Catégories
Thème 1 : Engagements

Peut-on encore parler d’engagement du roman francophone d’Afrique ?

Par Bernard Bienvenu Nankeu

Bernard Bienvenu Nankeu est auteur d’une quinzaine d’articles et de deux ouvrages en collaboration, et enseignant-chercheur en Littératures francophones au sein du département de Langue et Littérature Françaises de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humains de l’Université de Maroua au Cameroun. 

Introduction

La première vague des romanciers africains est tantôt anti-impérialiste, tantôt tournée vers un mouvement collectif d’affirmation identitaire contre une colonisation assimilationniste. La deuxième vague, au lendemain de la « décolonisation », incrimine les dictatures postindépendances qui ont succédé aux colonisateurs. Mais à l’aurore des années 1980, il y aurait une nouvelle génération qui dirait vouloir s’affranchir des carcans du militantisme qui ont jusque-là été comme une sorte d’option scripturale prescrite par leurs aînés ; au point où l’on se demande s’il est encore d’actualité de « parler d’engament » à propos du roman francophone d’Afrique. D’ailleurs, selon Mabanckou (2016 : 308), une des figures de cette nouvelle génération, il est désormais question « des écritures libres de tout clan, de toute surenchère et qui n’ont pour seul postulat que l’expérience individuelle ». En effet, du fait de l’immigration des auteurs, de la double identité de certains, des origines plus ou moins éloignées des autres par rapport à l’Afrique, de l’expérience des multiples déplacements dans l’espace occidental, la littérature de cette catégorie d’écrivains serait solipsiste, dépolitisée, orientée vers la migration et les problématiques identitaires. Malgré ce choix tendanciel des remplaçants de Césaire, de Mongo Beti, etc., force est d’admettre qu’on n’en a pas fini avec les romans en faveur d’une cause en Afrique francophone. Aux yeux de certaines plumes de l’heure, écrivant depuis l’espace occidental, l’engagement des littérateurs du Sud reste et demeure une urgence. En sorte que Nganang (2007) parle d’une « écriture préemptive », laquelle préconise un style de productions qui contribue à la réduction et à la prévention effectives des calamités et des tragédies en Afrique. Dès lors, quels sont les nouveaux auteurs engagés de l’Afrique franco-subsaharienne ? Plus précisément quel(le)s sont les auteur(e)s africain(e)s contemporain(e)s dont le(s) texte(s) font l’actualité de l’engagement ? Contre quoi ce(s) texte(s) s’insurge(n)-t-il(s) ? La présente communication est une lecture postcoloniale de quatre romans franco-africains dans la perspective de leur articulation sociopolitique. Ainsi, à partir de Temps de chien (Patrice Nganang, 2003), Petroleum (Bessora, 2004), Voici le dernier jour du monde (Gaston-Paul Effa, 2005) et Rouge impératrice (Léonora Miano, 2019), nous montrons que le principe de l’écriture militante n’est pas passé de mode chez les Africains comme une certaine lecture actuelle le laisse croire. À l’analyse des textes sus-énumérés, on note des convergences postcoloniales sur le plan scénographique et thématique, qui en font des romans dotés d’une teneur sociale et politique certaine qui, loin d’être en rupture avec les aînés d’hier, s’inscrivent plutôt dans une certaine continuité. 

 

Les enfants de la postcolonie certes, mais aussi soucieux du devenir du « homeland » 

Dans la périodisation des littératures de langue française de l’Afrique subsaharienne en particulier, une certaine approche voit, datant cela à partir des deux dernières décennies du 20e siècle, une orientation nouvelle. Celle-ci se distancerait complètement de l’anticolonialisme et les contre-dictatures postindépendance de Mongo Beti par exemple, ou la négritude de Césaire et compagnie. Les théoriciens, les critiques, les avis (Waberi (1998), Bennetta (1998), Cazenave (2003), Chevrier (2006)), présentent les nouveaux visages des littératures d’Afrique comme écrivains, écoliers ou défenseurs des courants inscrits dans les nouvelles logiques nomades et cosmopolites. Ils les disent contre la négritude, les philosophies nationalistes, les prises de position sociopolitiques. « Écrivains voyageurs », « Migrant writers », « Écritures vagabondes », « Migritude », « Migrance », « Diversalité » ou « Diversaliture », « Identité rhizomatique », etc., tels sont entre autres, en effet, les nombreux aspects tant étudiés de ces littératures qui, du reste, ne manquent pas de pertinence.

Cependant, quoique la jeune génération d’écrivains africains actuels se démarque des anciens, les analyses exclusives axées sur cette différence d’avec les aînés font parfois ombrage sur l’ancrage national et le référent politique ou idéologique des auteurs africains de l’heure. Les lettres négropolitaines contemporaines ne sont pas seulement des confessions des êtres vivants dans l’errance, des narrations de soi-même (identitairement parlement), elles sont aussi des cris d’appartenance à une terre vis-à-vis de laquelle le sentiment de désolation consécutif au visage de décrépitude qu’elle affiche, donne l’impression d’un rejet, d’un élan de désappartenance. La migritude est un avatar de la négritude. 

En effet, le roman africain contemporain d’expression française est d’autant plus engagé qu’il est produit dans un contexte mondial de révoltes démocratiques ; de brutalisme et des politiques de l’inimitié (Mbembe, 2016 et 2020) ; de reconfigurations géostratégique, économique et politique, de problématiques postcoloniales, écologiques, démographiques et migratoires qui font émerger, (re)construire de nouveaux discours à propos du continent. Au-delà des problématiques plus ou moins stéréotypées de catastrophes, de maladies, de famine, de guerre et d’instabilité sociopolitique, l’Afrique connait une montée en puissance. Le continent est désormais perçu comme le territoire de l’avenir de l’humanité sur un certain nombre de plans. Pour Mbembe et Felwine Sarr (2017), en ce début de siècle, l’Afrique apparaît comme l’un des théâtres principaux où se jouera l’avenir de la planète. Pour ses habitants et ses diasporas – tous ceux qui pendant longtemps ont été pris dans les rets du regard conquérant d’autrui –, le moment est propice pour relancer le projet d’une pensée critique, confiante en sa propre parole, capable d’anticiper et de créer des chemins nouveaux à la mesure des défis de notre époque. 

Si les années 1980 semblent marquer une rupture, celle-ci est moins une rupture de fond que de forme. Aux nationalismes et à la quête de l’authenticité africaine ont peut-être succédé le cosmopolitisme, l’hybridité et les utopies collectives ; aux affirmations de négritude a succédé l’afropéanisme ; le romantisme des idéaux a été remplacé par le réalisme ou les réalités du quotidien et toutes sortes de mutations en cours, le héros n’incarne plus les valeurs collectives, mais figure un type d’individu aux prises avec l’urgence de la survie, les écueils à la liberté et au privé, etc. C’est cette continuité, bien que sous d’autres visages, d’une écriture africaine au référent politique et social qui sous-tend l’ambition qui est la nôtre. Les littératures africaines (de langue française) n’ont pas véritablement cessé d’être aussi le lieu où se pense et se représente l’Afrique dans ses réalités, ses mutations, ses préoccupations, ses enjeux, ses aspirations, son devenir, sa relation au monde, etc. L’Afrique en devenir est aussi celle de ses écrivain(e)s et leurs textes. Les politiques (d’émergence) et les philosophies nouvelles, les changements ou les évolutions sociales ou les révoltes et les contestations qui sont les siennes se retrouvent également au cœur de sa littérature ou nourrissent cette dernière. Ainsi en est-il de Temps de chien de Nganang, Voici le dernier jour du monde d’Effa, Petroleum de Bessora et Rouge impératrice de Manio, qui sont résolument des romans postcoloniaux au sens sociopolitique du terme.

Des romans postcoloniaux : romans des révoltes et des utopies

Dans la lignée des précurseurs tels que Césaire, Fanon, Memmi et des théoriciens d’autorité intellectuelle de la discipline à l’instar de Gayatri, Bahbha, Saïd et accessoirement Mbembe, le postcolonialisme est un courant de pensée qui vise, pour les peuples décolonisés, à renverser le système de valeurs coloniales lequel suppose la supériorité du conquérant et dans lequel ils étaient définis comme étant inférieurs. Le mouvement est ainsi fondamentalement historique, politique, social et culturel. Il s’étend à toutes les disciplines des sciences sociales. En littérature, celle issue des territoires dits décolonisés, il s’intéresse à l’enracinement historique et social des œuvres. À cet effet, la critique postcoloniale « s’interroge sur les relations des textes à leur environnement socioculturel, étudie la pluralité linguistique qui les caractérise pour en identifier les formes littéraires et se concentre sur le dispositif poétique (la scénographie) qui articule l’œuvre au contexte dont elle surgit » (Moura, 1999 : 3). 

