Catégories
Thème 6 : Migration / circulation

« Repats » au Sénégal, retours vers le futur

Par Gilles Balizet

Gilles Balizet est doctorant rattaché au LPED-AMU-IRD, membre du LMI Movida. Ses mémoires de master ont porté sur la participation de jeunes rapatriés au Forum Social Mondial de Dakar (2011) et sur les participations à distance des émigrés sénégalais de Marseille aux élections de leur pays d’origine (2012). Le travail présenté sur ce blog a bénéficié du soutien financier de l’Institut Convergences MIGRATIONS porté par le CNRS, portant la référence ANR-17-CONV-0001 ainsi que du LAM – Chaire Diasporas Africaines.

Les recherches sur les migrations de retour en Afrique se sont développées ces quinze dernières années (Flahaux et al., 2017), mais elles ont rarement pris en compte la catégorie des élites (Lesourd, 2012). Au-delà du champ académique, elles ont été impulsées par des organisations internationales (Ammassari S., R. Black, 2001), dans des objectifs développementalistes (Cassarino, 2004), afin de mieux comprendre les dispositifs à mettre en place pour inciter les « cerveaux qui avaient fui » à revenir (Levatino & Pécoud, 2014).

 

Dans cet article, je souhaite renseigner la figure des « repats », c’est-à-dire les individus moyennement ou hautement qualifiés qui rentrent par leurs propres moyens dans leur pays d’origine. Suivre les trajectoires de celles et ceux qui ont des facilités de mobilité permettra de voir comment « le retour peut non seulement être choisi, mais également préparé » (Dia, 2015 : 118). Les raisons évoquées, a posteriori, pour justifier ces réinstallations renseignent alors sur les aspirations individuelles et les représentations des temporalités et des territoires.

 

Dans un premier temps, je préciserai comment émergent la figure et le terme de « repat ». Dans un second temps, j’expliciterai comment les parcours migratoires et scolaires de ces jeunes femmes et hommes s’inscrivent dans des trajectoires familiales. Dans un troisième temps, je décrirai les temporalités de ces mouvements de retour. Dans un quatrième temps, les allusions faites au passé et au futur permettront de comprendre comment ce désir de rentrer est légitimé. Enfin, nous verrons comment les circulations et réseaux transnationaux sont entretenus et semblent participer des processus de réinstallation.

 

Ce travail s’appuie sur des observations participantes et discussions informelles auprès d’individus de retour, à différents moments de leurs processus de réinstallation, sur leurs lieux de travail, de vie et de loisirs. Une dizaine d’entretiens biographiques dans une perspective longitudinale et des analyses de discours sur les réseaux sociaux viennent compléter le dispositif méthodologique, mené principalement à Dakar, au Sénégal et sur une note mineure à Abidjan, en Côte d’Ivoire. 

 

« Repats » et distinctions avec d’autres figures d’émigrés

 

Le terme de « repat » est une construction à partir du mot « repatriation », une catégorie elle-même ambiguë et à la croisée de plusieurs phénomènes. Ce terme désigne des nationaux qui reviennent au pays pour y exercer une activité et se distingue ainsi des expatriés étrangers, travaillant loin de chez eux. Cette notion diffère également de celle de rapatriés dont le retour contraint a été organisé par des États. Si ce terme est initialement utilisé dans la presse, il est repris par certains individus de retour, notamment dans des moments de communication publique, souvent pour incarner une « nouvelle génération des enfants du continent », de l’« Afrique qui gagne ». Ainsi, il ne suffit pas de rentrer au pays pour être considéré comme « repat ». L’usage de cette expression exprime des dynamiques de distinctions sociales (Bourdieu, 1979) et de classe vis-à-vis d’images de migrants plus précaires. Avec la fermeture des frontières et des politiques « d’immigration choisie » en Europe, les profils de migrants qualifiés se distinguent de migrants pour qui le transnationalisme serait synonyme de désintégration (Faist, 2013 : 1642), mais aussi à l’échelle des États africains, des « immobiles involontaires » (Carling, 2002).

