Catégories
Billets Thème 5 : Expressions en (re)création

Langues hybrides camerounaises et expression identitaire : Cas des métaphores dans le langage de l’amour et de la sexualité en camfranglais.

Par Brice Joël Foualeng Die

Brice Joël Foualeng Di est enseignant d’anglais L2 et de FLE . Il est titulaire d’une licence et d’un master en études bilingues obtenus à l’université de Yaoundé I où il prépare actuellement un doctorat PHD en études contrastives.

Introduction

Les langues dites hybrides ou composites naissent généralement du contact de multiples langues présentes en contextes dits « multilingues ». Ainsi, atypiques sur la forme et même sur le fond, de telles langues sont de véritables vecteurs des cultures locales. Le camfranglais, langue hybride camerounaise émanant du contact du français, de l’anglais, du pidgin English et d’à peu près 300 langues locales, ne se départit point de cette tendance. C’est ce que reconnaissent Meli Meli et al. (2017 : 8) qui affirment que « le camfranglais est en effet plus qu’une simple langue. Il s’agit à proprement parler d’une expression culturelle, en l’occurrence, une construction identitaire, voire la revendication et la reconnaissance d’une existence caractérisée par une façon de penser et d’être». C’est dans cet ordre d’idées que le présent travail de recherche s’intéresse au langage de l’amour et de la sexualité en camfranglais, ceci dans l’optique de déterminer dans quelle mesure les métaphores employées par les locuteurs du camfranglais laissent transparaître une manière de s’exprimer propre aux camerounais. Pour ce faire, il importera de définir le terme « métaphore », de présenter brièvement la méthodologie employée dans le cadre de la collecte et de l’analyse des données et d’analyser les métaphores employées dans le langage érotique en camfranglais à proprement parler. 


  • Approche définitionnelle du terme « métaphore »

Etymologiquement, le terme « métaphore » émane du grec « metaphora » qui signifie « transport ». Il s’agit donc d’une figure de style qui consiste à se référer à une idée ou une chose en usant d’un autre mot que celui qui conviendrait. C’est ce que reconnait Suhamy (1981) lorsqu’il affirme que « la métaphore ne se contente pas de chercher la concision, elle transfigure le sens des mots, comme le précise son étymologie, qui donne l’idée d’un transport et d’une mutation ». C’est sans doute cette idée de mutation ou de transport qui est reprise par Fromilhague (2010) qui soutient que la métaphore opère une « recatégorisation », un humain pouvant être assimilé à un animal, une réalité abstraite à un objet concret, etc. Par ailleurs, selon cette dernière, il est important d’établir la différence entre deux principaux types de métaphores. D’une part, la métaphore in praesentia qui implique la présence du comparant et du comparé, généralement séparés par l’auxiliaire « être » (exemple : « L’homme est un loup pour l’homme ») ; la métaphore in absentia d’autre part, dans laquelle seul le comparant est exprimé, (exemple : « L’or du soir » pour se référer au soleil couchant). Ce sont ces deux types de métaphores qui seront pris en compte dans le cadre du présent travail.  

 

  1. Méthodologie

Le corpus constitué dans le cadre de la présente étude comprend des mots et énoncés issus des sources suivantes : le roman Les jeunes ne savent plus aimer : Incursion au cœur d’une génération « amour poulet aux arachides » de Louis Pierre Billong (2018) ; Bienvenue o kwatt!! Dictionnaire du camfranglais de Valéry Ndongo (sd); de Meutem Kamtchueng (2016) et de conversations quotidiennes d’une dizaine de jeunes camerounais locuteurs du camfranglais. Il faut noter ici que, si c’est en procédant à la lecture des trois premières sources que des données y ont été collectées, c’est via l’observation participante que l’auteur a pu rentrer en possession de celles ayant émané de conversations quotidiennes des jeunes locuteurs du camfranglais. En effet, tous les quatre samedi soirs du mois d’octobre 2019, l’auteur s’est joint à un groupe de jeunes Camerounais ayant pour habitude de jouer aux cartes chaque soir à un carrefour du quartier Superette à Yaoundé, avec l’objectif d’enregistrer discrètement leurs conversations. C’est donc des enregistrements obtenus qu’il a pu tirer des occurrences ayant servi à l’élaboration de son corpus.  

