Catégories
Thème 6 : Migration / circulation

Gestion personnalisée des langues et reconfiguration identitaire en contexte multilingue : le cas des immigrants Nigérians de la ville de Ngaoundéré

Par Candice Guemdjom Kengne

Titulaire d’un doctorat Ph.D en Linguistique française, Candice Guemdjom K. est actuellement chargée de cours à l’Université de Ngaoundéré au Cameroun, où elle dispense les cours de linguistique et de sociolinguistique. Elle est l’auteure de plusieurs articles portant sur les représentations du sens linguistique et les pratiques langagières en milieu urbain.

INTRODUCTION

En milieu urbain, l’essaimage des populations d’horizons divers est l’un des phénomènes sociaux qui a tendance à reconfigurer l’espace sociolinguistique. En s’inspirant de la notion de domaine développée par Joshua Fishman, Caroline Juillard (2008) considère « l’espace sociolinguistique comme le centre de la démarche théorique, méthodologique et descriptive ». En d’autres termes, les lieux (l’école, le marché, au travail, la rue, etc.), les relations (interpersonnelles, familiales, etc.) ainsi que les activités socioprofessionnelles (commerçant, enseignant, etc.) qui définissent l’espace linguistique orientent majoritairement les choix linguistiques et la manière dont sont gérées les langues par les locuteurs. Ceci dit, ce sont ces éléments, différemment paramétrés d’un espace linguistique à un autre, qui modalisent les pratiques et organisent les usages des langues. C’est dans cette perspective que nous nous sommes intéressée à la communauté nigériane, dans le but de chercher à comprendre comment les immigrants nigérians, plurilingues de par leur origine, arrivent à s’intégrer sociolinguistiquement et socioprofessionnellement dans un milieu urbain plurilingue comme la ville de Ngaoundéré. En d’autres termes, quelles sont les moyens adoptés par les immigrants pour reconstituer et adapter leur répertoire verbal de manière à capitaliser la communication en contexte migratoire ? Il se trouve que dans ce cadre, les composantes de la compétence plurilingue et pluriculturelle des immigrants Nigérians reconfigurent leur profil psycho/sociolinguistique et par conséquent leur identité. Sur 287 immigrants annoncés comme échantillon, nous n’avons véritablement pu recueillir que les données de 46 répondants, en raison de la réticence de la majorité de la cible. En nous inscrivant dans la sociolinguistique urbaine résolue à cerner les modes d’adaptation et d’intégration linguistique développés par les locuteurs dans les villes, milieu plurilingue par essence, nous avons conçu un plan bipartite. La présentation du contexte d’étude et du corpus est un préalable qui conduira à la découverte des profils psycho/sociolinguistiques de la cible et celle de l’identité reconfigurée. 

1- Du contexte d’étude/milieu à la cible

Cette première section a un triple objectif : présenter les contextes sociolinguistiques originel (Nigéria) et actuel (Ngaoundéré, Cameroun) de la cible ainsi que les caractéristiques de celle-ci. 

1-1- Présentation géolinguistique des deux pays (d’origine et d’accueil) des immigrants nigérians

Nous l’avons synthétisé dans le tableau qui suit :

Nigéria

Cameroun

Pays d’origine de la cible

Pays d’accueil de la cible

Situé en Afrique de l’OUEST

Situé en Afrique centrale

923 773 km² de superficie

475 442 km² de superficie

201 millions d’habitants (FNUAP 2019, estimation) 

26,566,347 habitants (www.worldometers.info)

478 langues (B.F. Grimes, 1996)

Environ 300 langues

01 langue officielle (l’anglais)

02 langues officielles (anglais et français)

03 langues régionales au statut national (igbo, haoussa, yoruba)

Langues maternelles =langues nationales

Autres langues courantes : pidgin english

Autres langues courantes : camfranglais, pidgin english

 

Le tableau ci-dessus fait une synthèse des caractéristiques géolinguistiques du Nigéria, le pays d’origine des immigrants sur lesquels porte l’étude et du Cameroun, leur pays d’accueil. Au regard de tout ce qui précède, il ne fait aucun doute qu’on se trouve en face de deux pays aux situations géolinguistiques particulières. Pendant qu’au Nigéria les langues majeures sont en plus de l’anglais, les langues nationales telles que le haoussa, le yoruba et le igbo, au Cameroun par contre, l’on compte deux langues majeures, de par leur statut de langues officielles. Ainsi d’un point de vue général, chaque pays a une configuration sociolinguistique particulière. 

