutritifs qu’ils transitent vers le corps de la plante. On aurait conclu rapidement que la plante ne compose pas avec l’extérieur. Ce qui est faux ! Car malgré ses aptitudes internes assurant son développement, la plante a tout de même besoin du soleil, du gaz carbonique qui sont des éléments externes avec qui elle compose pour assurer son plein épanouissement. Sans ces éléments, son développement ne sera pas bien accompli. Mais le développement de la plante n’est pas basé sur ces éléments externes. Car le travail initial nait de l’intérieur de la plante et le soleil et le gaz sont des éléments qui, en synergie d’actions, permettent à la plante d’être resplendissante. La plante se développe ainsi selon une harmonie interne en complément avec des éléments externes. Cette remarque de la vie de la plante est caractéristique du développement endogène.

Comme la plante, le développement naît des structures en place. Le travail initial est fait en se portant sur les valeurs ou les potentialités internes. Car, avant d’être développé, il faut être. C’est pourquoi Ki-Zerbo pense que le développement sera endogène ou ne le sera pas. Il est « une alternative sans alternative » (Ki-Zerbo, 2007 : 107). Si tel principe n’est pas pris en compte, toute action visant à développer l’Afrique n’est qu’un mirage aux alouettes. On ne prétend aider quelqu’un sans minimum de connaissance de celui-ci. Le cas échéant, prévient Ki- Zerbo, c’est une méprise de l’autre.

La plante tout comme le développement endogène n’est pas un système autarcique ; ils sont plutôt ouverts en tant que systèmes vivants. Le refus ou la réticence d’assimilation que l’on prête au développement endogène n’en est pas un. Il ne s’agit nullement d’un refus mais d’une expression d’identité. Pourquoi une plante n’a pas les possibilités de vivre sur n’importe quelle contrée ? Pourquoi les plantes désertiques meurent lorsqu’on les plante dans des endroits plus humides ? On pourra répondre que les plantes désertiques meurent en milieu humide à cause du fait que cet environnement n’est pas propice à leur développement, contraire à leurs aptitudes internes. Ce qui veut dire que leurs potentialités internes sont antinomiques avec les facteurs exogènes du milieu d’accueil. Or, quand on parle de développement, on postule des théories et/ou des actions universalisables. C’est dire que le territoire ou l’espace joue un rôle dans le développement de la plante ou du développement tout court. Ce qui laisse entendre qu’« il existe autant des stratégies de développement que d’histoire concrètes des contextes économiques, politiques, sociaux et culturels, or en fait, les problématiques, les questions, les principes semblent dépasser ces différences » (Schurkens, 1995 : 36).

Le territoire, l’autre nom du développement

Les théories de développement, en postulant l’universalité des actions de développement, ne tiennent pas compte du territoire. Ce dernier est plutôt conçu comme un réceptacle passif des actions de développement. Or, à considérer l’exemple de l’impossibilité des plantes désertiques à se développer en milieu humide, il est établi que l’espace n’est pas un muet assujetti à nos actions diverses. Il est plutôt vivant et détermine nos actions. Oublier cet aspect, c’est faire des choses qui n’impressionnent que pour un bout de temps. La durabilité des actions sont hypothétiques. Or, les modèles et théories proposés à l’Afrique l’ont été au détriment du territoire. Les besoins et les objectifs de développement sont communalisés et toute différence ne serait que marginale. C’est ainsi que les projets de développement pullulent à travers des ONG. Ce qui importe c’est améliorer le quotidien des populations africaines à travers des actions préalablement établies. Et seule considération prise en compte, c’est l’espace géographique ou administratif. Le raisonnement est ceci : nous voulons mener telle action dans tel pays ou telle partie du pays. Mais les interactions de l’espace avec le milieu de vie des hommes ne préoccupent guère personne. Pourtant, le territoire comme le soulignent Fabienne Leloup et al (2003 : 109) « constitue une composante permanente du développement (…) et intègre des préoccupations d’ordre social, culturel et environnemental au cœur des rationalités purement économiques ». Et Vachon (2002 : 7) de préciser « si les facteurs économiques tels que le capital, les ressources naturelles, les équipements et infrastructures de transport et de communication, les marchés…continuent d’être des éléments importants dans le processus de développement des régions, le paradigme renouvelé de développement accorde un rôle tout aussi important aux facteurs non économiques tels que la qualification individuelle et collective, la transmission des savoirs et savoir-faire traditionnels et actuels, le cadre de vie, la perméabilité à l’innovation, la vitalité communautaire… »

D’ailleurs, si la dimension territoriale était un « appendicede développement qu’on peut couper sans dommage », comment comprendre alors qu’une plante peut prospérer dans un milieu et pas dans l’autre ? On peut étendre la question à certaines espèces animales.Dans la région du Sahel au Burkina Faso, certaines espèces animales qui s’y trouvent, se développent bien malgré la supposée rareté d’herbes. Mais lorsqu’on amène ces mêmes espèces au grand sud où le facteur climatique est favorable, elles sont capables de mourir de faim à côté de l’abondance ! L’abondance et la rareté n’existe donc que dans l’esprit de son concepteur. C’est une construction sociale, une réalité vécue. Le besoin va au-delà du vivre et intègre l’être. Ce qu’on appelle rareté est une abondance pour celui qui est habitué ; c’est la qualité du besoin et non sa quantité qui importe. 

Considérons les sols ! Lorsqu’on plante deux mêmes graines sur des sols différents, elles n’auront probablement pas le même développement. Cela veut dire que le sol même ne se laisse pas dominer et imprime sa marque aux plantes fixées sur lui. Il en est de même pour le développement endogène. Tout comme le sol qui ne refuse pas la plante mais lui imprime sa marque dans son processus de développement, le développement endogène pourrait en être assimilé. Les actions de développement doivent porter la marque du territoire. Le territoire qui n’est pas un espace administratif mais celui du développement. C’est-à-dire émanant d’une construction collective participative.

Penser le territoire comme acteur de développement a amené Benoît Antheaume et Frédéric Giraut (2005) à déclarer ceci : « le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re) fabrication au nom du développement !». Ce document publié sous l’égide de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) sonne le glas de la vision centriste du développement. Désormais, pour un développement viable, il faut tenir compte de la réalité de la vie économique et sociale. Car « le développement territorial ne peut se décréter et reste une construction d’acteurs, même si des politiques publiques appropriées peuvent la stimuler dans la durée ». C’est dire que, dans le processus de développement, « le territoire est en action et dans l’action » (Dodier et al, 2007). Action en tant que support et dans l’action en tant qu’acteur. Les territoires étant d’une capacité en matière de dotations de ressources matérielles, sociales, culturelles, toute action à y mener doit s’inscrire dans les méandres de celles-ci. Ce, d’autant plus que « le territoire ne doit pas seulement être lié au contrôle de ressources nécessaires à la survie, y compris la reproduction biologique, mais il est lié à des formes de développement où n’intervient pas seulement la règle de l’utilité et de la rationalité. Au contraire, les aspects irrationnels y prennent du poids. Il conviendra de concevoir ceux-ci non simplement comme des substituts à des manques au niveau de la valeur d’usage » (Remy, 1998 :108). C’est la condition de réussite de toute action de développement.

Conclusion 

De ce qui précède, nous retenons que le territoire de développement est toujours colonisé par la pensée économique. Une pensée calquée sur le modèle occidental qui dicte sa loi aux pays pauvres. Tout essai de s’en écarter est considéré comme un refus. Or, il ne s’agit aucunement d’un refus mais d’un processus de recherche de ses « repères » (Ki-Zerbo, 2007) afin de voir tracer un développement qui porte la marque de ses aspirations. Par conséquent, l’Afrique ne dit pas « NON !» au développement. Elle dit plutôt « NOM » au développement ! Si le « NON » peut être entendu comme refus, rejet et réticence à la modernisation, le « NOM », quant à lui recèle des valeurs identitaires. Quand on sait que toute chose qui existe a une identité, le développement ne saurait faire exception à la règle. Le développement a un nom, une identité, c’est le territoire. Il s’agit du territoire de développement. C’est le premier potentiel, la ressource sur laquelle il faut s’ancrer. L’Afrique, pour amorcer un développement véritable doit compter sur ses propres forces en valorisant ses potentialités locales. Ce qui implique de rompre d’avec la gouvernance « normative » des actions de développement et faire place à celle de « la demande ». Cette dernière priorise les besoins des populations et non des politiques. Cette prise de conscience est d’autant plus urgente qu’il est utile de rappeler que ce n’est pas la richesse (potentialités) qui manque en Afrique, mais c’est l’organisation de celle-ci qui pose problème. 

Du reste, le continent n’est pas un Sahara du développement, au contraire il en est le gisement ! Car ceux qui prétendent être développés viennent s’y ressourcer. Ce qui manque donc à l’Afrique, c’est « l’activation du bouton » pour manifester son développement. Et ce bouton c’est la gouvernance qui passe par l’organisation harmonieuse de ce qu’elle a comme ressources au lieu d’être un « éternel mendiant assis sur un tabouret d’or ». Avec tant de richesse et d’abondance, l’Afrique devrait trouver le bout du tunnel. C’est là que prend le sens de l’endogénéité du développement qui demande de puiser du tréfonds de ses entrailles culturelles pour mettre en valeur son potentiel. Car, ce n’est pas l’abondance de richesses ou de ressources qui comptent, encore faut-il les mettre en valeur. 

Aussi, le problème ce n’est pas les politiques publiques ou sociales « surimposées » de l’extérieur, l’Afrique n’arrive pas à couper le cordon ombilical colonial au point que nos autorités mettent de côté « toute chose » qui n’est pas prisée par l’Occident, et sans que cela ne soit une imposition, malgré le potentiel dont celle-ci regorge pour « inciter le développement ». Elle est au contraire méprisée par nos autorités qui préfèrent s’enfermer toujours dans les « projets classiques » qui n’accouchent que du « développement classique ». Un développement qui profite à une « minorité classique » et augmente la misère de la majorité. C’est pourquoi nous pensons que l’Afrique a par conséquent besoin de promouvoir les « distorsions créatrices » (Hammouda, 1999). C’est ce que nous appelons « excroissance économique ». Autrement dit, ce qui semble aux yeux de « développementeurs » insignifiant, marginal en termes d’économie et/ou de création de richesse, est paradoxalement la base de l’économie, du développement. C’est le laboratoire d’expression des besoins du peuple. La promotion de telles « excroissances » a le mérite d’avoir l’adhésion de la population. Et tant que le développement ne sera pas la résultante de l’expression des besoins locaux de développement – que l’Etat accompagnera par une politique efficace en permettant tous les groupes sociaux de s’exprimer selon leur préférence- la fin du marathon du développement de l’Afrique n’est pas pour demain ! C’est tout le sens du développement endogène.




Bibliographie

Amin, Samir, (1989), La Faillite du développement en Afrique et dans le tiers-monde. Une analyse politique,l’Harmattan, Paris, 383 p.

Antheaume, Bénoît, et Giraut, Frédéric, (2005), Le territoire est mort ! vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement », Paris, Editions IRD, 386 p.

Colin, Roland, (1988), « Interaction dynamique de acteurs et des facteurs dans une stratégie de développement endogène. Théories et pratiques. » In UNESCO… 177-254.

Dodier, Rodolphe et al (dir.), Territoires en action et dans l’action, Rennes, PUR, 2007, 338 p.

Easterly, William, (2006), Les pays pauvres sont-ils condamnés à le rester ? Paris, Nouveaux Horizons-ARS ?, 397p.

Etounga,Manguelle, Daniel., (1991) L’Afrique a-t-elle besoin d’un programme d’ajustement culturel, Paris, Éditions Nouvelles du Sud.

Leloup, Fabienne et al. (2003) « Le développement local en Afrique de l’Ouest : quelle(s) réalité(s) possible(s) ? », In Mondes en développement 2003/4 (no 124), p. 95-112.

Fourastié, Jean, (1979), Les Trente Glorieuses, Paris, Ed. Pluriel, 300p.

Hammouda, Hakim, Ben, (1999), Afrique : pour un nouveau contrat de développement, Paris, l’Harmattan, 306 p.

Kabou, Axelle, (1991), Et si l’Afrique refusait le développement ? Paris, l’Harmattan, 207 p.

KI- Zerbo, J, (2003), A quand l’Afrique ? Entretien avec René Hollenstein, La Tour d’Aigues, Paris, Editions de l’Aube, 199 p.

KI-Zerbo, Joseph, (dir), (1992, La natte des autres : pour un développement endogène en Afrique, actes du colloque du Centre de Recherches pour le Développement Endogène (CRDE) Bamako, 1989, Paris/Dakar, Karthala/Codesria, 

Ki-Zerbo, Joseph., (2007), Repères pour l’Afrique, Dakar Fann, EditionsPanafrika-Silex/Nouvelles du Sud, 214p.

Lebret, Louis. Joseph, (1967), Développement =Révolution Solidaire, Paris, Les Editions ouvrières, 191 p.

Meister, Albert, (1966), L’Afrique peut-elle partir ? Changement social et développement en Afrique orientale, Paris, Seuil.

Schurkens, Ulrike, (1995), Le développement social en Afrique contemporaine. Une perspective de recherche inter- et intrasociétale, Paris, l’Harmattan, 174p.

Vachon, Bernard, (2002), Développement régional et dynamique territoriale, Colloque de l’Association des économistes du Québec, Château Frontenac, Québec, 22 mars 2002, 11 p.

 

Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Inclusion économique et lien social au Cameroun : contribution à la formalisation de l’informel urbain.  Une approche par la sociologie interventionniste

Par Robert Tefe Tagne

Robert Tefe Tagne est Enseignant-chercheur  et Maître de Conférences à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Douala au Cameroun. Il s’intéresse à la sociologie économique des activités informelles et des questions d’énergie.

INTRODUCTION 

De plus en plus, dans les pays en développement, on assiste à une recrudescence des petits métiers de l’informel urbain qui fonctionnent en dehors de toute procédure régulière (Kengne Fodouop, 2003 ; Touré, 1985). Ces petits métiers sont un phénomène social. Ils sont enracinés dans la société et les principaux acteurs par leur visibilité, marquent  le paysage socioéconomique au point de constituer de véritables marchés alternatifs de travail et d’emploi en milieu urbain. Pourtant, ils semblent être pour la plupart victimes de mépris social (Roulleau berger, 2003), dévalorisés tant par les pouvoirs publics que par diverses catégories sociales. Bien qu’étant des alternatives aux marchés conventionnels, (non guère dans le sens de substitution, mais comme palliatifs pour des mondes sociaux faiblement légitimés) de par leur utilité sociale et économique,  les petits métiers urbains sont perçus et présentés par une partie de la littérature et la plupart des politiques publiques comme des milieux résiduels, désorganisés et désordonnés. Or, ces marchés informels sont pluriels, chevauchent entre les secteurs primaires, secondaires et tertiaires) et  se dotant des modes d’organisation pérennes en termes d’acteurs mobilisés, de lien social permanent, de règles de jeux stables et implicites susceptibles d’impulser le développement local s’ils sont formalisés. D’ou le questionnement suivant : quelles sont les différentes facettes de l’informel urbain camerounais ? Comment la sociologie peut-elle contribuer dans sa dimension interventionniste à la formalisation de l’informel urbain pour en faire un secteur viable pouvant participer durablement au développement inclusif de la plupart des pays africains? De la sorte, cette étude a pour principal objectif d’analyser les perspectives d’inclusion économique de l’informel en Afrique en général et au Cameroun en particulier en proposant des perspectives de formalisation de cette économie. Notre hypothèse générale formule que : les marchés informels des petits métiers se produisent par combinaisons successives des collectifs d’acteurs, des dispositifs matériels et symboliques susceptibles d’impulser le développement local par le processus de formalisation. 