La littérature tient un discours sur le monde. C’est un fait. Elle le fait de manière symbolique et par des procédés qui lui sont spécifiques. En sorte que pour Maingueneau, « le texte, c’est la gestion même de son contexte » (1993 : 24). Il s’agit plus simplement de la situation d’énonciation de l’œuvre non pas au sens linguistique du terme, mais de l’environnement socioculturel que le texte fait voir, envisage, suppose ou présuppose. La construction du contexte supposé se fait au travers d’indices qui inscrivent le texte dans une relation particulière avec un milieu donné. On parle alors de scénographie par laquelle « l’œuvre définit les statuts d’énonciateur et de coénonciateur, l’espace et le temps à partir desquels se développe l’énonciation qu’elle suppose. [elle] confère à l’œuvre son cadre pragmatique. Elle est un dispositif qui permet d’articuler l’œuvre sur ce dont elle surgit : vie de l’auteur, société, culture […] » (Moura, 1999 : 109-110). 

Étant entendu que toute étude de poétique postcoloniale, comme la prescrite Moura, se concentre sur la situation d’énonciation que s’assigne l’œuvre elle-même, on constate que le contexte énonciatif peut se décliner à travers cinq éléments majeurs : l’auteur, le public, l’espace, le temps et la société (de référence). 

Camerounais de naissance et vivant aux États-Unis, toute l’œuvre de Nganang s’inscrit dans une dialectique ou une logique dialogale entre l’auteur, le Cameroun et les Camerounais. L’écrivain est un auteur révolté au sens camusien du terme. C’est dire qu’il se fait la voix des victimes, solidaire de la masse des Camerounais opprimés par le néocolonialisme, la dictature, les crises et les tensions sociopolitiques. Marchant presque sur les pas de son ainé Mongo Beti dont on connait les prises de position pour une Afrique entièrement décolonisée et affranchie des systèmes dictatoriaux, sa plume se caractérise par un style va-t-en-guerre, une conception de l’écriture comme principe dissident, révolutionnaire et préventive. Aussi remarque-t-on à la lecture de Temps de chien, que le roman prend forme au cœur d’un espace-temps réel, à savoir le Cameroun, plus précisément sa capitale Yaoundé, et les crises sociopolitiques depuis le tournant des années 90. Ce décor réaliste ou plus poétiquement, ce cadre contextuel suggéré, le récit met en scène Mboudjak, un chien humano-rationnel (il parle, interroge, analyse, observe et philosophe) qui, depuis les dessous des tables du bar de son maitre, juge et apprécie le quotidien des habitants de Madagascar, un sous-quartier de Yaoundé. Au fil de la narration, la métaphore du canidé philosophe, penseur et observateur, se transforme idéologiquement en un procès sans ambages de la gouvernance de Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982. Lui et son gouvernement sont accusés de « foutre le pays en l’air » (Nganang, 2007 : 248). Du coup, le lecteur croit vivre dans l’espace fictionnel, un régime assigné en justice pour malversation, corruption, paupérisation, précarité, économie de la débrouillardise et la myriade de ses activités informelles, chômage massif, dérives autoritaires, brutalité et violence policières, répression, climat social délétère et déliquescent, bref une situation sociale et politique explosive. Le chien narrateur parle des favelas à la camerounaise – les espaces dits urbains du pays n’étant à bien voir que des bidonvilles où la misère ambiante contraste avec quelques édifices et pâtés de maisons résidentiels clairsemés çà et là – où des hommes et des femmes se débrouillent tant bien que mal « pour s’arracher des miasmes de la misère » (Nganang, 2007 : 46). Massa Yo, propriétaire du chien, est le tenancier d’un bar envahi à la nuit tombée par une populace qui étouffe sous les coups de « la crise mortelle qui frappe le pays » (Nganang, 2007 : 59). La charge contre le système de prévarication se résume à l’un de ces propos d’un protagoniste : « Si je n’ai pas de pension de retraite aujourd’hui, n’est-ce, c’est parce que les Mbiya ont volé mon argent et sont allés le garder en Suisse ? » (Nganang, 2007 : 118). 

L’œuvre se clore sur un mouvement de révolte populaire pour exiger le départ du système : « Je sentais l’avenir soudain défier le présent, et plusieurs fois une phrase identique explosait devant les portes : “Carton rouge à Paul Biya !” Une phrase mille fois, dix mille fois, un million de fois, oui, douze millions de fois répétées. Une récalcitrante devant l’assaut rampant de la mort, une phrase-marteau des rues bruyantes : “BIYA MUST GO !” » (Nganang, 2007 : 364-65). 

C’est également dans un décor réaliste que se déroule Voici le dernier jour du monde de Gaston-Paul Effa, un récit qui, à la manière d’un Césaire révolté devant les décombres du pays natal, pointe le doigt sur l’image désastreuse du Cameroun en particulier et de l’Afrique en général. Le roman porte sur l’histoire d’un écrivain qui, après avoir passé vingt et un ans en exil, décide de rentrer dans son pays d’origine pour se ressourcer. La découverte d’une réalité désespérante le renvoie incessamment à ses propres références culturelles. Du coup, la description de cette réalité donne lieu au « croisement […] d’énoncés pris à d’autres textes » (Kristeva, citée Samoyault, 2001 : 9). Le roman présente alors une texture médiagénique. Car, en son sein sont transposés des fragments, des énoncés antérieurs ou contemporains pris à d’autres domaines d’expression dont la littérature elle-même. L’entrelacs de ces médias crée un continuum entre l’évocation de ceux-ci et l’expression de la désolation dans laquelle seraient plongés le Cameroun et l’Afrique. Le pays imaginaire de Bakassi où se déroule l’action rappelle la presqu’île camerounaise du même nom. Elle se trouve à l’une des frontières entre le Cameroun et le Nigéria. En plus, le récit commence avec le voyage de retour du narrateur qui atterrit à l’aéroport de Tomalen. Ce nom est un paronyme de Nsimalen, le site de l’aéroport international de Yaoundé, capitale politique du Cameroun. Toutefois, nombreuses sont les impressions du narrateur sur les réalités complexes de l’Afrique. Le roman est donc un regard porté sur le Cameroun, mais qui s’étend à l’Afrique entière.

L’image de malheur qu’Effa donne du Cameroun et du continent africain s’annonce dès le titre de son roman. L’énoncé par lequel se désigne l’œuvre réfère manifestement au mythe de l’Apocalypse pour décrire un pays et un continent aux prises avec de multiples catastrophes. Si le mythe de l’Apocalypse est un livre du Nouveau Testament annonçant la fin des temps et le jugement dernier, c’est davantage son étymologie qui est pertinente ici. Le mot apocalypse vient du verbe grec apocaluptein qui signifie « retirer le voile » ; une apocalypse est une « révélation ». Pris dans le sens littéraire, il signifie dénonciation, dévoilement. Il s’accorde avec le principe de l’engagement. Gaston-Paul Effa voudrait donc se mettre au service de ces Camerounais et de ces Africains qui subissent l’histoire. Il est un écrivain engagé qui sait que la parole est action, et que dévoiler les choses c’est vouloir les transformer. Voilà pourquoi son héros déclare « …j’allais écrire […] la destinée de tout un continent qui, depuis toujours demandait à être exorcisé et délivré » (Effa, 2005 : 53). Par conséquent, en guise de vocation, « les écrivains ouvrent les cercueils et comptent les cadavres » (Effa, 2005 : 110). Voici le dernier jour du monde est « le roman de l’Afrique… » (Effa, 2005 : 189). Raison pour laquelle il est imprégné d’auteurs qui se sont penchés sur la condition humaine : Zola, Céline, Voltaire, Hugo, Dante, Césaire, etc. Ceux-ci ont, en leurs temps, manifesté un intérêt pour l’humanité dans ses crises. À travers son narrateur, l’écrivain les cite comme des références et marche sur leurs pas pour révéler une Afrique en désolation permanente et générale : « des ethnies qui s’entretuent, Hutus, Tutsis, au Rwanda ; des frères qui sacrifient leur pays au pouvoir, Sassou Nguesso, Lissouba, au Congo ; le conflit du Darfour au Soudan ; la prolifération du sida, du paludisme […], la corruption, la dévaluation du franc C.F.A » (Effa, 2005 : 8). Cette révélation peut se lire comme le rêve de voir émerger une autre Afrique plus forte, plus humaine, plus stable et plus sécurisée. 