De même, il faut préciser que les données recueillies ont été analysées sur la base de la théorie du constructivisme structuraliste de Bourdieu (1982) qui établit qu’il existe une relation entre l’individu et la société. Ainsi, cherchant à concilier l’objectif (social) et le subjectif (individu), Bourdieu définit le double mouvement d’intériorisation de l’extérieur et d’extériorisation de l’intérieur afin de démontrer que la connaissance puise son origine dans le social. De ce point de vue, la présente étude vise à démontrer que le langage érotique en camfranglais est inspiré du contexte camerounais dans lequel évolue cette langue hybride. 

 

  1. Les métaphores dans le langage de l’amour et de la sexualité en camfranglais

Cette partie du présent article établie une typologie des métaphores identifiées dans le corpus avant de démontrer que lesdites métaphores portent les stigmates de la société camerounaise dans laquelle les locuteurs du camfranglais évoluent. 


  • Typologie des métaphores employées dans le langage de l’amour et de la sexualité en camfranglais   

L’analyse des données collectées a révélé qu’en camfranglais, les métaphores utilisées dans le langage érotique sont de deux types : les métaphores in praesentia et in absentia.

Les métaphores in praesentia sont celles qui, comme susmentionné, nécessitent la présence du comparé et du comparant. Dans le but de parler de l’amour et de la sexualité, les locuteurs du camfranglais ont recours à ce type de métaphore, comme l’attestent les énoncés suivants, identifiés dans notre corpus.

 

Tableau 1 : Métaphores in praesentia dans le langage érotique en camfranglais. 

 

Mots employés de façon métaphorique

Sens premier

Sens métaphorique en camfranglais

Exemples de métaphores in praesentia

  • Lent

Qui n’agit pas avec promptitude, qui tarde

Qui ne donne pas facilement de l’argent à une femme avec qui il entretient une relation amoureuse

« Les gars de Yaoundé sont très lents » (Billong, 2018 : 13)

Explication :Comparaison des gars de Yaoundé (comparé) à des êtres lents (comparant) pour signifier qu’ils donnent difficilement de l’argent aux femmes. 

  • Limeuse 

Se dit d’une personne qui lime (use, polit à l’aide d’une lime)

Se dit d’une personne de genre féminin en particulier qui aime s’adonner au sexe de façon récurrente et avec une certaine maestria. 

« Les deux ngas là sont des limeuses » (Billong, 2018 : 16)

Explication :Comparaisondes deux ngas/filles (comparé) à des limeuses (comparant) pour signifier qu’elles aiment s’adonner au sexe. 

  • Eglise 

Temple chrétien

Se dit d’une personne de genre féminin matérialiste qui aime recevoir de l’argent (offrande) de ses multiples partenaires de genre masculin.

« Gars les ngas là pensent souvent qu’elles sont des églises et que nous les gars on vient donner la dîme » (Billong, 2018 : 46)

Explication : Comparaison des ngas/filles (comparé) aux églises (comparant) dans le but de montrer qu’elles affectionnent de l’argent et aiment en recevoir de leurs partenaires amoureux.

  • Arachide du deuil 

Arachides distribuées lors d’une cérémonie funèbre à toutes les personnes qui assistent à ladite cérémonie. 

Personne de genre féminin qui offre son corps à tout le monde, sans retenue aucune.

« La nga du kwat que tu know là c’est les arachides du deuil, man » (Enoncé informel)

Explication : Comparaison de la nga du kwat/fille du quartier (comparé) aux arachides du deuil (comparant) pour signifier que la fille en question entretient des relations sexuelles avec plusieurs partenaires en même temps.

  • Matelas public

Matelas sur lequel tout le monde peut se coucher.

Se dit d’une personne de genre féminin qui entretient des relations sexuelles avec une kyrielle de partenaires en même temps. 

« Gars, la go que tu vois là est un vrai matelas public » (énoncé informel)

Explication : Comparaison de la go/fille (comparé) à un matelas public (comparant) dans le but de signifier que cette dernière entretient des relations sexuelles avec multiples partenaires en même temps.   

  • Lit de l’hôpital

Lit sur lequel les patients se couchent pour recevoir des soins dans un hôpital

Se dit d’une personne de genre féminin qui entretient des relations sexuelles avec une kyrielle de partenaires en même temps.

« Le répé-là a krich lorsqu’il a constaté que sa nga était le lit de l’hôpital ici au quartier » (énoncé informel)

Explication : Comparaison de la nga du répé/la femme du père (comparé) à un lit d’hôpital (comparant) pour montrer qu’elle a plusieurs partenaires sexuels au quartier.

