Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Inclusion économique et lien social au Cameroun : contribution à la formalisation de l’informel urbain.  Une approche par la sociologie interventionniste

Par Robert Tefe Tagne

Robert Tefe Tagne est Enseignant-chercheur  et Maître de Conférences à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Douala au Cameroun. Il s’intéresse à la sociologie économique des activités informelles et des questions d’énergie.

INTRODUCTION 

De plus en plus, dans les pays en développement, on assiste à une recrudescence des petits métiers de l’informel urbain qui fonctionnent en dehors de toute procédure régulière (Kengne Fodouop, 2003 ; Touré, 1985). Ces petits métiers sont un phénomène social. Ils sont enracinés dans la société et les principaux acteurs par leur visibilité, marquent  le paysage socioéconomique au point de constituer de véritables marchés alternatifs de travail et d’emploi en milieu urbain. Pourtant, ils semblent être pour la plupart victimes de mépris social (Roulleau berger, 2003), dévalorisés tant par les pouvoirs publics que par diverses catégories sociales. Bien qu’étant des alternatives aux marchés conventionnels, (non guère dans le sens de substitution, mais comme palliatifs pour des mondes sociaux faiblement légitimés) de par leur utilité sociale et économique,  les petits métiers urbains sont perçus et présentés par une partie de la littérature et la plupart des politiques publiques comme des milieux résiduels, désorganisés et désordonnés. Or, ces marchés informels sont pluriels, chevauchent entre les secteurs primaires, secondaires et tertiaires) et  se dotant des modes d’organisation pérennes en termes d’acteurs mobilisés, de lien social permanent, de règles de jeux stables et implicites susceptibles d’impulser le développement local s’ils sont formalisés. D’ou le questionnement suivant : quelles sont les différentes facettes de l’informel urbain camerounais ? Comment la sociologie peut-elle contribuer dans sa dimension interventionniste à la formalisation de l’informel urbain pour en faire un secteur viable pouvant participer durablement au développement inclusif de la plupart des pays africains? De la sorte, cette étude a pour principal objectif d’analyser les perspectives d’inclusion économique de l’informel en Afrique en général et au Cameroun en particulier en proposant des perspectives de formalisation de cette économie. Notre hypothèse générale formule que : les marchés informels des petits métiers se produisent par combinaisons successives des collectifs d’acteurs, des dispositifs matériels et symboliques susceptibles d’impulser le développement local par le processus de formalisation. 

Le Cameroun et la ville de Douala en particulier constitue notre terrain d’étude. La méthodologie utilisée dans cette étude, accorde une place capitale au travail de terrain et plus pratiquement à l’ethnographie de terrain dans l’optique de l’école de Chicago (Dodier et Baszanger, 1997). Le terrain porte sur l’observation, l’entretien, le recueil des données documentaires sur quatre champs : le recyclage des déchets, l’activité de moto-taxi, les bayam-sellams et les travailleurs du rotin. L’étude s’inscrit dans le cadre général de la nouvelle sociologie économique (Granovetter, 1985 ; Steiner, 1999) en privilégiant l’ethnométhodologie (Corcuff, 2008) et la sociologie interventionniste. La sociologie économique postule l’encastrement  des phénomènes économiques dans le social (Téfé, 2016, 2018). Sont valorisées les interactions ordinaires et les méthodes de raisonnements pratiques. Dans l’optique de la sociologie interventionniste, les activités liées à l’informel urbain sont repensées dans des problématiques qui mettent en exergue de nouveaux modes de solidarité articulés aux modes d’échanges marchands dans des territoires contrôlés « horizontalement » et verticalement par les différents acteurs.  Elle s’inscrit dans la sociologue opérationnelle  (Moreau, 2018) et tente de répondre à la demande sociale en analysant les organisations de l’intérieur et en aidant les acteurs à mieux comprendre leurs actions. Cet article examine d’abord la construction et l’organisation sociale de quelques filières de l’informel pertinentes pour notre étude, ensuite, la place du secteur informel dans le développement local, enfin le processus de  formalisation et de reconnaissance.