Similairement à Temps de chien, Voici le dernier jour du monde, Petroleum de Bessora relève également de la « narration post-coloniale ». Il s’agit d’une écriture qui, à l’instar de beaucoup d’autres produits en postcolonie, obéit aux principes du roman postcolonial
qui opte pour le réveil des êtres vivants « aux marges de l’histoire » ; ceux exclus
de toute dynamique sociale, privés d’identité et réduits à la subordination par
les groupes sociaux hégémoniques et dominants (Spivak, 2007 : 41-58). Petroleum est alors un roman à la tonalité engagée et caustique, qui se fonde sur un régime de référentialité réaliste. Véritable « pétro-polar », ce roman déroule de manière originale l’histoire pétrolière du Gabon : il est une enquête policière, politique et géologique qui explore tout à la fois les dessous de la terre et ceux de l’entreprise Elf-Gabon. Toute l’œuvre peut être lue comme une histoire de l’exploitation des richesses naturelles du Gabon, en particulier du pétrole. Ce qui donne lieu au développement des thèmes socio-environnementaux fondamentaux, comme la déforestation, la (non) gestion des déchets, la pollution, le racisme institutionnel, le paternalisme, la marchandisation à outrance du territoire et de ses ressources ou la brutalité du colonialisme. Ils sont traités sur un même plan, le texte abordant de front les problématiques politique, économique ou sociale et leur pendant écologique. 

Comme le souligne Mabanckou (2016), avec Petroleum, Bessora assoit définitivement sa réputation d’artiste préoccupée par un monde dont elle voudrait corriger les aspérités. Dans ce quatrième roman, l’auteure pointe du doigt les pratiques ténébreuses en cours au Gabon où les dirigeants autocratiques se partagent le gâteau des hydrocarbures avec certaines compagnies françaises au détriment du peuple plongé dans le dénuement extrême. Et selon Magnima (2016), le récit de Bessora rend compte d’une mémoire officielle qui se situe à l’époque coloniale, et se réfère essentiellement aux premières prospections géologiques, et par la suite à l’extraction des premiers puits pétroliers du Gabon. Le texte s’attache à décrire l’action des premiers géologues qui se sont installés au Gabon en 1928, avant de s’intéresser au forage d’Elf à Madiéla en 1934. L’écriture passe donc en revue l’évolution de la société Elf-Gabon, au gré de ses nombreux forages, jusqu’au début du vingt-et-unième siècle : « Les premiers géologues arrivent en 1928. / Ils plantent leurs tentes dans la tourbe insulaire et fertile de Ninghe Sika au beau milieu de la lagune des Fernan Vaz. Sous leurs gros sabots coule l’huile de pierre. Cette vieille roche liquide et noire migre en silence sous la terre depuis des millions d’années. / En 1928, la battue commence. / Ordre du gouverneur général d’Afrique-Equatoriale française. Pisteurs, porteurs, casseurs et charpentiers arpentent les rivières pour le compte de la République, sous le commandement de géologues venus de France et de Russie. Ils Ils ne marchent là où personne n’est jamais passé. Du moins le croient-ils. Ils montent. Ils descendent. Ils boivent de la vodka. Ils franchissent des cours d’eau fraîche et transparente. Ils boivent du Ricard. Ils ramassent des cailloux. Ils prennent des notes. Ils dessinent des cartes… Le pisteur s’appelle Zéphyrin. / Il guide les explorateurs dans la brousse. Il sait bien qu’il dérange les esprits de la forêt … il sait bien qu’il faudrait demander l’autorisation aux arbres et aux poissons. Leur dire s’il vous plaît. Merci… Leur donner un peu de kaolin ou d’isémo pour excuser du dérangement. Mais comment expliquer la politesse aux géologues ?… (Bessora, 2004 : 60-61) ».   

Tandis que Patrice Nganang, Gaston-Paul Effa et Bessora s’indignent de l’état des sociétés africaines du fait des crises et exploitations diverses, Léonora Miano, au-delà de la satire ou de la dénonciation pour un mieux-être, suggère dans son dernier roman en date, Rouge impératrice, un changement de paradigme géopolitique pour l’ensemble du continent. La postcolonialité de son roman repose manifestement sur une utopie attachée à l’idéologie panafricaniste. L’œuvre relevant de ce fait d’un « « rêve de l’unité » […] voulant concilier des univers symboliques différents » (Moura, 1999 : 138). Philippe Hamon y verrait un exemple illustratif de sa théorie des textes à l’« effet-idéologie » (1984 : 6). D’ailleurs une citation de Kwame Nkrumah – chante du panafricanisme qui voyait dans l’unité africaine une véritable fusion permettant à l’Afrique de devenir l’une des plus grandes forces du monde –sert d’épigraphe au récit. En prenant pour inscription liminaire de sa fiction ces mots du père de l’indépendance ghanéenne, « We face neither East nor West: we face forward », Miano inscrit son roman dans la catégorie des discours imprégnés de panafricanisme. Sous fond d’une histoire d’amour entre un puissant chef d’État pacificateur et une descendante d’un Occident déclinant, voire décadent – avec une forte communauté réfugiée en Afrique et en proie à une crise identitaire –, le récit fait voir un peuple africain affranchi de tous les liens et accords (néocolonialistes) avec les chancelleries et les institutions étrangères (Miano, 2019 : 155); uni à tous les coups, occupant un vaste territoire (Miano, 2019 : 151) sous l’administration d’un gouvernement conscient des enjeux de l’unité retrouvée : prospérité, stabilité et sécurité (Miano, 2019 : 152). C’est une vaste fresque politique présentant sous le nom de « Katiopa unifié » (Miano, 2019 : 123), une nouvelle Afrique harmonieuse, réconciliée avec elle-même, florissante, disposant d’une weltanschauung tournée vers ses traditions, ses cultures, ses spiritualités, ses métaphysiques (Miano, 2019 : 190). Le roman va donc en droite ligne d’une communauté africaine globale, économiquement, culturellement et politiquement émancipée.   

Conclusion

À l’observation, entre les indignations des uns et les projets d’une nouvelle société africaine unie des autres, la littérature africaine (francophone) contemporaine n’en a pas fini avec les batailles, les luttes en faveur d’une cause. Elle est encore bien entichée de sociologie, de politique et d’idéologie. Parler donc de rupture avec des idéaux est, à notre avis, ignorer un important axe sociopolitique des auteurs dits de la nouvelle génération. Certes, ils n’écrivent plus comme leurs aînés d’hier. Mais ils sont, entre autres, politiquement, socialement et idéologiquement engagés. Ce ne sont pas seulement des écrits individualisés, égocentrés à souhait comme beaucoup de lectures le soulignent. Ils privilégient aussi et encore des révoltes, des utopies collectives. De ce point de vue, plutôt que d’évoquer un divorce avec les courants de la veille, nous empruntons à Aliko Songolo, pour parler du phénomène, le concept de post-négritude. Aliko Songolo propose le terme en vue de théoriser, fédérer les problématiques issues de l’héritage de la négritude et une redéfinition de l’Africain selon les perspectives actuelles : « …la post-négritude n’est donc ni un mouvement ni une école, mais un ensemble disparate de textes, théoriques, philosophiques, littéraires, critiques, qui s’interrogent et qui interrogent le lecteur de manière pertinente et actuelle sur ce que cela veut dire que d’être Africain ou Antillais, Sénégalais, Algérien, Martiniquais aujourd’hui. Cette interrogation n’est ni univoque ni unanime. Dans son fond, elle ne vise pas d’autres buts que ceux de la négritude. Ce qui est différent – et capital – c’est la façon de poser les questions. Si la négritude a été une réaction contre une certaine conception de l’Afrique et des Africains, la post-négritude peut être comprise comme une réaction contre cette réaction, une façon de se redéfinir selon des critères plus pertinents, du moins plus actuels, que ceux proposés par la négritude, jugée par beaucoup comme servant la cause même des discours colonialistes » (Songolo, 1998 : 152). 

La définition que nous proposons de la post-négritude se situe dans un sens littéraire. Dans cette optique, nous entendons désigner de nouvelles formes esthétiques qui ne sont peut-être plus nationalistes, communautaristes sur le plan de l’identité, mais qui ont maintenu un ancrage dans les problématiques de développement, de société, sensibles à la reconfiguration actuelle du monde et ses grands blocs géostratégiques en puissance où les individus et les groupes sociaux, nationaux sont appelés à se redéfinir.  

Bibliographie

WABERI, Abdourahman A., (1998), « Les enfants de la postcolonie. Esquisse d’une nouvelle génération d’écrivains francophones d’Afrique noire », dans Notre Librairie, no 135, Paris, pp. 8-15. 

MBEMBE, Achille, et SARR, Felwine, (s/d) (2017), Écrire l’Afrique, « Les Ateliers de la pensée », Dakar, Philippe Rey/Jimsaan. 

MBEMBE, Achille, (2016), Politiques de l’inimitié, Paris, La Découverte.

                     —(2020), Brutalisme, Paris, La Découverte. 

MABANCKOU, Alain, (2016), Le monde est mon langage, Paris, Grasset. 