Le Cameroun et la ville de Douala en particulier constitue notre terrain d’étude. La méthodologie utilisée dans cette étude, accorde une place capitale au travail de terrain et plus pratiquement à l’ethnographie de terrain dans l’optique de l’école de Chicago (Dodier et Baszanger, 1997). Le terrain porte sur l’observation, l’entretien, le recueil des données documentaires sur quatre champs : le recyclage des déchets, l’activité de moto-taxi, les bayam-sellams et les travailleurs du rotin. L’étude s’inscrit dans le cadre général de la nouvelle sociologie économique (Granovetter, 1985 ; Steiner, 1999) en privilégiant l’ethnométhodologie (Corcuff, 2008) et la sociologie interventionniste. La sociologie économique postule l’encastrement  des phénomènes économiques dans le social (Téfé, 2016, 2018). Sont valorisées les interactions ordinaires et les méthodes de raisonnements pratiques. Dans l’optique de la sociologie interventionniste, les activités liées à l’informel urbain sont repensées dans des problématiques qui mettent en exergue de nouveaux modes de solidarité articulés aux modes d’échanges marchands dans des territoires contrôlés « horizontalement » et verticalement par les différents acteurs.  Elle s’inscrit dans la sociologue opérationnelle  (Moreau, 2018) et tente de répondre à la demande sociale en analysant les organisations de l’intérieur et en aidant les acteurs à mieux comprendre leurs actions. Cet article examine d’abord la construction et l’organisation sociale de quelques filières de l’informel pertinentes pour notre étude, ensuite, la place du secteur informel dans le développement local, enfin le processus de  formalisation et de reconnaissance.

CONSTRUCTION ET ORGANISATION SOCIALE DU SECTEUR INFORMEL AU CAMEROUN

Les marchés informels au Cameroun ne constituent pas des entités homogènes. Ils sont pluriels et s’étendent sur tous les pans de l’économie avec des caractéristiques similaires. Observons le tableau suivant qui rend compte de son ampleur selon les différents secteurs de l’économie. Ces données bien que général dans l’ensemble du territoire camerounais concernent davantage les villes de Douala et de Yaoundé, car la collecte des données dans les études sources évoquées privilégient ces deux métropoles.

Tableau 1 : Distribution en pourcentage du secteur informel par branches d’activités au Cameroun entre 1990-2019

        Activités

Années

Production

Service

Commerce

Travaux publics

TOTAL

1990

10,6

15,8

73,6

/

100

1992

9,1

29,6

60,4

10

109,1

1993

17,6

30,8

45,5

5,6

99,5

1995

29 ,6

25,7

39,3

5,4

100

1996

28 ,7

26,7

20

13,3

88,7

1998

26,7

26,6

16,7

13,3

83,3

2000

44,1

31,2

19,3

/

94,6

2003

32,8

29,4

33,8

4

100

2019

30,5

20,2

39,2

5

94,9

MOY

45,94

26,22

38,64

4,81

/

Sources : – Rouband F ; Le secteur informel à Yaoundé : principaux résultats. Paris, novembre 1993, structures par branches des unités de production économique- Rapport annuel. ; c)- Enquêtes 1, 2,3, Ministère de l’Economie et Finances (2003), Direction de la Statistique – BIT (2000, 2001, 2002,) ;   Charmes (1998), Aerts j. et al (2000) – INS Cameroun : Enquêtes ECAM 1, 2,3. INS 2018, Lautier(1994). NB : ce tableau est construit sur la base des données des sources divergentes et parfois les indicateurs ne sont pas les mêmes. 

La structure de l’informel articule principalement quatre domaines: la production, les services, les activités commerciales, la manutention dans les travaux publics. Le tableau 1 nous permet de constater que presque tous les secteurs de l’économie camerounaise se sont trouvés au fil du temps marqués par l’économie alternative. Si l’on prend le monde de la production, force est de constater que durant les décennies 1990 et 2000, la part de l’informel n’a cessé de croître pour atteindre un taux moyen de 45,94% repartit de manière inégale selon les années. La production dans l’informel représentait en 1990, un pourcentage de 10,6%. Ce pourcentage atteint un score de 44,1% en 2000 qui se présente comme l’année pendant laquelle le système productif global a été le plus marqué par l’informel. Quant aux services et durant la période considérée, ils représentent une moyenne de 26,22% dans l’ensemble de l’économie camerounaise. Des niveaux inégaux de répartition sont à observer selon les années avec 15,8 en 1990 qui se présente comme l’année où l’informel dans les services connaît son taux le plus bas dans l’économie nationale. Les années 1993 et 2000 avec respectivement 30,8 et 31,2% se présentent comme des points où l’informel atteint des niveaux élevés. Ceci s’explique par les effets aigues de la crise économique qui va entraîner des déflations dans la fonction publique, la dévaluation du franc Cfa et la montée de la pauvreté sociale au sein des populations qui vont massivement se lancer dans le secteur informel pour faire face à cette crise. En ce qui concerne le commerce, l’informalité est présente à 38,64% de moyenne. Les niveaux de répartition selon des années montrent des disparités notables avec les niveaux les plus élevés en 1990 et 1992 avec respectivement 73,6 et 60,4%. Les niveaux les moins élevés sont relevés en 1996 avec 16,7%. A partir de l’année 2006, la tendance va croissante avec un score de 39,2%. Quant aux travaux publics, ils intéressent le secteur informel dans les formes de travail non comptables, de la main d’œuvre non qualifiée (manutention et autres tâches). Ils représentent une infime proportion avec un pourcentage de 4,81%. Les années 1996 et 1998 enregistrent 13,3% et se positionnent comme des années phares. Une lecture majoritaire nous montre que la production avec un score de 45,94% détient le maillon jaune quels que soient les secteurs de l’économie considérés, vient ensuite le commerce avec 38,64 %, les services avec 26,22% et les travaux publics avec 4,81%. Ces statistiques, même si elles restent limitées, permettent de dégager la part importante de l’informalité dans l’ensemble de système économique. L’une des caractéristiques majeures de marchés parallèles à Douala réside dans l’hétérogénéité et les domaines de la production, les services, le commerce et les travaux publics constituent la structure arborescente, une plate forme des opérations qui favorisent l’émergence des petits métiers. Pour mieux montrer cette prégnance de l’informel, les sections suivantes s’efforcent de faire une ethnographie de terrain inhérente à l’ensemble des champs étudiés dans ce travail. Quatre monographies sont exploitées ici et s’inscrivent respectivement dans les mondes sociaux de l’activité de moto- taxis, les mondes sociaux des Bayam-sellams (commercialisation des vivres), la transformation du rotin et le recyclage des déchets. 

LA PLACE DU SECTEUR INFORMEL DANS L’INCLUSION ECONOMIQUE AU CAMEROUN

L’impact des petits métiers dans le développement local est analysé à un double niveau macroscopique et microscopique. Le premier niveau insiste sur le rôle des  petits métiers dans le système économique camerounais global. Le second niveau met l’accent sur les interactions et montre comment se développe au niveau des acteurs des petits métiers, un entreprenariat particulier permettant la production de la richesse et susceptible d’être formalisé.

La dynamique des systèmes d’échange locaux entre le rural et l’urbain peut être mieux comprise à travers la notion d’économie locale (North and Wilks-Heeg, 2005). Plus généralement, l’économie locale représente l’action économique dans un secteur limité géographiquement ou dans une collectivité territoriale, à l’exemple d’une ville, d’un secteur urbain. Mais, elle peut également désigner le repère de l’existence d’une activité économique, une structure historiquement établie. Quelque soit le sens, les marchés informels mettent en communication le monde rural et urbain. Le rural intervient le plus souvent comme espace de ravitaillement en matières premières. C’est le cas des bayam-sellams itinérantes qui doivent constamment se ravitailler dans les marchés de brousse pour alimenter les détaillantes de vivres situées en milieu urbain (Batana, 2007). On peut également citer le cas des fournisseurs de rotins qui se situent dans les villages, et qui alimentent les transformateurs postés en zone urbaine. Certaines activités s’affichent comme des espaces translocaux (Appadurai, 1998) à la vue de cette interpénétration qu’ils entretiennent entre l’urbain et le rural. Ces activités ont une utilité économique et sociale. L’utilité économique s’exprime au niveau de la municipalité par les diverses redevances fiscales et communales que doivent verser les motos, les bayam-sellams, les fabricants de meubles en rotin ou encore les recycleurs de déchets dans le cadre de l’impôt libératoire en tant qu’activité commerciale. Ce qui représente une source de revenu que les municipalités ne sauraient négliger. Dans ce contexte, en dépit du fait que les municipalités n’entreprennent pas des actions allant dans le sens de l’aménagement des lieux de stationnement propre aux marchés alternatifs, elles la tolèrent et entendent bénéficier des « sous-produits » qui en sont issus notamment la collecte de l’impôt libératoire. Les petits métiers jouissent d’une double utilité sociale. En effet, les moto-taxis permettent aux populations de se déplacer à des coûts raisonnables. Le recyclage des déchets et la transformation du rotin permettent non seulement d’offrir aux populations des produits originaux et adaptés à leurs bourses mais également, en ce qui concerne le recyclage de protéger l’environnement de la pollution par la récupération des déchets. Dans ce contexte, le recyclage des déchets s’inscrit en droite ligne dans la perspective du développement durable car la dimension protection de l’environnement est importante (Ekomo et téfé, 2007). 

Au vu de ce qui précède, les marchés alternatifs se révèlent comme une source d’emploi non négligeable. Dans cette optique, ils permettent en quelque sorte de diminuer la pression sociale sur les pouvoirs publics et favorise ainsi leur tolérance. 

LA RECONNAISSANCE ET FORMALISATION DES PETITS METIERS URBAINS

     Parler de la reconnaissance dans les petits métiers urbains engendre une double implication. A première vue, cela laisse entrevoir que les marchés informels sont des espaces de socialisation discrètes (Simmel, 1999). C’est-à-dire des espaces de création sociale qui sont des espaces physiques sociaux et symboliques dans lesquels « un travail de restauration identitaire a lieu, les individus pouvant apprendre l’estime de soi qui s’affaiblit dans l’épreuve de la précarité » (Roulleau Berger, op.cit). Ce premier volet met alors l’accent sur la reconnaissance sociale (Honneth A., 2000) des marchés informels. Dans une seconde perspective, on peut légitimement poser le problème sous l’angle de la formalisation des activités dites informelles.  Cette perspective fait sens dans les marchés informels dans la mesure où se sont des espaces de recomposition sociales qui se construisent à partir d’une coopération négociée entre les acteurs. Ce qui fait l’espace de recomposition (Roulleau-Berger, op.cit). Dans ce second cas, s’inscrit la reconnaissance institutionnelle. D’autre part, l’un des axes essentiels de la politique gouvernementale et des bailleurs de fonds résident à la création des emplois et des richesses par la « formalisation de l’informel ». 

Le processus de d’institutionnalisation passe donc comme le précise (Roulleau-Berger, op.cit) par la « nécessité de reconnaissance mutuelle des identités en présence : les acteurs publics doivent reconnaître les individus en situation précaire…ces derniers doivent les reconnaître comme compétents à les légitimer et à les reconnaître avec leurs histoires ». Il convient de se demander comment empiriquement  cette problématique de reconnaissance institutionnelle (Dubar, 1991) fait sens dans les marchés interactifs. Dans cette tache, les instances  intermédiaires de médiations et d’institutionnalisation jouent un rôle essentiel.

Les intermédiaires inscrits dans les dispositifs publics sont des acteurs institutionnels qui interviennent dans la prise de décision en rapport avec les différents marchés. Ils sont composés des ministères de tutelle pour les champs étudiés. Notamment, les ministères des transports, du développement rural, de l’artisanat et de la petite et moyenne entreprise au niveau national et au niveau local, de la région, des mairies, les sous-préfectures, les préfectures,  et des forces de maintien de l’ordre. Ces acteurs interviennent à différents niveaux dans les marchés alternatifs.

En ce qui concerne le premier groupe composé des ministères, ils ont pour principal rôle la définition de la politique générale dans leurs domaines respectifs. Par exemple, ministère des transports publics a pour principal rôle d’appliquer et de conduire la politique gouvernementale en matière de transport. De ce fait, et en fonction de leur diversité, le transport par moto, le recyclage des déchets, le travail de rotin et la commercialisation des vivres s’inscrivent dans leur sillage. Ces instances sont au premier chef concernées par la codification et la normalisation desdites activités. De plus, ces différentes activités à cause des multiples enjeux (économiques, emploi) et problèmes (sécurité, conflits) qu’elles engendrent dans le social et la production économique entre autres, entraîne une implication de certains pouvoirs publics locaux qui peuvent prendre des mesures conservatoires en cas de nécessité. C’est dans ce cadre que s’alignent les différents arrêtés et les notes de services provinciaux, préfectoraux, municipaux, etc. en rapport avec les marchés alternatifs. Les forces de maintien de l’ordre quant à elles sont chargées de l’exécution des décisions en rapport avec les activités. Les organisations de travailleurs mettent en jeu des collectifs et des formes d’organisations à solidarité structurante, notamment, les syndicats et les groupes portés vers la reconnaissance des activités inscrites dans les marchés alternatifs. Ces organisations méritent une attention particulière, vu leur rôle dans la professionnalisation (Latreille, 1980). L’analyse doit donc se centrer sur le système d’action concret qui naît de l’agrégation des comportements d’acteurs. Car pour qu’une identité professionnelle existe et se reproduise, il faut qu’un groupe professionnel existe dans la société « non pas comme un simple témoin d’un autre âge mais comme un acteur dans un système d’action concret se construisant constamment » (Latreille, op. cit.). Il convient de se pencher sur ces organisations par activité afin de saisir leur historique, leur organisation et leur rôle. La méthodologie de formalisation de l’informel ne saurait être une régulation de contrôle comme c’est le cas actuellement car les pouvoirs publics procèdent à une imposition des règles sans consultation. Les acteurs de l’informel y répondent par une régulation autonome qui est source le plus souvent d’anomie. La méthodologie qui convient à notre avis est une régulation conjointe (Reynaud, 1988) qui repose sur la concertation, les enquêtes de terrain sur l’informel permettant de fixer des taux imposition adaptés, de revoir les conditions de travail pour faire de ces métiers des activités décentes et garantir la sécurité sociale des différentes catégories sociales.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de cette analyse, plusieurs constats s’imposent : premièrement les marchés informels se sont développés massivement en la faveur des crises économiques successives qui ont frappées des économies du tiers monde dans les années 1980. Deuxièmement, ces marchés sont pluriels et s’organisent autour des réseaux sociaux interdépendants centrés sur une forte division du travail. Les différents acteurs de ces milieux mettent en place un type d’entreprenariat particulier qui se traduit dans des codes et des normes pratiques. De la sorte, des systèmes d’échange locaux prennent naissance et s’affirment comme des leviers de développement local à travers les solidarités, les reconversions professionnelles et la lutte pour la reconnaissance. En définitive, la conclusion montre que dans des conditions sociales jamais définitives, mais toujours en construction, certains petits métiers informels sont porteurs des dynamiques sociales et des logiques de recompositions économiques qui débouchent sur un type d’entreprenariat particulier propice au développement. Il importe donc aux différentes parties prenantes d’adopter une méthodologie idoine pour les formaliser et en faire des métiers décents.

BIBLIOGRAPHIE

Abdou toure, (1985), les petits métiers à Abidjan : l’imagination au secours de la conjoncture, Paris, Karthala.

