Catégories
Billets

Le Cameroun face au phénomène migratoire dans le bassin centre-atlantique : analyse des reconfigurations territoriales à partir des conjonctures sécuritaires

par Hervé Ingrid ETOUA

Hervé Ingrid Etoua est doctorant en science politique à l’Université de Yaoundé II-Soa, chercheur rattaché au CREPS. Actuellement il est sur le terrain pour ses travaux de recherche de Ph.D dans le domaine de la géopolitique, portant sur le phénomène de construction de la puissance sous-régionale.

Depuis le début du 20e siècle, le « continent noir » semble être tiré par une double mutation démographique et économique. Cette situation a fait de l’Afrique subsaharienne l’un des principaux relais de croissance dans le monde, vu que l’Afrique représentera le quart de la population mondiale d’ici l’horizon 2050 (PRB, 2015). En effet, la croissance démographique constitue un élément important dans la construction de la puissance d’un Etat mais dans le contexte actuel, ce phénomène aggrave les inégalités dans les sociétés africaines. Mener une réflexion sur l’impact du fait démographique sur le territoire camerounais dans le bassin centre-Atlantique, revient à avoir pour requis l’idée d’une extrême interdépendance (économique, culturelle et géographique) du Cameroun avec tous les membres de la CEMAC, en plus du Nigéria qui est un Etat membre de la CEDEAO. Par ailleurs, après avoir pris part à l’élaboration d’une stratégie de lutte contre la piraterie en 2013, lors du premier Sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la CEEAC, CEDEAO et de la CGG sur la sureté et la sécurité maritime dans le golfe de Guinée ; ainsi qu’à la formation d’une force multinationale mixte afin d’endiguer la secte islamique Boko Haram, le Cameroun fait face depuis octobre 2016 à une nouvelle crise sécuritaire à l’intérieure de ses frontières. Par sa position stratégique et le rôle d’Etat pivot joué dans la sous-région (Ebogo, 2015), nous nous intéressons à la façon dont ce pays se comporte face aux différents flux migratoires qui traversent son territoire pendant les périodes de stabilité et d’instabilité (1). De ce fait, quel est l’impact de ces mobilités sur le territoire camerounais selon les conjonctures sécuritaires dans le bassin centre-Atlantique ? Pour répondre à cette interrogation, il sera nécessaire dans le cadre de cet article de convoquer la théorie constructiviste structuraliste de Pierre Bourdieu ainsi que certains travaux empiriques pour démontrer le caractère ambiguë du territoire camerounais dans la sous-région, se configurant en ‘’Etat transit’’ ou ‘’carrefour sous-régional’’ en période de stabilité, tandis qu’en période d’instabilité cet espace se reconfigure en ‘’terre d’accueil’’ ou en éventuelle ‘’base arrière’’ pour une certaine catégorie d’individu.

 

       Configurations du territoire camerounais dans les conjonctures de paix : entre ‘’Etat transit’’ et ‘’carrefour sous-régional’’

Pendant les brèves périodes de stabilité le territoire camerounais apparait comme une zone de projection des communautés diasporiques voisines, mais aussi comme un centre de redistribution des marchandises dans la sous-région.

 

      Une zone de projection des communautés diasporiques voisines

Les ressortissants nigérians constitueraient la population étrangère la plus nombreuse au Cameroun. Le Nigéria est assez surpeuplé avec une densité de 210 h /km² ; on pourrait observer d’ici 2050 une pression migratoire venant de ce pays qui risque compter une diaspora de 40 millions de personnes dans les pays voisins (Etoua, 2016 : 63), soit 10% de sa population en 2017. Pourtant le poids démographique de cette communauté apparaît gravement sous-estimé depuis les années 1970 (OCISCA, 1995 : 59), ce qui va se justifier au début du millénaire par un important dynamisme entrepreneurial nigérian dans le marché intérieur camerounais tant sur le plan formel qu’informel. Pour certains auteurs, cette rapide intégration dans le territoire camerounais à travers les organisations socio-culturelles et commerciales est due à une bonne structuration de la tribu Ibo dite société acéphale (T. Weiss, 1999 :79). Par ailleurs, à partir de l’observation participante et  de nos enquêtes réalisées en juillet 2017 au marché de la casse automobile de Mvog-Ada à Yaoundé, nous avons déceler comme technique d’insertion de cette communauté diasporique, le développement d’une économie de l’enclave à travers ses entreprises, sa main d’œuvre et l’exclusion de toute approvisionnement auprès des fournisseurs du pays d’accueil. En outre, en tant que pôle agricole et universitaire dans la zone CEMAC le Cameroun entretient une coopération bilatérale dense, avec les autres Etats membres, en accueillant de nombreux ressortissants dans son territoire. Ainsi, avant les années 2000, on a pu observer des migrations définitives tchadiennes au nord Cameroun se reconfigurer en migrations circulaires après cette année, à cause de l’exploitation pétrolière et de l’enrichissement de quelques cadres publics et privés (Immigration tchadienne, 2016 : 16). 