  • Panthère

Animal mammifère carnassier de la famille des félidées  

Se dit d’une personne de genre féminin ayant pour habitude d’entretenir  des relations amoureuses exclusivement basées sur le matériel et qui extorquent généralement de l’argent à leurs partenaires amoureux.

« La nga que j’ai meet en BT samedi est une vraie panthère. » 

(Énoncé informel)

Explication : Comparaison de la nga/la fille (comparé) à une panthère (comparant) pour signifier que cette dernière est matérialiste.

  • Guitare 

Instrument de musique à cordes ayant une partie mince (manche) et une autre large (coffre en bois).

Désigne une personne de genre féminin dotée de formes généreuses au niveau du postérieur, ou mieux, ayant de larges fesses.

« Ma petite est une guitare. Je la ndolo grave »

(Enoncé informel)

Explication : Comparaison de ma petite amie (comparé) à une guitare (comparant), ceci pour montrer qu’elle a des formes généreuses, notamment au niveau des fesses. 

Comme l’indiquent les exemples ci-dessus, dans leur registre relatif à l’amour et à la sexualité, les locuteurs du camfranglais ont généralement recours à la métaphore in praesentia. Cette dernière, faut-il le souligner est généralement employée pour comparer les hommes (cf. exemple 1) et les femmes (cf. exemples 2, 3, 4, 5, 6, 7 & 8) aux outils agricoles (cf. limeuse), à de la nourriture consommée localement (arachides du deuil), aux institutions (églises), aux meubles (lit de l’hôpital, matelas), aux animaux (panthère) et même aux instruments de musique (guitare). Il apparaît également que la femme, ou mieux, la personne de genre féminin représente le comparé le plus utilisé dans le langage de l’amour et de la sexualité en Camfranglais. 

La métaphore in absentia est celle dans laquelle le comparé est absent. Il s’agit donc, pour un locuteur, d’attribuer à une entité donnée l’appellation d’une autre, ceci dans l’intention d’attribuer à la première les caractéristiques de la seconde. Dans le langage de l’amour et de la sexualité en camfranglais, les cas de telles métaphores sont légions, comme l’attestent les exemples contenus dans le tableau ci-dessous.

 

Tableau 2 : Métaphores in absentia dans le langage érotique en camfranglais.

 

Métaphore in absentia 

Signification & explication

Exemples

  • Le gésier

Le vagin de la femme

« Man, le gésier a un vieux goût » Gars, faire l’amour à une femme procure un tel plaisir !

(Enoncé informel)

  • Voleur de gésier 

Désigne un homme qui ne cherche pas de relation amoureuse sérieuse avec une femme et n’est intéressé que par le sexe.

« Le dehors-ci est rempli de voleurs de gésier ma copine » La société actuelle est remplie d’hommes pas sérieux qui ne recherchent que des relations fondées sur le sexe exclusivement.

(Billong, 2018 : 10)

  • Pastèques

Renvoie à la poitrine généreuse d’une femme / gros seins.

« Quand il veut voir ses pastèques je les lui montre » Quand il (mon amant) désire voir ses gros seins je les lui présente.

(Billong, 2018 : 10) 

  • Mandarines

Désigne une petite poitrine / de petits seins.

« Je ne ya pas mô les gos qui ont les mandarines, je préfère mille fois les pastèques, mon frère » Je n’aime pas les filles qui ont de petits seins, je préfère largement celles qui en ont de gros, mon frère.

(Enoncé informel)

  • Le bon réseau

Désigne un amant qui assure sur les plans sexuel et financier notamment.

« Le bon réseau c’est mon Python. » Le meilleur amant c’est mon Python.

(Billong, 2018 : 11)

  1. Dormeur

Se dit d’un amant qui ne donne pas facilement de l’argent à une femme avec qui il est en relation.

« Nos gars de Yaoundé ci sont des dormeurs » Nos gars de Yaounde-ci ne nous donnent pas facilement de l’argent.

(Billong, 2018 : 12)

  • Tête

Désigne le bout du sexe d’un homme.

« Sa tête là est costaude, mais le reste du membre est moyen » Le bout de son sexe est costaud, mais le reste du membre est moyen.

(Billong, 2018 : 13)

  • Médecin

Désigne l’amant idéal pour une femme, en particulier de par sa façon de faire l’amour à cette dernière.