MAGNIMA, Arsène (2016), « Conflits mémoriels et réappropriation des espaces dans le roman postcolonial : le cas de Petroleum de Bessora », dans Sylvère Mbondobari et Albert Gouaffo
(éds.), Mémoires et lieux de mémoire. Enjeux interculturels et relations médiatiques, Presses Universitaires de la Sarre, pp. 172-186. 

BESSORA, Sandrine, (2004), Petroleum, Paris, Denoël.

BENNETA, Jules-Rosette, (1998), Black Paris. The African writers’landscape, Chicago, University of Illinois Press.  

EFFA, Gaston-Paul, (2005), Voici le dernier jour du monde, Monaco, Éditions du Rocher.

MAINGUENEAU, Dominique, (1993), Le Contexte de l’œuvre, Paris, Dunod. 

MAKWARD, E., RAVELL-PINTO, T., & SONGOLO, A. (Eds.), (1998), The growth of African literature: twenty-five years after Dakar and Fourah Bay (Vol. 3). Africa World Press, le chapitre est aux pp.147-154. 

SPIVAK, Gayatri Ckakravorty, (2007), « Perché il pianeta ? Un’ autobiografia intellettuale », dans Sergia Adamo (éd.), Culture planétaire ? Prospettive e limiti della teoria e della critica culturale, Rome, Melmeti, pp. 41-58.

CHEVRIER, Jacques, (2006), Littératures francophones d’Afrique noire, Aix-en-Provence, Edisud. 

MOURA, Jean-Marc (1999), Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris PUF.

MIANO, Léonora, (2019), Rouge Impératrice, Paris, Grasset. 

CAZENAVE, Odile, (2003), Afrique sur seine : une nouvelle génération de romanciers africains à Paris, Paris, l’Harmattan. 

NGANANG, Patrice, (2007), Manifeste d’une Nouvelle Littérature Africaine, Paris, Homnisphères.

                    —(2007), Temps de chien, Groupe Privat/Le Rocher.  

HAMON, Philippe, (1984), Texte et idéologie, Paris, PUF. 

SAMOYAULT, Tiphaine, (2001), L’intertextualité. Mémoire de la littérature, Paris, Nathan.        

 

Catégories
Thème 1 : Engagements

L’engagement des professionnels auprès des enfants en situation de rue à Dakar

Par Marion LAUER, Yoram MOUCHENIK et Marion FELDMAN

Marion LAUER est psychologue clinicienne et doctorante. Elle s’intéresse aux processus de circulation des éléments traumatiques au sein de la relation d’aide et aux problématiques interculturelles.

Yoram MOUCHENIK est psychologue clinicien en pédopsychiatrie, Professeur Émérite des Universités. Il est responsable de deux consultations en clinique transculturelle qui prennent en charge des familles migrantes et réfugiées.

Marion FELDMAN est psychologue clinicienne, Professeure des Universités. Elle travaille dans le champ de la protection de l’enfance ; ses travaux de recherche concernent le devenir des traumas infantiles et les problématiques d’affiliations.

Alors que Human Rights Watch pointe la hausse du nombre d’enfants mendiant en rue au Sénégal (100.000 en 2019 contre 50.000 en 2010), plusieurs équipes s’engagent au quotidien auprès d’eux. Dans le dernier rapport à ce sujet, ils mettent en lumière les événements traumatiques vécus par les enfants, le manque de moyens des centres rattachés à l’Etat et des associations ainsi que l’impact limité du programme gouvernemental de retrait des enfants de la rue de 2016 et 2018, centré sur Dakar (Human Rights Watch, 2019). Si les études sur ces enfants se développent (Diop & Faye, 1997 ; Dramé, 2010), peu de recherches abordent les vécus de ceux qui les accompagnent. Pourtant, cela peut induire des phénomènes de traumatisation indirecte, ayant une répercussion sur la santé psychique et sur la pratique des professionnels (Gounongbé, 2014).

Dans le cadre d’une recherche doctorale à l’Université Paris Nanterre, nous réalisons une étude auprès de professionnels qui travaillent avec ces enfants à Dakar, afin de mieux comprendre leurs vécus, l’impact que cela a pour eux et les ressources qu’ils mobilisent. Les premiers résultats, présentés dans cet article, sont issus de la recherche exploratoire que nous avons réalisée en 2019 auprès de professionnels éducatifs et médico-sociaux d’une ONG sénégalaise. 

  1. Généralités

Trauma et culture

Le traumatisme psychique est un concept évoquant l’idée de blessure, qui « met en balance réalité psychique et réalité externe » (Laroche Joubert, Feldman & Moro, 2018 : 127). El Husseini le définit comme une « effraction qui perturbe l’économie libidinale, provoque un débordement d’affects ou de l’effroi » (El Husseini, 2016 : 38). Selon Baubet (2012), la plupart des cultures ont leur propre théorie de l’effroi et ne parlent pas de trauma. Dans la langue wolof, majoritaire au Sénégal, je suis effrayé se dit sama fit dem na, littéralement : mon principe vital est parti (Nathan, 1994).

Les enfants de la rue au Sénégal

Selon Lucchini, « la notion d’enfant de la rue est un concept à la recherche d’un objet » en raison des contours incertains de la population désignée (cité par Dramé, 2010 : 8). Pirot écrit qu’il s’agit d’enfants en rupture familiale qui, ainsi, vivent en permanence dans la rue (cité par Dramé, 2010 : 11). A Dakar, une grande partie de ces enfants sont désignés par les termes talibés ou fakhman (fakh en wolof signifie briser, casser, rompre). Les premiers sont des enfants confiés à un maître coranique qui souvent se trouvent contraints à mendier en rue, tandis que les seconds sont des enfants en rupture sociale et familiale, qui vivent en groupe dans la rue (Dramé, 2010). Selon Human Rights Watch (2019), il s’agit d’enfants exposés à des traumas cumulatifs et à des violences telles que des négligences, viols, passages à tabac, emprisonnements. Le Samu social international (2014) note « une prévalence des vécus traumatiques intrafamiliaux » (p.23) jusqu’à ce qu’un débordement de violences provoque le départ de l’enfant. Les mutations sociales ont modifié la place ainsi que la circulation de l’enfant au sein de la société et certaines pratiques comme le confiage se sont transformées, pouvant être, selon Camara (2014), potentiellement traumatiques pour les enfants.

La transmission du traumatisme psychique

Plusieurs études se sont penchées sur les mécanismes de transmission du traumatisme dans la relation soignante. La compassion, qui permet d’être touché par la souffrance de l’autre, peut générer une satisfaction mais aussi donner lieu à une fatigue qui va entraîner pour le professionnel un sentiment d’impuissance et une remise en question douloureuse de sa vision des choses (Figley, 1995). Son engagement empathique, qui lui permet la reconnaissance de l’autre par le partage d’états psychocorporels (Lebovici, cité par Lachal, 2006), peut également l’exposer à des processus de traumatisation secondaire caractérisés par l’apparition de symptômes en lien avec l’écoute de récits d’événements traumatiques (Figley, 1995) et/ou de traumatisation vicariante, consistant en une transformation profonde de son identité professionnelle (Pearlman & Saakvitne, 1995).

Du côté de la psychanalyse, ce sont les processus transféro – contre transférentiels qui permettent de penser la circulation des éléments traumatiques dans la relation. Le contre-transfert a d’abord été défini par Freud en 1910 comme l’influence exercée par le patient sur les sentiments inconscients de son analyste. Mouchenik (2012) évoque un « contre-transfert traumatique dont on peut repérer les caractéristiques dans l’apparition d’un « scénario émergent », suscité par le récit de l’expérience traumatique » (p.24). Ce scénario émergent, théorisé par Lachal (2006), est basé sur des images virtuelles, et va être construit par le soignant en écoutant le récit traumatique de son patient, témoignant de l’empathie faisant jour dans le contre-transfert. Le professionnel peut se trouver envahi par ce scénario qui se trouve à l’articulation des registres narratif et traumatique.

  1. Problématique

Nous questionnons les mécanismes de transmission du traumatisme chez les intervenants éducatifs et médico-sociaux travaillant auprès des enfants des rues à Dakar, au travers de l’étude de leur engagement dans la relation d’aide et des processus contre-transférentiels à l’œuvre.

  1. Objectif

Une meilleure compréhension de ces mécanismes permettrait d’affiner les dispositifs d’accompagnement de ces équipes et, ainsi, d’améliorer la prise en charge des enfants.

  1. Méthode

Type de l’étude : cette recherche exploratoire est basée sur une méthode qualitative et inductive, s’inspirant de la « Grounded theory » issue des travaux de Glaser et Strauss, datant de 1967. Il s’agit de partir du discours du sujet pour former des catégories conceptuelles, l’objectif étant l’élaboration d’une analyse ancrée dans le terrain, allant vers l’abstraction (Paillé & Mucchielli, 2013).