          Un centre de redistribution des marchandises dans la sous-région

Le territoire terrestre et maritime camerounais, faisant office de carrefour dans la sous- région ne connaît pas qu’une fréquente circulation des personnes mais aussi des biens. Sa position géographique fait de lui un ‘’Etat transit’’ appelé à désenclaver ses deux voisins ne possédant pas de littorale  (Tchad et RCA), tout en permettant des échanges entre les espaces CEDEAO et CEMAC. Le Cameroun reste incontournable dans la géographie des échanges dans la sous-région (Etoua, 2016 : 73) et expérimente, parfois à son désavantage, la libre circulation des biens et des personnes. C’est dans cette mesure que le port de Douala situé à 1700 km de la capitale N’Djaména, constitue la voie d’accès à la mer la plus proche pour désenclaver l’hinterland tchadienne (Réseaux des transports en République du Tchad, 2011 : 11 ). Le corridor camerounais apparaît aussi comme une importante voie de ravitaillement de la RCA, avec l’axe Douala-Bangui long de 1500 km à travers lequel transit 80% du trafic à destination de ce pays (Rapport OMC, 2007 : 43 ). Malgré le fait que le Cameroun absorbe les 4/5 du trafic de transit de l’Afrique centrale (Ekomo, 2008 : 44 ), certains auteurs décèlent  une volonté stratégique de ce dernier à travers l’insuffisance prise en compte de certains axes afin de se positionner comme principale route d’accès à la mer pour les Etats sans littorales de la zone CEMAC (I. Griffiths, 1998 : 64). Même si le réseau routier en Afrique centrale apparait encore décousu et mal connecté à l’Afrique de l’ouest (SSATP, 2018 : 19), le Cameroun constitue néanmoins une passerelle entre les deux communautés  et se positionne parmi les pays disposant des structures nécessaires à la réalisation du libre-échange continental (CEA, 2013 : 31).

 

         Reconfiguration du territoire camerounais en période d’instabilité sous régionale :      une redéfinition de l’espace géographique dans un « complexe d’encerclement polémogène » au sein du bassin centre-Atlantique

Au regard des crises et conflits qui sévissent dans l’espace géopolitique de ce bassin le Cameroun semble entré dans un « complexe d’encerclement polémogène »(2). C’est la raison pour laquelle son territoire se reconfigure soit en lieu de refuge pour les populations fuyant les troubles dans les pays voisins, soit en éventuelle ‘’base arrière’’ pour les milices et groupuscules opérant dans la sous-région.

        Le Cameroun comme une terre d’accueil pour les réfugiés dans la sous-région

Pendant les périodes d’instabilité sous-régionale, le Cameroun reçoit des flux migratoires constitués des sinistrés fuyant les conflits dans les pays limitrophes (Nigéria, Tchad et RCA). En effet, on note une réelle ouverture du Cameroun à l’égard des réfugiés dans la zone CEMAC, ce qui conduit vraisemblablement à une importation rapide des crises régionales à l’intérieure des frontières. En 2006 et 2007, les réfugiés au Cameroun étaient originaires du Tchad (40 500), de la RCA (24 000) et du Nigéria (3000) (Migration au Cameroun, 2009 : 12). Cela pourrait s’expliquer par les conflits et l’instabilité politique qu’ont connus ces pays durant la même période. Ainsi, on a pu remarquer une nette augmentation du nombre total des réfugiés et des demandeurs d’asile en 2006, mais à partir de 2007 jusqu’en 2008, ce nombre va sensiblement diminuer, les lenteurs des procédures pour l’obtention des autorisations de séjour pourraient expliquer cette tendance. Par ailleurs en 2013, il y aurait eu une réactivation des déplacements massifs vers le Cameroun à cause de la reprise des affrontements en RCA, poussant près de 158 000 personnes à s’installer à l’Est-Cameroun, région dans laquelle vivaient déjà 115 000 centrafricains (Fiche d’info-Echo Cameroun, 2017 : 24), selon ce rapport de la Commission européenne le pays compterait à cette période près de 274 500 réfugiés centrafricains. En outre, ce flux de réfugiés va évoluer de manière spectaculaire du fait des violences orchestrées par la secte islamique Boko Haram. C’est dans cette mesure que le camp de réfugiés de Minawao situé au Grand Nord du Cameroun a dû accueillir 59 000 réfugiés nigérians dont 26 000 non-enregistrés hors du camp ; c’est ainsi qu’en 2016 le territoire camerounais a reçu près de 359 000 réfugiés.