 

Par ailleurs, la plupart des « repats » rencontrés évoquent dans leurs récits des sentiments d’étrangeté et de familiarité (Agier, 2013 : 92), notamment lorsque leur africanité (Quashie, 2015) est interrogée, à différents moments de leur réinstallation au pays. Différents termes sont utilisés pour se désigner au sein de ces processus de retour en Afrique : « returnees » (en anglais), « diaspos », « afropéens » ou « afropolitains » afin d’affirmer leurs expériences européennes, cosmopolites d’un point de vue africain et à partir du continent (Awondo, 2014). L’expression « fuyards » a été reprise quelques fois, en référence à la volonté de quitter le pays de départ, en l’occurrence la France, la lassitude vis-à-vis du racisme, du style de vie et des normes administratives étant alors les raisons invoquées. L’expression prenant alors le sens inverse de celle qui a pu désigner des émigrés sénégalais (Timera, 2014 : 34). Dans un ouvrage biographique retraçant son parcours de retour et circulations en Afrique, Yann Gwet se désigne comme un « immigré idéologique » (Gwet, 2019 : 158). Une certaine conscience des privilèges, « diasporiques » particulièrement (Kisukidi, 2019 : 152), est exprimée par des « repats », en référence à l’opportunité d’avoir pu réaliser des études, à l’étranger, et continuer à construire un « habitus cosmopolite » (Wagner, 2010 : 5) inscrit souvent dans des histoires familiales.

 

Parcours migratoires et trajectoires familiales : construction d’un habitus cosmopolite

 

Les femmes et hommes rencontrés ont entre 25 ans et 40 ans pour la plupart, souvent mariés ou simplement en couple, avec un ou plusieurs enfants en bas âge. La plupart des personnes comprises dans cette figure de « repat » sont issues des classes plutôt aisées, ayant permis la réalisation de leurs études secondaires dans des lycées privés, bien réputés de la capitale sénégalaise, et souvent avec le programme français. Leurs parents ont souvent eu des expériences professionnelles à l’étranger, et ont pu être notamment des entrepreneurs, politiciens, cadres. Certains ayant été expatriés avec des contrats salariés d’entreprises ou institutions internationales, d’autres étant partis comme étudiants et étant restés quelques années pour y travailler, en France particulièrement. Beaucoup sont issus de familles bi ou pluri-nationales (Timera, 2007), avec la France, le Canada et les États-Unis comme pays les plus représentés. Ces nationalités et passeports qui vont avec représentent alors des facilités dans les processus de circulations transnationales. Si certains « repats » sont originaires d’autres pays d’Afrique et dont certains ont grandi ailleurs que sur le continent, les individus évoqués dans cette communication sont essentiellement des gens qui ont vécu au Sénégal la plus grande partie de leur vie. 

 

Pour la plupart des « repats » rencontrés, les projets migratoires étaient inscrits dans leurs projets éducatifs. Dès leur plus jeune âge, leurs parents ont investi financièrement pour leur éducation, et le départ après le baccalauréat obtenu au Sénégal, s’est souvent réalisé dans la même dynamique. La migration est alors décrite comme faisant partie intégrante du parcours scolaire, notamment pour continuer le processus d’ascension sociale des familles et lignées (Grysole, 2018). Les parcours de ces jeunes s’inscrivent dans les processus de « fabrique de l’excellence » (Mazzela, 2009) et de sélection sociale (Jamid et al., 2020) induite notamment par la mondialisation étudiante. La valeur des savoirs acquis à l’étranger repose alors sur la légitimité accordée localement et les possibilités sociales de les valoriser (Gérard, Wagner 2015 : 15). Aussi, les demandes sociales d’enseignement privé et à l’étranger sont à contextualiser dans l’histoire du système éducatif sénégalais, construit sur la base de dynamiques exogènes (Dia, 2015b : 203; Mbengue, 2016) et où le « transnational comme signe d’excellence » (Niane, 1992) semble toujours d’actualité. 

 

La majorité de ces étudiants a fréquenté des universités et/ou écoles privées réputées au Canada, aux États-Unis, en Angleterre, France et Chine. Lors de ces périodes d’études, nombre de « repats » ont circulé et connu plusieurs pays, voire continents. Certains ayant notamment commencé une licence en France pour aller ensuite réaliser un master au Canada, plus particulièrement au Québec. La plupart essayant d’obtenir au moins un niveau master même si certains s’arrêtent à la licence. Les orientations de ces études ont été essentiellement dans la communication, le management, le marketing, le numérique et la finance.