 

1-2 La ville de Ngaoundéré

 

Elle est le chef-lieu de l’Adamaoua, l’une des trois régions de la zone septentrionale du Cameroun. En termes de superficie, elle s’étend sur 17 196 km2 et compte une population de 298 016 habitants. Sociolinguistiquement parlant, elle compte près d’une vingtaine de langues autochtones aux statut et fonctionnement différents ainsi que plusieurs langues allogènes. Dans cette zone du pays, le français fait office de langue officielle dominante ; il partage son espace d’expression avec le fufuldé, langue véhiculaire dans la zone septentrionale. Aux côtés de ces deux langues, se trouvent les langues maternelles parmi lesquels le mboum, le dii et le haoussa, qui ont un statut particulier, parce qu’elles sont enseignées au Lycée classique et moderne de Ngaoundéré. La section qui suit prévoit la présentation de la cible.

 

1-3 Description de la cible

 

Au Cameroun, les Nigérians constituent la communauté étrangère la plus nombreuse disséminée sur l’étendue du territoire, avec une population de plus de 4000 000 habitants. À première vue, leur forte présence constituerait un atout pour nous qui nous sommes intéressée à leur communauté dans le cadre d’une étude sociolinguistique. Paradoxalement, la tâche s’est avérée peu aisée sur le terrain. Sur 287 personnes initialement prévues pour densifier notre échantillon, nous n’avons véritablement pu requérir les données qu’auprès de 46 d’entre elles. Une pré-enquête nous a permis de cerner cette difficulté sur le terrain et nous a conduite à mettre l’accent sur l’observation attentive durant l’enquête afin de pouvoir comprendre ce comportement inhabituel. Sur le terrain, nous avons fait le constat selon lequel cette communauté est constituée de deux grands groupements linguistiques, Ibgo (notamment les biafras) et haoussa, qui maintiennent une certaine distance et dont les lieux d’activités sont bien distincts et délimités. Cette tension, semble-t-il, aurait une origine historique. Il s’agirait du conflit séparatiste de 1967, qui a cédé la place à une guerre civile entraînant de nombreux déplacements et causant une famine qui a tué au moins un million de victimes en l’espace de 3 ans. Selon Adaobi Tricia Nwaubani (2020), même si la guerre est à peine évoquée, « Cinquante ans après le conflit du Biafra, le Nigeria lutte toujours pour maintenir son unité, avec divers groupes, et pas seulement les Igbo, qui appellent à la restructuration de l’État le plus peuplé d’Afrique ». La présence de cette guerre dans les mémoires collectives des Nigérians peut justifier la division de leur communauté, même en terre étrangère. C’est une analyse qui corrobore avec les propos de Thomas Lothar Weiss (1996/1998 : 101) pour qui « en partant et en s’installant au Cameroun, les migrants ne sont pas totalement coupés de leur monde d’origine, ni du point de vue de leurs habitudes, ni du point de vue de leurs activités, loin s’en faut. » Cette tendance grégaire et ce repli identitaire poussés seraient devenus une seconde nature au point où au premier abord, peu importe l’origine ou la profession de l’interlocuteur, ils se sentent menacés. Cette attitude inopinée rencontrée sur le terrain a modifié et réorienté la démarche, devenue moins quantitative, mais davantage qualitative.  

 

Tableau représentant la répartition en fonction du sexe

Hommes

Femmes

38

8

 

Le tableau fait état du nombre important d’hommes qui se sont montré accessibles, contrairement aux femmes, qui le sont moins.

Tableau indicatif du nombre d’années passées à Ngaoundéré par les des immigrants nigérians

Durée séjour

04mois

an

2

ans

3 ans

5 ans

7 ans

8 ans

9 ans

10 ans

13 ans

15 ans

16 ans

18 ans

20 ans 

22 ans

23 ans

25 ans

27 ans

31 

ans

Nbre. de loc.