           Le territoire camerounais comme éventuelle ‘’base arrière’’ des milices et groupuscules dans la sous-région

Les troubles en RCA ont eu pour conséquence, la prolifération des groupes armés à la frontière avec le Cameroun. Ces groupes ont bénéficié de la continuité territoriale et socioculturelle entre les communautés frontalières pour s’installer dans le territoire (Yebega, 2015 :17). Actuellement, on assiste à un phénomène de milicianisation de l’économie pastorale dans cette région (Vircoulon, 2020 : 17), à cause du déplacement des éleveurs peuls avec leur bétail dans les communes d’élevage à la frontière centrafricano-camerounaise. Ces derniers, sous prétexte de protéger leur cheptel contre les anti-balaka forment des milices communautaires  mais finissent par se transformer en gang, et à se livrer à des raids à la manière des zaraguinas (gang opérant dans la contrebande, le banditisme rural et transfrontalier dans le bassin du lac Tchad). Depuis 2014, il y’a eu une recrudescence des attaques armées visant les postes frontaliers camerounais et d’enlèvements de personne (Rapport SVCPC, 2013 : 36). Tout comme le vide sécuritaire a ouvert des territoires entiers aux braconniers du Sud Darfour jusqu’au Nord Cameroun, certains chercheurs pensent que la poussée meurtrière de Boko Haram dans cette région s’inscrit dans des dynamiques antérieures de dégradation de la situation sécuritaire (Musila, 2012), lorsque pour d’autres cette secte islamique demeure un phénomène endogène au Nigéria ; l’activisme des terroristes dans le septentrion est perçu comme une volonté de Boko Haram d’établir une zone grise à la frontière du Cameroun en quête de ressources de financement alternatifs, lorsqu’ils sont acculés dans leur fief (Mountapmbeme, 2014). Qu’à cela n’en tienne, on note un risque énorme de contagion des Etats à travers le phénomène de « spill over effect » ou du débordement des conflits à cause du caractère d’externalité de la menace.

   Conclusion

Dans une lecture sociologique de l’espace, le Cameroun en tant qu’agent aurait incorporé des dispositions durables ou habitus (Bourdieu, 1987 : 48), qui vont transformer son territoire en un champ propice à l’immigration clandestine dans la sous-région(3). En période de stabilité, le Cameroun apparaît comme un ‘’Etat transit’’ servant d’interface maritime aux Etats enclavés de la zone CEMAC, mais aussi comme un carrefour régional constituant une sorte de trait d’union entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale. Pourtant dans les faits et selon l’évolution du droit international de la mer, ce pays continue d’être considéré comme un ‘’Etat géographiquement désavantagé’’ par rapport aux autres Etats riverains de la côte Atlantique (Pulvenis, 1981). Par contre, en période d’instabilité, sa position stratégique de carrefour sous-régional l’aurait vraisemblablement rapproché de tous les foyers d’insécurité de la région, elle-même reliée à tous les hubs islamiques du continent (Nigéria, Sahel, Lybie, Somalie). Par conséquent, la majorité les pays limitrophes au Cameroun constitue soit l’épicentre des groupuscules terroristes (Boko Haram au Nigéria), soit une ‘’base arrière’’ des terroristes ou milices armées transnationales (la Lord Resistance Army en RDC et RCA, Boko Haram au Tchad, Shebab somalien en RDC, ainsi que les mafias maritimes du Delta du Niger). Aujourd’hui, le risque est d’assister à une quelconque collaboration entre ces organisations criminelles (Ndutumu, 2013). En outre, la résurgence des troubles et violences dans les régions anglophones auraient entraîné le déplacement forcé de près de 21 291 camerounais vers le Nigéria entre octobre 2017 et fin avril 2018 (Rapport Onuca, 2018). En conclusion, nous constatons que le Cameroun se retrouve à peu près dans le même schéma géopolitique interne que son voisin avec une éventuelle radicalisation des mouvements sécessionnistes tels qu’on a pu observer dans le Delta du Niger, à cause de l’existence d’une continuité socioculturelle dans le bassin centre-Atlantique.

 (1) Etant donné que cet exceptionnel accroissement démographique dans cette partie du continent est inégalement répartie créant ainsi une disparité de l’accroissement naturel dans ce sous système. Le Cameroun dans le bassin centre-Atlantique est entouré par des puissances démographiques émergentes telles que le Nigéria et la RDC, c’est la raison pour laquelle son territoire ne saurait être à l’abri des dynamiques des flux migratoires.

