Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Le développement endogène, tel la vie d’un végétal. Penser le territoire comme acteur de développement

Par Taladi Narcisse YONLI

Taladi Narcisse Yonli est enseignant chercheur au département de sociologie à l’université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso). Par ailleurs, il a exercé pendant dix ans la fonction de conseiller en aménagement du territoire et en développement local. Ses travaux de recherches portent sur les questions de pauvreté, de développement territorial.

Introduction

Plus de cinquante ans après les « soleils des indépendances », l’Afrique peine toujours à retrouver ses marques en matière de développement. Pour parler comme Ki-Zerbo (2003), la “mayonnaise du développement n’a pas encore pris”. Or, depuis les indépendances, le continent africain est le laboratoire de divers théories et modèles de développement. Aussi l’Afrique bénéficie-t-elle sans cesse de programmes d’allocations au développement connus sous le nom de « l’aide publique au développement (APD) ». Toutes ces mesures sont animées d’une même finalité : sortir le continent de sa latence économique et le faire hisser sur l’échiquier de l’économie mondiale. Cependant, l’Afrique, malgré cet élan de « solidarité » internationale, semble sombrer dans une pauvreté et une misère sans précédent. 

Dans les annales de l’histoire, l’aide des Américains aux pays européens, le Plan Marshall, a permis aux économies européennes de sortir de l’ornière après les affres de la guerre. Ce plan a été le pivot de la relance économique de l’Europe d’après-guerre qui a su  tirer son épingle du jeu. Car à la suite du Plan Marshall, intervenu en 1947, apparaissent les « Trente Glorieuses » ou la gloire de l’économie européenne, trente ans après la fin de la seconde guerre mondiale.Ainsi, l’Afrique, depuis les premières lueurs des indépendances jusqu’à l’heure actuelle, a toujours bénéficié de la part des Occidentaux de plusieurs programmes d’APD. A l’image du Plan Marshall, on devrait s’attendre à un « décollage » de son économie. Ce qui, vraisemblablement, n’est pas le cas. Et, malgré la permanence de l’aide conjuguée aux divers théories et modèles, le développement de l’Afrique reste un défi. Cette situation se comprend difficilement d’autant plus que l’Europe n’a pas eu besoin de plusieurs Plans Marshall pour relancer son économie. L’Afrique, au contraire, qui bénéficie depuis d’un demi-siècle d’APD, verrait son « développement[…] en panne, sa théorie en crise et son idéologie l’objet de doute » (Amin, 1989 : 5) et  attendrait toujours son miracle économique ou « l’âge d’or » de la croissance, ses « Trente Glorieuses » (Fourastié, 1979).

Dès lors, l’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur le blocage de son développement. Les interrogationsfusent de partout, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Afrique. Ainsi, les interrogations suivantes sont-elles légion : le développement en Afrique serait-il en faillite ? (Amin, ibid.), l’Afrique « peut-elle partir ? » (Meister, 1966), « Et si l’Afrique refusait le développement ? » (Kabou, 1991), «À quand l’Afrique ? » (Ki-Zerbo, 2003), « l’Afrique est-elle condamnée à rester pauvre ? (Eastery, 2006). Autant d’interrogations pour cerner le « mal développement » du continent.

Les réponses à ces interrogations cristallisent de théories de fortunes diverses. Ainsi, d’aucuns mettent en cause les modèles et théories qui seraient inadaptés à l’Afrique. Mais d’autres pensent que « l’Afrique refuse le développement » et a besoin de ce fait d’un « ajustement culturel » (Etounga, 1991) afin que la mayonnaise du développement puisse enfin prendre. Entendu comme tel, l’Afrique est réfractaire au développement ! C’est ce que réfute Joseph Ki- Zerbo qui soutient que les modèles de développement proposés jusque-là à l’Afrique sont inadaptés à son contexte. Le seul développement qui sied à l’Afrique, soutient-il, est le développement endogène, objet du présent texte. Que recouvre donc ce concept ? Quelles sont les implications pratiques de ce concept sur la vie des Africains ? 

L’objectif de la présente réflexion est de décrypter le concept de développement endogène. Afin de mieux le comprendre nous proposons une analogie avec le dispositif de l’organisme végétal.