« Non ma copine, c’est ton médecin, il a eu ton traitement » C’est l’amant idéal pour toi, mon amie, il a su te faire l’amour comme il se devait.

(Billong, 2018 :13)

  • Larges débats

Renvoie aux grosses fesses.

« Ce sont les larges débats qui passent le marché. » Ce sont les femmes aux grosses fesses qui sont les plus en vue.

(Enoncé informel) 

  • Plantain

Désigne le sexe masculin en érection.

« Tu me wanda hein, donc si elle ne voulait pas le plantain un genre un genre tu allais dormir l’esprit ? » Mais dis-donc, allais-tu laisser passer cette opportunité si elle ne désirait pas que tu lui fasses l’amour ?

(Billong, 2018 : 45)  

  • Full contact

Désigne un rapport sexuel non protégé.

« Je yamô le full contact, mola. Est-ce qu’on tchop le bonbon emballé ? » J’affectionne les rapports sexuels non protégés, mon frère. Suce-t-on le bonbon emballé ?

(Enoncé informel)

  • Bonbon emballé 

Désigne un rapport sexuel protégé.

« Je yamô le full contact, mola. Est-ce qu’on tchop le bonbon emballé ? » 

(Enoncé informel)

De ce qui précède, il apparaît clairement que le langage érotique en camfranglais est riche en métaphore in absentia. Cette conclusion résulte de l’existence d’une multiplicité de termes métaphoriques employés par les locuteurs de cette langue hybride pour se référer soit aux parties du corps féminin (cf. exemples 9, 11, 12 & 17), aux partenaires amoureux de genre masculin (cf. exemple 10, 13, 14 & 16), aux organes génitaux masculins (cf. exemples 15 & 18) ou à l’activité sexuelle à proprement parler (cf. exemples 19 & 20). Dans le même ordre d’idées, il apparait sur la base du corpus que, le corps féminin et la nomenclature de partenaires amoureux de genre masculin sont les thèmes les plus prolifiques en métaphores in absentia, notamment en ce qui concerne le langage érotique. Ceci dit, afin d’avoir une idée plus précise sur les métaphores employées dans le langage érotique en camfranglais, il importe que nous les analysions du point de vue de la sémantique.


  • Langage érotique en camfranglais et expression identitaire

En analysant les métaphores de l’amour et de la sexualité en camfranglais d’un point de vue sémantique, il apparaît que ces dernières sont généralement le reflet du contexte culturel dans lequel évolue la langue hybride : la culture camerounaise. Ainsi, les réalités locales auxquelles se rapportent lesdites métaphores peuvent appartenir aux thématiques suivantes : fruits et végétaux locaux, outils traditionnels, monde animal, univers technologique, football, organisation de la société traditionnelle et religion.

Pour ce qui est de la thématique fruit et végétaux locaux, on peut y retrouver des fruits et mets consommés localement auxquels les locuteurs du camfranglais attribuent de nouveaux sens, à l’instar de : mandarines (seins de petite taille), oranges (seins de taille moyenne), pamplemousses / pastèques (gros seins), haricot (clitoris), pistacher (avoir des relations sexuelles), spaghetti (pénis de très petite taille), banane épluchée (rapport sexuel non protégé), plantain (pénis en érection), vendeuse de piment (prostituée) et pain deux œufs (organe sexuel masculin). 

En ce qui concerne la thématique outils traditionnels, l’on peut y retrouver les éléments suivants : allumeuse (femme qui excelle dans l’art de la séduction), limeuse / coupeuse (femme qui affectionne le sexe et s’y adonne de façon récurrente, voire excessive), mortier (vagin) et la chicotte de papa (organe sexuel masculin).

La thématique monde animal quant à elle nous rappelle combien le monde animal est important dans la culture africaine de façon générale. En camfranglais, elle comprend les métaphores suivantes : panthère (femme matérialiste qui extorquent beaucoup d’argent à ses partenaires), gésier (vagin), homme-lion (homme virile) et gibier (proie facile, notamment une personne qui se laisse facilement séduire).