Population : cette recherche a été réalisée à Dakar en 2019, auprès de neuf professionnels d’une ONG sénégalaise qui accompagne en rue et dans un centre des enfants pour leur apporter des soins, une mise à l’abri et élaborer un projet de retour en famille ou d’insertion. Seuls les membres de l’équipe éducative et médico-sociale, ayant donné leur consentement éclairé, ont participé à la recherche. Ainsi, quatre femmes et cinq hommes ont été interrogés, parmi lesquels deux chauffeurs-animateurs ; deux travailleurs sociaux ; trois infirmiers ; deux animateurs.

Outils : un entretien individuel, enregistré et semi-structuré, a été mené avec chaque participant.

Méthode d’analyse : les verbatims ont fait l’objet d’une analyse inductive par élaboration de catégories émergent dans les discours, se référant à la « Grounded Theory ». Cette approche permet d’extraire les éléments qui ressortent des entretiens par une analyse en 6 étapes : codage, catégorisation, mise en relation, intégration, modélisation, théorisation (Paillé & Mucchielli, 2013).

Éthique : les données, anonymisées, ont été recueillies sur la base du volontariat et accompagnées du consentement signé des participants.

  1. Résultats

L’analyse des entretiens a permis de mettre à jour 7 catégories :

Représentations de leur travail

Dans le discours des professionnels, leur travail apparaît enraciné dans la relation d’aide et porté par une implication importante. L’investissement affectif des enfants et la compassion leur apparaissent fondamentaux. Leur engagement auprès d’eux est porté par la notion de devoir moral et/ou religieux, et déborde souvent le cadre professionnel : « Je devais le faire, ce n’était pas une question professionnelle ». Plusieurs expriment investir ces enfants sur une dimension parentale : « j’ai ressenti quelque chose comme un père », « je suis comme une maman pour eux ». Cette implication génère de la satisfaction et de la fierté mais peut également occasionner un sentiment d’impuissance face aux situations qui n’aboutissent pas et de l’épuisement chez certains.

Représentations des enfants et de leur situation

La découverte de la situation des enfants est décrite par la majorité comme un « choc » : « c’est quelque chose qui va me marquer jusqu’à la fin de ma vie », « je ne savais pas que les enfants souffraient autant, la première fois, ça m’a traumatisée ». La notion de traumatisme est présente chez tous les professionnels pour expliquer les difficultés des enfants (conduites à risque, instabilité, délinquance…). Le psychotraumatisme est traduit en wolof par deux professionnels par le terme « Nakhal » : « c’est une douleur, avoir quelque chose qui te fait mal au fond de toi », « c’est quelque chose que t’as vécu, qu’on t’a fait, que t’arrive pas à enlever de ta tête ». Les événements cités sont les maltraitances, enfermements, viols, abandons, dénuement en rue.

Les récits des enfants : exposition indirecte aux événements traumatiques

A l’écoute des récits des enfants, les professionnels évoquent des vécus de sidération psychique (« dès les premiers mots tu es paralysé ») ainsi que le sentiment de vivre ou de voir le déroulement de la scène. Ils citent des émotions violentes (colère, haine, tristesse), le sentiment de rester « accroché » à l’histoire de l’enfant et des reviviscences. Des récits ont également réactualisé des traumatismes personnels pour certains d’entre eux.

Exposition directe et sentiment d’insécurité

Les professionnels sont parfois exposés à des insultes, jets de pierres sur le camion ou bagarres entre enfants, qui génèrent de la peur mais auxquels ils attribuent du sens après-coup : « des enfants ont des comportements inadaptés (…) mais quand on remonte l’histoire on voit que c’est dû à ça ». Il arrive également qu’ils soient confrontés à des décès, occasionnant une souffrance importante.

Symptômes psychotraumatiques

Les intrusions et symptômes neurovégétatifs sont les plus cités (reviviscences, troubles du sommeil, hypervigilance), de même que les symptômes somatiques (douleurs corporelles, migraines), des éprouvés de tristesse et/ou de colère, ainsi que des sentiments d’injustice et d’impuissance. Les plus anciens expriment toutefois que cela s’est atténué progressivement.

Impact sur la vie privée et la vision de la société

Certains notent des changements dans leur vision de la société, notamment concernant certaines écoles coraniques ou actions étatiques, comme d’eux-mêmes, avec un fort sentiment de responsabilité. D’autres s’investissent auprès de ces enfants hors temps de travail et tendent à mettre de côté leurs émotions et activités personnelles. Plusieurs parents craignent que leurs enfants ne soient confrontés aux mêmes dangers : ils sont devenus plus inquiets et vigilants.

Les ressources mobilisées en conséquence

Au travail, la mise en place d’actions pour faire évoluer les situations des enfants génère un sentiment d’auto-efficacité : « quand tu penses que tu dois le faire, que tu sais comment le faire, ce sera vite fait ». Ils ont le sentiment que leur action est bénéfique : « les mots que tu leur donnes, ça leur donne de la force ». L’humour, le soutien émotionnel et instrumental de l’équipe ainsi que l’orientation vers d’autres professionnels tels que la psychologue, sont importants. Sont citées les formations, réunions, analyses de la pratique, qui permettent l’expression de difficultés, offrant un soutien et aidant à donner du sens aux conduites parfois déroutantes des enfants. Néanmoins, ces mécanismes favorisés par l’institution se révèlent parfois insuffisants. Face à des situations qui les mobilisent particulièrement sur le plan affectif, le sentiment de responsabilité est tel que les professionnels s’impliquent hors cadre institutionnel. C’est alors le groupe familial et communautaire qui apporte écoute, soutien et revalorisation. La religion apparaît également comme un support primordial pour moduler l’anxiété lorsqu’un enfant quitte le centre. Elle apporte des croyances qui participent à donner du sens à ce qui arrive et qui « donnent la force de continuer ». Les préceptes cités ont souvent été transmis par une figure d’attachement, qui se fait alors à nouveau présente comme source d’étayage lorsque ses mots sont remémorés. A ce niveau, la prière et les chants religieux ont une place importante. La nécessité de se reposer et de pratiquer d’autres activités personnelles est aussi mentionnée, mais la plupart disent ne pas en avoir le temps.

  1. Discussion

Exposition aux récits des événements traumatiques vécus par les enfants

Selon Lachal (2006), les soignants, face aux récits de leurs patients, construisent un « scénario émergent » qui, s’il permet de donner un statut représentationnel à l’expérience traumatique, peut aussi se trouver envahissant. Chez les professionnels rencontrés, l‘écoute répétée des récits des violences subies par les enfants entraîne différents vécus : sidération ; représentation imaginaire de la scène et du vécu de l’enfant ; envahissement par de la colère, haine, tristesse ; sentiment d’injustice et d’impuissance. L‘intensité de ces éprouvés semble en lien avec l’importance de leur engagement affectif à l’égard des enfants et, parfois, avec la réactivation de traumas personnels, comme l’avait noté Gounongbé (2014) avec des équipes au Tchad ou Dozio, Bizouerne et Moro (2018), en Centrafrique. L’étayage que les professionnels trouvent alors peut se situer du côté de la psychologue et de l’équipe mais cela ne suffit pas toujours à réguler leurs éprouvés et beaucoup évoquent de l’anxiété, des troubles du sommeil et des intrusions subséquentes, telles que le sentiment de revivre la scène ou des images intrusives.

Des processus de traumatisation complexes ayant de nombreuses répercussions

Outre les processus inhérents à l’écoute des récits d’événements traumatiques, les professionnels sont confrontés à des climats insécurisants lors de certaines interventions, qu’ils associent à des symptômes tels que l’hypervigilance ou l’évitement. De plus, apparaissent des changements dans leur vision de la société, leur attitude parentale et leur sentiment de responsabilité personnelle, au point que certains aient le sentiment d’être marqués à vie. Les répercussions sont ainsi multiples et certains propos ne sont pas sans évoquer un risque d’épuisement professionnel.

Les ressources mobilisées

L’institution, en ce qu’elle propose un cadre structurant et différents supports, apporte un soutien instrumental qui favorise le sentiment d’auto-efficacité. Néanmoins, de l’angoisse et un vécu d’impuissance émergent face à des enfants en grande détresse, qui refusent de quitter la rue ou qui y retournent. Le fait que très peu de centres soient destinés à cet accompagnement, renforce leur sentiment de responsabilité. Aussi, dans les situations qui les mobilisent particulièrement sur le plan affectif, le maintien d’une distance protectrice est difficile et leur investissement peut déborder le cadre institutionnel, ce qui favorise de la fatigue, des émotions négatives et des angoisses, difficiles à réguler. Ils s’appuient alors principalement sur leur environnement personnel pour trouver du soutien émotionnel et une valorisation de l’estime de soi. Le soutien est apporté par l’entourage proche et la communauté élargie, ce qui renvoie à la fonction pare-excitante du groupe face au trauma (Laroche Joubert & Moro, 2018). La religion participe à réguler l’angoisse en favorisant l’acceptation de la situation des enfants ainsi que l’appui sur des valeurs et préceptes issus d’un héritage familial et culturel. En effet, la reconstruction de sens est un mécanisme important face au trauma qui bouleverse les croyances fondamentales de l’individu. Comme Mouchenik et al. (2014) l’avaient noté à Haïti, la religion est un outil culturel qui permet de redonner du sens à la situation et aux vécus traumatiques auxquels les individus sont confrontés.