 

Pendant leurs études à l’étranger, des liens ont pu être entretenus avec d’anciens camarades du lycée et d’autres avec la famille en dispersion (Mary, 2017). Souvent, de nouvelles relations ont aussi été tissées avec des étudiants sénégalais et originaires d’autres pays africains. Ces différents liens, entretenus à distance, ont souvent été mobilisés lors des allers-retours au pays, des circulations transnationales et aussi lors de ces processus de réinstallations au pays.

 

Temporalités de ces processus de ces réinstallations

 

Ces mouvements de retour semblent inscrits dans des trajectoires familiales de circulations. La plupart des « repats » rencontrés évoquent des habitudes de mobilités saisonnières notamment depuis leurs périodes estudiantines. Pendant, leurs séjours à l’étranger, des vacances au Sénégal ont souvent pu être financées par leur famille. Beaucoup ont alors mentionné que l’image qu’ils avaient du pays avant le retour était conditionnée par ces allers-retours qui contribuaient à maintenir les sensations euphorisantes de l’adolescence. En effet, ces séjours étant ponctués par des moments de fête de ces « jeunesses dorées », qui se racontaient alors leurs expériences d’études à l’international et leurs désirs de revenir un jour au Sénégal. Ces circulations leur ont permis d’entretenir des liens avec leurs proches et le pays, d’organiser des mariages, de repérer et imaginer des business

 

Les temporalités des mouvements de retour et réinstallation sont variables, souvent avec des durées de séjour à l’étranger ayant été de cinq à dix ans. Pour la plupart de ces jeunes, ils ne sont pas rentrés au pays directement après l’obtention de leurs diplômes et ont cherché un emploi dans leur pays de résidence. Ils ont souvent eu leurs premières expériences professionnelles à l’étranger. De ce fait, les temps de séjour hors du Sénégal ont varié en fonction de la durée de leurs études, de leurs expériences sur place et des processus de décisions, préparations et concrétisations du retour. 

 

Des ressources économiques et sociales sont nécessaires pour concrètement se réinstaller (Bréant, 2020). De plus, décrire les intentions de retours et leurs réalisations permet de mieux comprendre ces processus de réintégration (Flahaux, 2020). L’articulation entre la situation familiale et les inspirations individuelles étant aussi à prendre en considération (Mondain, 2017). Ainsi, si les souvenirs, l’attachement à l’Afrique et à l’histoire familiale sont mobilisés pour légitimer le retour au pays, le futur et ses opportunités paraissent déterminants dans ces processus.

 

Le retour vers le futur c’est maintenant. Intentions et justifications de ces désirs de retour

 

En effet, à la différence des « individualistes globaux » (Bourgouin, 2011), pour les « repats », revenir au pays ne signifie pas rompre avec leur passé et famille ni leurs ambitions. Le processus de retour semble être un moment d’affirmation de leurs subjectivités et individualités (Marie 2008). Souvent, c’est la première fois que ces jeunes se retrouvent « indépendants » dans leur pays d’origine sans être « sous l’aile » de leurs parents. Affirmer sa personnalité et inventer son propre chemin au retour semble déjà représenter une marque d’accomplissement. Si le niveau de salaire obtenu à l’étranger n’est plus d’actualité dans les premières années de la réinstallation, ce n’est pas vu comme un « retour en arrière » (Wagner, Réau, 2015 : 40). Cela fait partie d’un « sacrifice » du retour, aussi compensé par le soulagement de le vivre concrètement, au présent, loin des fantasmes entretenus à distance. Certains « repats » évoquent des débats, en diaspora, sur l’avenir du continent, qui ont participé à façonner leurs représentations de l’Afrique et leurs désirs de retour. S’ils disent comprendre l’importance des dimensions symboliques de ces espoirs de retour (Soumahoro, 2020 : 41), circulant dans des espaces transnationaux de l’Atlantique Noir (Gilroy, 2010), ils cherchent désormais à penser depuis l’Afrique (Fouquet, 2014). Certains « repats » avouent que c’est au retour qu’ils ont réellement pris conscience que la « mondialisation et la concurrence globalisée » étaient aussi bien présentes sur le continent et dans leur pays d’origine. Ils racontent alors qu’ils ont pu négliger ces éléments, depuis l’étranger, avec leurs souvenirs de jeunesse « privilégiée » et des mobilités saisonnières au pays.