01

04

03

02

05

01

01

01

05

01

01

01

01

05

01

01

01

01

01

 

Tableau représentant le nombre d’années passées à Ngaoundéré par les immigrantes nigérianes

Durée séjour

03 ans

04 ans

10 ans

12 ans

18 ans

22 ans

30 ans

31 ans

Nbre. de Locuteurs

01

01

01

01

01

01

01

01

 

Au regard des tableaux rendant compte de la durée des immigrants à Ngaoundéré, il est à noter que le temps minimal passé à Ngaoundéré est de 04 mois et s’étend jusqu’à 31 ans. La durée du séjour dans la ville de Ngaoundéré varie d’un immigrant à un autre. Pendant que chez les hommes, elle va de 04 mois à 31 ans,  la majorité des immigrants (05) a fait tantôt 05 ans, 10 ou encore 20 ans. Chez les femmes par contre, la durée la moins longue est de 03 ans et la plus longue de 31 ans. À partir de ces informations relatives à la durée sur le terrain d’étude, sachant que « si nous pouvons consacrer 10 heures par jour à étudier une langue, il faudrait alors 48 jours pour maitriser les bases des langues faciles. […] » (FSI,L’Institut du service extérieur américain), 2017), il n’est pas exagéré d’affirmer que les immigrants semblent linguistiquement intégrés à Ngaoundéré.

Tableau indicatif des professions des immigrants

Profession

Nombre d’immigrants

Commerçant

29

Aide commerçant

04

Pasteur

01

Menuisier

01

Coiffeur

01

Électricien

01

Élève

01

 

Tableau indicatif des professions des immigrantes nigérianes

Profession

Nombre d’immigrantes

Commerçante

07

Enseignante

01

 

Répartir les immigrants nigérians en tenant compte de la profession est primordiale dans cette étude, car cela permet d’identifier les activités dominantes au sein de cette communauté étrangère. Dans les deux tableaux, le commerce est l’activité la plus prisée (33/ 38 chez les hommes et 07/8 chez les femmes). En effet, le commerce est une activité dans laquelle, pour exceller, il est important de maîtriser la ou les langues locales dominantes ou alors la ou les langues véhiculaires de la localité. En outre, d’autres professions comme celles de pasteur, menuisier, coiffeur, électricien, ou encore élève ont été recensées chez les hommes et une enseignante dans la gente féminine nigériane.

Par ailleurs, dans les deux derniers tableaux de cette section, est présenté le nombre de langues parlées par chaque locuteur.

 

Statut linguistique des immigrants

Nombre de langues

01

02

03

04

05

Nombre d’immigrés

00

05

15

11

05

 

Statut linguistique des immigrantes

Nombre de langues

01

02

03

04

05

Nombre d’immigrantes

00

00

05

03

00

 

D’un tableau à un autre, 03 est le nombre de langues moyen (15 /38 chez les hommes et 05/8 chez les femmes) que les immigrants connaissent. En outre, certains d’entre eux parlent aussi 04 langues (11 hommes/38 et 03 femmes/08). Ainsi, d’après les statistiques, aucun immigrant ne parle seulement 01 langue. Excepté les 05 qui sont bilingues, la majorité est trilingue, et le tiers est quadrilingue. Les chiffres attestent bien qu’on se trouve en face de locuteurs plurilingues. 

2- La gestion des langues par les immigrants nigérians en milieu plurilingue

La configuration de leur pays d’origine à laquelle vient se mêler celle de leur pays d’accueil, tout aussi complexe, contraint pratiquement les immigrants nigérians à enrichir leur compétence plurilingue. Même s’il se confondait à la base au multilinguisme avec lequel il est resté en concurrence, le plurilinguisme s’est progressivement distingué et conceptualisé avec les écrits de l’Observatoire Européen du Plurilinguisme (OEP) et ceux du CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues). Au-delà du multilinguisme qui correspond à la coexistence de plusieurs langues au sein d’un groupe social selon l’OEP, le plurilinguisme suppose que l’expérience langagière et culturelle de plusieurs langues, peu importe le mode d’acquisition, permet de construire « une compétence communicative à laquelle contribuent toute connaissance et toute expérience des langues et dans laquelle les langues sont en corrélation et interagissent» (CECR, 2000 : 11). Il sera donc question d’apprécier la compétence plurilingue et pluriculturelle des immigrants nigérians définie dans le Cadre Commun de Référence pour les Langues du Conseil de l’Europe (2000 : 128) comme suit : « La compétence à communiquer langagièrement et à interagir culturellement d’un acteur social qui possède, à des degrés divers, la maîtrise de plusieurs langues et l’expérience de plusieurs cultures. On considérera qu’il n’y a pas là superposition ou juxtaposition de compétences distinctes, mais bien l’existence d’une compétence complexe, voire composite, dans laquelle l’utilisateur peut puiser». Comment se recompose donc cette compétence dite plurilingue chez les immigrants nigérians vivant à Ngaoundéré ? 