Le développement endogène, tel la vie d’un végétal

Dans la continuité de Joseph Ki-Zerbo, nous voudrions à travers ces lignes apporter notre contribution pour l’explicitation du concept du développement endogène. Il est souvent reproché à ce concept de sous-tendre à un développement à vase clos. C’est ce que nous réfutons. Et pour mieux l’exprimer, nous usons de l’analogie : la vie d’une plante.

Préconiser un développement endogène, c’est plaider pour un développement qui sera issu de la synthèse des richesses internes et bien sûr de celles externes. Mais ce qui vient de l’extérieur ne sera pas visible d’autant plus qu’il est inclus dans l’intérieur mais pas à l’état pur mais par transformation ou appropriation. Ce qui vient de l’extérieur ne saurait prédominer. Il doit être intégré dans l’intérieur, qui, seul va désormais prédominer en donnant une sorte d’« intérieur extériorisé» et non « d’extérieur intériorisé ». C’est dans ce sens qu’il faut placer ces propos de(Colin,1988 : 179) quand il affirme que « le développement est considéré comme endogène si le mécanisme qui oriente les facteurs de l’intérieur et ceux de l’extérieur est contrôlé et réglé de l’intérieur. Si les facteurs internes et externes sont contrôlés de l’extérieur, il est interprété comme exogène ». Revenons donc à la plante.

Des composantes d’une plante : l’arbre comme un exemple.

Lorsqu’on observe un arbre qui présente une physionomie ravissante et que l’on nous demande de le décrire, on ne s’étonnera pas d’avoir ce présent descriptif : « l’arbre est composé de racines, du tronc, des branches, des feuilles, des fleurs ou peut-être des fruits ». Telles semblent être les caractéristiques de tout végétal ! Mais ce descriptif fait du végétal renseigne-t-il de l’essence ou de l’identité de celui-ci ? La question reçoit une réponse négative. Ce qui est décrit, n’est que l’artifice, la vie ou l’essence de la plante y est absente.

De la vie de la plante

L’aspect visible (tronc, branches, feuilles, fleurs), avons-nous dit, n’est pas expressif de l’essence de la vie de la plante. La plante est plus que tout cela. Son développement est plutôt le résultat d’un travail à la fois interne et externe. En effet, plus qu’une juxtaposition de ces éléments constitutifs énumérés ci-haut, la plante se développe à travers une synergie d’actions de ces éléments. Ainsi en travail interne, « la racine puise, dans le sol, l’eau et les principes nutritifs, les feuilles respirent en échangeant avec l’atmosphère et en s’enrichissant de l’énergie solaire. Le végétal croit selon une harmonie interne » (Lebret, 1967 :14) par le biais des racines qui puisent du sous-sol les éléments nutritifs qu’ils transitent vers le corps de la plante. On aurait conclu rapidement que la plante ne compose pas avec l’extérieur. Ce qui est faux ! Car malgré ses aptitudes internes assurant son développement, la plante a tout de même besoin du soleil, du gaz carbonique qui sont des éléments externes avec qui elle compose pour assurer son plein épanouissement. Sans ces éléments, son développement ne sera pas bien accompli. Mais le développement de la plante n’est pas basé sur ces éléments externes. Car le travail initial nait de l’intérieur de la plante et le soleil et le gaz sont des éléments qui, en synergie d’actions, permettent à la plante d’être resplendissante. La plante se développe ainsi selon une harmonie interne en complément avec des éléments externes. Cette remarque de la vie de la plante est caractéristique du développement endogène.

Comme la plante, le développement naît des structures en place. Le travail initial est fait en se portant sur les valeurs ou les potentialités internes. Car, avant d’être développé, il faut être. C’est pourquoi Ki-Zerbo pense que le développement sera endogène ou ne le sera pas. Il est « une alternative sans alternative » (Ki-Zerbo, 2007 : 107). Si tel principe n’est pas pris en compte, toute action visant à développer l’Afrique n’est qu’un mirage aux alouettes. On ne prétend aider quelqu’un sans minimum de connaissance de celui-ci. Le cas échéant, prévient Ki- Zerbo, c’est une méprise de l’autre.