 

Au-delà de l’image d’un retour « glorieux », « par le haut » (Bredeloup, 2014 : 132) et de la « culture matérielle du succès » (Banégas & Warnier, 2001), la plupart des « repats » mettent en avant le pragmatisme (Dimé, 2015). Ils expriment vouloir prendre leur temps au retour, faire preuve de patience et d’humilité. Les « repats » rencontrés se disent satisfaits d’avoir mis en pratique leurs désirs et d’être rentrés, le plus souvent avec l’intime conviction que « dans cette guerre économique, il vaut mieux être dans le bon train », que « nous sommes dans une période charnière » et que le « futur est en Afrique».

 

Le retour est alors présenté comme une opportunité. Tout d’abord pour augmenter sa qualité de vie, où même en cas de précarité, elle serait « plus confortable ici qu’ailleurs ». Ensuite, car le retour au pays offrirait plus de possibilités d’enrichissement et de liberté d’entreprendre un business). Le plafond de verre à l’étranger est souvent évoqué pour mettre en avant les ressources présentes sur le continent. Ainsi, entreprendre a pu représenter un des objectifs du retour de la plupart des « repats » rencontrés. La possibilité d’être d’indépendant apparaît comme une promotion sociale et pas juste un « dernier ressort » (Mezger Kveder & Flahaux, 2013 : 314) pour ces jeunes disposant de nombreux capitaux. Les ambitions professionnelles et personnelles semblent bien présentes au retour. La recherche de nouvelles opportunités justifie alors le désir de circuler en Afrique.

 

Opportunités au retour liées aux ancrages transnationaux et à la poursuite des circulations 

 

La plupart des « repats » rencontrés se présentent à travers leurs activités entrepreneuriales, souvent dans le « secteur culturel » et à la croisée de la communication et du marketing. Même salariés, ils cumulent souvent plusieurs activités. Leurs attachement et engagement pour le développement de leur pays et de l’Afrique sont alors mis en avant. Mais si le patriotisme est parfois brandi en étendard, il ne semble pas indiquer nécessairement un appel à la sédentarité. Les « repats » comme porteurs de « cultures du voyage » (Bruijn, Van Dijk et Foeken 2001) semblent continuer à se penser mobiles au-delà des frontières nationales. Les pratiques de circulation et de maintien de liens transnationaux renseignent sur les rapports aux espaces imaginés et vécus par ces jeunes. Ils échangent quotidiennement, via les nouvelles technologies de la communication, avec des proches ou partenaires de travail situés ailleurs dans le monde. Le maintien des liens transnationaux fait souvent partie des stratégies de réinsertion (Sinatti, 2019 : 13). Ils ont aussi l’habitude de se déplacer entre plusieurs continents. La poursuite des mobilités spatiales semble même représenter un atout dans les processus de réinstallation. Dans certains cas, le mouvement de retour est présenté comme un « changement de place », « juste un déménagement », se penser en Afrique sur le temps long n’empêche pas pour autant les circulations. « C’est juste une histoire de géographie, je voyage plus en étant basé à Dakar que quand j’habitais à Londres ». Beaucoup de « repats » ont la nationalité sénégalaise en plus d’autres : souvent canadienne, française ou américaine, ce qui facilite leurs mobilités internationales. De plus, leur présence en Afrique et leurs nouvelles activités professionnelles semblent leur offrir des opportunités de mobilités qu’ils n’avaient pas forcément imaginées durant la période de leurs études. Des séjours de moins de quinze jours en Allemagne, au Portugal, Brésil, aux Émirats Arabes Unis ou en Côte d’Ivoire ont été racontés avec enthousiasme, permettant de « prendre un peu de recul avec la vie quotidienne au Sénégal »

 