  • Les langues parlées/orales

Soit les tableaux suivants :

Nombre de langues parlées

1

2

3

4

5

Langues 


/

Angl/

Igbo

Franç./angl.

Franç/Angl/Igbo

Angl./

Igbo/

Haoussa

Angl./

Franç./

igbo/fufuldé

Angl/

Franç/

haous/

igbo

Angl/franç/igbo

/fulani/

latin

Angl/franç/igbo

/fulani/

haoussa

Nombre de locuteurs

/

04

02

12

01

13

01

01

04

Statut des immigrants

 

06 Bilingues

13 Trilingues

14 Quadrilingues

05 quintilingues

Tableau des langues orales chez les immigrants nigérians 

 

Nombre de langues parlées

1

2

3

4

5

Langues parlées


/

Angl/

Igbo

Angl./

franç.

Angl/

franç/

igbo

Angl./

franç/

oroko

Angl./

Franç./

Igbo/fu

fuldé

Angl/

Franç/

haous/

Igbo

Angl/franç

/igbo

/fulani/

latin

Angl/franç

/igbo

/fulani/

haoussa

Nombre de locuteurs

/

/

/

04

01

03

/

/

/

 

00

00

05

03

00

Tableau des langues orales chez les immigrantes nigérianes

 

Le premier tableau ressortant le nombre de langues parlées proprement dit et le nombre d’immigrants révèle qu’ils sont au moins bilingues (06). La majorité est quadrilingue (13) et trilingue (12). L’on relève 05 quintilingues et aucun unilingue. Globalement, l’on a affaire à des polyglottes avec un répertoire linguistique situant l’anglais comme langue commune à tous, et le bagage linguistique emporté de leur Nigéria natal. La parité anglais/français fort présentée dans leur éventail de langues montre, qu’en plus de l’anglais, les immigrants nigérians se sont familiarisés et même intégrés dans la ville de Ngaoundéré éminemment francophone. La troisième langue la plus présente dans leur banque linguistique est le igbo, l’une des langues nationales de leur terroir d’origine. Comparativement au igbo, le haoussa est une langue transfrontalière et on retrouve les locuteurs haoussa au Cameroun, au Nigéria ainsi qu’au Niger. Le fufuldé l’est aussi et a un statut véhiculaire dans cette partie du pays ; d’où sa présence dans le répertoire des immigrants nigérians. Cette organisation des langues n’est pas différente chez les immigrantes, pour la plupart trilingues et quadrilingues. L’échantillon ne fait cas d’aucune unilingue, ni de bilingue, encore moins de quintilingue. Dans l’un comme dans l’autre cas, Il ressort que anglais, français et igbo occupent des places de choix dans leur répertoire linguistique, le fufuldé un peu moins. 

 

  • Langues parlées au quotidien

Ce paragraphe présente les langues que les étrangers originaires du Nigéria utilisent au quotidien dans l’exercice de leurs activités professionnelles.

 

Nombre de langues parlées

Aucune 

01 langue

02 langues

03 langues

Langues parlées au quotidien

Angl/

Igbo

Angl./

franç.

Franç.

Fufuldé

Franç./fufuldé

Franç./

angl.

Angl/

franç/

Igbo

Angl/

franç/

fufuldé

Franç/

fufuldé/

haoussa

Nombre de locuteurs

/

/

19

02

12

01

01

01

02

Total

00

21

13

04

Tableau représentant les langues parlées par les immigrants nigérians au quotidien

 

Nombre de langues parlées

Aucune 

01 langue

02 langues

03 langues

Langues parlées au quotidien

Angl/

Igbo

Angl./

franç.

Français

Fufuldé

Franç. /fufuldé

Franç./angl.