La plante tout comme le développement endogène n’est pas un système autarcique ; ils sont plutôt ouverts en tant que systèmes vivants. Le refus ou la réticence d’assimilation que l’on prête au développement endogène n’en est pas un. Il ne s’agit nullement d’un refus mais d’une expression d’identité. Pourquoi une plante n’a pas les possibilités de vivre sur n’importe quelle contrée ? Pourquoi les plantes désertiques meurent lorsqu’on les plante dans des endroits plus humides ? On pourra répondre que les plantes désertiques meurent en milieu humide à cause du fait que cet environnement n’est pas propice à leur développement, contraire à leurs aptitudes internes. Ce qui veut dire que leurs potentialités internes sont antinomiques avec les facteurs exogènes du milieu d’accueil. Or, quand on parle de développement, on postule des théories et/ou des actions universalisables. C’est dire que le territoire ou l’espace joue un rôle dans le développement de la plante ou du développement tout court. Ce qui laisse entendre qu’« il existe autant des stratégies de développement que d’histoire concrètes des contextes économiques, politiques, sociaux et culturels, or en fait, les problématiques, les questions, les principes semblent dépasser ces différences » (Schurkens, 1995 : 36).

Le territoire, l’autre nom du développement

Les théories de développement, en postulant l’universalité des actions de développement, ne tiennent pas compte du territoire. Ce dernier est plutôt conçu comme un réceptacle passif des actions de développement. Or, à considérer l’exemple de l’impossibilité des plantes désertiques à se développer en milieu humide, il est établi que l’espace n’est pas un muet assujetti à nos actions diverses. Il est plutôt vivant et détermine nos actions. Oublier cet aspect, c’est faire des choses qui n’impressionnent que pour un bout de temps. La durabilité des actions sont hypothétiques. Or, les modèles et théories proposés à l’Afrique l’ont été au détriment du territoire. Les besoins et les objectifs de développement sont communalisés et toute différence ne serait que marginale. C’est ainsi que les projets de développement pullulent à travers des ONG. Ce qui importe c’est améliorer le quotidien des populations africaines à travers des actions préalablement établies. Et seule considération prise en compte, c’est l’espace géographique ou administratif. Le raisonnement est ceci : nous voulons mener telle action dans tel pays ou telle partie du pays. Mais les interactions de l’espace avec le milieu de vie des hommes ne préoccupent guère personne. Pourtant, le territoire comme le soulignent Fabienne Leloup et al (2003 : 109) « constitue une composante permanente du développement (…) et intègre des préoccupations d’ordre social, culturel et environnemental au cœur des rationalités purement économiques ». Et Vachon (2002 : 7) de préciser « si les facteurs économiques tels que le capital, les ressources naturelles, les équipements et infrastructures de transport et de communication, les marchés…continuent d’être des éléments importants dans le processus de développement des régions, le paradigme renouvelé de développement accorde un rôle tout aussi important aux facteurs non économiques tels que la qualification individuelle et collective, la transmission des savoirs et savoir-faire traditionnels et actuels, le cadre de vie, la perméabilité à l’innovation, la vitalité communautaire… »

D’ailleurs, si la dimension territoriale était un « appendicede développement qu’on peut couper sans dommage », comment comprendre alors qu’une plante peut prospérer dans un milieu et pas dans l’autre ? On peut étendre la question à certaines espèces animales.Dans la région du Sahel au Burkina Faso, certaines espèces animales qui s’y trouvent, se développent bien malgré la supposée rareté d’herbes. Mais lorsqu’on amène ces mêmes espèces au grand sud où le facteur climatique est favorable, elles sont capables de mourir de faim à côté de l’abondance ! L’abondance et la rareté n’existe donc que dans l’esprit de son concepteur. C’est une construction sociale, une réalité vécue. Le besoin va au-delà du vivre et intègre l’être. Ce qu’on appelle rareté est une abondance pour celui qui est habitué ; c’est la qualité du besoin et non sa quantité qui importe. 