Les pratiques de mobilités des élites africaines et les mouvements de retour semblent dépasser le nationalisme méthodologique (Wimmer & Schiller, 2003) et s’inscrire dans des circulations transnationales (Carling & Pettersen, 2014) et des « territoires circulatoires » (Hily, 2006; Tarrius, 1993). Dakar et Abidjan sont présentés comme des hubs ouest-africains, des « noeuds », des lieux de croisements, des tremplins pour repartir ailleurs, en Afrique notamment. La plupart des « repats » rencontrés ont évoqué la difficulté de s’imaginer revivre durablement en Europe ou Amérique du Nord après ces expériences de réinstallation en Afrique. De plus, les circulations intra-africaines semblent valorisées entre « repats ». « Générer de la valeur » depuis le continent, consommer et promouvoir des productions locales et « panafricaines » sont des actes mis en avant par ces jeunes, disposant de différentes ressources. Souvent, le phénomène des « repats » est annoncé comme juste à son début, les individus de retour se définissent alors comme des pionniers qui ont confiance aux opportunités présentes sur le continent. Souvent racontés sur un ton de success-story, ces voyages en Afrique sont présentés comme riches d’enseignements, notamment sur « la vitalité et les richesses du continent ». Circuler en Afrique et faire partie de son dynamisme sont alors des images valorisées socialement et des motifs de satisfaction personnelle.

 

Le retour est à penser comme une étape dans un parcours, un temps dans un itinéraire et non comme une fin en soi (Beauchemin et al., 2013). Le « voyageur potentiel » (Simmel, 1979 : 53) peut revenir en arrière, effectuer des « détours » (Perroud, 2007), repartir ailleurs. Ces processus de réinstallation nécessitent d’être pensés comme non-linéaires. Le « caractère définitif » induit par la notion de retour, qui sonnerait comme la « retraite du migrant » (Bredeloup, 2015 : 8) est à mettre en perspective avec les autres événements qui structurent la vie des individus (Beauchemin, 2015 : 10). Le terme de « repat », plutôt qu’une catégorie figée, représente des individus aux profils hétérogènes, qui vivent une condition liminaire, un temps intervalle (Agier, 2013 : 42 et 50). Bredeloup, rappelle qu’au-delà du temps objectif, le sentiment de la durée peut varier d’un individu à l’autre et que la mesure du temps de transit paraît être une opération illusoire (Bredeloup, 2013 : 73). Sayad précise que s’il est possible de revenir au lieu de départ, il est impossible de retourner vers le passé, au temps du départ (Sayad, 2006 : 142 et 149). 

 

Enfin, cette figure de « repats » décrite à partir de parcours individuels et de trajectoires familiales reconstituées a posteriori, semblent révéler comment les retours en Afrique ne signifient pas la fin des circulations transnationales. Ces trajectoires sont à penser dans un espace social plus large que les pays d’émigration et d’immigration (Bidet, 2018 : 82) et à mettre en perspective avec les capacités de mobilités des individus. Ces processus de réinstallation sont à penser dans des histoires familiales, sur la durée, au-delà du provisoire, du « définitif ». Les dimensions symboliques des retours, dans l’hétérogénéité des subjectivités, sont aussi à prendre en compte pour saisir comment les imaginaires migratoires et les représentations des territoires se construisent à distance et sur place, participant à faire émerger de nouvelles centralités (Boyer & Néya, 2015), transformer « l’ordre local sédentaire » (Bredeloup, 2019), au présent et dans un futur plus ou moins lointain.




Bibliographie : 





Agier, M. (2013). La condition cosmopolite , Paris, la Découverte.

Ammassari S., R. Black. (2001). Harnessing the Potential of Migration and Return to Promote Development : Applying Concepts to West Africa (IOM Migration Research Series 5) 

Awondo, P. (2014). L’afropolitanisme en débat. Politique africaine, N° 136(4), 105119.

Banégas, R., & Warnier, J.-P. (2001). Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir. Politique africaine, N° 82(2), 523.

Beauchemin, C. (2015). Migrations entre l’Afrique et l’Europe (MAFE) : Comprendre les migrations au-delà de l’immigration. Population, Vol. 70(1), 712.

Beauchemin, C., Kabbanji, L., Sakho, P., & Schoumaker, B. (2013). Migrations africaines : Le codéveloppement en questions : Essai de démographie politique, Paris, Armand Colin.