Angl/

françfufuldé

Franç./

fufuldé/

haoussa

Nombre de locuteurs

/

/

02

/

03

03

/

/

Total

00

02

06

0

Tableau représentant les langues parlées par les immigrantes nigérianes au quotidien

 

Au courant de la journée, les immigrants nigérians utilisent différentes langues. Ces usages, devrait-on le souligner, sont imposés par les clients, dans la mesure où les échanges concluants dépendent de l’intercompréhension. D’après les tableaux, la majorité (19/38 chez les hommes et 02/8 chez les femmes) utilise le français, ou utilise le français et le fufuldé, ou encore l’alterne (franfufuldé) ; l’anglais, un peu moins. Ce qui démontre que le temps passé sur le territoire a permis aux immigrants nigérians de se soumettre à un apprentissage par immersion de deux langues : d’abord le français et ensuite le fufuldé. Le milieu se présente ainsi comme une condition et la profession une contrainte qui détermine la langue à apprendre en priorité dans un contexte plurilingue. Leur statut plurilingue de base paraît un atout favorable à l’ouverture et l’apprentissage d’autres langues. 

2-2 Langues écrites

Cette partie réservée à la présentation des langues écrites permet de découvrir une autre sous-compétence spécifique différemment vécue et occasionnée par le plurilinguisme.

Nombre de langues

écrites

01 langue

02 langues

03 langues

Langues 

Anglais

Igbo

Anglais et igbo

Anglais/

Français

Français

/anglais

/igbo

Angl/igbo et haoussa

Nombre de locuteurs

14

01

15

02

05

01

 

15

17

06

Langues écrites par les hommes

 

Nombre de langues écrites

01 langue

02 langues

03 langues

Langues 

Angl.

Igbo

Angl. et igbo

Franç/fufuldé

Franç./angl./igbo

Angl/franç/oroko

Nombre de locuteurs

03

/

03

01

/

01

Total

03

04

01

Langues écrites par les femmes

Contrairement à l’expression orale qui fait prioritairement appel à l’ouïe dans l’apprentissage d’une langue, l’expression écrite fait intervenir la vue et nécessite généralement un cadre formel d’apprentissage (école, centre, etc..). À la lecture des tableaux, les langues ayant fait l’objet d’un apprentissage, aussi minime soit-il, sont les langues dominantes de leur pays d’origine. Il s’agit de l’anglais premièrement et de la langue igbo deuxièmement. La compétence à l’écrit en français est faible (2 pour les hommes et 01 femme) et rare en fufuldé (01). Une fois de plus, l’activité vient prouver qu’elle conditionne et influence le choix de la compétence à privilégier dans l’apprentissage.

 

  • Langues oubliées à Ngaoundéré

 

Cette section voudrait montrer que la durée des immigrants nigérians sur le territoire camerounais, notamment à Ngaoundéré, est certes un atout favorable à l’apprentissage des langues qui y dominent, mais qu’elle peut malheureusement aussi contribuer à l’amenuisement/ la dilution des langues déjà acquises. 

Soit les tableaux ci-dessous : 

Statut fonctionnel des langues

Hommes

Femmes

langues oubliées

00

02 (Anglais et igbo (01), iffic (01)

Aucune langue oubliée

37

06

Langue peu utilisée

01

00

 

De manière générale, les chiffres présents dans les tableaux indiquent que la langue fait partie d’un savoir conservé, peu importe la pression du milieu et des activités qui y sont exercées.  Sur 38 hommes, 37 reconnaissent conserver leur bagage linguistique d’antan même si un seul estime utiliser de moins en moins sa langue. Par contre, sur 8 femmes, en dehors des 6 qui n’ont rien oublié, 2 regrettent avoir oublié ; l’une (l’anglais et le igbo) et l’autre (le iffic). C’est un constat qui autorise à faire le commentaire selon lequel lorsque les locuteurs plurilingues évoluent dans un contexte multilingue, même si les langues acquises sont enfouies dans leur mémoire inactive, elles ne meurent pas pour autant. Et leur existence immatérielle crée un vide, cédant alors de l’espace à une autre langue. Cela justifie non seulement l’apprentissage de langues étrangères, mais davantage encore la fluctuation des compétences d’une langue à une autre. Ainsi, en milieu urbain plurilingue, les compétences plurilingues s’adaptent et se reconstruisent en permanence. Elles sont particulières d’un immigrant à un autre et s’organisent au gré des langues dominantes du milieu, de leur mode et de leur fréquence d’usage dans le quotidien.

