Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Les discours de l’ONG Urgences Panafricanistes : sémiotique d’une (con)quête aux stratégies en questionnement

Par Hamidou BELEM

Doctorant et inspecteur du travail, Hamidou Belem est depuis 2019 Chef du Département Médiation et Dialogue Social au Haut Conseil du Dialogue Social au Burkina. Il est auteur de trois articles scientifiques respectivement sur le roman burkinabè, les discours politiques et les luttes syndicales.

Introduction

Depuis des décennies et ce jusqu’à nos jours, des maux d’une certaine contemporanéité assaillent toujours l’Afrique au nombre desquels l’on peut citer : l’impérialisme occidental, le néocolonialisme, le pillage des ressources naturelles, la mal gouvernance, etc. Dans une perspective panafricaniste, des figures se sont dressées contre ces pratiques et beaucoup y ont payé le prix par le sacrifice suprême. Ce combat est loin aujourd’hui de s’estomper étant entendu que les préoccupations soulevées frisent l’insolubilité. Ainsi, des acteurs politiques, tout comme ceux de la société civile, en ont fait leur cheval de bataille et des actions sont menées à travers plusieurs pays sur le continent africain ou sur d’autres.

La présente rréflexion vise à analyser le discours d’un des acteurs de la société civile africaine, à savoir l’ONG Urgences Panafricanistes (URPANAF), dans son combat pour la (re)construction d’une Afrique indépendante, souveraine où les intérêts des peuples et des générations présentes et futures d’Africains sont préservés. Pour rappel, l’ONG URPANAF a été créée en décembre 2015 au Sénégal pour la défense entre autres de la cause de l’Homme noir, la souveraineté de l’Afrique, et contre l’impérialisme. Elle est représentée dans plusieurs pays africains et en Europe.

Son combat étant la transformation de la situation décriée en une autre, nous nous intéresserons à la problématique suivante : comment dans son discours URPANAF mène-t-elle la lutte ? De cette question principale, d’autres en découlent : quelle est la configuration actantielle dans le combat mené par URPANAF ? quelles stratégies discursives utilise-t-elle pour mobiliser les partisans et pour attaquer les adversaires ?

Notre analyse s’effectuera à travers le prisme de la sémiotique greimassienne en vue de faire ressortir dans un premier temps les principaux axes de combat ainsi que le schéma actantiel qui le caractérise ; par la suite, les différentes stratégies dans l’économie narrative en termes de mobilisation des adjuvants et en termes d’attaque à l’endroit des bourreaux dont les responsables de URPANAF font usage dans leurs discours pour l’aboutissement des actions projetées seront identifiées. Aussi, les insuffisances de ces stratégies seront relevées dans le but d’esquisser une nouvelle approche stratégique pouvant conduire à un combat panafricaniste qui triomphe.

1-Approche théorique et méthodologique

Tout récit ou discours, dans son développement, met en branle un certain nombre de rôles qui assurent sa progression et sa compréhension en vue de constituer le sens. Ces rôles sont assumés par des personnages ou plus spécifiquement par ce que la sémiotique appelle actants. L’analyse de cette configuration discursive fait appel au modèle actantiel qui est un dispositif mis en place par A. J. Greimas (1986-172-191) qui permet de décomposer une action en six facettes (Herbert, 2007). Ces facettes ou actants sont le sujet, l’objet, le destinateur, le destinataire, l’adjuvant et l’opposant. Pour Herbert, « le sujet est ce qui est orienté vers un objet » (2007, p. 87) et les deux actants se définissent l’un en fonction de l’autre. Par exemple, dans « je lutte pour un monde juste », « je » est le sujet et il est orienté vers l’objet, à savoir « un monde juste ».

Les adjuvants et les opposants constituent une autre paire et leurs fonctions, respectivement, « consistent à apporter de l’aide en agissant dans le sens du désir, ou en facilitant la communication » et « à créer des obstacles, en s’opposant soit à la réalisation du désir, soit à la communication de l’objet » (Greimas, 1986, p. 178). Dans notre exemple ci-dessus, tous ceux qui vont aider ou favoriser l’action du sujet sont des adjuvants ; par contre les facteurs qui en constitueront des obstacles jouent le rôle d’opposant. Pour ce qui est du destinateur, il faut noter qu’il « est ce qui demande que la jonction entre le sujet et l’objet soit établie » (Herbert, 2007, p. 88) ; et quant au destinataire, il « est ce pour qui la quête est réalisée » (Herbert, 2007, p. 88). En d’autres termes, le destinateur est celui qui mandate ou incite le sujet à agir tandis que le destinataire est celui qui sera le bénéficiaire de la quête une fois réalisée. Greimas (1986, p. 180) résume le modèle actantiel de la manière suivante :