CONSTRUCTION ET ORGANISATION SOCIALE DU SECTEUR INFORMEL AU CAMEROUN

Les marchés informels au Cameroun ne constituent pas des entités homogènes. Ils sont pluriels et s’étendent sur tous les pans de l’économie avec des caractéristiques similaires. Observons le tableau suivant qui rend compte de son ampleur selon les différents secteurs de l’économie. Ces données bien que général dans l’ensemble du territoire camerounais concernent davantage les villes de Douala et de Yaoundé, car la collecte des données dans les études sources évoquées privilégient ces deux métropoles.

Tableau 1 : Distribution en pourcentage du secteur informel par branches d’activités au Cameroun entre 1990-2019

        Activités

Années

Production

Service

Commerce

Travaux publics

TOTAL

1990

10,6

15,8

73,6

/

100

1992

9,1

29,6

60,4

10

109,1

1993

17,6

30,8

45,5

5,6

99,5

1995

29 ,6

25,7

39,3

5,4

100

1996

28 ,7

26,7

20

13,3

88,7

1998

26,7

26,6

16,7

13,3

83,3

2000

44,1

31,2

19,3

/

94,6

2003

32,8

29,4

33,8

4

100

2019

30,5

20,2

39,2

5

94,9

MOY

45,94

26,22

38,64

4,81

/

Sources : – Rouband F ; Le secteur informel à Yaoundé : principaux résultats. Paris, novembre 1993, structures par branches des unités de production économique- Rapport annuel. ; c)- Enquêtes 1, 2,3, Ministère de l’Economie et Finances (2003), Direction de la Statistique – BIT (2000, 2001, 2002,) ;   Charmes (1998), Aerts j. et al (2000) – INS Cameroun : Enquêtes ECAM 1, 2,3. INS 2018, Lautier(1994). NB : ce tableau est construit sur la base des données des sources divergentes et parfois les indicateurs ne sont pas les mêmes. 

La structure de l’informel articule principalement quatre domaines: la production, les services, les activités commerciales, la manutention dans les travaux publics. Le tableau 1 nous permet de constater que presque tous les secteurs de l’économie camerounaise se sont trouvés au fil du temps marqués par l’économie alternative. Si l’on prend le monde de la production, force est de constater que durant les décennies 1990 et 2000, la part de l’informel n’a cessé de croître pour atteindre un taux moyen de 45,94% repartit de manière inégale selon les années. La production dans l’informel représentait en 1990, un pourcentage de 10,6%. Ce pourcentage atteint un score de 44,1% en 2000 qui se présente comme l’année pendant laquelle le système productif global a été le plus marqué par l’informel. Quant aux services et durant la période considérée, ils représentent une moyenne de 26,22% dans l’ensemble de l’économie camerounaise. Des niveaux inégaux de répartition sont à observer selon les années avec 15,8 en 1990 qui se présente comme l’année où l’informel dans les services connaît son taux le plus bas dans l’économie nationale. Les années 1993 et 2000 avec respectivement 30,8 et 31,2% se présentent comme des points où l’informel atteint des niveaux élevés. Ceci s’explique par les effets aigues de la crise économique qui va entraîner des déflations dans la fonction publique, la dévaluation du franc Cfa et la montée de la pauvreté sociale au sein des populations qui vont massivement se lancer dans le secteur informel pour faire face à cette crise. En ce qui concerne le commerce, l’informalité est présente à 38,64% de moyenne. Les niveaux de répartition selon des années montrent des disparités notables avec les niveaux les plus élevés en 1990 et 1992 avec respectivement 73,6 et 60,4%. Les niveaux les moins élevés sont relevés en 1996 avec 16,7%. A partir de l’année 2006, la tendance va croissante avec un score de 39,2%. Quant aux travaux publics, ils intéressent le secteur informel dans les formes de travail non comptables, de la main d’œuvre non qualifiée (manutention et autres tâches). Ils représentent une infime proportion avec un pourcentage de 4,81%. Les années 1996 et 1998 enregistrent 13,3% et se positionnent comme des années phares. Une lecture majoritaire nous montre que la production avec un score de 45,94% détient le maillon jaune quels que soient les secteurs de l’économie considérés, vient ensuite le commerce avec 38,64 %, les services avec 26,22% et les travaux publics avec 4,81%. Ces statistiques, même si elles restent limitées, permettent de dégager la part importante de l’informalité dans l’ensemble de système économique. L’une des caractéristiques majeures de marchés parallèles à Douala réside dans l’hétérogénéité et les domaines de la production, les services, le commerce et les travaux publics constituent la structure arborescente, une plate forme des opérations qui favorisent l’émergence des petits métiers. Pour mieux montrer cette prégnance de l’informel, les sections suivantes s’efforcent de faire une ethnographie de terrain inhérente à l’ensemble des champs étudiés dans ce travail. Quatre monographies sont exploitées ici et s’inscrivent respectivement dans les mondes sociaux de l’activité de moto- taxis, les mondes sociaux des Bayam-sellams (commercialisation des vivres), la transformation du rotin et le recyclage des déchets. 