Considérons les sols ! Lorsqu’on plante deux mêmes graines sur des sols différents, elles n’auront probablement pas le même développement. Cela veut dire que le sol même ne se laisse pas dominer et imprime sa marque aux plantes fixées sur lui. Il en est de même pour le développement endogène. Tout comme le sol qui ne refuse pas la plante mais lui imprime sa marque dans son processus de développement, le développement endogène pourrait en être assimilé. Les actions de développement doivent porter la marque du territoire. Le territoire qui n’est pas un espace administratif mais celui du développement. C’est-à-dire émanant d’une construction collective participative.

Penser le territoire comme acteur de développement a amené Benoît Antheaume et Frédéric Giraut (2005) à déclarer ceci : « le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re) fabrication au nom du développement !». Ce document publié sous l’égide de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) sonne le glas de la vision centriste du développement. Désormais, pour un développement viable, il faut tenir compte de la réalité de la vie économique et sociale. Car « le développement territorial ne peut se décréter et reste une construction d’acteurs, même si des politiques publiques appropriées peuvent la stimuler dans la durée ». C’est dire que, dans le processus de développement, « le territoire est en action et dans l’action » (Dodier et al, 2007). Action en tant que support et dans l’action en tant qu’acteur. Les territoires étant d’une capacité en matière de dotations de ressources matérielles, sociales, culturelles, toute action à y mener doit s’inscrire dans les méandres de celles-ci. Ce, d’autant plus que « le territoire ne doit pas seulement être lié au contrôle de ressources nécessaires à la survie, y compris la reproduction biologique, mais il est lié à des formes de développement où n’intervient pas seulement la règle de l’utilité et de la rationalité. Au contraire, les aspects irrationnels y prennent du poids. Il conviendra de concevoir ceux-ci non simplement comme des substituts à des manques au niveau de la valeur d’usage » (Remy, 1998 :108). C’est la condition de réussite de toute action de développement.

Conclusion 

De ce qui précède, nous retenons que le territoire de développement est toujours colonisé par la pensée économique. Une pensée calquée sur le modèle occidental qui dicte sa loi aux pays pauvres. Tout essai de s’en écarter est considéré comme un refus. Or, il ne s’agit aucunement d’un refus mais d’un processus de recherche de ses « repères » (Ki-Zerbo, 2007) afin de voir tracer un développement qui porte la marque de ses aspirations. Par conséquent, l’Afrique ne dit pas « NON !» au développement. Elle dit plutôt « NOM » au développement ! Si le « NON » peut être entendu comme refus, rejet et réticence à la modernisation, le « NOM », quant à lui recèle des valeurs identitaires. Quand on sait que toute chose qui existe a une identité, le développement ne saurait faire exception à la règle. Le développement a un nom, une identité, c’est le territoire. Il s’agit du territoire de développement. C’est le premier potentiel, la ressource sur laquelle il faut s’ancrer. L’Afrique, pour amorcer un développement véritable doit compter sur ses propres forces en valorisant ses potentialités locales. Ce qui implique de rompre d’avec la gouvernance « normative » des actions de développement et faire place à celle de « la demande ». Cette dernière priorise les besoins des populations et non des politiques. Cette prise de conscience est d’autant plus urgente qu’il est utile de rappeler que ce n’est pas la richesse (potentialités) qui manque en Afrique, mais c’est l’organisation de celle-ci qui pose problème. 

Du reste, le continent n’est pas un Sahara du développement, au contraire il en est le gisement ! Car ceux qui prétendent être développés viennent s’y ressourcer. Ce qui manque donc à l’Afrique, c’est « l’activation du bouton » pour manifester son développement. Et ce bouton c’est la gouvernance qui passe par l’organisation harmonieuse de ce qu’elle a comme ressources au lieu d’être un « éternel mendiant assis sur un tabouret d’or ». Avec tant de richesse et d’abondance, l’Afrique devrait trouver le bout du tunnel. C’est là que prend le sens de l’endogénéité du développement qui demande de puiser du tréfonds de ses entrailles culturelles pour mettre en valeur son potentiel. Car, ce n’est pas l’abondance de richesses ou de ressources qui comptent, encore faut-il les mettre en valeur. 