Aerts J.J., Cogneau D., Herrera J., Guy de Monchy et Roubaud F ; (2000), L’économie camerounaise : Un espoir évanoui, Paris, Karthala.

Appadurai arjun, (1998), Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, public worlds, 4th printing, Minneapolis/London, University of Minnessota press.

Batana m., (2007), Enchâssement social et translocalité du commerce des vivres dans le sud du Cameroun, Stuttgart, Ibidem-verlag

Charmes, J., (1998), « Le secteur informel, un concept contesté, des modèles    d’évolution inadaptés, une réalité inconnue », Tiers monde, octobre Décembre.  

Corcuff, P., (2008) « Aaron V. Cicourel : de l’ethnométhodologie au problème micro/macro en sciences sociales », Sociologies, Aaron V. Cicourel, mis en ligne le 29 octobre 2008. URL : http://sociologies.revues.org/document2382.html. Consulté le 03 décembre 2008.

Denis Bernardeau Moreau, 2014, « Sociologie d’intervention : historique et fondements », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/2872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.2872

Dodier N. et Baszanger I., (1997), Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique, Revue française de sociologie, Vol 38, No. 1. (Jan.-Mar.) PP. 37-66

Dubar C., (1991), La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Ekomo Engolo. C. et Téfé T. R., (2007), Marchés alternatifs et lien social : cas du recyclage des déchets urbains in revue de IRSH-Gabon, Yaoundé, clés.

Granovetter M., (1985), «Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American journal of Sociology. 103, pp 201-225

Honneth A., (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris,  Editions du Cerf.

Kengne Fodouop et a. Metton, (2000), L’économie informelle et développement dans les pays du Sud à l’ère de la mondialisation, Yaoundé, Clés

Lautier B., (1994), L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris, Édition la Découverte

Latreille G., (1980), La naissance des métiers en France 1950-1975, Etude psychosociale, Lyon, Presses Universitaires

North P., and Wilks-heeg, (2005), Local Economy, Volume 20, University of Liverpool

Reynaud J.-D., 1988, « La régulation dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de Sociologie, 29-1, p.5-18

Rouband F  (1993), Le secteur informel à Yaoundé : principaux résultats, structures par branches des unités de production économique, Paris, Rapport annuel

Roulleau-Berger L., (2003), « La production d’espaces intermédiaires », Lyon, HERMES 36. pp 12-30

Simmel G., (1999), Sociologie. Etudes sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Steiner P., (1999), La sociologie économique, Paris, La Découverte. 

Téfé T. R., (2012), Les marchés alternatifs : pour une sociologie économique des petits métiers urbains à Douala au Cameroun, Thèse de Doctorat/Ph.D, FLSH, Université de Douala.

Téfé T Robert (2018), «  Contribution à une Sociologie Economique de l’Informel Urbain à Douala au Cameroun: Construction et Appropriation des Espaces de Travail » dans «  les dynamiques endogènes de la vie économique : contribution aux nouveaux terrains de la sociologie économique » ed. Edilivre, PP : 96-126 Paris France

Téfé T Robert (2016) « La socio-anthropologie économique des marchés alternatifs urbains : encastrement social des logiques marchandes » dans la Revue Internationale Cahiers de sociologie économique et culturelle N°59-60, l’anthropologie économique : un domaine qui reste à explorer, PP : 41-55,  Havre, France

 

Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

LA PROBLÉMATIQUE DU LEADERSHIP CONTINENTAL ET LA PROMOTION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE DANS UN ENVIRONNEMENT GLOBAL MONDIALISÉ

Par Léo Gaël Atanga Ondoa

Léo Gaël ATANGA ONDOA, est doctorant, membre du Laboratoire Panafricanisme Unité Africaine et intégration Régionale (PUAIR) de l’UFD/RI de l’IRIC. Il  porte un grand intérêt aux questions liées au panafricanisme, au leadership, au régionalisme, à l’unité africaine et au numérique.

INTRODUCTION

De tous les blocs continentaux qui composent le système international, l’Afrique demeure la zone ayant subi le plus d’influences d’acteurs extérieurs. Les invasions étrangères, avec pour conséquences des phénomènes durables telles que la traite négrière et la colonisation sans oublier la traite arabe conjuguée à la pénétration de l’islam, constituent aujourd’hui le socle de ce que Kwame Nkrumah qualifie d’expérience de la société traditionnelle africaine (Nkrumah, 1976 : 97). C’est une sphère géographique ne s’identifiant plus uniquement par son essence culturelle initiale, mais désormais teintée d’hybridité du fait de la cohabitation ontologique de trois dimensions : l’Afrique traditionnelle, la civilisation judéo-chrétienne (occidentale) et la civilisation musulmane. Les deux dernières restent constitutives de l’enchâssement de la praxis sociale africaine dans les valeurs occidentales, mieux dans l’euro-modernité (Lamola, 2017 : 111). S’il semble indéniable que l’expansionnisme de la modernité occidentale a grandement altéré la libre évolution des sociétés africaines (Ibid.), Nkrumah (Ibid.) préconise une rationalisation de la réaction à travers l’édification d’un corps de doctrines appelé à servir de socle de l’action unificatrice de la nouvelle Afrique. C’est ainsi qu’il propose le « consciencisme ». Sa philosophie axée globalement sur l’émancipation de l’homme s’apparente à une invitation de l’intelligentsia et de la classe dirigeante du continent à la réactivité. Se situant dans le prolongement de la pensée du leader ghanéen, le discours sur la Renaissance africaine,  autrefois soutenu par Pixley Ka Isaka Seme, au début du XXe siècle (Kumalo, 2015 : 192),  refait surface à l’aube des années 2000 sous l’égide du Président sud-africain d’alors Thabo Mbeki. C’était dans l’optique d’un réveil régénératif pour le développement et le repositionnement de l’Afrique parmi les acteurs majeurs de la scène internationale. Pour matérialiser la vision de ce dirigeant sud-africain en actes probants, plusieurs initiatives continentales telles que le NEPAD (New Partnership for Africa Developement) voient le jour en intégrant les idéaux de cette ambition en 2001. En outre, l’Agenda 2063 adopté en 2015 par l’Union Africaine (UA) fait de la Renaissance continentale un axe prioritaire. Seulement réinventer l’Afrique dans un environnement mondial caractérisé par l’ouverture des frontières s’avère difficile vu la menace pesant sur la préservation des identités nègres. Dès lors, pour mieux encadrer la transformation régénérative et se départir de « l’afrocolianité » (Lamola, 2017 : 110), le leadership joue un rôle déterminant. Le dynamisme et l’activisme de certains leaders du continent contribuent petitement, mais progressivement à la promotion de la renaissance africaine en dépit des nombreux freins perceptibles. En menant une analyse qualitative juxtaposée à l’éclairage de la puissance bénigne et du courant de pensée panafricaniste, cette réflexion interroge la contribution du leadership continental en faveur de l’opérationnalisation d’une politique de réinvention voire de prospérité africaine autocentrée. Par ailleurs, tenant compte des éventuels écueils entravant la régénérescence de l’Afrique, notre étude propose l’urgence de la mutation vers l’« afro-postmodernité » comme issue prospective susceptible d’apporter un plus dans la stratégie de résolution du problème en cause.

I-/ LE LEADERSHIP CONTINENTAL A L’INITIATIVE DE LA RENAISSANCE AFRICAINE

En éludant le débat de la validité ou non de l’Afrique comme territorialité d’expression des jeux de puissance (Sindjoun, 2002 : 143-146), parler du leadership continental dans le cadre de cette réflexion revient à mettre en visibilité le rôle significatif de certaines unités politiques – disposant les capacités relatives – en matière de capacité de mobilisation et d’attraction autour d’un projet collectif (Muxagato, 2016 : 100). Tenant compte de son statut de géant continental, voire de première puissance africaine (Alden et Schoeman, 2013), la nation arc-en-ciel qui fut le premier pays à gérer la présidence de la Conférence de l’Union Africaine, instance suprême de l’organisation nouvellement créée en 2002, proposa, au cours du sommet de la défunte Organisation de l’Unité Africaine (OUA) tenue en septembre 1999 à Syrte (Libye), le Millenium African Plan (MAP) par l’entremise de son Président Thabo Mbeki (Messi Bekono, 2017 : 25). Cette idée découlait du discours de la Renaissance africaine dont la maturation paraissait en cours dans ce pays. Le MAP figurait comme une forme de plan Marshall africain axé sur les ressources et les potentialités locales dont l’objectif portait sur l’orientation de la nouvelle vision de prospérité de l’Afrique pour le millénaire. Mbeki parvint à exporter un programme conçu comme la nouvelle vision de l’Afrique du Sud post-apartheid (Crouzel, 2000 : 171-172) sur la scène continentale. Aussi transparaît-elle l’affirmation de la puissance bénigne (Kupchan, 1998) par un acteur dans un cadre opératoire fondamentalement régi par le consensus de la collégialité.

Selon (Mona et Kaschula, 2018 : 114) la renaissance africaine telle qu’articulée par Th. Mbeki renvoie à une doctrine dont l’essence tend à réaliser la régénérescence du continent au plan politique et socio-économique et assurer la réintégration de ce bloc territorial dans l’économie globale en accordant la priorité aux intérêts du continent. Comme l’affirmait Mbeki en 2001 à l’université de Havana au Cuba (Ibid.), la question fondamentale qui se pose est celle selon laquelle nous avons le devoir de nous définir. L’évocation du discours sur la Renaissance se justifie par le fait que c’est nous-mêmes qui devons définir qui nous sommes, ce que nous défendons, notre vision, notre manière d’agir, les programmes à adopter, avec qui nouer des partenariats et comment les nouer (Ibid.). On comprend aisément que c’est un crédo révolutionnaire qui ambitionne de recentrer le destin de l’Afrique sur elle-même, et partant, de déconstruire le modernisme africain qui n’est rien d’autre que le rejeton de la modernité européenne pourtant elle-même en proie à de violentes critiques (Lamola, 2017 : 114-115).

Visiblement séduits par la proposition novatrice, voire salvatrice du dirigeant sud-africain, les gouvernants africains marquent leur approbation en mandatant (en 2000 à Lomé) un collège d’hommes d’État composés de Thabo Mbeki, Olusegun Obasanjo (Nigéria), Abdelaziz Boutéflika (Algérie) – qui à leur tour coptèrent Hosni Moubarak (Égypte) – de travailler sur un projet du Programme de millénaire sur le renouveau de l’Afrique (Djuidje Kouam, 2003 : 141). Le choix porté sur ces derniers se justifiait par la qualité des rapports cordiaux qu’ils entretenaient avec les dirigeants du G8. Leur proximité avec ces derniers facilitait toutes formes de négociations pour la remise de la dette des entités souveraines africaines (Messi Bekono, Ibid. : 25-26). Un préalable nécessaire pour éviter le blocage du nouveau plan de redressement du continent. 

Soulignons que le Président Wade, fraîchement élu à la tête du Sénégal, dans une logique sensiblement identique à celle de Mbeki, donne une réplique au plan sud-africain. En janvier 2001, il présente l’esquisse du Plan Oméga pour l’Afrique (POA) au forum économique mondial de Davos ensuite au mois de mars au sommet de l’OUA à Syrte. Cette initiative conçue pour le changement de l’orientation développementaliste du Sénégal se voit portée à l’échelle continentale. Le Président Wade mise sur l’amélioration des secteurs infrastructurel et éducatif comme moyen d’implémentation de son projet. Les voies de communication à construire faciliteront l’interconnexion des pays et des peuples tandis que la formation de la jeunesse augmentera le capital humain du continent, une ressource fondamentale pour la quête de l’émergence souhaitée (Djuidje Kouam, Ibid. : 138-140). L’idée du dirigeant sénégalais trouve écho favorable auprès des chefs d’État et de gouvernement de l’OUA. La conférence mandate les penseurs du MAP et du POA de mutualiser leurs propositions afin d’aboutir à une synthèse commune. C’est ainsi que naît la Nouvelle Initiative Africaine (NIA) au sommet de Lusaka le 9 juillet 2001. Comme plusieurs autres programmes antérieurs, elle entrevoyait « sortir le continent du malaise du sous-développement et de l’exclusion dans un monde en voie de mondialisation» (Ibid. : 142). Le 23 octobre 2001 à Abuja, elle prend le vocable de NEPAD avec une nouvelle dynamique. Poursuivant son action en tant que puissance idéologique, A. Wade, suggère à ses homologues la mise en place d’un dispositif de surveillance mutuelle qui conduit au Mécanisme Africain d’Évaluation par les Pairs (MAEP) (Tiogo, 2017 : 172).

Au regard de tout ce qui précède, il paraît indéniable que le projet sur la renaissance africaine demeure un mobile pertinent de la nouvelle dynamique guidant la prospérité collective africaine. En effet, sur le plan pratique, elle donna lieu à l’érection de diverses institutions panafricaines telles que le MAEP et le NEPAD et dans une certaine mesure il n’est point incongru d’en citer la création de l’UA en remplacement de l’OUA en juillet 2002. Le NEPAD, principal appareil fonctionnel de la régénérescence projetée, constituait un instrument déterminant de promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement, de l’intégration régionale, du développement du capital humain, de la prévention et du règlement des conflits… C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’Afrique du Sud, dans le costume d’acteur unipolaire (Vennesson et Sindjoun, 2000 ; Alden et Schoeman, 2013 : 116-117) tend à jouer, depuis la fin de la décennie 90 et le début des années 2000, le rôle d’unité en charge de la paix et de la sécurité sur la scène continentale. L’African Renaissance Fund fondé en 2001 (Sidiropoulos, 2012) et aujourd’hui substitué par la South African Development Partnership Agency (SADPA) ; a été le biais du gouvernement pour se déployer dans le sens souhaité. C’est ce qui explique la grande détermination de la nation arc-en-ciel à agir en faveur de la résolution du conflit congolais. Bien que le leadership continental se situe à l’initiative de la renaissance africaine, plusieurs paramètres hypothèquent le déploiement de ce projet régénératif.

II-/ LES FREINS À L’OPÉRATIONNALISATION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE : LES SYMPTÔMES D’UNE PERPÉTUATION DE L’AFROCOLONIALITE

À l’image de la plupart des blocs d’intra-territorialité régionale de part et d’autre dans le monde, le régionalisme africain reste confronté à une pluralité de freins qui influencent remarquablement le cours de son évolution. Cet état de fait constitue souvent un handicap à l’implémentation des initiatives communautaires pourtant destinées à la promotion d’un bien-être commun, voire à subvertir «l’afrocolonialité ». Ce concept forgé par (Lamola, Ibid.) traduit l’enchâssement de la praxis africaine – également connue sous le vocable de modernité africaine – dans l’euro-modernité. Cette afro-modernité qui encadre les plans de l’évolution sociale du continent depuis l’avènement des États postcoloniaux se bâtit sur la natte idéelle du rejet du colonialisme. Cependant, la conscience anticoloniale en elle-même ne s’empêcha point d’embrasser les valeurs eurocentrées de l’universalisme. Ceci engendra alors une philosophie de l’évolution sociétale africaine calquée sur les schémas développementalistes de l’Europe des lumières. Paradoxalement, les valeurs pour lesquelles l’intelligentsia embryonnaire du continent décida d’embrasser largement à ses dépens, subissaient de virulentes critiques de la part des partisans de la rupture et promoteurs de la post-modernité occidentale (Ibid. : 115). La clarification notionnelle opérée démontre implicitement le caractère impérieux de la renaissance africaine dans la mesure où elle favorise la régénérescence de l’Afrique. Dès lors, toute action entravant sa dimension opératoire se range dans le chapelet des symptômes de perpétuation de «l’afrocolonialité » ou de la « colonialité » évoquée par (Mignolo, 2013).