 

De ce qui précède, toute situation est un état ou une jonction, c’est-à-dire une « relation qui unit le sujet à l’objet » (Greimas, Courtés, 1993, p. 201). En sémiotique narrative, l’on parle d’énoncé d’état. Entre le sujet et l’objet, la jonction peut être positive, lorsque le sujet est conjoint à l’objet, ou négative quand il en est disjoint. Le Groupe d’Entrevernes (1979, p. 15) parle d’« énoncé d’état disjoint » où le sujet est en disjonction avec l’objet et d’«énoncé d’état conjoint » où le sujet est en conjonction avec l’objet. Dans notre exemple, le sujet « je » est disjoint de l’objet, un monde juste ; il s’agit dans ce cas d’un énoncé d’état disjonctif. Il se pourrait qu’il y ait un autre sujet qui soit dans cette même situation conjoint à l’objet, d’où un énoncé d’état conjonctif. Par exemple l’exploiteur sera, dans l’exemple que nous avons pris, le sujet conjoint à l’objet, cet objet étant ici le contraire d’un monde juste, donc le monde injuste. Ici, monde juste et monde injuste sont le même objet ; la différence tient seulement de l’appréciation des différents sujets.

Dans un discours, l’on peut identifier les différents états qui y sont évoqués. Ils sont susceptibles de changements ou de transformations ; du moins, les actants du discours peuvent œuvrer pour des changements des états, quitte à ce que ce désir réussisse ou échoue. «Le régime de l’action repose sur la transformation discontinue des états de choses. Une action relie deux situations, la situation initiale et la situation finale dont les contenus respectifs sont inversés…». (Fontanille, 2016, p. 198).

Les transformations ou les passages d’un état à un autre constituent un programme narratif (PN) qui sera impulsé par un actant appelé sujet de faire. Le PN peut être conjonctif ou disjonctif tel que indiqué par Courtés (1991, pp. 78-79). Lorsque la transformation vise à combler un manque par la liquidation de ce manque, c’est la procédure d’acquisition qui est soit transitive, soit réfléchie. Le Groupe d’Entrevernes résume la procédure d’acquisition comme suit :

Un même acteur assume le rôle de sujet operateur et le rôle de sujet d’état disjoint dans l’état initial et conjoint dans l’état final. Il s’agit pour cet acteur de s’attribuer à lui-même l’objet-valeur : c’est une opération réfléchie, on l’appelle APPROPRIATION. […] Le sujet operateur est représenté par un autre acteur que le sujet d’état conjoint dans l’état final. Il s’agit alors de faire acquérir l’objet à un autre : c’est une transformation transitive. On l’appelle ATTRIBUTION. […] Un même acteur assume le rôle de sujet opérateur et de sujet d’état conjoint dans l’état initial et disjoint dans l’état final. Il s’agit pour cet acteur de se disjoindre lui-même de l’objet : c’est une opération réfléchie, on l’appelle RENONCIATION. […] Le sujet opérateur de la transformation est un autre acteur que le sujet conjoint de l’état initial. Ce dernier est disjoint de l’objet par un autre : c’est une opération transitive, on l’appelle DEPOSSESSION. (Entrevernes, 1979, pp. 24, 25).

Dans cette logique, une attribution corrélée d’une renonciation entre respectivement le destinateur et le destinataire est un don tandis que l’appropriation impliquant une dépossession relève du schéma de l’épreuve qui « est défini traditionnellement comme la rencontre entre deux programmes narratifs… concurrents : deux sujets se disputent un même objet ». (Fontanille, 2016, p. 118).

Dans l’épreuve, il y a deux programmes narratifs concurrents et complémentaires. La réalisation de l’un entraine l’échec de l’autre.  Pour « la lutte pour un monde juste » que nous avons pris comme exemple, quand le premier sujet va réussir, le second se trouvera sans son monde « injuste ». C’est dans ce sens que nous comprenons Greimas et Courtés (1993, p. 131) quand ils affirment : « l’épreuve est une figure discursive du transfert des objets de valeur, qui suppose, de manière concomitante, une conjonction réfléchie (ou appropriation) et une disjonction transitive (ou dépossession), et qui caractérise le faire du sujet-héros en quête de l’objet de valeur ».