 

2-4- Modes d’expression supplémentaires

 

En contexte plurilingue étranger, utiliser les langues véhiculaires de la localité d’accueil est un défi pour les étrangers. Étant donné qu’il s’agit d’un apprentissage par immersion, la durée de l’acquisition reste indéterminée. Pour faciliter l’activité commerciale qu’on pourrait considérer comme première source de motivation de l’apprentissage, les immigrants font recours à d’autres mode et technique d’expression, notamment le non verbal et la traduction.

 

Modes de communication connexes

Nombre d’immigrants utilisateurs

Hommes

Femmes

Gestes

26

06

Interprète

07

01

Autre

01

00

Rien

03

01

 

Globalement, les gestes jouent un rôle très important chez les locuteurs plurilingues. La compétence plurilingue et pluriculturelle est renforcée par la gestuelle qui se présente comme un adjuvant ou palliatif communicationnel en situation de déficit linguistique. Les immigrants plurilingues font aussi appel à des traducteurs qui se présentent comme des facilitateurs dans le processus communicationnel en contexte multilingue. Que cette dernière serve le maître ou le demandeur, elle constitue un autre moyen d’apprentissage pour l’immigrant, qui se familiarise progressivement avec les langues véhiculaires de la zone.

 

2-5 De l’élaboration du profil sociolinguistique des immigrants nigérians à la reconfiguration identitaire

 

La description de la cible et du milieu où ils résident conduit à voir la reconfiguration identitaire comme un phénomène incontournable. Il s’agira de dégager le profil sociolinguistique qui revient à « examiner l’ensemble des moyens [linguistiques ou non] produit par des circonstances variées, les raisons pour lesquelles les participants mettent en œuvre, dans leurs parcours, des pratiques et des attitudes linguistiques propres à chacun d’eux » (Shahzaman Haque, 2012 : 56).  Les analyses ci-dessus nous permettent de ressortir le profil suivant :

 

Statut des locuteurs

Mise en place de la compétence plurilingue courante

Autres modes ou moyens  d’expression complémentaires 

Bilingues, trilingues, quadrilingues

Expression écrite et parlée (langues parlées au Nigéria (anglais, igbo,…)

Gestuelle à valeur emphatique

Expression orale (langues apprises par immersion au Cameroun

Gestuelle à valeur linguistique et démonstrative + traduction

A titre exceptionnel, il y’a les mots oubliés dans quelques langues nigérianes 

Emprunts de leurs équivalents dans les langues  les plus vivantes de la mémoire des locuteurs

Profil sociolinguistique des immigrants nigériansLe tableau ci-dessus est représentatif du profil sociolinguistique des Nigérians résidant à Ngaoundéré. Comme leur degré de plurilinguisme varie d’un locuteur à un autre (bilingue, trilingue, quadrilingue), la compétence des locuteurs dans chaque langue est généralement fonction de leur ordre d’acquisition. Les langues où l’expression écrite et orale est acquise sont celles acquises dans leur pays d’origine ; et l’expression orale est l’expérience vécue avec les langues majeures de la localité qui les accueille. C’est pourquoi cette compétence est renforcée par la gestuelle qui a une valeur non plus seulement emphatique comme à l’ordinaire, mais davantage linguistique.

Par ailleurs, en questionnant les nigérians sur leur identité, quatre propositions leur ont été faites et le rapport de leurs réponses est restitué dans le tableau qui suit :

Informateurs

Identité

Immigrants

Immigrantes

Nigériane

34

5

Camerounaise

00

1

Nigériane et Camerounais

3

2

Africain

1

00

Tableau récapitulatif du choix de l’identité des immigrants nigérians

 

Paradoxalement, le choix de l’identité nigériane par la majorité semble ne pas être en accord avec l’ouverture d’esprit et le caractère réceptif que le statut de plurilingue a tendance à susciter auprès des locuteurs reconnus comme tel. L’argument énoncé par les immigrants réitérant leur identité nigériane (39/46) est le sentiment de fierté d’appartenir à cette grande nation et surtout le fait de détenir une carte de séjour leur permettant de s’y rendre autant que voulu. Ce choix dominant peut aussi, dans une certaine mesure, dissimuler le caractère réfractaire à l’endroit des étrangers, que nous avons observé pendant la collecte des données. Sur les 7/46 restant que nous estimons avoir véritablement exprimé leur capacité et leur degré d’intégration, 5 parlent de double nationalité et l’un se reconnait particulièrement camerounais tandis que l’autre, africain. À partir des 7, l’on peut déduire que la compétence plurilingue nouvellement acquise par les immigrants nigérians réaménage et reconfigure leur identité. 