Il existe plusieurs freins au développement du projet salvateur de la régénération de l’Afrique au rang desquels on note les querelles de leadership et le défaut de volonté politique. Comme relevé plus haut, le NEPAD lancé en octobre 2001 représentait l’instrument matérialisant l’effectivité de la dynamique du renouveau continental. Afin d’assurer son fonctionnement de manière efficace, il revenait aux États de témoigner leur adhésion à l’initiative commune en contribuant volontairement de façon significative au plan financier. L’Afrique du Sud qui était l’une des promotrices principales de cette nouvelle vision dota le fonds national dédié à cet effet de 30 millions USD (Sidiropoulos, 2012). Faisant partie des économies florissantes du sous-système global concerné, la Libye du Guide Mouammar Kadhafi ne se montra guère réceptive à l’égard de la philosophie développementaliste en cause. Rappelons-le, la Renaissance africaine façonnée par Mbeki prône les principes essentiels de la démocratie libérale telle la bonne gouvernance, les libertés… un ensemble de valeurs que Kadhafi estime imposées par les pays du G8 auprès de qui furent mandatés les initiateurs du MAP pour négocier la remise de la dette africaine. Il va même jusqu’à la qualifier d’ « invention de Bush » (Tiogo, Ibid. : 176). Le défaut d’adhésion du Guide bloqua le projet d’interconnexion de l’Afrique occidentale à l’Afrique orientale en passant par l’Afrique médiane. Ce pan avait été confié au Président sénégalais qui, du fait de son soutien au projet de relance de l’intégration africaine par Kadhafi (Djuidje Kouam, Ibid. : 106 ; Lecoutre, 2007 : 2), comptait sur celui-ci pour la réalisation de son ambition panafricaine d’une intégration des peuples au moyen du développement des infrastructures de communications intra-régionales. À titre indicatif, lors d’une intervention sur le plateau du média télévisuel Africa24  le 11 septembre 2011, A. Wade déclare : « En 2002 (…) quand nous avons créé le NEPAD, je lui ai dit : Kadhafi, je te donne l’occasion de laisser ton nom à l’Afrique. Il faut que tu (investisses) 2 milliards de dollars US (…), que tu finances de grandes infrastructures comme un train continental, comme une route transcontinentale… » (Tiogo, Ibid.) Cette déclaration illustre dans une certaine mesure le degré d’espoir porté par Wade à l’endroit de son homologue d’Afrique du Nord qui disposait de pétrodinars en abondance. Le défaut de soutien que le colonel afficha à l’aurore 2000 lui valut le lâchage de la part de Wade en 2011 pendant le vent révolutionnaire du printemps arabe.

Par ailleurs, le manque de volonté politique s’inscrit aussi au rang des obstacles qui hypothèquent la mise en œuvre efficiente du plan régénératif de l’Afrique. Si l’exigüité des budgets nationaux de la majorité des pays africains relève d’un truisme, il n’en demeure pas moins qu’une organisation stratégique conduirait à une logique de rationalisation des priorités afin d’accorder la primauté aux mesures facilitant l’aboutissement vers la prospérité. En dépit du fait que la renaissance africaine se situe dans le sillage de la promotion du bien-être collectif, ce slogan peine encore à susciter l’adhésion probante de l’ensemble des unités politiques du sous-système international africain. Bien qu’ils donnent tous leurs accords – dans le cadre des prises de décisions collégiales de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine – sur les projets à implémenter, la plupart des pays appliquent difficilement les décisions qu’ils ont eux-mêmes signées. Une situation qui fragilise grandement les initiatives communautaires. Le défaut de mise en œuvre à échéance de l’ensemble des dispositions prévues par le (Traité d’Abuja, 1991) instituant la Communauté Economique Africaine (AEC) reste assez évocateur. Notons que ces différents éléments qui contribuent à la pérennisation de « l’afrocolonialité » imposent la convergence vers un nouveau paradigme d’action.

III-/ L’URGENCE DE LA MUTATION VERS L’AFRO-POSTMODERNITE : UN PRÉALABLE À LA RENAISSANCE EFFECTIVE

L’afro-postmodernité pensée par (Lamola, Ibid. : 119-121) désigne un mobile catalyseur reposant sur l’engagement méthodique en faveur de la formulation et l’application d’outils conceptuels et analytiques portés vers la critique acerbe de la culture intellectuelle qui prévaut en Afrique depuis la fin de la colonisation (Ibid.). On comprend alors qu’il s’agit d’un programme épistémique sur le renforcement ainsi que la reconstruction de l’imaginaire social africain. Une philosophie afro-postmoderniste exige le courage de se départir des abstractions établies avec pour ambition de renverser l’orthodoxie afin d’établir un monde meilleur voire un nouvel ordre mondial. (Ibid. : 120) préconise d’ailleurs de confronter le passé en interrogeant perpétuellement le futur. Pour parvenir à la régénérescence effective de l’Afrique, il semble désormais impérieux d’intégrer ce paradigme d’action naissant. Les leaders africains de concert avec leur intelligentsia, doivent significativement décoloniser la praxis qui prévaut actuellement sur le continent. Ce préalable exige de faire preuve d’une ingéniosité gouvernementale pour procéder tout d’abord à la promotion des savoirs africains dans tous les programmes éducatifs. Car, une véritable renaissance commence par la maîtrise et l’appropriation des savoirs locaux, socles d’une émancipation substantielle des esprits. Toutefois, il importe de relever qu’il ne s’agit point d’une rupture complète avec les acquis externes puisque l’Afrique comme l’Occident ont autant besoin l’un de l’autre pour la construction de leur postmodernité.

BIBLIOGRAPHIE

-ALDEN, Chris, et SCHOEMAN, Maxi, (2013), “South Africa in the company of giants: the search for leadership in a transforming global order”, International Affairs (Royal Institute of International Affairs 1994- ), Vol. 89, N° 1, January 2, pp. 111-129.

– CROUZEL, Ivan, (2000), « La renaissance africaine » : Un discours sud-africain ? », Politique africaine, Volume 1, Numéro 77, pp. 171-182.

– DJUIDJE KOUAM, Reine, (2003), « Les dynamiques de l’ordre international africain : un espace d’interdépendance en mutation », Thèse de Doctorat de 3e cycle en Relations Internationales, option Diplomatie, Yaoundé, IRIC.

– KUMALO, Raymond S., (2015), “Ex Africa semper aliquid Novi! Pixley kaIsaka Seme, the African Renaissance and the Empire in Contemporary South Africa”, Alternation: Interdisciplinary Journal for the Study of the Arts and Humanities in Southern Africa, S14: pp. 190 – 211.

– KUPCHAN, Charles A., (1998), “After Pax Americana: Benign Power, Regional Integration, and the Source of a Stable Multipolarity” International Security, Vol. 23, N°. 2 (Fall), pp. 40 – 79.

– LAMOLA MALESELA, John, (2017), « African Potsmodernism : Its moments, nature and content », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 12, Number 2, pp. 110 – 123.

– LECOUTRE, Delphine, (2007), « Vers un gouvernement de l’Union Africaine ? Maximalistes vs gradualistes ? », ISS occasional Paper, Pretoria, Institut d’Etudes de Sécurité, N°147, Juin.

– MESSI BEKONO, Hermann, (2017), « Témoignage sur la naissance de l’Union africaine » in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 23 – 29.

– MIGNOLO, Walter, (2013), « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé) Colonialité, pensée frontalière  et désobéissance épistémologique », La Découverte, Numéro 73, pp. 181 – 190.

– MONA, Godfrey V., et KASCHULA Russel H., (2018), « Mbeki’s African Renaissance Vision as Reflected in isiXhosa Written Poetry: 2005–2011 », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 13, Number 1, pp 113-128.

– MUXAGATO, Bruno, (2016), « Intégration et leadership en Amérique du Sud: la difficile émergence du Brésil comme puissance régionale », Critique internationale, Volume 2, Numéro 71, pp. 91 – 108.

– NKRUMAH, Kwame, (1976), Le Consciencisme, Paris, Présence Africaine, Collection « Le Panafricanisme ».

– SIDIROPOULOS, Elizabeth, (2012), « L’Afrique du Sud sur l’échiquier mondial : “donateur” émergent et acteur géopolitique », International Development Policy, Revue internationale de politique de développement, en ligne.

– SINDJOUN, Luc, (2002), Sociologie des Relations Internationales africaines, Paris, Karthala.

– TIOGO, Romaric, (2017), « Kadhafi, Wade et la construction de l’Union africaine : du duo au duel », in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 163 – 183.

– Traité d’Abuja, (1991).

– VENNESSON, Pascal, et SINDJOUN, Luc, (2000), « Unipolarité et intégration régionale : l’Afrique du Sud et la « renaissance africaine », Revue française de science politique, 50e année, n°6, pp. 915-940.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Des femmes et des savoirs : dynamique de la construction sociale des rapports de production dans la filière textile au Burkina Faso

Par Laura FORTIN

Laura Fortin est doctorante en anthropologie sociale à l’EHESS, sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo (IIAC-LAIOS), Laura Fortin est l’auteure de « La trame d’une anthropologie textile. Soixante-quinze ans d’évolution de l’artisanat textile féminin au Burkina Faso (1912 – 1987) », ‌(halshs-02107114) et « L’habit ne fait pas le genre. Fabrication textile et rapports de genre au Burkina Faso », Annales de la Fondation Martine Aublet.

A l’heure où la transformation du coton est présentée comme un levier de développement pour le Burkina Faso, l’un des premiers pays cotonniers du continent africain, on s’intéresse aux savoirs construits par les femmes et aux places négociées par celles-ci au sein des rapports de production de la filière textile. L’engouement pour le tissu local, affiché médiatiquement et politiquement depuis 2015 par le gouvernement formé après la chute de Blaise Compaoré, nous renvoie trente ans en arrière, à l’époque du président Thomas Sankara. Celui-ci avait baptisé ce tissu en langues nationales le « faso dan fani » (pagne tissé de la patrie) et y avait associé l’identité burkinabè et la fierté du patrimoine national. Malgré une forte pression exercée par les importations de textiles asiatiques, le faso dan fani semble jouir d’un regain de popularité dans le « pays des hommes intègres » et pose la question du développement d’une filière textile locale au profit des femmes, principales artisanes, aux côtés d’une petite industrie de filature.

Partant du constat d’une division sexuelle du travail dans les activités textiles, on interroge ici les rapports de production entre les femmes et les hommes au sein de cette filière et leur recomposition à travers la construction et la transmission de savoirs spécifiques, à la fois techniques et sociaux, au sein du groupe d’artisanes.

Ce travail s’appuie sur un terrain ethnographique de 15 mois au Burkina Faso, réalisé grâce au soutien financier du Prix Ariane Deluz et de la Fondation Martine Aublet, et sur l’analyse d’archives missionnaires, coloniales et institutionnelles. L’enquête s’est portée principalement sur le plateau Mossi et sur les villes de Ouagadougou, la capitale, et Bobo-Dioulasso, où vit cette ethnie majoritaire du Burkina Faso. Je me suis attachée à interroger les différents acteurs de la chaîne de valeur de la transformation textile : notamment les artisanes et les artisans, les industriels de l’usine de filature burkinabè et les commerçants.

 

Une division sexuelle du travail sous la contrainte de rapports productifs ?

 

Si les femmes sont, en 2020, largement majoritaires dans le processus de fabrication artisanale des étoffes (teinture et tissage principalement), elles sont largement minoritaires au sein du processus de fabrication industrielle du fil (filature), de l’approvisionnement en matière première (vente des fils de coton) et de la commercialisation des tissus sur les marchés.

 

Le métier de teinturière-tisseuse, en tant qu’activité économique principale, n’existait pourtant pas avant le début des années 1980. Les femmes Mossi – comme celles des autres ethnies de la région – pratiquaient des activités liées au coton et détenaient des savoir-faire spécifiques, mais ces activités appartenaient à un mode de production domestique et étaient considérées comme un complément de revenu annexe, au côté de travaux agricoles (Schwartz, 1993). Le métier de tisserand était, lui, traditionnellement masculin et à l’époque précoloniale, interdit aux femmes. Avec l’introduction d’un mode de production capitaliste industriel au début du XXe siècle, sous la colonisation française, la division du travail évolue avec l’apparition et la manipulation des machines. Comme observé dans de nombreux pays africains à l’exception de l’Afrique du Sud (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207-216), les femmes de Haute Volta (ancien nom colonial du Burkina Faso) sont peu impliquées dans l’industrialisation du pays. Le colonisateur, réticent à employer dans l’industrie des femmes jugées incapables de comprendre la modernité, faute d’instruction, préfère assigner ces travaux techniques à des hommes (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207). En outre, la scolarisation des garçons favorise, dans le contexte urbain ouest africain, le report d’une partie de la population masculine active vers des emplois administratifs et commerciaux (Cordonnier, 1982 : 28). Se recomposent alors, d’une part, les rapports sociaux entre les artisans, anciens détenteurs du capital technique, et les nouveaux ouvriers, davantage rémunérés et socialement valorisés dans une société de plus en plus fondée sur l’échange monétaire et dont les besoins augmentent avec la progression de la mécanisation. La catégorie des artisans est déclassée, à l’instar de ce qu’observe M’Halla dans l’industrie de la soie à Tunis (1983 : 120). D’autre part, les jeunes femmes initiées à de nouveaux savoir-faire textiles par les sœurs missionnaires chrétiennes à Ouagadougou et dans les différents postes régionaux de la Mission, investissent l’artisanat textile et le petit commerce et parviennent à se glisser dans les interstices libérés par les hommes et par le marché. Mais ces activités artisanales peu lucratives – temps de travail faiblement rémunéré pour proposer des services compétitifs sur le marché de la consommation, surtout au regard des produits d’importation (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 221) – et socialement déclassées, participent d’une recomposition des rapports de production au détriment des femmes.

 

Aujourd’hui encore, les femmes sont surreprésentées dans le secteur de l’artisanat textile, secteur principal de la filière textile burkinabè après la fermeture de la seule usine textile en 2001. Par ailleurs, elles restent largement absentes des étapes industrielles et commerciales de la chaîne de valeur, qui sont pourtant les plus stratégiques et rémunératrices.

 

Les artisanes rencontrées témoignent, en effet, de la difficulté constante de rémunérer leur travail, de structurer et de développer leur production. Nombreuses sont celles qui entrent et sortent périodiquement dans l’activité de teinture-tissage, au gré de la disponibilité de leur fonds de roulement pour s’approvisionner en fils et de l’assurance de débouchés pour leur production. Travaillant, pour la grande majorité d’entre elles, à domicile, elles doivent articuler leur activité artisanale avec leurs obligations domestiques, donnant souvent la priorité aux secondes, ce qui leur fait perdre en productivité. Parfois isolées tant géographiquement que socialement, elles sont ainsi nombreuses à éprouver des difficultés pour vivre au quotidien de cette activité et subvenir aux besoins de leur famille.

 

L’artisanat textile féminin, comme activité et produit de cette activité, le faso dan fani, jouit pourtant médiatiquement et politiquement d’un engouement croissant de la part de la sphère politique, des ONG du développement et de la population en général. Le port du tissage local, arboré fièrement comme marqueur de l’identité burkinabè et gage d’un artisanat africain de qualité participe d’un marché en expansion, notamment depuis 2015, à l’échelle nationale et sous-régionale. Par conséquent, on s’interroge sur ce que ces éléments, malgré l’existence d’un marché croissant, traduisent du fonctionnement du secteur textile et de l’organisation des rapports de production. On revient, pour cela, aux procès de travail féminins, en questionnant leur homogénéité et leur apprentissage.