(2)Nous voulons démontrer à travers cette expression que le Cameroun semble être entouré par des foyers d’insécurité, ou situé au centre des menaces asymétriques, notamment à l’Est par le conflit de la RCA avec ses bandes armées incontrôlables, au Nord par la secte Boko Haram et au Sud-ouest par le phénomène de la piraterie. 

(3) Selon les analyses de Bourdieu, l’agent va développer en quelque sorte des ‘’stratégies inconscientes’’ adaptées aux exigences de son monde. De ce fait, l’hospitalité qui caractérise le Cameroun et la cohabitation harmonieuse avec les différentes communautés étrangères constitueraient l’une des principales raisons de la rareté des expulsions dans ce pays. En 2006, après le rapatriement volontaire de 3000 nigérians, le Consul du Haut-Commissariat des Réfugiés des Nations Unies au Cameroun Harry Bristol constata le retour de certains volontaires nigérians au pays d’accueil ; grâce à la somme de dédommagement qu’ils recevaient en contrepartie soit 400 000 Fcfa, la plupart l’utilisant pour se relancer au Cameroun Cf. (Le messager 22/08/2006).

Bibliographie

Ouvrages généraux et articles 

Bourdieu, Pierre (1987), Choses dites, Paris, Minuit ;

Bitse, Ekomo, C. B. (2008), La côte Atlantique du Cameroun et les Etats sans littoral d’Afrique Centrale : évolution et défis de la question d’accès à la mer, (thèse de doctorat), New York, The United Nations-Nippon Fondation Fellow ; 

Ebogo Frank, (2015), « Cameroun : Etat-Pivot dans la nouvelle dynamique hydropolitique de l’intégration en Afrique », in Enjeux n°50 ;

Etoua Hervé I., (2016), « Positionnement du Cameroun dans le golfe de Guinée : de la marginalité à l’insertion dans l’échiquier géopolitique », mémoire de DEA, Université de Yaoundé II-Soa ;

Griffiths Ivean, (1998), “African land and acces corridor”, London-Portlant, Frank cass, in Dick Hodder, Sarah Llyoyd & Keith Mc. Lachlan, Land-locked states of Africa and Asia;

Mbia Yebega, G. H., (2015), « Terrorisme et contre-terrorisme en Afrique Centrale : quelle vision stratégique pour le Tchad et le Cameroun ? », in www.irenees.net/bdf-fiche-analyse-1054fr-html-pdf;

Mountapmbeme Yaya, (2014), « Aux sources de Boko Haram », in Le Point du Jour n°13 ;

Musila Cyril, (2012), « L’insécurité transfrontalière au Cameroun et dans le bassin du lac Tchad », in Note de l’IFRI, juillet ;

Ndutumu, S. S. (2013), « Insécurité en Afrique Centrale : pour une approche inter-régionale CEEAC/CEDEAO », in IRSEM, (dir) Dr Gnanguenon Amandine, Les défis stratégiques africains : la gestion de la conflictualité en Afrique Centrale n°25 ;

Pulvenis, J. F., (1970), « La notion d’Etat géographiquement désavantagé et le nouveau droit de la mer », in A.F.D.I, XXII ;

Vircoulon Thierry, (2020), “Ecosystème des groupes armés en Centrafrique” in Notes de l’IFRI, IFRI, avril ;

Weiss, Thomar Lothar, (1999), Migrants Nigerians. La diaspora dans le sud-ouest du Cameroun, in  Annales de géographie n°608.

 

Rapports

CEA, (2013). Facilitation des échanges dans une perspective africaine, Addis-Abeba ;

Commission européenne, (2017). Fiche-info ECHO-Cameroun, Bruxelles, in http://ec.europa.eu/echo;

JCEA, (2016). Immigration tchadienne au Nord-Cameroun : entre installation à long terme et circulation migratoire, Paris, 3e rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines ;

OCISCA, (1995). Les échanges transfrontaliers entre le Cameroun et le Nigéria. Yaoundé, Rapport final de l’observatoire OCISCA ;  

OMC, (2007). ‘’L’examen des politiques commerciales de la République Centrafricaine’’, Rapport du secrétariat de l’OMC disponible sur www.wto.org/French/Tratop-f/tpr-F/s183-00-F-doc

Population Reference Bureau, (2015). 2015 World Population Data Sheet, disponible sur www.prb.org.

OIM, (2009). Migration au Cameroun. Profil National 2009, Genève in http ://www.iom.int ; 

Rapport Secrétariat Général, (2011). Réseaux des transports en République du Tchad, Ministère des Infrastructures et des Equipements ;

Rapport du Secrétaire général du Conseil de sécurité sur la situation en Afrique centrale et sur les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale, 1er juin 2018 ;

SSATP, (2018). Le transport routier en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, Washington    D.C, Document de travail n°108.




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.