Par ailleurs, pour mener et réussir le combat de l’épreuve, chaque acteur doit déployer des stratégies en ayant en esprit que l’autre aussi en fait autant. Ainsi, chaque actant doit se projeter en avant en vue d’imaginer les stratégies de son adversaire. C’est de cette manière qu’il pourra mieux les contrecarrer et surtout mettre en œuvre sa propre stratégie. Dans cette perspective, et selon Fontanille (2016, pp. 202-203),

Le programme doit pouvoir alors être inventé par l’actant. C’est dans ce sens que ses calculs véritablement deviennent stratégiques… Lors de la mise en œuvre du plan d’attaque de la banque, par exemple, interfèrent d’une part le contre-programme de la sécurité et de défense de l’ordre, et d’autre part, ce qu’on appelle en général les impondérables. Dans ce cas, l’actant doit pouvoir combiner (1) la programmation à rebours, qui lui permet de conserver son objectif principal, (2) des schémas stéréotypés, permettant une réponse canonique, (3) un calcul stratégique à partir des représentations qu’il se donne de l’adversaire ou de l’« impondérable. 

Dans le cadre de cette réflexion, nous allons porter notre analyse sur deux discours du Président de l’ONG URPANAF en la personne de Kemi Séba. Le premier est un entretien intitulé « Kemi Séba : Panafricanisme 2.0 ? » qu’il a accordé à la chaine Youtube Thinkerview le 21 novembre 2018 sur divers sujets dont le sort des Noirs ; le second est une Conférence publique qu’il a animée le 21 décembre 2019 à l’Université de Ouagadougou à l’endroit de la jeunesse autour de la question du franc CFA (FCFA) et du terrorisme au Sahel. 

2- Configurations sémiotico-stratégiques des discours de l’ONG URPANAF

Le combat que mène URPANAF est tournée aussi bien vers des Africains que vers des Occidentaux. Dans la lutte, une stratégie inédite est utilisée tout en affichant clairement les axes d’un combat éprouvant.

2-1-Les discours de l’ONG URPANAF : l’expression d’une épreuve

Dans les discours dont Kemi Séba, Président de URPANAF, est sujet, nous identifions aisément les différents objets-valeurs qu’implique la quête. Dans ses deux discours, nous distinguons trois objets de lutte : il s’agit du combat contre le FCFA, de la lutte contre l’exploitation des richesses africaines au détriment des Africains et la lutte pour le respect de l’Homme noir. Lors de la conférence publique à Ouagadougou, il affirme :

La question du FCFA est un problème colonial et néocolonial ; et tout le monde le comprend… mais la seule force qui fait semblant de ne pas entendre, c’est Emmanuel Macron. Alors, nous disons à Emmanuel Macron d’entendre la voix, la douleur, la colère de la jeunesse africaine ; mais ça sera une perte de temps… Nous nous foutons de savoir si Emmanuel Macron comprend notre mobilisation… Nous parlons des nôtres qui font semblant d’avoir la surdité, qui font semblant de ne pas comprendre ce que nous disons…

Dans cet extrait, Emmanuel Macron et autres acteurs sont les opposants actantiels à combattre. Les siens dont il parle, ce sont les Présidents africains, les « sorbonnards » ou l’élite africaine qui, dans une complicité ou « concubinage incestueux » avec l’Occident, maintiennent le FCFA pour leurs intérêts personnels. Il fustige ces Présidents africains que sont « Alassane dramatique Ouattara », « le maquillage sale du Sénégal » et d’autres acteurs très connus comme l’ancien footballeur ivoirien Didier Drogba qui accompagnent le Président Macron dans le changement du FCFA à l’Eco, qu’il qualifie d’ailleurs de « changement cosmétique ».

Concernant la question du pillage des richesses africaines, il pointe du doigt « la France, l’armée française » présente au Sahel, « l’Etat Islamique » qui est un « mercenaire français » et les « terroristes endogènes » que sont les dirigeants africains. Il indexe la responsabilité des Présidents burkinabè, « une passoire politique », à qui il demande de retrouver son courage, et le Président du Niger, le « fou Issoufou ou Issoufou fou ». 