 

Standardisation des procès de travail féminins et construction d’une catégorie professionnelle

 

À l’exception d’un centre de production géré par l’État délivrant des formations à la demande, la formation en teinture-tissage s’effectue par le biais d’associations privées (souvent financées par des ONG internationales) et religieuses, ou directement auprès d’une voisine ou d’une parente. La formation peut aller d’un mois à un an et constitue en l’apprentissage technique des processus de teinture (dosage des couleurs et des adjuvants, manipulation des fils) et de tissage (prise en main du métier à tisser, montage de la chaîne, reproduction des motifs). Bien que courte et peu spécifique sur le plan technique, cette formation est avant tout une transmission de savoirs qui tend à se standardiser. En effet, on observe que les procès de travail hétérogènes s’uniformisent et les étoffes se normalisent depuis le début des années 2000. Par exemple, les teintes et les mélanges de couleurs tendent à être stabilisées et reproductibles. Les largeurs et longueurs des bandes de tissus sont fixées à 30x160cm pour un pagne à 4 bandes et 40x160cm pour un pagne à 3 bandes – le nombre de bandes étant défini selon le motif à réaliser. Les motifs, figés et bien identifiés – certains sont même baptisés par des noms reconnaissables –, constituent un répertoire qui circule entre les artisanes. Enfin, le métier à tisser et ses accessoires sont reproduits quasi-systématiquement à l’identique.

 

Cette augmentation des prescriptions du travail artisanal tend à limiter la place de l’improvisation et à uniformiser les procès de travail, stabilisant les artisanes du textile dans de nouvelles conditions productives (Cornu, 2001 : 40-41). Si selon Roger Cornu, cet aspect démultiplie les moyens de domination dans les sociétés capitalistes industrielles (2001 :41), il participe également, à mon sens, à la construction d’une catégorie professionnelle identifiable, par l’homogénéité du travail réalisé et sa qualité, et par l’organisation de la production et la reconnaissance de compétences techniques et professionnelles propres au groupe.

 

Au sein d’une économie textile tendue, sous la pression des importations asiatiques et européennes et dans un contexte de pauvreté locale, la construction et la reconnaissance de cette catégorie professionnelle des « tisseuses », comme elles se font appeler, a pour avantage de créer une coalition entre artisanes, leur permettant de s’orienter au sein de la chaîne de valeur, de s’entraider et de faire valoir leurs droits en l’absence de syndicats.

 

Les associations de « tisseuses » : des stratégies d’organisation et de subversion économiques et politiques

 

Cette construction a été permise et continue de se reproduire à travers la création d’associations de tisseuses, notamment par quartier. Les toutes premières sont fondées au milieu des années 1980, avant de fleurir à partir du milieu des années 1990. L’enjeu de ces associations est, notamment au début, de pouvoir acheter du fil en gros à des prix avantageux, afin de le revendre au détail et à crédit aux artisanes, à des prix raisonnables qu’elles seront en mesure de rembourser une fois leurs tissages vendus. Il s’agit, par ailleurs, de former des réseaux de solidarité et d’épargne à travers des tontines et de proposer un accompagnement en alphabétisation et en gestion du budget. Grâce à l’obtention de financements privés ou publics, les associations construisent, en outre, leur propre boutique, qui leur permet de gagner en visibilité et de vendre leur production directement à des particuliers. Ces dispositions leur permettent, à un certain niveau, de lutter contre la pression économique exercée par la chaîne de valeur en amont du processus artisanal (à travers la spéculation sur le prix du fil), et en aval (à travers la dévaluation du prix d’achat des tissages par les revendeurs de textiles sur les marchés) – ces étapes, on l’a vu, étant essentiellement dominées par des hommes. En effet, il arrive très fréquemment que les détaillants en fils de coton soient aussi revendeurs de pagnes (étoffes tissées). S’entendant entre eux, les commerçants parviennent à « prendre en étau » les artisanes, en refusant de leur vendre du fil, si elles n’acceptent pas de leur vendre leurs tissages à un prix très bas, les contraignants parfois à vendre à perte. Par le biais des associations, les artisanes tendent donc à court-circuiter ces pratiques spéculatives et anticoncurrentielles et à protéger leurs marges, qui sont malgré tout relativement faibles.

 

Les financements associatifs leur permettent également d’investir dans du matériel davantage technologique pour s’adapter aux besoins du marché, notamment du marché extérieur. Par exemple, de nombreuses associations ont fait confectionner des grands métiers à tisser à navette volante, permettant de tisser des étoffes plus larges (1,20 mètre contre 20 à 40 cm pour les étoffes tissées sur les petits métiers) répondant aux standards internationaux et facilitant la confection. Aussi, ces associations ont permis à certaines de leurs membres de se former sur ces nouveaux métiers à tisser.

 

Enfin, le regroupement des tisseuses en associations leur permet de faire valoir leurs droits au niveau politique et sur la scène économique. Une fédération nationale, destinée à représenter les intérêts des tisseuses sur l’ensemble du territoire, est fondée en 2017. Elle est parvenue depuis à obtenir quelques victoires auprès du gouvernement et de la Chambre des Métiers de l’Artisanat, dont l’instauration du pagne officiel en tissage local pour la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, contre, jusqu’alors, le pagne imprimé importé d’Asie. Un arrêté ministériel est obtenu en janvier 2018 pour promouvoir le port du pagne tissé par les représentants de l’Etat à l’occasion de toute manifestation publique. De plus, depuis le 2 juillet 2020, après plusieurs années de négociation, un label a finalement été mis en place pour protéger et contrôler l’appellation « faso dan fani », en particulier contre les copies asiatiques qui fleurissent sur le marché et trompent le consommateur. A partir d’un catalogue de 400 modèles de pagnes, ce label certifie l’origine du fil : burkinabè et le mode de teinture-tissage : fait à la main au Burkina Faso sous certaines conditions ; et assure une traçabilité, en enregistrant pour chaque pagne, le groupement de tisseuses qui l’a produit. Dans une économie capitaliste mondialisée, la standardisation des processus techniques et esthétiques de production à travers la mise en place d’une marque collective apparaît comme un moyen, pour les tisseuses, de se prémunir et de rivaliser contre les affres du marché et de la concurrence. En s’associant et en se construisant comme une catégorie professionnelle reconnue, les tisseuses, dont le nombre ne cesse d’augmenter, produisent donc en commun des savoirs et des compétences stratégiques pour la reproduction du groupe.

 

De la transmission d’une « intelligence des situations » à la reproduction du groupe

 

Ainsi, la transmission de savoirs entre artisanes, que Roger Cornu pourrait appeler « apprentissage-production », correspond tout autant à un apprentissage technique qu’un apprentissage social. « Du fait de l’inséparabilité de l’apprentissage-production et de la production, de la relation pédagogique des autres rapports sociaux, l’apprentissage-production lie trois types d’apprentissages : un apprentissage de « capacités », un apprentissage de procès de travail dans lequel elles s’inscrivent, un apprentissage de rapports sociaux » (Cornu, 2001 : 26). Outre des « capacités » et des « processus » techniques, les rapports sociaux qui sont appris sont des rapports de production qui lient les artisanes aux autres secteurs productifs de la filière textile, selon un trinôme artisanat/industrie/commerce, auquel s’ajoute le rapport économie formelle/informelle. Ce sont également des rapports économiques qui lient les artisanes au marché et aux consommateurs, des rapports technico-professionnelles qui fondent le groupe des tisseuses et ce sont, enfin, des rapports de genre dans une filière marquée par une forte division sexuelle du travail. L’activité productive ne pouvant être pensée en dehors du système de relations économiques et politiques qui en déterminent l’effectuation (Eckert & Vultur, 2016 : 9), les compétences et l’intelligence qu’elle requiert dans sa mise en œuvre, dans le cas des activités textiles féminines au Burkina Faso, sont autant de compétences techniques que sociales – et notamment de genre, dans le sens où il s’agit de négocier à son avantage des rapports de genre.

 

Le concept de Mètis, proposé par Roger Cornu à partir de la pensée grecque et des analyses antérieures de Jean-Pierre Vernant comme « une intelligence rusée mise en œuvre par les agents dans les situations pratiques dans lesquelles ils agissent », invite « à penser leur action dans les liens de dépendance qui la contraignent, avec lesquelles la mètis tend à s’affranchir » (Eckert & Vultur, 2016 : 9). Car « la mètis est une réponse, une façon de contourner ou d’utiliser à son profit les effets de la subordination, de la neutraliser, voire même de la détruire. On ne peut de ce fait réduire la mètis ni à un savoir-faire ni à une technicité, deux éléments qui entretiennent toutefois des rapports avec elle. On peut encore rapprocher la mètis de ce que Henri Wallon appelle « l’intelligence des situations », qui est à la fois une intelligence de l’expérience et une intelligence de l’immédiateté » (Cornu, 2001 : 93).

 

C’est en ce sens que je rapproche ces « compétences sociales » et « compétences de genre » à une mètis, fonctionnant par transposition du savoir d’une situation à une autre (Cornu, 2001 : 101). Dans l’action collective, c’est bien d’intelligence pratique, d’intelligence des situations dont il s’agit (Cornu, 2001 : 100). À travers la revendication politique de mesures économiques de promotion et de protection du faso dan fani, à travers l’organisation de la production sous forme de groupements ou d’associations tendant à court-circuiter les rapports de pouvoir contraignants de la chaîne productive, le groupe d’artisanes parvient, par la négociation, à la définition de nouvelles règles et normes de production qui sont à leur avantage dans le monde socio-économique dans lequel elles s’inscrivent. Ces nouvelles règles relevant, cette fois, d’une intelligence discursive, dont la nature s’exprime par des consignes et dont l’analyse et la synthèse sont les deux termes caractéristiques (selon Henri Wallon cité par Cornu, 2001 : 94), sont transmises à leur tour. Elles rouvrent, ainsi de suite, la voie au règne de mètis dans l’adaptation pratique aux situations, générant un mouvement qui participe à la reproduction du groupe des tisseuses et à l’avancement de ses intérêts.

 

Finalement, on a voulu montrer, à travers cette analyse, que la complexité des rapports productifs se jouait également dans la transmission, au sein d’un groupe professionnel, de savoirs relatifs aux rapports sociaux dans lesquels ce groupe s’inscrit et dans la transmission de compétences (« intelligences des situations et discursive ») développées par le groupe pour renégocier à son avantage ces rapports, qu’ils soient productifs, socio-économiques ou de genre. Au Burkina Faso, la filière textile féminine s’inscrit, d’une part, dans une économie marquée par la cherté structurelle du fil de coton et par un marché sous la pression de la concurrence asiatique, et d’autre part, dans un contexte social patriarcal. Aussi, on comprend les difficultés socio-économiques qui pèsent sur les artisanes, les contraignant à réaliser de faibles marges et à avoir parfois des difficultés à vivre de leur activité. Toujours est-il qu’une analyse fine des rapports productifs à l’œuvre au sein de cette filière textile est nécessaire pour comprendre ces phénomènes dans leur complexité et met en évidence que ces rapports productifs, à première vue au détriment des artisanes, n’en sont pas moins sans cesse renégociés par elles.




Bibliographie :

 

Coquery-Vidrovitch, C. (1994). Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique Noire du XIX au XX siècle. Paris, Desjonquères.

Cordonnier, R. (1982). Femmes africaines et commerce. Les revendeuses de tissu de la ville de Lomé (Togo). Paris, ORSTOM.

Cornu, R. (2001). Éducation, savoir et production. Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Eckert, H. & Vultur, M. (2016). « Présentation : activité et circonstances de l’activité / Activity and circumstances of activity ». Sociologie et sociétés, n° 48 (1), 5–12.

M’Halla, M. (1983). « Apparition d’entreprises capitalistes en milieu artisanal : le cas du tissage de la soie à Tunis ». Dans C. Coquery-Vidrovitch & A. Forest (éds), Entreprises et entrepreneurs en Afrique, XIXe et XXe siècles (tome I) (pp. 99-122). Paris, L’Harmattan. 

Schwartz, A. (1993). Brève histoire de la culture du coton au Burkina Faso. Bondy, ORSTOM.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Décentralisation et amélioration de la gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’Extrême-Nord au Cameroun

Par Jean Clovis KAMDEM

Jean Clovis Kamdem est titulaire d’un master recherche en Sciences Sociales pour le développement, inspecteur Pédagogique Régional des Sciences et Technologie du Tertiaire en charge de l’Action et de la  Communication Administrative et chercheur à l’Université de Maroua/Cameroun. 

Le contexte dans lequel notre étude a été menée est la région de l’Extrême-Nord. Nous avons porté un intérêt capital sur le questionnement de la décentralisation au Cameroun à travers les compétences qui ont été transférées de manière générale. De manière spécifique, il s’agit de mesurer et analyser l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. En s’appuyant sur les théories telles que la théorie de la dépendance selon Pfeffer et Salansik, (1978). Le Petit Larousse (2007) définit la décentralisation comme étant « un système d’organisation des structures administratives de l’État qui accorde des pouvoirs de décision et de gestion à des organes autonomes régionaux ou locaux (collectivités locales, établissements publics). Au XXe siècle, nous avons une définition plus psychotechnique dans le domaine des apprentissages : Bresson et Pierron, (1957 : 64) « phénomène par lequel les progrès obtenus au cours de l’apprentissage d’une certaine forme d’activité entraînent une amélioration dans l’exercice d’une activité différente, plus ou moins analogue». La décentralisation administrative promulguée par la constitution du 18 janvier 1996 est la réforme administrative la plus importante jamais réalisée au Cameroun depuis l’État unitaire le 20 mai 1972 ; assurément, la réforme la plus importante que notre pays a pu faire afin d’orienter son développement économique socioculturel, éducatif, sanitaire etc… de notre pays. 

L’État traditionnel camerounais ne souffre pas seulement de centralisation des décisions et de concentration des services dans l’aire métropolitaine ; il est aussi particulièrement affecté par un ensemble d’autres dysfonctionnements dans l’organisation des services publics. Ces traits qui caractérisent la mal administration dont souffre le pays sont aussi bien connus. La mauvaise gestion de ces ressources par le gaspillage qu’elle entraîne constituera nécessairement un obstacle à la décentralisation. Il est question de présenter la décentralisation administrative comme effet levier pouvant améliorer la gestion des établissements des enseignements secondaires.

Problématiques sur le transfert  de compétence et la gouvernance locale des établissements des enseignements secondaires

Le concept de gouvernance locale ou territoriale vise aussi bien à rationaliser les formes de management territorial à travers les circonscriptions administratives, qu’à permettre de conduire des actions économiques efficaces et de constituer des territoires performants. Centrée sur la répartition des pouvoirs entre les acteurs organisationnels, la gouvernance publique locale met la lumière sur les mécanismes de coordination nécessaires à l’intérieur et à l’extérieur d’une organisation pour réguler les conflits d’intérêts entre ses différentes parties prenantes. C’est pourquoi, dans la plupart des communes de la région de l’Extrême-Nord, il existe certaines communes qui assurent la charge des écoles et celles des collèges et lycées. De ce fait, d’autres préoccupations taraudent notre esprit, à savoir : quelles sont les causes qui entraîneraient la mauvaise utilisation des compétences transférées ? Au regard de l’engouement peu reluisant manifesté autour de l’éducation de manière générale au Cameroun et en particulier dans la région de l’Extrême-Nord et au regard de ce qui précède, quelles sont les facteurs dus à l’insuffisance des ressources transférées quand bien même lorsque les ressources sont transférées, existe-t-il une bonne gouvernance en matière d’utilisation de ces ressources ? Suite aux dispositions prises par l’État pour la mise en œuvre de la décentralisation au niveau local, la marge de manœuvre  des communes se trouve réduite.  L’inefficience de la gestion des ressources transférées empêche la collectivité d’assurer les services de L’État correspondant aux nouvelles compétences des départements et régions. De ce fait, la coopération intercommunale et le partenariat accompagneraient la commune à son épanouissement.