LA PLACE DU SECTEUR INFORMEL DANS L’INCLUSION ECONOMIQUE AU CAMEROUN

L’impact des petits métiers dans le développement local est analysé à un double niveau macroscopique et microscopique. Le premier niveau insiste sur le rôle des  petits métiers dans le système économique camerounais global. Le second niveau met l’accent sur les interactions et montre comment se développe au niveau des acteurs des petits métiers, un entreprenariat particulier permettant la production de la richesse et susceptible d’être formalisé.

La dynamique des systèmes d’échange locaux entre le rural et l’urbain peut être mieux comprise à travers la notion d’économie locale (North and Wilks-Heeg, 2005). Plus généralement, l’économie locale représente l’action économique dans un secteur limité géographiquement ou dans une collectivité territoriale, à l’exemple d’une ville, d’un secteur urbain. Mais, elle peut également désigner le repère de l’existence d’une activité économique, une structure historiquement établie. Quelque soit le sens, les marchés informels mettent en communication le monde rural et urbain. Le rural intervient le plus souvent comme espace de ravitaillement en matières premières. C’est le cas des bayam-sellams itinérantes qui doivent constamment se ravitailler dans les marchés de brousse pour alimenter les détaillantes de vivres situées en milieu urbain (Batana, 2007). On peut également citer le cas des fournisseurs de rotins qui se situent dans les villages, et qui alimentent les transformateurs postés en zone urbaine. Certaines activités s’affichent comme des espaces translocaux (Appadurai, 1998) à la vue de cette interpénétration qu’ils entretiennent entre l’urbain et le rural. Ces activités ont une utilité économique et sociale. L’utilité économique s’exprime au niveau de la municipalité par les diverses redevances fiscales et communales que doivent verser les motos, les bayam-sellams, les fabricants de meubles en rotin ou encore les recycleurs de déchets dans le cadre de l’impôt libératoire en tant qu’activité commerciale. Ce qui représente une source de revenu que les municipalités ne sauraient négliger. Dans ce contexte, en dépit du fait que les municipalités n’entreprennent pas des actions allant dans le sens de l’aménagement des lieux de stationnement propre aux marchés alternatifs, elles la tolèrent et entendent bénéficier des « sous-produits » qui en sont issus notamment la collecte de l’impôt libératoire. Les petits métiers jouissent d’une double utilité sociale. En effet, les moto-taxis permettent aux populations de se déplacer à des coûts raisonnables. Le recyclage des déchets et la transformation du rotin permettent non seulement d’offrir aux populations des produits originaux et adaptés à leurs bourses mais également, en ce qui concerne le recyclage de protéger l’environnement de la pollution par la récupération des déchets. Dans ce contexte, le recyclage des déchets s’inscrit en droite ligne dans la perspective du développement durable car la dimension protection de l’environnement est importante (Ekomo et téfé, 2007). 

Au vu de ce qui précède, les marchés alternatifs se révèlent comme une source d’emploi non négligeable. Dans cette optique, ils permettent en quelque sorte de diminuer la pression sociale sur les pouvoirs publics et favorise ainsi leur tolérance. 

LA RECONNAISSANCE ET FORMALISATION DES PETITS METIERS URBAINS

     Parler de la reconnaissance dans les petits métiers urbains engendre une double implication. A première vue, cela laisse entrevoir que les marchés informels sont des espaces de socialisation discrètes (Simmel, 1999). C’est-à-dire des espaces de création sociale qui sont des espaces physiques sociaux et symboliques dans lesquels « un travail de restauration identitaire a lieu, les individus pouvant apprendre l’estime de soi qui s’affaiblit dans l’épreuve de la précarité » (Roulleau Berger, op.cit). Ce premier volet met alors l’accent sur la reconnaissance sociale (Honneth A., 2000) des marchés informels. Dans une seconde perspective, on peut légitimement poser le problème sous l’angle de la formalisation des activités dites informelles.  Cette perspective fait sens dans les marchés informels dans la mesure où se sont des espaces de recomposition sociales qui se construisent à partir d’une coopération négociée entre les acteurs. Ce qui fait l’espace de recomposition (Roulleau-Berger, op.cit). Dans ce second cas, s’inscrit la reconnaissance institutionnelle. D’autre part, l’un des axes essentiels de la politique gouvernementale et des bailleurs de fonds résident à la création des emplois et des richesses par la « formalisation de l’informel ». 