Quant à la lutte pour le respect de l’Homme noir, il s’insurge contre une pratique systémique dont les Africains et les Afro-descendants sont victimes. Il donne l’exemple du sort réservé aux Noirs en France qui ont été pris à partie par des manifestants contre la mort en 2006 de Ilan Halimi, un membre de la communauté juive. En voici un extrait tiré de son entretien sur Thinkerview :

Youssouf Fofana, sale nègre, les Juifs auront ta peau. Et tous les noirs qu’ils avaient trouvés lors de ces manifestations, ils les avaient tabassés… Quand j’entends, Youssouf Fofana, tu dois être jugé, tu dois être incarcéré, ce n’est pas mon problème. Youssouf Fofana est un criminel, à partir du moment où il commet un crime ce n’est pas mon problème… 

Ici, il accuse les Français, les Juifs, l’oligarchie occidentale, les médias français d’être des racistes, car s’étant attaqués systématiquement aux Noirs du simple fait que Youssouf Fofana, le criminel, est noir.  Pour lui, les criminels sont dans toutes les communautés, et il faut les juger comme tels et non tenir compte de la couleur de leur peau. Il prend l’exemple de Marc Dutroux, violeur-tueur de jeunes filles, qui est jugé en tant que criminel et non pas en tant que Blanc.

Dans le combat, URPANAF se fait accompagner par des acteurs comme la jeunesse africaine, certains dirigeants africains, certaines bonnes volontés et même les responsables dans des pays comme la Russie, l’Iran, le Venezuela… Ces acteurs sont leurs adjuvants et sont encensés sinon manipulés (au sens sémiotique du terme) afin qu’ils constituent un bloc contre les opposants qui sont de plusieurs ordres.

Au regard des configurations ci-dessus décrites, l’on est dans une situation d’une épreuve où le sujet URPANAF est en quête d’objets tels que la fin du FCFA, le non pillage des richesses africaines et le respect de l’Homme noir. Dans ces combats, des adjuvants lui donnent de l’aide ou facilitent l’acquisition des objets au détriment des opposants en vue de les rendre aux peuples noirs au nom de leur droit à l’auto-détermination. C’est donc un combat pour une appropriation corrélée à une dépossession.

2-2-Stratégies discursives dans la lutte

Dans le combat que mène l’ONG URPANAF, des stratégies sont utilisées. Nous retiendrons ici trois que sont l’usage d’une argumentation par le pathos, l’argumentation par l’exemple et l’éloquence de dérision.

D’abord, dans les discours nous distinguons le recours à une argumentation basée sur les émotions des allocutaires. Les discours cherchent à émouvoir l’auditoire, ce qui le met dans une posture où le raisonnement logique et rationnel n’est pas de mise. Pour exemple, lors de la conférence publique à Ouagadougou, Kemi Séba commence à qualifier les participants de « jeunesse révolutionnaire burkinabè responsable », et qualifie le pays d’hôte de « capitale du panafricanisme ». Cette façon d’aborder le public le place dans des conditions où il règne une confiance et un respect entre les interlocuteurs, ce qui tend à convaincre même si les arguments ne sont pas forcément fondés.

Ensuite, Kemi Séba utilise l’argumentation par l’exemple. Dans ce type d’argumentation, il présente des exemples du passé et les compare aux situations qu’il présente. Par exemple, il affirme que « l’armée française a échoué en Centrafrique, en Syrie et en Lybie » ; la conséquence qu’il tire est qu’elle échouera aussi au Sahel. Par la suite, il indique que cet échec est connu par tous, ce qui indique que la présence française au Sahel répond à des besoins de pillage de richesses et non de lutte contre le terrorisme.

Pour finir, Kemi Séba utilise dans son discours une certaine rhétorique qui dénigre ses opposants, toute chose qui excite ses interlocuteurs et les enthousiasme. Quand il parle du « fou Issoufou ou Issoufou fou », du « maquillage sale » du « dramatique Ouattara », il tient le public en haleine, toute chose qui le prédispose à épouser ses thèses ou positions.

 

3- Une stratégie en questionnement 

Une analyse des différentes stratégies dans le combat que mène l’ONG URPANAF dans la communication montre que certaines peuvent être améliorées sinon revues complètement. Etant nombreuses, nous retiendrons seulement deux qui, de notre point de vue, suscitent des interrogations et peuvent même contribuer à affaiblir la lutte ou à décourager certains militants, sympathisants ou tout simplement les adjuvants. 