 La thématique suivante est celle relative à l’univers technologique et démontre à suffisance que les locuteurs du camfranglais ne sont pas en marge du développement technologique. Les expressions technologiques employées de façon métaphorique dans le langage érotique en camfranglais sont : VCD (Ventre et Cuisses Dehors), DVD (Dos et Ventre Dehors), NST (Notes Sexuellement Transmissibles), le bon réseau (amant idéal), accessoires (parties du corps féminin liées à l’érotisme – seins, fesses et vagin notamment), le matos (provient de matériel, désigne les formes / la silhouette d’une femme – seins et fesses en particulier), 32 giga (décrit un mauvais amant) et 500 giga (décrit un bon amant). 

Le football représente également l’une des thématiques les plus prisées en camfranglais. En effet, il faut souligner qu’au Cameroun, ce sport est considéré comme une religion, compte tenu de l’affection que les Camerounais ont pour leurs équipes nationales (les lions et les lionnes indomptables). Il est dès lors normal que les locuteurs du camfranglais fassent usage des métaphores liées à cette thématique pour parler d’amour et de sexualité, comme le démontre les exemples suivants : contre-tibias (préservatif), un but sort (pratique consistant à de débarrasser d’une partenaire après avoir fait l’amour avec elle), grand match (film pornographique), chaussette (préservatif) et ballon d’or (grossesse).

L’organisation de la société traditionnelle est une thématique également convoquée par les locuteurs du camfranglais pour parler d’amour et de sexualité. Ainsi, nous pouvons relever les termes métaphoriques suivants : la chefferie (organe sexuel) et la tchop/nourriture du chef (organe sexuel de l’épouse d’autrui).

Enfin, certaines métaphores identifiées dans le cadre de cette étude appartenaient à la thématique de la religion. Il s’agit en l’occurrence d’église (femme matérialiste qui attend de l’argent de ses partenaires amoureux) et dîme (somme d’argent remise à une femme par son partenaire amoureux).

Au vu de ce qui précède, il apparaît que le langage érotique en camfranglais est empreint d’une bonne dose de coloration culturelle. Dès lors, au travers dudit langage, les locuteurs de la langue peuvent laisser transparaitre ipso facto une expression identitaire propre à eux. Les métaphores érotiques en camfranglais peuvent donc être perçues comme un langage ésotérique qu’un non-locuteur de la langue serait incapable de décoder, s’il n’a pas un background linguistique ou un parcours expérientiel conséquent et adapté pour une interaction communicative effective.

 

Conclusion

De l’analyse effectuée supra, il ressort que, compte tenu de la forte coloration culturelle qui caractérise son langage de l’amour et de la sexualité, le camfranglais est un vecteur incontestable des cultures locales camerounaises, un véritable reflet de l’expression identitaire camerounaise francophone jeune en particulier. En d’autres termes, comme nous l’avons observé, en camfranglais, pour parler d’amour et de sexualité, les locuteurs ont recours aux métaphores in praesentia et aux métaphores in absentia. De même, une analyse sémantique desdites métaphores a permis de constater que ces tournures imagées se rapportent pour la plupart à des réalités locales. En dernière analyse, il a été observé qu’en camfranglais, les métaphores de l’amour et de la sexualité se réfèrent le plus souvent à la morphologie humaine (féminine en particulier), aux organes génitaux humains et à la dénomination de l’acte sexuel ainsi qu’aux différents maillons de la chaîne amoureuse.

 

Bibliographie

Billong, L. P. (2018). Les jeunes ne savent plus aimer : Incursion au cœur d’une génération « amour poulet aux arachides ». Yaoundé : Vence Editions.

Bourdieu, P. (1982). Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques. Paris : Fayard.

Fromilhague, C. (2010). Les figures de style (2eed.). Paris : Armand Colin.

Meli Meli V., Gnintedem Tchoubou R., et Nana K. (2017). Le « parler jeune » : une pratique culturelle contemporaine entre identité, représentations et dynamiques interculturelles. Revue Jeunes et Société, 2 (2), 6-22. http://rjs.inrs.ca/index.php/rjs/article/view/108/61

Meutem Kamtchueng, L. M. (2016). Il a coupé la petite-là − A Linguistic Study of the Language of Sexuality in French-Speaking Cameroon. In Journal of Applied Linguistics and Language Research, Vol. 3, No 7, pp. 262-285. 

Ndongo, V. (sd). Bienvenue o kwatt!! Dictionnaire du camfranglais. Téléchargé le 4 juillet 2016 sur le site http://www.valeryndongo.com/leblog/dico%20camfranglais.pdf

Suhamy, H. (1981). Les figures de style : Que sais-je ?. Paris : PUF. 







Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.