Bidet, J. (2018). Déplacements. Actes de la recherche en sciences sociales, N° 225(5), 6782.

Bourdieu, P. (1979). La Distinction : Critique sociale du jugement. Paris, les Éditions de Minuit.

Bourgouin, F. (2011). Des individualistes globaux : Ruptures et discontinuités dans les familles d’élites africaines transnationales. Autrepart, n°57-58(1), 299314.

Boyer, F., & Néya, S. (2015). Retours, circulations, installations ? Les reconfigurations du système migratoire ivoiro-burkinabè. Africa development.Afrique et développement, 40(1), 6379.

Bréant, H. (2020). Réinstallations d’émigrés africains : Les usages sociaux des diplômes étrangers. Migrations Societe, N° 180(2), 8396.

Bredeloup, S. (2013). Les temps du transit dans la migration africaine. Journal des africanistes, 832, 5890.

Bredeloup, S. (2014). Migrations d’aventures : Terrains africains. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS.

Bredeloup, S. (2015). Introduction : Terrains revisités en migrations africaines. Africa development. Afrique et développement, 40(1), 117.

Bredeloup, S. (2019). L’accompagnement des migrants de retour au pays : Un nouveau créneau pour les consultants sénégalais ?, in Mazzela S., Perrin D., Frontières, sociétés et droits en mouvement : Dynamiques et politiques migratoires  de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant, 83-108.

Bruijn, de M.E., Dijk, van R.A., & Foeken, D.W.J. (2001). Mobile Africa. Brill. 

Carling, J. (2002). Migration in the age of involuntary immobility : Theoretical reflections and Cape Verdean experiences. Journal of Ethnic & Migration Studies, 28(1), 542.

Carling, J., & Pettersen, S. V. (2014). Return Migration Intentions in the Integration–Transnationalism Matrix. International Migration, 52(6), 1330. 

Cassarino, J.-P. (2004). Theorising Return Migration : The Conceptual Approach to Return Migrants Revisited (SSRN Scholarly Paper ID 1730637). Social Science Research Network.

Dia, H. (2015). Le retour au pays des diplômés sénégalais : entre « développement » et entreprenariat privé. Journal of international Mobility, N° 3(1), 115128.

Dia H., (2015b), Les diplômés en langue arabe au sein de l’élite sénégalaise : du symbolique à l’académique, Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 14, 187206.

Dimé M., (2020). Entre retour « subi » et retour « choisi » : enjeux des migrations de retour au Sénégal et rôles des dispositifs d’appui. In Gazibo M. et Sadouni S., Migrations et gouvernance en Afrique et ailleurs (p. 61-79). Québec, Presses de l’Université du Québec, Collection Sociétés africaines en mutations.

Dimé, M. (2015). « Flamber moins et investir utile » : La promotion de l’entrepreneuriat chez des migrants de retour au Sénégal. Africa development. Afrique et développement, 40(1), 8197.

 

Faist, T. (2013). The mobility turn : A new paradigm for the social sciences ? Ethnic & Racial Studies, 36(11), 16371646. 

Flahaux, M.-L. (2020). Reintegrating After Return : Conceptualisation and Empirical Evidence from the Life Course of Senegalese and Congolese Migrants. International Migration.

Flahaux, M.-L., Eggerickx, T., & Schoumaker, B. (2017). Les migrations de retour en Afrique. Espace populations sociétés. Space populations societies, 2017/1.

Fouquet, T. (2014). Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique. Politique africaine, N° 136(4), 519.

Gérard E., Wagner A.-C., (2015), Introduction : Élites au Nord, élites au Sud : des savoirs en concurrence ? , Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 14, p. 724.

Gilroy, P. (2010). L’Atlantique noir : Modernité et double conscience. Paris, Amsterdam.

Grysole, A. (2018). De bonnes fréquentations. Actes de la recherche en sciences sociales, 225(5), 2841.

Gwet, Y. (2019). Vous avez dit retour ? Paris, Présence Africaine.

Hily, M.-A. (2006). Revenir, rester ou circuler ? In W. Berthomière & C. Chivallon, Les diasporas dans le monde contemporain : Un état des lieux (p. 261265). Paris, Karthala.