Premièrement, il est à remarquer que dans les discours de URPANAF, beaucoup sont coupables et responsables des maux combattus. Il est bien vrai que dans tout combat, il y a des adversaires, mais il faut cependant avoir des amis, des adjuvants. Dans le schéma de URPANAF, nous observons que les adversaires sont aussi bien de l’Occident que de l’Afrique. La France, l’oligarchie financière occidentale, les Blancs, les médias français, les dirigeants africains, les intellectuels et élite africains sont autant de coupables et donc à combattre farouchement.  Pis, certains des amis d’hier son aujourd’hui devenus des adversaires : il s’agit du Président burkinabè, du Président tchadien, de l’homme politique gabonais Jean Ping, de Didier Drogba, de certains amis occidentaux…bref, le nombre est inconsidérable. Dans cette dynamique, le nombre des adversaires ne fait que s’agrandir, ce qui pourrait augmenter le risque de perdre le combat. Si l’on adjoint les adversaires traditionnels aux amis d’hier devenus les ennemis d’aujourd’hui, le réalisme voudrait que l’on reconnaisse que la tâche deviendra plus ardue car ils vont tous et ensemble œuvrer à démobiliser et à mettre en place des stratégies pour contrer le combat engagé. 

Deuxièmement, la violence verbale dont Kemi Séba fait usage à l’endroit de ses adversaires est tout à fait difficile à supporter du point de vue moral, surtout dans un contexte africain. D’abord, ceux qui ne sont pas partie au combat qui l’écoutent pourraient ne pas le prendre au sérieux. Cette situation discréditera son combat et ne créera pas de conditions favorables pour l’adhésion d’autres sympathisants. Ensuite, les injures ou propos indécents à l’endroit des autorités sont un couteau à double tranchant. Autant, ils peuvent affaiblir l’adversaire, autant ils aiguisent l’adversité car les victimes peuvent en faire une affaire personnelle ; le cas échéant, elles mobiliseront tous les moyens, mêmes illégaux, pour le combat, surtout qu’elles sont à la tête des Etats ou qu’elles disposent de moyens importants. Pour preuve, certains pays ont interdit Kemi Séba de séjour, ce qui limite gravement ses marges dans son processus de sensibilisation de la jeunesse pour qui il se bat. Enfin, cet usage de la violence verbale écorne son image dans la mesure où cela peut entrainer des poursuites judiciaires comme c’était le cas dans certaines contrées où il a été condamné. L’un dans l’autre, les propos d’une certaine discourtoisie enlèvent à la lutte sa noblesse et la place dans un axe de lutte passionnelle.

Conclusion

Les discours de l’ONG URPANAF véhiculent un combat dont la justesse n’est plus à démontrer si l’on considère que les hommes se valent et que tous sur cette terre aspirent à un mieux-être dans le respect de la dignité. Ce combat s’actualise avec plusieurs conquêtes qui semblent opposer des forces endogènes et exogènes pour le maintien de la situation pour certains et pour d’autres le changement. Avec les stratégies usitées, la lutte pourrait se heurter à des obstacles étant entendu qu’elle crée constamment de nouveaux adversaires, ce qui à terme pourrait inhiber les efforts et décourager les moins intrépides, synonyme de relâchement, toute chose qui maintiendrait la donne intacte pendant qu’elle devrait s’accommoder des nouvelles réalités du monde contemporain.

Bibliographie

Courtés, Joseph, (1976), Introduction à la sémiotique narrative et discursive : méthodologie et application, Paris, Librairie Hachette.

Courtés, Joseph, (1991), Analyse sémiotique du discours : de l’énoncé à l’énonciation, Paris, Hachette.

Fontanille, Jacques, (2016), Sémiotique du discours, Limoges, Pulim, 3e édition.

Greimas, Algirdas Julien & Courtés, Joseph, (1993), Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette Livre.

Greimas, Algirdas Julien, (1986), Sémantique structurale, 2e ed., Paris, Presses Universitaires de France.

Groupe, d’Entrevernes, (1979), Analyse sémiotique des textes : introduction, théorie – Pratiques, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Charaudeau, Patrick & Maingueneau, Dominique, (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.