  1. Conclusion

Cette recherche témoigne de l’existence de processus de transmission d’éléments traumatiques dans la relation d’aide chez les professionnels rencontrés, de par leur engagement empathique.

La taille de notre population ne permet pas de tirer de conclusions généralisables et il existe des limites inhérentes à l’approche inductive, telle que l’impossibilité pour le chercheur de se mettre complètement à distance de ses préconceptions, du fait de ses connaissances préalables. Cette étude exploratoire permet ainsi plutôt de mettre en exergue des éléments susceptibles d’aiguiller la suite des recherches sur cette thématique. Il ressort que l’écoute de récits d’événements traumatiques et l’engagement dans la relation d’aide sont fondamentaux pour penser plus en profondeur l’impact qu’a sur les professionnels l’accompagnement des enfants. Il y a donc un intérêt à poursuivre l’étude de ces mécanismes en élargissant les recherches à un échantillon plus large.

De plus, en raison de leur engagement empathique, du manque de moyens auquel ils sont confrontés et de l’augmentation du nombre d’enfants en rue, les professionnels s’investissent hors de leur temps de travail. Les ressources mobilisées sont alors basées sur des éléments socioculturels tels que le groupe communautaire et la religion, qui ont une place importante au sein de la société sénégalaise. Il serait intéressant d’étudier davantage les modalités de ce recours aux outils culturels, qui apparaît avoir un rôle considérable pour aider les professionnels à appréhender les éléments traumatiques auxquels ils sont exposés et à maintenir leur engagement quotidien auprès des enfants.

Bibliographie

Camara, M. Seck, S. Ba, E. Faye, P. & Thiam, M. (2014). Le confiage : mécanismes et enjeux relationnels, L’Autre, 15 (2), 167-177.

Diop, M-C. & Faye, O. (1997). Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique. Actes du congrès international d’Abidjan en mai 1997.

Dozio, E. Bizouerne, C. & Moro, M-R. (2018). Réactions contre transférentielles face aux mères traumatisées et à leur bébé en Centrafrique, Soins, 827, 34-36.

Dramé, F. (2010). Nàndité – Enquête sur les enfants des rues à Dakar. Dakar : Samu social Sénégal, UNICEF Sénégal.

El Husseini, M. (2013). Exploration du contre-transfert dans la clinique du trauma : une étude qualificative (Thèse de Doctorat). Université Paris 13.

Figley, C-R. (1995). Compassion fatigue: Toward a new understanding of the costs of caring. Dans B. H. Stamm (Ed.), Secondary traumatic stress: Self-care issues for clinicians, researchers, and educators. The Sidran Press, 3–28.

Freud, S. (2013). L’avenir de la technique analytique. Dans La technique psychanalytique (J.  Altounian & al. Trad). Paris : PUF (Edition originale publiée en 1910).

Gounongbé, A. (2014). Fatigue de la compassion. Paris : PUF.

Human Rights Watch. (2019). Il y a une souffrance énorme : Graves abus contre des enfants talibés au Sénégal, 2017-2018.  

Lachal, C. (2006). Le partage du traumatisme. Contre-transfert avec les patients traumatisés.  Grenoble : La pensée sauvage.

Laroche-Joubert, M. Feldman, M. & Moro, M-R. (2018). L’étude du contre-transfert, une relance de la pensée face aux dyades traumatisées, Dialogue, 219, 125-138.

Laroche-Joubert, M. Moro, M-R. (2018). Intérêt du groupe dans l’accompagnement de la dyade traumatisée, Soins, 827, 37-39.

Mouchenik, Y. Baubet, T. Moro, M. (Eds.) (2012). Manuel des psychotraumatismes. Grenoble : La pensée sauvage.

Mouchenik, Y. Marty-Chevreuil, A. Marquer, C. & al. (2014). L’utilisation du PSYCa 3-6 pour l’évaluation indicative des difficultés psychologiques des jeunes enfants touchés par le séisme de janvier 2010 en Haïti, La psychiatrie de l’enfant, 57, 237-258.

Nathan, T. (2009). L’influence qui guérit. Paris : Odile Jacob (Edition originale publiée en 1994).

Paillé, P. & Mucchielli, A. (2013). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris : Armand Colin.

Pearlman, L-A. & Saakvitne, K-W. (1995). Treating therapists with vicarious traumatization and secondary traumatic stress disorders. Dans Figley, C-R. (Ed.) Compassion fatigue: Coping with secondary traumatic stress disorder in those who treat the traumatized. New York : Brunner/Mazel.

Samu social international. (2014). La suradaptation paradoxale. Une notion clé dans l’abord clinique et psychopathologique des enfants et jeunes de la rue, Cahiers thématiques.

 

Catégories
Thème 1 : Engagements

L’image émotionnelle au service de l’engagement sur Facebook : cas des photographies du mouvement de contestation algérien « le Hirak »

Par Atmane SEGHIR

Atmane Seghir est enseignant-chercheur à l’université de Bejaia. Ses publications nationales et internationales traitent de divers sujets relatifs à la sémiotique et aux sciences du langage : les cultures et les langues, l’analyse du discours, les réseaux sociaux, la publicité, le marketing, la sémiologie de l’image, le cinéma.

Introduction

À l’ère de Facebook, les émotions persuasives font incontestablement fortune. Des émotions positives qui incitent éloquemment les usagers à interagir avec elles, afin de rendre notre monde virtuel humainement vivable. Cependant, dans ce monde virtuel, se voulant idéal, les images déchaineraient aussi différentes émotions négatives qui rappellent notre complexité humaine (Morin, 2008). Pour connaître l’usage pragmatique des émotions façonnant la doxa visuelle en Algérie, nous nous sommes posé la question suivante : comment la rhétorique des émotions se construit-elle dans les images engagées du Hirak, relayées massivement sur Facebook ?

Pour répondre à cette question, il nous paraît indispensable de recourir à la sociosémiotique (Landowski, 1989 & Semprini, 2016), jugée capable d’intervenir sur le réel grâce à son concept sémiotique de « monde possible », une construction culturelle stable caractérisant une période donnée qui n’est autre qu’une scène interprétative du monde, soumise à plusieurs points de vue pertinents. Il s’agit de la mise en signifiant des émotions manifestées dans les images du Hirak. Ces émotions offrent à notre regard critique les formes de vie, c’est-à-dire qu’elles sont révélatrices de l’expérience sémiotique et discursive d’une communauté donnée au sein de la sémiosphère qu’elle forme. La sémiosphère (système culturel), notion appartenant à la sémiotique des cultures, est développée, à partir des années 1980, par Jurij Lotman (1990). Grâce à l’approche heuristique que ce sémioticien propose, et à travers les images photographiques du Hirak, nous pouvons appréhender les croyances et aspirations politiques qui structurent l’actuel mouvement de protestation en Algérie. Principalement, dans le monde possible de ces images engagées, nous intéressent les états d’âme, la représentation de soi et des autres, et la rhétorique employée par leurs auteurs pour les mettre émotionnellement en récit.

A fortiori, pour resémiotiser la rhétorique de l’engagement ou d’indignation, traduisant l’impact émotionnel du Hirak sur les « Facebookeurs » algériens, nous avons choisi un corpus constitué d’une centaine d’images émotionnelles les plus commentées sur Facebook depuis le 22 février 2019 jusqu’à fin février 2020, date anniversaire marquant la première année des protestations citoyennes. Mahdi Boukhalfa (2019), considère que cette insurrection de dignité en face de l’humiliation est menée par la colère du peuple contre la nomenklatura et les oligarques. 