 

Conclusion 

L’étude qui s’achève avait pour objectif de comprendre comment les immigrants nigérians, plurilingues de par la configuration linguistique de leur pays d’origine, arrivent à s’intégrer sociolinguistiquement et même socioculturellement dans la ville de Ngaoundéré au Cameroun, où ils résident actuellement. L’approche qualitative, adoptée en raison des difficultés rencontrées sur le terrain, a permis de découvrir le statut des répondants qui sont pour la plupart trilingues, voire quadrilingues et ont séjournée pendant longtemps sur le territoire camerounais. En nous intéressant au mode de gestion de ces différentes langues dans un nouvel environnement multilingue urbain, nous avons constaté que la compétence plurilingue et pluriculturelle se décomposait en sous-compétences (expression écrite, expression orale), chacune étant adaptée et privilégiée en fonction du contexte d’usage d’une langue et surtout dépendante de la profession exercée. La gestuelle vient en renfort dans les échanges des immigrants combler le mot manquant ou inconnu dans la langue en apprentissage, ou en apprendre par le biais du traducteur. En établissant le profil psycho-socio/linguistique des immigrants, l’on s’est aperçu que le répertoire linguistique s’établit en un capital linguistique où la fonctionnalité de chaque langue est clairement définie. Il se créé une sorte de tour de Babel mémoriel au sein de laquelle les cultures communiquent et, par conséquent les identités s’enchâssent et se reconstruisent.

 

 

 

Bibliographie : 

Adaobi Tricia Nwaubani (2020). « Biafra : souvenirs d’un conflit que beaucoup préfèrent oublier au Nigeria ». Abuja, 15 janvier 2020, https://www.bbc.com/afrique/region-51120852

Bernard Caron (2000). « Les langues au Nigéria ». Notre Librairie. Revue des littératures du Sud, Littératures du Nigéria et du Ghana, 2 (141), pp.8-15. halshs-00644652

Conseil de l’Europe (2001). Un Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris, Didier.

Coste, Daniel, Moore, Danièle & Zarate, Geneviève ( 2009). Compétence plurilingue et pluriculturelle. Vers un Cadre européen commun de référence pour l’enseignement et l’apprentissage des langues vivantes. Études préparatoires (éd. 1997). Strasbourg : Conseil de l’Europe.

FSI, (Institut du service extérieur américain)(2017). « Combien de temps faut-il pour apprendre une langue ? Blog.thelinguist.com. 

Guemdjom Kengne, Candice (2017). « L’impact de l’enseignement des langues nationales dans le système éducatif camerounais : le cas du mboum, dii, haoussa et fufludé au Lycée classique et moderne de Ngaoundéré ». Lozzi Martial Meutem K. et Pauline Lydienne King E. (Eds.), Modèle de multilinguisme : cinquante -quatre années de coexistence de l’anglais et du français avec les langues maternelles au Cameroun. Frankfurt am Main, Peter LangJuillard, Caroline (2010). « Analyse sociolinguistique du contact entre langues et groupes joola et mandinka, à ziguinchor ».  Journal of language contact, Thema 3, 2010. www. Jlc-journal.org   

Juillard, Caroline (2007). « Le plurilinguisme, objet de la sociolinguistique descriptive ». Langage et sociétés 2007/3-4 (n° 121-122), pp. 235-245, mis en ligne sur Cairn.info le 01/02/2008.https://doi.org/10.3917/ls.121.0235.

Shahzaman, Haque  (2012). «Étude de cas sociolinguistique et ethnographique de quatre familles indiennes immigrantes en Europe : pratiques langagières et politiques linguistiques nationales & familiales. Linguistique ». Université de Grenoble, 2012. 

Tremblay, Christain, 2019, « Qu’est-ce que le plurilinguisme? www.researchgate.net.

Weiss, Thomas, Lothar (1996). « Migrations nigérianes vers le sud-ouest du Cameroun : La vérité du terrain » Géographe, ex-allocataire de l’UR 52 : ”Modèles et réalités du développement». https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_7/b_fdi_03_03/010009889.pdf

 


Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.