Revue de la littérature sur le transfert de compétence

Le transfert des compétences administratives influence l’amélioration de la gestion des établissements des enseignements secondaires. Des auteurs nous ont précédés. Afin de suivre le fil d’Ariane laissé qui entrevoit la poursuite de la recherche, plusieurs écrits ont servi à l’élaboration du cadre d’analyse général. 

Au Cameroun, la décentralisation administrative est perçue comme le fait, pour l’État, de confier la gestion d’une région, d’une commune ou d’une communauté rurale à un conseil élu (Diouf, 1997). L’étape qui marque cette décentralisation est la régionalisation survenue dans la Constitution du 18 janvier 1996. Par rapport à l’éducation, la décentralisation paraît avoir un intérêt. Plusieurs pays du Nord l’expérimentent depuis longtemps et semblent en tirer beaucoup de bénéfices. Pelletier (2001 : 26-27) pense que « la mise en place d’un processus de décentralisation est présentée comme une stratégie prometteuse pour l’accroissement de la qualité générale de l’éducation et la réussite scolaire des élèves.» Mais l’auteur s’empresse de souligner que cela ne peut fonctionner si certaines conditions techniques et matérielles ne sont pas remplies. Parmi ces conditions, il cite la stabilisation des effectifs scolaires, la mise à disposition de structures d’accueil et de gestion, la formation adéquate du personnel de direction et du personnel enseignant. Il reste à savoir si le Cameroun remplit ces conditions pour espérer que le secteur de l’éducation puisse fonctionner.

Ainsi, par exemple, dans le domaine d’application choisi ici, l’éducation et la formation professionnelle, les chercheurs se sont appliqués à trouver un sens à l’action régionale, une cohérence régionale de l’action publique. Se faisant, ils sont partis, consciemment ou non, d’une « posture État », un peu technocratique, avec dans l’esprit les modes de pensée et d’action de l’état et l’idée que le « transfert de compétences » était une sorte de translation, d’homothétie. 

Après de nombreuses interrogations au sujet de la meilleure forme de gouvernance possible, l’intérêt de la question se trouve recentré autour de son but. Tout aussi important que la manière, le but de la gouvernance a fait couler beaucoup d’encre. Ainsi, il ne suffit pas de savoir comment gouverner ; encore faut-il savoir pourquoi le faire. C’est notamment à cette préoccupation que Schneider (1999 : 8) tente de répondre lorsqu’il affirme qu’au-delà de la gouvernance « classique », « la gouvernance participative (…) débouche potentiellement sur une plus grande efficacité au niveau de la prise des décisions et des résultats ». Pranab Bardhan (1997 : 51) affirme que la décentralisation a une signification différente selon les personnes qui ont des raisons multiples de la soutenir (…). Les avantages de la décentralisation, définie comme un transfert de pouvoir, seront tout d’abord énumérés (…).

Hypothèses et élaboration de l’opérationnalisation Hypothèses statistiques :

H: La décentralisation n’influence pas l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires. Contre H: La décentralisation influence l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires.

Opérationnalisation de la variable dépendante

VD : Gestion administrative des établissements des enseignements secondaires

Indicateurs 

Les problèmes liés à la gestion de votre établissement, les freins à l’implémentation de la décentralisation, mobilisation des ressources financières pour l’autonomie financière de votre établissement, participation à la gestion pédagogique des enseignements de votre établissement, le bénéfice des avantages liés aux transferts de compétence, le bénéfice de l’assistance de l’autorité communale, le domaine d’assistance.

Modalités 

Comme modalités nous utiliserons : l’appréciation Bonne et Moins bonne qui nous permettra d’être efficace lors de l’analyse. 

Méthodologie 

La méthode retenue pour cette analyse sera une méthode hypothético déductive R. Quivy et I. V. Campenhoudt, (1995 : 116). Nous partons d’abord de l’existant qui est la résultante des travaux des autres chercheurs en termes de généralité, ce qui sera suivi d’une enquête et d’une analyse de notre propre champ d’action ; enfin, nous commenterons nos propres résultats.

Questionnaire comme outil d’évaluation

Dans ce processus de recherche, nous avons opté pour une approche quali-quantitative avec l’appui d’un questionnaire d’enquête, sans oublier que sur la base des occurrences, des observations ont été effectuées.

Outils d’intervention

En ce qui concerne la mesure des données, nous utiliserons le logiciel SPSS v20, installé dans un PC Core i5 avec un système d’exploitation de Windows 8, tout en appliquant le test de la régression logistique binaire, le test de Khi deux, et pour le traitement de texte, le logiciel Microsoft Word 2013. Comme instruments de collecte des données, nous avons utilisé le questionnaire d’enquête.

Déroulement 

Après avoir procédé à la consultation des divers documents portant sur la décentralisation et la gestion des établissements des enseignements secondaires, des observations, et entretiens ont été effectués, suivis des questionnaires administrés à 75 participants. Enfin nous avons procédé à des analyses.  

Caractéristique de l’échantillon 

La présente recherche repose sur une enquête effectuée auprès d’un échantillon de 75 participants regroupés en plusieurs catégories. Au regard du diagramme à secteur ci-dessous, 4 % des maires ; 4 % adjoints aux maires ont répondu. 1,33 % sont des agents communaux et 42,6 % sont des conseillers municipaux, ce qui représente l’ensemble des personnels de l’administration communale qui ont fourni les réponses sur l’ensemble des indicateurs. Toutefois, s’agissant des responsables des services de la gestion des établissements des enseignements secondaires, 6 % des chefs d’établissements et 9,33 % des censeurs chefs des travaux et surveillants généraux se sont partagés le même pourcentage. Le total de 100 % des enquêtés équivalent à 75 individus.

Méthodes d’analyse

À visée exploratoire, cette méthode d’analyse statistique sert avant tout à explorer dans le détail des variables.

Résultats 

Afin d’analyser et mesurer Le lien qui existe entre la VI (décentralisation administrative) et la VD (gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires), la variable dans l’équation du modèle exécuté sur les 75 observations disponibles et les données estimées ont permis de construire la matrice de l’équation ci-dessous.

Tableau 1 : Variables dans l’équation du modèle de recherche 

 

A

E.S.

Wald

Ddl

Sig.

Exp(B)

IC pour Exp(B) 95%

Inférieur

Supérieur

Etape 1a

VI11

,551

,348

2,506

1

,113

1,736

,877

3,436

VI12

-1,877

1,202

2,436

1

,119

,153

,015

1,616

VI13

,201

,305

,434

1

,510

1,222

,673

2,220

VI14

,016

1,315

,000

1

,990

1,016

,077

13,375

VI15

,878

,637

1,903

1

,168

2,407

,691

8,386

VI16

-,206

,596

,120

1

,729

,814

,253

2,616

VI17

,125

,688

,033

1

,856

1,133

,294

4,369

Constante

69,062

1259,746

,003

1

,956

9842E+29

   

a. Variable(s) entrées à l’étape 1 : VI11, VI12, VI13, VI14, VI15, VI16, VI17 et Vi18.

Écriture de l’équation du modèle  

L’équation du modèle isolé de l’hypothèse de recherche écrira alors :

Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec.= 11+e(69,062+0,5511,877+0,201+0,016+0,8780,2060,125)

Avec :Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec. (VD): Gestion des collectivités territoriales des établissements d’enseignements secondaires.

Analyse et discussion du modèle

Quatre (05) variables expliquent mieux la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires ; il s’agit de la VI15 : Tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales présentant un Exp(B)=2,407 ; la VI11(Niveau de ressources transférées  dans votre commune) avec unExp(B)= 1,736 ; le Odds-ratio ou Exp(B) de la VI13 = 1,222 028 : Freins à la décentralisation tandis que  1,016=VI14 (Perception de  la déconcentration du pouvoir éducatif au sein des communes) et 1,133= pour la VI17 : Échelle de satisfaction de cette autonomie. On peut conclure que la tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales a deux fois plus de chance d’expliquer la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires et que le transfert de compétences est la solution pour le développement des communes. 

Après avoir mesuré et analysé l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, nous avons obtenu les résultats suivants  : le Xlu2=14,067  et XCal2=8,484 ddl=7 donc le  XCal2<XLu2 ; le R² Cox  et Snell est de 0,107 ; et le R² Nagelkerke  est de  0,143 comme décision et inférence statistique  Ho rejetée et, Ha acceptée alors l’hypothèse est confirmée.

Parvenu au terme de cet article qui a porté sur la décentralisation et l’amélioration de la gestion  des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’extrême-nord au Cameroun, il convient de rappeler que l’objectif général qui avait été fixé était de  mesurer et analyser l’influence du transfert de compétence sur l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. Suite à une étude empirique et la consultation des divers documents, des analyses, des observations et des questionnaires administrés, il a été constaté des réalités sur le terrain, et notamment que le transfert de compétences fait face à l’insuffisance des ressources des collectivités locales, qui utilisent presque la totalité de leur fond de dotation émanant de l’État pour leur fonctionnement. Pour mener à bien ce travail, nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle le transfert des compétences influence l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. D’après les tests, comme décision et inférence statistique Ho rejetée et, Ha acceptée, l’hypothèse est confirmée. Certes, ce transfert vise la responsabilisation des acteurs locaux et leur implication dans le développement économique, social et culturel de leur collectivité, mais les moyens aussi bien financiers, matériels, et humains font défaut. Il est donc nécessaire et même désormais indispensable pour les collectivités locales de se tourner vers la coopération décentralisée pour viabiliser leur localité et améliorer les conditions de vie de leurs populations. 

Bibliographie : 

Bardam, P. (1997). La gestion des affaires publiques au service du développement. Une approche par l’économie politique. Paris, Centre de développement de l’OCDE. 

Campenhoudt, R. Q. (1995). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris, Dunod.

Cox, D. R. (1989). The Analysis of Binary Data, 2nd éd. Londres, Chapman and Hall.

Diouf, A. (1997). Le transfert de compétences: partage du pouvoir entre l’État et les Collectivités locales. Dakar, SAFEFOD.

Nagelkerke, N. J. (1991). A note on the general definition of the coefficient of determination. Biometrika. 

Pelletier, G. (dir.) (2001), Autonomie et décentralisation en éducation : entre projet et
évaluation. Montréal, Labriprof. 

Pfeffer J., Salansik. G. (1978). The external control organizations and resource Dependence perspective. New York, Harper and Row Publisher.

Saint-Pierre, M., Brunet, L. (dir.) (2004). De la décentralisation au partenariat :
administration en milieu scolaire. Québec, Presses de l’université du Québec.

Schneider, H. (1999). Gouvernance participative : le chaînon manquant dans la lutte contre la pauvreté. Paris, OECD (Coll. Cahier de politique économique). 



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Les chefs traditionnels à l’ère du numérique en Côte d’Ivoire 

 

Par Loroux Serge Pacôme Junior Djokouri

Loroux Serge Pacôme Djokouri est doctorant en histoire à l’université Alassane Ouattara Bouaké. Ses recherches portent sur les mutations en cours dans les sociétés traditionnelles en Afrique. Il écrit actuellement une thèse sur l’évolution du pouvoir politique traditionnel en pays bété de Gagnoa (Côte d’Ivoire).                 

Introduction

La vague d’idées démocratiques des années 1990 n’a pas seulement impacté le domaine politique en Afrique. La liberté d’échange et la liberté d’expression sont aussi le corolaire du système démocratique. Avec la libéralisation des Technologies d’Information et de Communication (TIC),  chaque individu est désormais libre de donner son avis sur tous les sujets. Du président de la République aux chefs traditionnels, tout le monde a accès aux TIC. Avant les années 1990, ces derniers communiquaient essentiellement à travers les canaux  comme le tam-tam, la corne, et l’homme. La caractéristique de ces canaux  est qu’ils ne suscitent pas de réponses directes des auditeurs. Mais depuis quelques années, le numérique entre dans le canal de communication des chefs. À travers des sites internet et des pages Facebook, ils rendent compte de leurs actions au public en s’exposant souvent à de grossiers commentaires. Cet article vise à analyser les enjeux de l’utilisation du numérique dans les stratégies de communication des chefs traditionnels. Il se base sur les observations issues des sites en ligne qu’ils utilisent. La démarche a consisté à suivre les commentaires des internautes lors des publications des chefs traditionnels. Cette étude s’élabore sur trois axes. Le premier présente les canaux traditionnels de communications utilisés par les chefs. Le deuxième  met en exergue les stratégies d’utilisation du numérique par les chefs. Le troisième axe présente les enjeux de l’utilisation des TIC par les chefs traditionnels à travers quelques commentaires sur leur page Facebook.

I – Les canaux traditionnels de communication

1- L’homme comme canal de communication politique

Dans la majorité des sociétés traditionnelles de Côte d’Ivoire, l’homme est le principal canal de communication des autorités politiques. Dans le cadre des réunions privées, le chef instruit un émissaire pour passer les informations et distribuer les convocations (GBAYERE, 1998). Dans les sociétés à État comme celle des Akan, l’envoyé du roi peut être un porte-canne (idem) tandis que dans les sociétés lignagères comme les bété, l’émissaire peut être un neveu ou un jeune garçon envoyé au chef par ses parents  (DOZON, 1985). L’émissaire se charge de faire du porte-à-porte pour informer les individus des désirs du chef ou du roi. Les réactions ou les réponses des individus aux chefs sont données à l’émissaire qui les transmet au chef ou au roi dans la plus grande discrétion. L’ébruitement des informations ou des messages que le chef échange avec ses collaborateurs est presque impossible en raison du respect des principes de sagesse. Pour les informations d’ordre public, les autorités sollicitent les services du crieur public ou du griot. Ces émissaires qui ont pour mission de passer les informations émanant du chef au grand public sont moins discrets que les premiers. 

Ils sont choisis parmi les citoyens pour le caractère imposant de leur voix et leur maitrise de la parole. En effet, chaque famille a sa particularité. Pour inciter chacune d’elle à répondre favorablement à la convocation, le messager procède par déclamation. C’est donc un véritable art accompagné d’une forte connaissance de l’histoire du village et des familles. Ici, il n’y a aucune réponse directe. L’information passe sans échanges. Le messager se contente d’informer la population et n’attend aucune réaction directe de celle-ci. 

2-Les instruments d’alerte 

Plusieurs instruments sont utilisés pour passer les informations. Il y a entre autres, les instruments à vent (corne ou ivoire), les instruments à cordes (guitares) et les membranophones (tambour-parleur). Mais on retient que l’exemple du tam-tam parleur pour sa forte représentativité dans tout l’espace ivoirien. Le tambour-parleur est utilisé par les autorités pour informer (Pepper, 1956). Sa particularité est qu’il a la possibilité d’informer un nombre plus important de personnes. Il parle, non seulement à ceux qui n’ont pu se rendre aux champs, mais aussi à ceux qui sont loin du village et occupés par les travaux champêtres. Le son du tam-tam peut également atteindre les villages voisins. Le tambour-parleur ne parle pas dans le vide. Il est utilisé pour les grands évènements (décès de personnalité, grandes cérémonies, ou guerres). À chaque village correspond un code particulier que seuls les initiés peuvent comprendre. Au-delà des vivants, le tambour a la  possibilité d’envoyer des informations aux ancêtres.