Jamid, H., Kabbanji, L., Levatino, A., & Mary, K. (2020). Les migrations pour études au prisme des mobilités sociales. Migrations Societe, N° 180(2), 1935.

Kisukidi, N. Y. (2019). Du retour. Pratiques politiques afro-diasporiques. In Achille Mbembe & Felwine Sarr, Politique des temps. Imaginer les devenirs africains. Dakar, Philippe Rey-Jimsaan.

Lenoël, A., David, A., & Maitilasso, A. (2020). Regards croisés sur la migration de retour. Emulations – Revue de sciences sociales, 34, 7‑23.

Lesourd, M. (2012). Mondialisation et nouvelle mobilité des élites africaines. La mobilité bourgeoise au Sud. EchoGéo, 20, Article 20.

Levatino, A., & Pécoud, A. (2014). Une analyse du discours international sur la « fuite des cerveaux ». Un consensus en trompe-l’œil. Cahiers d’études africaines, 213214, 195215. 

Marie, A. (2008). Individualisation : Entre communauté et société l’avènement du sujet. In L’Afrique des individus (p. 405436). Paris, Karthala. 

Mary, K. (2017). Les liens forts. Réseaux familiaux et migrations pour études dans les familles d’élites maliennes. Espace populations sociétés. Space populations societies, 2017/2.

Mazzela, S. (2009). La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud. Paris, Karthala.

Mbengue M. S., (2016), Retour et non-retour des étudiants Sénégalais formés en France, Riga, Ed. Universitaires Européennes, 504.

Mezger Kveder, C. L., & Flahaux, M.-L. (2013). Returning to Dakar : A Mixed Methods Analysis of the Role of Migration Experience for Occupational Status. World Development, 45, 223238. 

Mondain, N. (2017). Migration, transnationalisme et reproduction sociale. L’influence de la situation familiale sur les intentions de retour des migrantes sénégalaises. Espace populations sociétés. Space populations societies, 2017/1.

Niane, B. (1992). Le transnational, signe d’excellence. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 95(5), 1325.

Perroud, M. (2007). Migration retour ou migration détour ? Diversité des parcours migratoires des Brésiliens d’ascendance japonaise. Revue européenne des migrations internationales, vol. 23-n°1, 4970.

Quashie, H. (2015). La « blanchité » au miroir de l’africanité. Migrations et constructions sociales urbaines d’une assignation identitaire peu explorée (Dakar). Cahiers d’études africaines, 220, 761786. 

Sayad, A. (2006). L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité. L’Illusion du provisoire—Tome 1. Paris, Raisons d’agir.

Simmel, G. (1979). Disgressions sur l’étranger. In Y. Grafmeyer & I. Joseph, L’école de Chicago : Naissance de l’écologie urbaine. Paris, éditions du champ urbain, 5377.

Sinatti, G. (2019). Return migration, entrepreneurship and development : Contrasting the economic growth perspective of Senegal’s diaspora policy through a migrant-centred approach. African Studies, 78(4), 609623. 

Soumahoro, M. (2020). Le Triangle et l’Hexagone—Réflexions sur une identité noire. La Découverte.

Tarrius, A. (1993). Territoires circulatoires et espaces urbains : Différentiation des groupes migrants. Les Annales de la Recherche Urbaine, 59(1), 5160. 

Timera, M. (2007). Transnationaux et plurinationaux ? Émigration, retours et citoyenneté française au Sénégal. In V. Petit, Migrations internationales de retour et pays d’origine. Centre population et développement.

Timera, M. (2014). Mots et maux de la migration. De l’anathème aux éloges. Cahiers d’études africaines, 213214, 2747. 

Wagner, A. C. (2010). Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures. Regards sociologiques, 40, 8998.

Wagner, A. C., & Réau, B. (2015). Le capital international : Un outil d’analyse de la reconfiguration des rapports de domination. In J. Siméant, Guide de l’enquête globale en sciences sociales (p. 3346). Paris, Cnrs.

Wimmer, A., & Schiller, N. G. (2003). Methodological Nationalism, the Social Sciences, and the Study of Migration : An Essay in Historical Epistemology1. International Migration Review, 37(3), 576610. 




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.