Le Hirak : un robinet à émotions au service de l’engagement

De l’arabe (الحراك), le mot « Hirak » veut dire mouvement : mouvement puissant et pacifique (Boumediene : 2019) ou probablement l’un des plus puissants mouvements sociaux de l’histoire moderne (Benderra et al. : 2019). Le Hirak, pour éviter de suivre le sillage macabre, du monde arabe est appelé consciencieusement « Révolution du sourire » (Acherchour et al. : 2019). Il a vu le jour le 22 février 2019 contre le cinquième mandat qu’avait voulu briguer l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, alors qu’on le montrait sur un fauteuil roulant, atteint d’une paralysie aux niveaux du visage et du bras gauche. Sachant que les Algériens s’interrogeaient sur sa longue absence, ses partisans ont décidé de le loger symboliquement dans un cadre que les chaines de télévision publiques diffusaient dans le but de le magnifier. Ce cadre, un peu humanisé, empreint de nostalgie, était présent dans toutes les cérémonies officielles : il recevait des hommages, des louanges et des dons, comme s’il s’agissait d’une divinité à idolâtrer. Cette étrange et soudaine vénération constitue, en conséquence, la trame narrative du roman de Mohamed Ben Chicou La Casa del Mouradia (2019), journaliste exilé en France sous le règne de Bouteflika. Nous savons que les images constitueraient un pouvoir magique, malgré leur fonctionnement analogique présupposant la vérité ou la réalité. Elles ont une force de conviction et de persuasion dépassant de loin celle du langage verbal : elles ont le pouvoir « d’entraîner les gens dans une voie émotive, tandis que le matériel textuel ou verbal les maintient dans une voie de pensée plus rationnelle, plus logique et plus linéaire. » (Joffe : 2007). 

Á y regarder de plus près, les images montrant, de manière répétitive, le président-absent, représenté dans un cadre pompeux ont motivé la mobilisation et la révolte des spectateurs qui l’ont conduit à démissionner le 2 avril 2019, après une vingtaine d’années au pouvoir. Ces images, même si elles sont traitées quelques fois d’obscènes, ont reçu sur Facebook des centaines de critiques marquées par l’humour, la dérision et les blagues. 

L’humour caractérise donc le Hirak, comme le confirme l’universitaire Karima Ait Dahmane (2019), en analysant la spécificité du dégagisme à l’algérienne et les slogans chantés par les « Hirakistes ». Parmi les cas de figure qui ont poussé les Algériens à alimenter la révolution de l’humour contre la langue de bois (Mebtoul : 2019), nous citons l’hospitalisation du Président qui a poussé le rire à son paroxysme. Des Algériens, s’emparant de cette arme doucereuse, résidant notamment en Suisse ou en Europe, sommaient les responsables suisses de le sortir de l’hôpital genevois où il séjournait. Cela dit, même si l’humour, utilisé par les « Hirakistes », connote l’intention de s’ouvrir aux autres, le dialogue civique demeure irréalisable entre l’État algérien et son peuple.

Impossibilité du dialogue civique

Le Hirak trouverait sa force et sa résistance dans sa non structure et son refus de dialoguer. Á ce sujet, l’article « Où en est le rêve algérien ? » du journaliste et écrivain Kamel Daoud (2020) tente de cerner un peu ce mode de fonctionnement afin d’élucider ses mystérieuses lois qui assurent sa cohésion : pour ce faire, il nous propose une lecture psychanalytique et mythique de cet indomptable mouvement de contestation. Une posture intellectuelle qui a choqué ses lecteurs algériens qui attendaient, depuis le départ, sa supposée lecture impartiale des faits. Le sociologue algérien Tayeb kennouche nous dit, à propos, que Daoud savait que « son article ne pouvait passer inaperçu, car, tout simplement, rien du Hirak ne peut rester étranger pour les Algériennes et les Algériens, émotionnellement engagés dans ce mouvement social, à bien des égards, inédit. » (2020). 

Nous trouvons dans son papier l’usage de plusieurs exemples poignants : « trauma d’une guerre », « on retrouve ce lien œdipien avec l’armée », « en boucle, l’Algérie, c’est le fils qui s’aveugle en tuant le père, le père qui tue son fils en l’égarant dans le labyrinthe des revendications ». Le journaliste s’inscrit dans la philosophie de l’absurde d’Albert Camus (1987) pour qui la victoire n’est jamais définitive et la quête de sens de l’homme paraît vaine. Comme Sisyphe, Kamel Daoud joue le rôle de l’homme sage se disant sur un ton pessimiste : « pourquoi dépenser autant d’énergie pour rien, puisque les mythes nous donnent les clés nécessaires ?». La seule clé qu’il met en avant, en évoquant les mythes, consiste à amener les protestataires à accepter la décadence et le non-sens du Hirak : faute de quoi, la persistance de ce mouvement conduirait déraisonnablement les Algériens vers le suicide collectif. Pour lui, l’appel de la « ruralité » au « frexit », et à la « division identitaire » sont la conséquence de la « rage » exprimée dans les publications et commentaires des « radicaux sur les réseaux sociaux ». 

En somme, le dialogue civique devient impossible, contre toute raison politique, du fait que le peuple scande une nouvelle indépendance, après celle de 1962, ayant mis fin à la colonisation française, pour reprendre son destin en main (Filiu, 2019). Durant une année entière, des hommes et des femmes de tous âges, suivant le vœu de l’architecte du congrès de la Soummam, Krim Belkacem, ne cessent de crier le slogan « État civil et non militaire », en remettant en cause hostilement la hiérarchie de l’armée, représentée par le feu Gaïd Salah, le chef d’Etat-major qui leur a tenu tête jusqu’à sa mort subite le 23 décembre 2019, en organisant des élections présidentielles rejetées massivement dans plusieurs villes du pays. 

Le lendemain de l’élection de l’actuel chef de l’État Abdelmadjid Teboune, une marée humaine est sortie à Alger pour le contester. Il appelle plusieurs fois au dialogue civique dans l’espoir de créer un consensus et un engagement généralisés, mais le mouvement poursuit son chemin de libération tout en lui faisant la sourde oreille. Tout dialogue, sans la présence des détenus politiques, est perçu comme une traîtrise de la part des marcheurs. C’est ce qu’on peut déceler dans les selfies qu’ils partagent sur Facebook. Les selfies pris émotionnellement lors des manifestations pacifiques, en tant que témoins exhibant fièrement l’acte héroïque de se révolter prouveraient l’engagement des citoyens algériens.

L’engagement par l’image ?

Avant de répondre à cette question, nous aimerions rappeler la signification de la notion d’engagement. Au sens large, Claude Giraud nous fait savoir que l’engagement se confond avec l’existence, il précise que l’usage de l’expression « nous sommes engagés » signifie d’emblée que nous avons « une responsabilité morale singulière, celle de devoir choisir entre différentes possibilités. Si l’homme se définit par ses actes et uniquement par eux, alors l’engagement est l’épreuve de soi à soi et de soi aux autres. » (2011 : 32).

Ce qui nous intéresse ici c’est l’engagement empathique des spectateurs virtuels avec le contenu représentationnel des images dites émotionnelles : les personnes représentées nous font vivre l’expérience directe de leurs émotions. En effet, chez les jeunes surtout, « Le cyberespace fait naître des cyber-citoyens qui peuvent s’approprier les dispositifs pour générer « une nature numérique » de l’engagement, un « engagement 2.0 », susceptible de le renforcer mais aussi, à l’image du lien social, de le déliter. » (Boutaud, 2016 : 224). 

Les jeunes, selon Anne Muxel, ne sont absolument pas dépolitisés, « ils sont politisés autrement. Ils sont moins dans le discours, moins dans l’idéologie, moins dans l’organisation. Ils sont sans doute davantage dans l’expressivité et dans l’émotion » (2010 : 62). En devenant chasseurs d’images, ils s’expriment notamment en partageant des selfies sur leurs comptes Facebook, Tweeter ou Instagram. Aujourd’hui, avec la démocratisation des téléphones digitaux, leurs usagers algériens manient et modifient, suivant leurs états d’âme, les images pour des raisons rhétoriques.

Rhétorique de l’image

La rhétorique, d’une manière générale, est l’art de bien parler pour persuader l’auditoire, en recourant aux émotions et aux arguments. Qu’en est-il de la rhétorique de l’image ? Roland Barthes, nous en livre quelques éléments de réponse : il considère que « la rhétorique de l’image […] est spécifique dans la mesure où elle est soumise aux contraintes physiques de la vision. » (1964 : 50), différentes des contraintes phonatoires qui nous obligent à avoir une lecture linéaire et structurée du discours. Il faudrait, cependant, bien comprendre par-là que la propriété fondamentale du langage visuel spatialisé « rend apte à modéliser une très grande variété d’espaces concrets qui ne relèvent pas uniquement de cet espace visuel construit par l’œil, mais aussi des divers perceptuels (tactiles, kinesthésiques, thermiques, auditifs, etc.) » (Saint-Martin, 1995 : 16). 

En s’inspirant des figures tropiques et des règles du discours verbal, la rhétorique visuelle (Groupe Mu, 1992), fondée sur la stratégie de l’émotion et non forcément de l’argumentation, agit sur les spectateurs grâce aux signes plastiques qui lui sont spécifiques. Ces différents signes, utilisés à bon escient, sont, à l’ère des médias, générateurs d’émotions qui régissent souverainement la vie individuelle, sociale et politique des citoyens. Les émotions condensées dans les images du Hirak ont a posteriori plus d’empire sur les internautes que les discours rationnels.