La spécificité  du discours tambouriné est sa capacité à  susciter des réactions directes. Par exemple, un tambour peut envoyer des messages à un village voisin. Dans l’immédiat, le tamboureur de l’autre village peut répondre en battant son tambour. La réponse au message suit ainsi le même canal. Ici, seuls les initiés peuvent communiquer entre eux même si tout le monde peut entendre le son du tam-tam. Dans ce cas de figure, les réactions libres sont quasi impossibles. Il en ressort que la communication traditionnelle peut susciter des réactions. Cependant, celles-ci sont mesurées et cadrées de sorte à protéger l’image des autorités. 

II- Les stratégies d’utilisation du numérique

Dans les années 2000, la majorité des villages ivoiriens voit l’apparition d’anciens fonctionnaires dans les institutions traditionnelles comme chefs. Au même moment, les canaux de communication prennent un nouveau tournant. Internet se généralise, devenant ainsi le moyen privilégié de diffusion des informations et d’atteinte du plus large public. Depuis, il est au cœur des mœurs des populations. Selon le ministère de la communication, la Côte d’Ivoire enregistre 17 millions d’abonnés à internet en 2017. On ne peut donc l’ignorer dans la politique moderne de communication. Avec l’arrivée au pouvoir des chefs intellectuels, ce moyen est privilégié pour passer des informations relative aux activités des chefs pourtant gardienne des us et coutumes. Les chefs de villages privilégient les revues de presse en ligne, les sites officiels et les réseaux sociaux. Ce choix s’explique d’abord par le fait que les villages africains souffrent d’une grande vague d’exode rural. Les jeunes se déplacent vers les grandes villes. Les fonctionnaires y vivent pour travailler. Ces derniers ne viennent au village que rarement (Gibbal, 1973). Comme internet offre un certain « brouillage de l’échelle territoriale » (Dupuy, 1991) telle que la possibilité d’être « ici et ailleurs » au même moment (Bertrand, 2001), les chefs traditionnels se dotent de cet instrument pour informer la population locale et la population globale.

  En plus, avec la loi n°2014-428  du 14 juillet 2014, la mission officielle de la chefferie est d’œuvrer pour la réconciliation et la paix au niveau national. Dès lors le chef n’est plus uniquement traditionnel. Il devra agir dans un monde contrôlé par les hommes politiques. Ils n’hésitent donc pas à publier leurs activités sur Facebook et sur des sites internet. Mais les sites internet ou les journaux en lignes génèrent une rubrique dénommée « Commentaire » dans laquelle les internautes postent leurs avis ou leurs impressions. Ils revêtent dès lors, un véritable enjeu pour les chefs traditionnels dont la fonction exige discrétion.  

III – les commentaires et les enjeux de l’utilisation du numérique

Selon le  dictionnaire le petit Larousse grand format 1996, le commentaire peut être défini comme une remarque, ou un exposé qui explique, interprète, apprécie un texte ou une œuvre. Appliqué sur internet, Il a bouleversé les modes traditionnels de communication. Avec l’avènement des commentaires en ligne, les avis des lecteurs ou de l’auditoire sont directement perceptibles. Internet avec cette rubrique est donc un instrument à double tranchant. Son utilisation peut être « bénéfique, mais peut être tout aussi destructrice » (Jean Michel, 1998). Bien qu’il y ait de nombreux  sites portant les commentaires sur les activités du chef, mais on isole ici la page Facebook de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT) en raison de son caractère officiel.

1-Les commentaires positifs

Les commentaires positifs peuvent être compris comme les prises de positions des internautes en faveur des informations postées par les chefs traditionnels. Plusieurs visiteurs de la page Facebook des chefs postent des avis positifs après lecture des publications. Ces avis favorables ont la « vertu de faire la publicité » (Thierry Poupard, 2011). L’internaute qui trouve pertinente une information sur le site des chefs a la possibilité de la partager. Le partage de cet avis multiplie les vues sur internet en faisant la promotion du chef auprès d’autres internautes. La circulation des avis positifs  assure ainsi la promotion de l’autorité traditionnelle auprès des différentes couches de la population.

Aussi, les commentaires positifs  forgent la réputation du chef traditionnel. Ils permettent de soigner l’image de celui-ci. Dans le commentaire sur l’information publiée le 6 mars 2020, relatives aux remerciements adressés au gouvernement,  un internaute réagissait ainsi : «  Félicitations à Sa Majesté pour son Leadership et sa maîtrise de soi. Grâce à ses bonnes actions, la chambre gagne aujourd’hui et c’est tout le monde qui gagne. Félicitations à toutes et à tous. En particulier un personnel dynamique et infatigable. » Un autre félicite les chefs pour leur discours tenu dans la lutte contre la maladie à corona virus « Vraiment merci que dieu nous protège Aminnnn souma Aminnnn vraiment  Félicitations, ». Ces commentaires renvoient un écho positif. Ils peuvent contribuer à polir l’image du chef. Les commentaires élogieux des internautes qui découlent bien entendu de la pertinence des activités postées par les chefs, peuvent permettre de renforcer la confiance entre les chefs et la population en majorité jeune, influencée par la modernité. 

2- Les commentaires désobligeants 

Sur le site des chefs traditionnels et sur leur page Facebook, les internautes postent plusieurs commentaires, souvent désagréables.  L’internaute en visite sur le site des chefs, est libre de ses commentaires. Alors, certains internautes ne se privent pas de critiquer vivement les chefs. Ainsi, un internaute écrit ce qui suit : « pourquoi vous êtes obligés de porter un masque pour parler ? Cela s’appelle de l’exagération et ça n’a aucun sens.  Finalement tout le monde veut prouver quoi? (…).Un autre pose son commentaire en ces termes : « Pour parler encore et étant seul face au micro, tu es obligé de porter masque Puffff vraiment». Un autre commentaire désobligeant s’attaque à la place du chef traditionnel.  : « Voilà des gens payés à ne rien faire ».  De ce qui précède, il faut dire que les commentaires sont faits avec légèreté. Ces internautes n’utilisent aucune formule de politesse pour s’adresser aux chefs. À travers le ton utilisé, on perçoit le manque de considération dont peuvent faire preuve certains  dans leur discours aux chefs. Les commentaires injurieux ou critiques vulgaires auront pour corolaire la démystification de l’autorité coutumière et partant le nom respect des us et coutumes. De cette façon, le chef traditionnel risque de perdre son autorité et son influence peut être remise en cause. Partant de ce postulat, la liberté d’expression suppose parfois injure, opprobre, manque de respect de l’autorité. Le chef a intérêt à faire bon usage de l’internet afin de garder sa crédibilité et son autorité. 

                                            Conclusion

À l’issue de cette étude, on retient que depuis peu, les chefs traditionnels intègrent le numérique dans leur stratégie de communication. La particularité de ce canal est sa grande liberté d’expression accordée à tous les individus. Dès lors, les chefs sont exposés à des commentaires souvent peu appropriés, voire injurieux. Cependant, les commentaires désobligeants ne sont pas forcément négatifs car les chefs peuvent s’en servir pour améliorer leur système. Les commentaires positifs ne sont pas non plus tous productifs parce qu’ils favorisent, bien souvent, des décisions impopulaires. Les chefs gagneraient donc à utiliser internet avec prudence.

                                   Bibliographie

ANY-GBAYERE S. (1998), Gestion des réunions en Afrique, Séoul, Haedong/confors. 

BERTRAND N. (2001) « Technologies d’information et de communication : quel rôle dans les dynamiques territoriales de développement ? », In : Armand Colin, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 135 – 152.

DOZON J-P. (1985), La société Bété, Histoires d’une « ethnie » de Côte d’Ivoire, Paris, Katharla Orstom.

DUPUY G. (1991), « Nouvelles technologies, nouveaux territoires ? pour conclure », in Entreprises et territoire en réseaux, direction F. ROWE et P. VELTZ, Presse de I ‘École Nationale des Ponts et Chaussées, 291-300.

MICHEL J. (1998), « les nouvelles technologies de l’information et de la communication », In: Sciences et techniques éducatives, volume 5, n°3, 263-269.

PEPPER H. (1956) « Les messages du tam-tam se répandent en Afrique », ORSTOM fon documentaire n° 22990, 79-83.

POUPARD T. (2011), « Les Avis sur Internet appliqués au monde de la restauration » : www.service-attitude.com.

GIBBAL J-M. (1973) « Le retour au village des nouveaux citadins. Résultats d’enquête et amorce de réflexion méthodologique», In: Cahiers d’études africaines, volume 13, n°51, 549-574.



Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Sécurité routière comme nouvelle arène d’intervention de la société civile : formes de mobilisation et dispositifs de prévention des accidents au Bénin

Par Mensah Coffi Mahugnon André AÏNA, N’koué Emmanuel SAMBIENI et Marc PONCELET

Mensah Coffi Mahugnon André AÏNA est doctorant en sciences politiques et sociales à l’Université de Liège en Belgique. Ses recherches portent sur la politique de sécurité routière et les représentations sociales de l’accident au Bénin. 

N’koué Emmanuel SAMBIENI est enseignant-chercheur à l’Université de Parakou au Bénin et auteur de plusieurs ouvrages dont la « Maternité en souffrance : socialisation et médicalisation de l’enfantement au Nord-Ouest du Bénin ».

Marc PONCELET, Professeur Ordinaire de l’Université de Liège, coordonne des programmes de recherche interuniversitaire sur les sciences coloniales, les ONG et la coopération universitaire. Il est l’auteur de « Une utopie post-tiersmondiste : la dimension culturelle du développement ». 

L’insécurité routière, un « fléau » (Gaymard & Tiplica, 2017) qui entraîne une mortalité routière importante au sein de la population active, notamment les usagers faibles que sont les cyclistes, les piétons et les passagers (Paraïso et al., 2018), est un objet à multiples enjeux. Un des secteurs de la  politique de sécurité routière recouvre « l’ensemble éducation-formation-communication » (Lebas et al., 2018, p. 78), où une pluralité d’acteurs interagissent et se confrontent pour non seulement prendre part aux débats sur la formulation des actions, mais aussi pour participer au changement de comportements des usagers de la route. C’est bien de ce point de vue que la notion « d’arène » prend tout son sens, car elle désigne « un lieu de confrontations concrètes d’acteurs sociaux en interaction autours d’enjeux communs » (Olivier de Sardan, 1995, p. 234). Ainsi, les acteurs que l’on désigne sous le vocable de « société civile » en milieu urbain africains « ne sont, ni des organisations communautaires, ni des organisations populaires » (Poncelet et al., 2006, p. 165), mais regroupent majoritairement les organisations non gouvernementales (ONG), diverses associations de développement, les médias, etc. Leurs modalités d’action, les partenariats qui s’établissent entre elles, les pouvoirs publics et les autres acteurs sociaux amènent à soutenir que « l’action publique est un système d’ordre négocié » (Lascoumes & Le Galès, 2018, p. 105). 

Cette contribution aborde, dans la perspective de la sociologie de l’action publique, « les multiples formes de mobilisation des acteurs sociaux qui s’efforcent d’organiser et de promouvoir leurs intérêts symboliques autant que matériels » (Lascoumes & Le Galès, 2018, p. 106), notamment dans le domaine de la sécurité routière. Qui sont les acteurs de la société civile et que font-ils dans le domaine de la sécurité routière ? Quelles sont les échelles d’action de leurs interventions et comment participent-ils aux débats ? Notre objectif est d’analyser les enjeux sociaux, cognitifs et politiques de l’action publique en sécurité routière en interrogeant le contexte d’émergence des acteurs de la société civile, leurs motivations, les formes de mobilisation déployées ainsi que les innovations en termes d’actions de prévention des accidents au Bénin.

Approche méthodologique

La présente recherche s’inscrit dans un programme de recherche multidisciplinaire pour la prévention des accidents de la voie publique au Bénin (ReMPARt). Ce volet socio-anthropologique que nous développons s’appuie sur les méthodes qualitatives de collecte de données que sont la revue documentaire, l’entretien et l’observation. Les résultats présentés concernent les données mobilisées auprès des acteurs de la société civile : ONG, associations diverses (clubs automobiles, clubs de motards), médias et syndicats des conducteurs de véhicules et de taxi-moto. Au total, 20 responsables d’ONG et associations, identifiés par boule de neige ont participé à des entretiens semi-structurés individuels. Ces données ont été complétées par des observations sur site lors des activités de sensibilisation grand public ou orientées vers des cibles spécifiques. Des supports audios de sensibilisation diffusés à la radio, des supports vidéo de séances d’échanges entre ONGs et acteurs institutionnels lors de l’élaboration du projet de politique de sécurité routière ainsi que des magazines spécialisés ont été mobilisés et exploités.

 Résultats

Contexte d’émergence des OSC et motivations 

Quels sont les acteurs qui entrent dans la catégorie de société civile en sécurité routière ? La réponse à cette question permet de lister des organisations non gouvernementales (ONG) et réseaux d’ONG, des médias, des organisations syndicales de conducteurs de taxi ville, de minibus et de taxi-moto, des clubs automobiles et de motards. En dehors de quelques timides et éparses initiatives menées par une ONG nommée « Espace secours » au début des années 2000, c’est au lendemain de la proclamation de la décennie d’actions pour la sécurité routière qu’on a observé un foisonnement d’ONG et d’associations se réclamant de la sécurité routière. L’émergence de ces acteurs survient comme une réponse à l’appel urgent à l’action en matière de sécurité routière lancé en 2004 par les Nations Unies.

Au total, une trentaine d’ONGs et d’associations interviennent dans ce nouveau champ d’action. Compte tenu des problèmes de financement et de représentations, l’ONG Handicap International/Humanité Inclusion, a préconisé leur mise en réseau. Trois réseaux ont été créés à savoir : (1) ReNASeR : Réseau National des Associations de la sécurité Routière, (2) ReJASeR : Réseau de Journalistes et Animateurs de la Sécurité Routière et (3) REPASER : Réseau des Partenaires pour la Sécurité Routière. Selon un responsable, « l’objectif de ce réseautage est de faire face efficacement aux activités de la décennie mondiale pour la sécurité routière 2011-2020 » (Responsable ReNASeR-31-07-18). Mais on observe une répartition inégale de ces acteurs sur l’étendue du territoire. Le Bénin est administrativement subdivisé en 12 départements, mais seulement quatre d’entre eux (Atlantique, Littoral et Ouémé au sud et Borgou au nord) concentrent la majorité des ONGs et associations. Elles sont implantées dans les villes de Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo et Parakou. Numériquement sous représentées au Nord, elles sont concentrées à Cotonou, la ville métropole qui compte une vingtaine d’ONGs spécialisées.

Les motivations relatives à la création de ces structures varient d’un acteur à l’autre et se structurent autour d’événements marquants pour les initiateurs. Un responsable d’ONG rapporte :

« J’ai été choqué par le décès de mon collaborateur. Il a eu un accident et on l’a trainé à l’hôpital et il est décédé. Mais c’est le décès de la fille du Ministre de l’agriculture, monsieur Sogbossi qui a déclenché ce qu’on appelle Alinangnon. Il était venu me voir quand j’étais encore à la banque et m’a raconté le décès de sa fille dans un accident. Je suis resté malade durant trois jours. Le troisième jour la seule solution que j’ai trouvée c’est de créer une ONG. J’ai regardé au niveau de l’Etat, j’ai regardé partout c’est comme le si terrain est vide, il n’y avait personne pour se sacrifier pour les autres. C’est ainsi que j’ai dit désormais alilɛ ᶑona nyᴐ [alilɛ =les routes ; ᶑona=doivent être ; nyᴐ=bonne] d’où Alinangnon. J’ai créé l’ONG sous le choc. J’ai vu le papa et fin mars 2009 j’ai créé l’ONG » (Responsable Alinagnon-08-08-18).