Aussi, le problème ce n’est pas les politiques publiques ou sociales « surimposées » de l’extérieur, l’Afrique n’arrive pas à couper le cordon ombilical colonial au point que nos autorités mettent de côté « toute chose » qui n’est pas prisée par l’Occident, et sans que cela ne soit une imposition, malgré le potentiel dont celle-ci regorge pour « inciter le développement ». Elle est au contraire méprisée par nos autorités qui préfèrent s’enfermer toujours dans les « projets classiques » qui n’accouchent que du « développement classique ». Un développement qui profite à une « minorité classique » et augmente la misère de la majorité. C’est pourquoi nous pensons que l’Afrique a par conséquent besoin de promouvoir les « distorsions créatrices » (Hammouda, 1999). C’est ce que nous appelons « excroissance économique ». Autrement dit, ce qui semble aux yeux de « développementeurs » insignifiant, marginal en termes d’économie et/ou de création de richesse, est paradoxalement la base de l’économie, du développement. C’est le laboratoire d’expression des besoins du peuple. La promotion de telles « excroissances » a le mérite d’avoir l’adhésion de la population. Et tant que le développement ne sera pas la résultante de l’expression des besoins locaux de développement – que l’Etat accompagnera par une politique efficace en permettant tous les groupes sociaux de s’exprimer selon leur préférence- la fin du marathon du développement de l’Afrique n’est pas pour demain ! C’est tout le sens du développement endogène.




Bibliographie

Amin, Samir, (1989), La Faillite du développement en Afrique et dans le tiers-monde. Une analyse politique,l’Harmattan, Paris, 383 p.

Antheaume, Bénoît, et Giraut, Frédéric, (2005), Le territoire est mort ! vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement », Paris, Editions IRD, 386 p.

Colin, Roland, (1988), « Interaction dynamique de acteurs et des facteurs dans une stratégie de développement endogène. Théories et pratiques. » In UNESCO… 177-254.

Dodier, Rodolphe et al (dir.), Territoires en action et dans l’action, Rennes, PUR, 2007, 338 p.

Easterly, William, (2006), Les pays pauvres sont-ils condamnés à le rester ? Paris, Nouveaux Horizons-ARS ?, 397p.

Etounga,Manguelle, Daniel., (1991) L’Afrique a-t-elle besoin d’un programme d’ajustement culturel, Paris, Éditions Nouvelles du Sud.

Leloup, Fabienne et al. (2003) « Le développement local en Afrique de l’Ouest : quelle(s) réalité(s) possible(s) ? », In Mondes en développement 2003/4 (no 124), p. 95-112.

Fourastié, Jean, (1979), Les Trente Glorieuses, Paris, Ed. Pluriel, 300p.

Hammouda, Hakim, Ben, (1999), Afrique : pour un nouveau contrat de développement, Paris, l’Harmattan, 306 p.

Kabou, Axelle, (1991), Et si l’Afrique refusait le développement ? Paris, l’Harmattan, 207 p.

KI- Zerbo, J, (2003), A quand l’Afrique ? Entretien avec René Hollenstein, La Tour d’Aigues, Paris, Editions de l’Aube, 199 p.

KI-Zerbo, Joseph, (dir), (1992, La natte des autres : pour un développement endogène en Afrique, actes du colloque du Centre de Recherches pour le Développement Endogène (CRDE) Bamako, 1989, Paris/Dakar, Karthala/Codesria, 

Ki-Zerbo, Joseph., (2007), Repères pour l’Afrique, Dakar Fann, EditionsPanafrika-Silex/Nouvelles du Sud, 214p.

Lebret, Louis. Joseph, (1967), Développement =Révolution Solidaire, Paris, Les Editions ouvrières, 191 p.

Meister, Albert, (1966), L’Afrique peut-elle partir ? Changement social et développement en Afrique orientale, Paris, Seuil.

Schurkens, Ulrike, (1995), Le développement social en Afrique contemporaine. Une perspective de recherche inter- et intrasociétale, Paris, l’Harmattan, 174p.

Vachon, Bernard, (2002), Développement régional et dynamique territoriale, Colloque de l’Association des économistes du Québec, Château Frontenac, Québec, 22 mars 2002, 11 p.

 


Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.