Le processus de d’institutionnalisation passe donc comme le précise (Roulleau-Berger, op.cit) par la « nécessité de reconnaissance mutuelle des identités en présence : les acteurs publics doivent reconnaître les individus en situation précaire…ces derniers doivent les reconnaître comme compétents à les légitimer et à les reconnaître avec leurs histoires ». Il convient de se demander comment empiriquement  cette problématique de reconnaissance institutionnelle (Dubar, 1991) fait sens dans les marchés interactifs. Dans cette tache, les instances  intermédiaires de médiations et d’institutionnalisation jouent un rôle essentiel.

Les intermédiaires inscrits dans les dispositifs publics sont des acteurs institutionnels qui interviennent dans la prise de décision en rapport avec les différents marchés. Ils sont composés des ministères de tutelle pour les champs étudiés. Notamment, les ministères des transports, du développement rural, de l’artisanat et de la petite et moyenne entreprise au niveau national et au niveau local, de la région, des mairies, les sous-préfectures, les préfectures,  et des forces de maintien de l’ordre. Ces acteurs interviennent à différents niveaux dans les marchés alternatifs.

En ce qui concerne le premier groupe composé des ministères, ils ont pour principal rôle la définition de la politique générale dans leurs domaines respectifs. Par exemple, ministère des transports publics a pour principal rôle d’appliquer et de conduire la politique gouvernementale en matière de transport. De ce fait, et en fonction de leur diversité, le transport par moto, le recyclage des déchets, le travail de rotin et la commercialisation des vivres s’inscrivent dans leur sillage. Ces instances sont au premier chef concernées par la codification et la normalisation desdites activités. De plus, ces différentes activités à cause des multiples enjeux (économiques, emploi) et problèmes (sécurité, conflits) qu’elles engendrent dans le social et la production économique entre autres, entraîne une implication de certains pouvoirs publics locaux qui peuvent prendre des mesures conservatoires en cas de nécessité. C’est dans ce cadre que s’alignent les différents arrêtés et les notes de services provinciaux, préfectoraux, municipaux, etc. en rapport avec les marchés alternatifs. Les forces de maintien de l’ordre quant à elles sont chargées de l’exécution des décisions en rapport avec les activités. Les organisations de travailleurs mettent en jeu des collectifs et des formes d’organisations à solidarité structurante, notamment, les syndicats et les groupes portés vers la reconnaissance des activités inscrites dans les marchés alternatifs. Ces organisations méritent une attention particulière, vu leur rôle dans la professionnalisation (Latreille, 1980). L’analyse doit donc se centrer sur le système d’action concret qui naît de l’agrégation des comportements d’acteurs. Car pour qu’une identité professionnelle existe et se reproduise, il faut qu’un groupe professionnel existe dans la société « non pas comme un simple témoin d’un autre âge mais comme un acteur dans un système d’action concret se construisant constamment » (Latreille, op. cit.). Il convient de se pencher sur ces organisations par activité afin de saisir leur historique, leur organisation et leur rôle. La méthodologie de formalisation de l’informel ne saurait être une régulation de contrôle comme c’est le cas actuellement car les pouvoirs publics procèdent à une imposition des règles sans consultation. Les acteurs de l’informel y répondent par une régulation autonome qui est source le plus souvent d’anomie. La méthodologie qui convient à notre avis est une régulation conjointe (Reynaud, 1988) qui repose sur la concertation, les enquêtes de terrain sur l’informel permettant de fixer des taux imposition adaptés, de revoir les conditions de travail pour faire de ces métiers des activités décentes et garantir la sécurité sociale des différentes catégories sociales.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de cette analyse, plusieurs constats s’imposent : premièrement les marchés informels se sont développés massivement en la faveur des crises économiques successives qui ont frappées des économies du tiers monde dans les années 1980. Deuxièmement, ces marchés sont pluriels et s’organisent autour des réseaux sociaux interdépendants centrés sur une forte division du travail. Les différents acteurs de ces milieux mettent en place un type d’entreprenariat particulier qui se traduit dans des codes et des normes pratiques. De la sorte, des systèmes d’échange locaux prennent naissance et s’affirment comme des leviers de développement local à travers les solidarités, les reconversions professionnelles et la lutte pour la reconnaissance. En définitive, la conclusion montre que dans des conditions sociales jamais définitives, mais toujours en construction, certains petits métiers informels sont porteurs des dynamiques sociales et des logiques de recompositions économiques qui débouchent sur un type d’entreprenariat particulier propice au développement. Il importe donc aux différentes parties prenantes d’adopter une méthodologie idoine pour les formaliser et en faire des métiers décents.