Si pour certains, le choc psychologique vécu et l’esprit de sacrifice sont déterminants dans la création d’une association de type ONG, pour d’autres il s’agit d’une simple réplique d’initiatives observées dans la sous-région, une simple imitation. Ces deux contextes favorisent la concurrence et les conflits de leadership entre les acteurs ; ce qui a pour conséquence l’effacement et la discrétion des uns au profit de la visibilité des autres.

Diverses mobilisations et actions de prévention la société civile 

Éducation routière dans les écoles

Les associations observées œuvrent spécifiquement dans la prévention des accidents. Une composante essentielle de leurs activités concerne l’éducation à la sécurité routière, la sensibilisation et la communication pour un changement de comportements. Mais comment fait-on de l’éducation routière dans un contexte où celle-ci n’est pas intégrée aux curricula de formation à l’école ? Suivant quelles approches et pour quels effets ? A ce propos, trois ONGs –Alinagnon, Éducation Routière en Milieu Scolaire et Intervention Rapide (ERMIS IntRa) et Young and Developpement (YAD ONG) – développent une approche basée sur des « espaces d’éducation routière » animés par des « Clubs de sécurité routière ». À travers ces « Clubs de sécurité routière » implantés dans les villes et quartiers de ville, les associations arrivent à atteindre les écoliers, les adolescents et jeunes des lycées, collèges et universités. Cette approche vise à : (1) faciliter l’auto-éducation des jeunes en matière de sécurité routière, (2) favoriser une circulation routière sûre et (3) faire l’expérience de la prise de responsabilité. Ces trois dimensions de l’approche sont interconnectées et permettent de former des citoyens d’un type nouveau, car rappelle un responsable d’ONG, « chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne ». Cette approche, autrefois singulière, tend à se généraliser au sein des OSC. Avec la création des « Ambassadeurs de la sécurité routière » et des « Relais sécurité routière », les écoles, lycées et collèges et universités sont pourvus d’interlocuteurs directs, des pairs pour mieux vulgariser le code de la route et les règles de comportements favorables en circulation. Il s’agit d’une cible capable de mieux comprendre les enjeux sous-jacents à la sécurité routière. Ainsi, l’école, le lieu par excellence où l’on « allume l’esprit » des enfants devient le « sanctuaire » où les valeurs de la sécurité routière sont inculquées aux apprenants. Il ne serait pas prétentieux de parler à la fois d’innovations et de nouvelles formes d’engagement des OSC dans cette arène.

Communications et sensibilisations à travers les médias

Les acteurs s’investissent dans l’animation d’émission radio et débats télévisés, la publication de magazines et quelques actions de terrain. Sur l’Office de Radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB), une chronique intitulée « Sur nos routes » est consacrée à l’information et à la vulgarisation du code de la route. Elle est animée par un promoteur d’auto-école et diffusée tous les jeudis sur l’émission télévisée 5/7 Matin. À la radio, tous les samedis de 11h15mn à 11h55mn, une émission ayant le même titre est dédiée à la sensibilisation aux comportements à risque et à l’éducation routière. Des élèves des lycées et collèges, accompagnés de leurs directeurs et des ONGs y participent activement. De nombreuses autres émissions se déroulent sur les radios communautaires. 

Dans la catégorie presse écrite, on dénombre deux magazines « La voix du routier » et « Bénin Auto ». Le premier, une initiative du ReJASeR, publie les informations relatives à la sécurité routière et au développement des transports au Bénin. Le second est un magazine en ligne diffusé par l’Automobile Club du Bénin et exclusivement réservé au transport, à la sécurité routière et au sport mécanique. Les interventions ne sont pas que médiatiques. Elles sont renforcées par des descentes périodiques sur le terrain pour des sensibilisations de proximité. C’est le cas du « projet 10 minuties pour sauver une vie » mené conjointement par le ReJASeR et les techniciens du CNSR. Pour les initiateurs, il s’agit de « faire des Responsables de structures : Ministres ou Directeurs, des « Ambassadeurs de la sécurité routière » au niveau des services de l’État » (Responsable ReJASeR, 02 08 2018). En ce qui concerne les médias sociaux, deux forums WhatsApp « La route se partage » et « Sécurité routière ODD » sont créés et regroupent les acteurs clés du secteur. Ils constituent des creusets d’échanges et de débats sur les orientations stratégiques en matière de sécurité routière en focalisant l’attention sur les cibles 3.6 et 11.2 des ODD.

Manifestions nationales et internationales 

L’implication des associations a véritablement pris son envol après la proclamation de la décennie d’action pour la sécurité routière. Elle coïncide avec la période du « seuil critique » définie par l’État béninois en 2000 où les accidents de la route ont fait plus de 5000 victimes et environ 700 décès. Au cours des célébrations nationales (fête de l’indépendance, pèlerinage marial à Dassa, fête de l’igname du 15 août à Savalou et les fêtes de fin d’année), les pouvoirs publics et la société organisent conjointement des activités de sensibilisation grand public auprès des usagers de la route. 

Plusieurs célébrations internationales et régionales ont régulièrement des échos au Bénin, notamment à travers l’organisation des caravanes et des séances de sensibilisation conjointement animées par les trois réseaux (ReNASeR, RePASeR et ReJASeR). Il s’agit de la « Semaine internationale de la courtoisie au volant », la « journée mondiale du souvenir des victimes d’accident de la circulation » commémorée chaque troisième dimanche du mois de novembre conformément à la Résolutions des Nations Unies en date du 2 mars 2010, la « Journée africaine de la sécurité routière » décrétée par le Conseil Exécutif de l’Union Africaine tenue en janvier 2012 à Addis-Abeba. Le thème retenu en 2017 pour la journée mondiale du souvenir est : « Réduire d’ici 2020 à 50% les Victimes d’accident de la Route ». À ce propos, les OSC ont initié en partenariat avec le CNSR, la formation et l’équipement des guides à la traversée de la route devant les écoles.

Vulgarisation des résultats de recherche

En l’absence d’un cadre formel d’action ou d’une stratégie nationale pour la sécurité routière, les initiatives de la société civile s’apparentent à une « externalisation » de l’action de l’État. Il s’agit d’une démarche de « faire faire ». Dans le cadre de la sécurité routière, c’est à travers des appels à projet que le CNSR délègue une partie de ses missions à des acteurs associatifs appelés « partenaires extérieurs ». Elle se formalise par la signature d’un contrat d’objectifs et la remise de chèque aux lauréats. Le Directeur du CNSR déclare dans un reportage :

« Je vous remets ce contrat d’objectifs et pour vous rassurer que le CNSR ne ménagera aucun effort pour vous accompagner dans l’atteinte de vos objectifs. Et vous remettre ce chèque de façon symbolique parce que vous avez fait partie des lauréats (…). Vous auriez à organiser non seulement des activités prédéfinies, mais des activités encadrées par les responsables du CNSR, vous serez amenées à produire des rapports mensuels. Vous serez amenées à conserver ces documents de gestions » (Reportage de Orbite TV sur la Cérémonie de remise de chèque aux OSC lauréates des micro-projets en mars 2019, 03-10-2019).

En effet, en octobre 2019, neuf organisations de la société civile ont bénéficié des fonds d’une valeur de 770.000 FCFA pour la réalisation de micro-projets. Il s’agit de promouvoir la vulgarisation, la diffusion et la médiatisation des résultats d’une recherche intitulée « Étude Épidémiologique du handicap post accident de la voie publique et des mécanismes sociaux de réponse dans les villes de Cotonou et d’Abomey-Calavi », qui a été menée par l’Institut Régional de Santé Publique de Ouidah. Le 12 décembre 2019, certaines OSC se sont initiées en technique de communication pour l’élaboration de projets, dans le cadre d’une formation qui s’est déroulée dans les locaux de Octavic Bénin. L’objectif est d’élaborer des projets accrocheurs. N’ayant seulement qu’une dizaine d’années d’existence, on pourrait affirmer que ces OSC sont dans un processus « d’apprentissage », ce qui justifie leur relative autonomie dans l’action.     

Élaboration de la politique de sécurité routière

L’élaboration de la politique de sécurité routière fait intervenir une multiplicité d’acteurs. Il y a les acteurs institutionnels représentés par les responsables du Centre National de Sécurité Routière (CNSR), les intervenants de proximité que sont les OSC, les partenaires (Handicap International, Banque Mondiale) et les experts. Cette cause commune a fait émerger des espaces de discussions, des micro-dispositifs où la collaboration entre ces acteurs s’établit et se renforce et où les enjeux de la politique sont débattus. Il s’agit de dispositifs spéciaux tels que les ateliers d’échange, les commissions et les tables rondes auxquels les acteurs les plus visibles participent. Ils prennent part aux débats au sein de ces espaces et partagent leurs expériences en tant qu’intervenants de proximité. Ils ont aussi participé à deux colloques sur la sécurité routière en 2019 et 2020 à Cotonou.

La sécurité routière est incontestablement devenue un objet public qui a un écho important dans la société, en milieu urbain en tout cas. L’impulsion internationale décisive est intervenue alors que les questions traditionnelles de développement et de santé publique et la première génération des OSC cédaient un peu de leur monopole. Cette thématique a été rapidement relayée à travers la constitution de nouveaux types d’associations et de partenariats nouveaux avec les pouvoirs publics, les organismes publics nationaux de recherche et de santé et des organismes internationaux. Dans une telle arène en formation, la production et la reconnaissance de compétences (expertise) et de légitimité est essentielle pour les acteurs. Elle s’articule avec la question de leur l’autonomie, voire de leur identité. Le champ des référentiels était ouvert au départ. Entre les traditionnelles associations de loisirs (automobiles clubs), les associations d’usagers, les associations de victimes, les groupements d’intérêt, ou groupements professionnels (police, santé), les initiatives issues des institutions publiques (écoles) et bien entendu les agences publiques spécialisées elles-mêmes ou les ONG traditionnelles « tout-terrain », les acteurs-entrepreneurs en sécurité routière pouvaient jouer dans des gammes et registres variés. 

Depuis 2010, les actions en matière de sécurité routière au Bénin n’ont pas été le fruit d’une politique imposée par des agences internationales, par une politique publique top-down ou par un collège d’experts existant à priori. Ces actions ont scandé le processus ouvert de constitution d’une arène inédite autour d’enjeux et de compétences qui prenaient forme « en direct » et contribuaient à dessiner une nouvelle scène de l’action publique et du devoir de l’État. Il s’agit d’actions fragmentaires autour desquelles les associations se sont montrées très créatives. Ces associations ont pour tâche de « souligner l’existence d’un problème, de faire naître un besoin, de créer une demande, de provoquer un changement d’attitude face à un problème (…) » (Poncelet et al., 2006, p. 117). Leur renouvellement depuis une quinzaine d’années (après la première vague de succès international des OSC en matière de développement et de plaidoyer) traduit l’existence de dynamiques et d’espaces nouveaux dans lesquelles elles sont in fine constituées. 

Une récente contribution sur l’espace associatif en sécurité routière en France a montré que les associations ont eu une influence importante sur le succès de la politique nationale et locale de la sécurité routière. Elles constituent même « une force militante et imaginative de propositions pour améliorer les lois et les règlementations (…) pour une meilleure sécurité des déplacements » (Lebas et al., 2018, p. 130). Au Bénin, nous n’en sommes pas encore à cette étape de proposition de lois, mais à celle de formulation de la politique de sécurité routière. Ainsi, on ne peut sous-estimer les progrès observés en termes de mobilisation sociale, d’engagement et de représentations d’intérêts sociaux d’envergure, notamment aux cotés des écoliers, dans la presse, sur le terrain et dans les lieux de débat. Au regard de ces résultats, l’idée selon laquelle leur trop grande spécialisation dans les sensibilisations et le lobbying les conforte dans un rôle consultatif et exécutif (Poncelet et al., 2006, p. 165), est à nuancer. Il convient de les situer dans une démarche de « co-production » et de « co-construction » de l’action publique » (Vaillancourt, 2015).  

Historiquement, politiquement et socialement enracinés dans le domaine du développement, notamment celui de la « cogestion des politiques de développement » (Poncelet & Pirotte, 2007, p. 1314), ces acteurs sont devenus presque incontournables dans la formulation et la mise en œuvre de l’action publique. Ils tiennent cette légitimité de l’accord de Cotonou qui, dans son article 7, stipule que la contribution des OSC au développement nécessite la mise en place « des mécanismes pour impliquer ces organisations dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des stratégies et programmes de développement » (Commission européenne, 2014, p. 21). Ce nouveau paradigme s’appuie sur trois concepts importants que sont : l’implication, la coopération et la participation, qui, selon nous, constituent des formes d’ « engagement » de la société civile rarement interrogées par les sociologues qui s’intéressent à l’action publique en sécurité routière, celle-ci n’étant pas seulement un problème politique, mais une réalité qui concerne tout citoyen. 

La « coopération » se situe aux frontières de la formulation de l’action et de sa mise en œuvre : elle crée un « espace commun d’action ». La « participation » à travers l’exécution d’actions préalablement définies par les responsables en charge de la sécurité routière renvoie à une relation de prestation. Cette relation de prestation et son projet managérial correspond à une « externalisation de l’action publique », quoi que cela se situe à un niveau microsocial ou communautaire. Mais l’exécution se fait conjointement avec les spécialistes de l’institution publique, ce qui rend floues les frontières entre l’externalisation et la co-production de l’action publique. En dépit des reproches qu’on peut faire à propos de ce mode de fonctionnement, il ressort que la démarche met en évidence la dimension pragmatique de l’action publique. 

Bibliographie : 

Commission européenne. (2014). L’accord de Cotonou Signé à Cotonou le 23 juin 2000 Révisé à Luxembourg le 25 juin 2005 Révisé à Ouagadougou le 22 juin 2010 et le cadre financier pluriannuel 2014-2020 (p. 228). Office des publications de l’Union européenne. Consulté sur https://doi.org/10.2841/45066 

Gaymard, S., & Tiplica, T. (2017). Sécurité́ routière : État des lieux et initiatives dans le monde Paris, L’Harmattan.

Lascoumes, P., & Le Galès, P. (2018). Sociologie de l’action publique. Paris, Armand Colin.

Lebas, Y., Mazo, M., Perret, P., Steinhart, F., & Thiberge, B. (2018). Mobiliser les énergies, mobiliser les territoires. La politique locale de sécurité routière de 1982 à 2008, Paris, L’Harmattan.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement : Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, Karthala, Marseille, APAD. 

Paraïso, M., Glèlè-Ahanhanzo, Y., Kpozèhouen, A., Makoutodé, P., Levèque, A., & Ouendo, E.-M. (2018). Handicaps post-accident de la voie publique et mécanismes sociaux de réponses : Cas des villes de Cotonou et Abomey-Calavi. Université d’Abomey-Calavi, URM/IRSP.

Poncelet, M., & Pirotte, G. (2007). L’invention africaine des sociétés civiles : Déni théorique, figure imposée, prolifération empirique. Mondes en Développement, 35(3). Consulté sur https://doi.org/10.3917/med.139.0009 

Poncelet, M., Pirotte, G., Tangherlin, G., & Sindayihebura, E. (2006). Les ONG en villes africaines Études de cas de Cotonou (Bénin) et à Lubumbashi (RDC). Louvain-la Neuve, Academia Bruylant.

Vaillancourt, Y. (2015). Chapitre 1 : La co-construction des politiques publiques. In J.-L. Laville & A. Salmon (Éds.), Associations et action publique. Desclée de Brouwer, p. 421–460).