L’empire des émotions

Les émotions dévorent complètement l’espace social et politique, d’après Anne-Cécile Robert, au détriment des autres modes d’appréhension du monde, notamment la raison. L’auteure estime que « l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir. » (2018). Toutefois, pour fuir la chimère cartésienne de l’authenticité et la peur du déclassement de la raison, nous rappelons que les deux intelligences sont interdépendantes et inhérentes à l’homme postmoderne : le professeur de psychologie Damasio (2006) nous dit que l’absence d’émotions et de sentiments est ce qui empêche, en l’occurrence, d’être vraiment rationnel.

Si les émotions dans leur ensemble sont bavardes et nettement prononcées, « la véritable émotion est sans voix » (Barratin, 1920). L’émotion muette se localise dans les images, en général, et les images photographiques, en particulier. Cependant, nous ne devons pas rester au niveau du ressenti et du mutisme, lorsque nous sommes face à ce genre de contagion émotionnelle, mais aller vers son décryptage et sa compréhension pour parvenir à la lexicaliser. L’étude de la mise en discours de l’émotion dans l’image, jouant sur les cordes du sentiment, exigerait donc de la méfiance à l’égard de la tentation iconique (le fait de ne s’intéresser qu’aux côtés esthétique et émotionnel de l’image ou aux objets et personnages qu’elle renferme) et de son effet anesthésiant. Un regard défiant nous permettrait de comprendre la mécanique de l’empathie sociale qu’enracinent les images émotionnelles en nous : une intersubjectivité de nature à impliquer les spectateurs que nous sommes. 

Néanmoins, cette faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui devrait être orientée dans le bon sens, afin que l’engagement s’inscrive dans un univers empreint d’éthique, de morale et de déontologie, assurant le bonheur de tous et le vivre ensemble. Claude Giraud nous rappelle que « l’engagement de l’homme au monde rend nécessaire l’adoption de règles morales et la recherche de la vérité » (2011 : 33). Concernant notre étude, l’émotion engageante ou altruiste de la Révolution du sourire apparaît dans les images comme une toile de fond pour captiver l’émotionnalité des spectateurs-internautes algériens. 

Révolution du sourire 

Le sourire, cette expression du visage dénotant en général la sympathie, n’est pas monosémique, mais polysémique : il vient de l’infinitif latin « subridere », tromper, plaisanter ou feindre pour cacher ironiquement ses sentiments. Le 6 février 1864, Sully Prudhomme écrit dans son journal que le sourire est susceptible d’une « multitude de significations. Excepté peut-être la colère ; mais de l’indignation à l’amour, en passant par le mépris, le sourire peut rendre toutes les affections de l’âme. » (1960 : 43). Nous disons cela, parce que lorsque le spectateur interprète intuitivement l’émotion contenue dans l’image, il reste accroché à ses structures de surface (l’expression : signifiant), et il ne sort pas généralement du cadre et de ses perspectives. La sémiotique nous rappelle que le hors-cadre et le contexte, au même titre que les structures profondes (le contenu : signifié), sont des conditions d’énonciation qui nous permettent d’accéder au sens et à la signification de l’image et de l’expression émotionnelle des visages. Cela détermine la relation circulaire des trois intentions structurant le processus de signification et d’interprétation des objets sémiotiques et des mondes possibles : les intentions de l’auteur, du lecteur et de l’œuvre (Eco, 1992). C’est ainsi que nous avons pu resémiotiser vraisemblablement les émotions qui s’expriment dans les images du Hirak et notamment celle de la joie marquée sur les visages par le sourire. Le sourire devient un acte performatif implicite à part entière qui anime toute une révolution, il est le reflet de son âme. Comme nous le voyons dans les photographies du Hirak, il devient pragmatiquement un symbole de résistance, une arme douce et efficace contre la barbarie. 

Pour conclure

Nous tenons à rappeler que dans un contexte émotionnel, le principe de l’engagement par les images, publiées sur Facebook, consiste à sensibiliser les citoyens qui restent en marge des mobilisations de révoltes. Les photographies vantant les mérites du Hirak suscitent diverses émotions, mais dans cet univers énonciatif, la joie reste l’émotion dominante, cette émotion est symbolisée par le sourire articulant les valeurs axiologiques suivantes : la paix, la liberté, la fraternité, la solidarité, l’égalité, la justice. 

En effet, se constituant en réseau, les émotions prennent pratiquement sens sur les fonds identitaires et nationalistes complexes du rapport à soi et aux autres. Nous avons pu constater qu’une émotion n’a de sens que par rapport à d’autres émotions qui l’entourent, celle de la joie dans ce contexte prend tout sens en se mélangeant à la tristesse, la colère et l’indignation. La signification de la joie, de fait, se résume à la capacité de garder le sourire du début jusqu’à la fin de chaque manifestation ; la joie de retrouver ses semblables, les amis du combat pour dialoguer avec eux ; la joie aussi de crier haut et fort son mécontentement, son espoir et son marasme. La révolution du sourire, donc de la joie ne signifie pas pour autant que le dialogue civique est gagné par avance. Le sourire, exhibé dans toutes les photographies du Hirak, y est prescrit pour faire face aux armes lourdes, à la police, aux militaires qui attendraient l’état d’urgence. Il est là également pour dire non aux éventuelles ingérences étrangères. 

Bibliographie

Camus, Albert, (1987), Le mythe de Sisyphe, Paris, Folio.

Barratin, Anne, (1920), Les pensées : œuvres posthumes, Paris, Alphonse Lemerre.

Muxel, Anne, (2010), « L’engagement politique dans la chaine des générations », Revue projet, n° 316. P 60-68.

Robert, Anne-Cécile, (2018), La stratégie de l’émotion, Paris, Lux Éditeur.

Damasio, Antonio, (2006), L’erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob.

Roland, Barthes, (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, n°4, pp. 40-51.

Giraud, Claude, (2011), Qu’est-ce que l’engagement ? Paris, L’Harmattan.

Umberto, Eco, (1992), Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset. 

Acherchour, El-Mahdi et al., (2019), La révolution du sourire, Tizi Ouzou, Frantz Fanon.

Groupe Mu, (1992), Traité du signe visuel : pour une rhétorique de l’image, Paris, Seuil.

Joffe, Hélène, (2007), « Le pouvoir de l’image : persuasion, émotion et identification », Diogène, n° 217, pp. 102-115.

Boutaud, Jean-Jacques, (2016), Sensible et communication : du cognitif au symbolique, Bourgogne, CIMEOS.

Filiu, Jean-Pierre, (2019), La nouvelle indépendance, Paris, Seuil.

Daoud, Kamel, (2020), « Où en est le rêve algérien ? », Le Point, n° 2472.

Ait Dahmane, Karima, (2019), Vendredire en Algérie : humour, chants et engagement, Alger, El Ibriz.

Eric, Landowski, (1989), Essais de sociosémiotique : la société réfléchie, Paris, Seuil.

Jurij, Lotman, (1999), La sémiosphère, Limoges, PULIM.

Boukhalfa, Mahdi, (2019). La révolution du 22 février : de la contestation à la chute des Bouteflika. Alger : Chihab Éditions. 

Micheli, Raphaël, Hekmat, Ida et Rabatel, Alain, (2015), « Les émotions : des modes de sémiotisation aux fonctions argumentatives », Semen [En ligne], http://journals.openedition.org/semen/9790.

Ben Chicou, Mohamed, (2019), La Casa del Mouradia, Alger, Koukou.

Mebtoul, Mohamed, (2019), Libertés, dignité, algérianité : avant et pendant le « Hirak », Alger, Koukou.

Edgar, Morin, (2008), La complexité humaine, Paris, Flammarion. 

Benderra, Omar et al., (2019), Hirak en Algérie : invention d’un soulèvement, Paris, La Fabrique.

Boumediene, Rachid, (2019), Aux sources du Hirak, Alger, Chihab Éditions.

Fernande, Saint-Martin, (1995), Sémiologie du langage visuel, Québec, PUQ. 

Andrea, Semprini, (2016), Communiquer par l’image, trois essais de culture visuelle, Limoges, Pulim.

Prudhomme, Sully, (1960), Journal intime : pensées, Paris, Presses du Compagnonnage.

Kennouche, Tayeb, (2020), « Kamel Daoud contre-hirak-t-il ? », El Watan, [en ligne], https://www.elwatan.com/edition/contributions/kamel-daoud-contre-hirak-t-il-28-01-2020?fbclid=IwAR3Ff2lBXwedMbjtOkj8MjzXlzwUrGKSohPPtpOIHVTBy3xZOYK0nsgBG1c.