BIBLIOGRAPHIE

Abdou toure, (1985), les petits métiers à Abidjan : l’imagination au secours de la conjoncture, Paris, Karthala.

Aerts J.J., Cogneau D., Herrera J., Guy de Monchy et Roubaud F ; (2000), L’économie camerounaise : Un espoir évanoui, Paris, Karthala.

Appadurai arjun, (1998), Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, public worlds, 4th printing, Minneapolis/London, University of Minnessota press.

Batana m., (2007), Enchâssement social et translocalité du commerce des vivres dans le sud du Cameroun, Stuttgart, Ibidem-verlag

Charmes, J., (1998), « Le secteur informel, un concept contesté, des modèles    d’évolution inadaptés, une réalité inconnue », Tiers monde, octobre Décembre.  

Corcuff, P., (2008) « Aaron V. Cicourel : de l’ethnométhodologie au problème micro/macro en sciences sociales », Sociologies, Aaron V. Cicourel, mis en ligne le 29 octobre 2008. URL : http://sociologies.revues.org/document2382.html. Consulté le 03 décembre 2008.

Denis Bernardeau Moreau, 2014, « Sociologie d’intervention : historique et fondements », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/2872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.2872

Dodier N. et Baszanger I., (1997), Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique, Revue française de sociologie, Vol 38, No. 1. (Jan.-Mar.) PP. 37-66

Dubar C., (1991), La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Ekomo Engolo. C. et Téfé T. R., (2007), Marchés alternatifs et lien social : cas du recyclage des déchets urbains in revue de IRSH-Gabon, Yaoundé, clés.

Granovetter M., (1985), «Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American journal of Sociology. 103, pp 201-225

Honneth A., (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris,  Editions du Cerf.

Kengne Fodouop et a. Metton, (2000), L’économie informelle et développement dans les pays du Sud à l’ère de la mondialisation, Yaoundé, Clés

Lautier B., (1994), L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris, Édition la Découverte

Latreille G., (1980), La naissance des métiers en France 1950-1975, Etude psychosociale, Lyon, Presses Universitaires

North P., and Wilks-heeg, (2005), Local Economy, Volume 20, University of Liverpool

Reynaud J.-D., 1988, « La régulation dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de Sociologie, 29-1, p.5-18

Rouband F  (1993), Le secteur informel à Yaoundé : principaux résultats, structures par branches des unités de production économique, Paris, Rapport annuel

Roulleau-Berger L., (2003), « La production d’espaces intermédiaires », Lyon, HERMES 36. pp 12-30

Simmel G., (1999), Sociologie. Etudes sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Steiner P., (1999), La sociologie économique, Paris, La Découverte. 

Téfé T. R., (2012), Les marchés alternatifs : pour une sociologie économique des petits métiers urbains à Douala au Cameroun, Thèse de Doctorat/Ph.D, FLSH, Université de Douala.

Téfé T Robert (2018), «  Contribution à une Sociologie Economique de l’Informel Urbain à Douala au Cameroun: Construction et Appropriation des Espaces de Travail » dans «  les dynamiques endogènes de la vie économique : contribution aux nouveaux terrains de la sociologie économique » ed. Edilivre, PP : 96-126 Paris France

Téfé T Robert (2016) « La socio-anthropologie économique des marchés alternatifs urbains : encastrement social des logiques marchandes » dans la Revue Internationale Cahiers de sociologie économique et culturelle N°59-60, l’anthropologie économique : un domaine qui reste à explorer, PP : 41-55,  Havre, France

 


Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.