Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Les chefs traditionnels à l’ère du numérique en Côte d’Ivoire 

 

Par Loroux Serge Pacôme Junior Djokouri

Loroux Serge Pacôme Djokouri est doctorant en histoire à l’université Alassane Ouattara Bouaké. Ses recherches portent sur les mutations en cours dans les sociétés traditionnelles en Afrique. Il écrit actuellement une thèse sur l’évolution du pouvoir politique traditionnel en pays bété de Gagnoa (Côte d’Ivoire).                 

Introduction

La vague d’idées démocratiques des années 1990 n’a pas seulement impacté le domaine politique en Afrique. La liberté d’échange et la liberté d’expression sont aussi le corolaire du système démocratique. Avec la libéralisation des Technologies d’Information et de Communication (TIC),  chaque individu est désormais libre de donner son avis sur tous les sujets. Du président de la République aux chefs traditionnels, tout le monde a accès aux TIC. Avant les années 1990, ces derniers communiquaient essentiellement à travers les canaux  comme le tam-tam, la corne, et l’homme. La caractéristique de ces canaux  est qu’ils ne suscitent pas de réponses directes des auditeurs. Mais depuis quelques années, le numérique entre dans le canal de communication des chefs. À travers des sites internet et des pages Facebook, ils rendent compte de leurs actions au public en s’exposant souvent à de grossiers commentaires. Cet article vise à analyser les enjeux de l’utilisation du numérique dans les stratégies de communication des chefs traditionnels. Il se base sur les observations issues des sites en ligne qu’ils utilisent. La démarche a consisté à suivre les commentaires des internautes lors des publications des chefs traditionnels. Cette étude s’élabore sur trois axes. Le premier présente les canaux traditionnels de communications utilisés par les chefs. Le deuxième  met en exergue les stratégies d’utilisation du numérique par les chefs. Le troisième axe présente les enjeux de l’utilisation des TIC par les chefs traditionnels à travers quelques commentaires sur leur page Facebook.

I – Les canaux traditionnels de communication

1- L’homme comme canal de communication politique

Dans la majorité des sociétés traditionnelles de Côte d’Ivoire, l’homme est le principal canal de communication des autorités politiques. Dans le cadre des réunions privées, le chef instruit un émissaire pour passer les informations et distribuer les convocations (GBAYERE, 1998). Dans les sociétés à État comme celle des Akan, l’envoyé du roi peut être un porte-canne (idem) tandis que dans les sociétés lignagères comme les bété, l’émissaire peut être un neveu ou un jeune garçon envoyé au chef par ses parents  (DOZON, 1985). L’émissaire se charge de faire du porte-à-porte pour informer les individus des désirs du chef ou du roi. Les réactions ou les réponses des individus aux chefs sont données à l’émissaire qui les transmet au chef ou au roi dans la plus grande discrétion. L’ébruitement des informations ou des messages que le chef échange avec ses collaborateurs est presque impossible en raison du respect des principes de sagesse. Pour les informations d’ordre public, les autorités sollicitent les services du crieur public ou du griot. Ces émissaires qui ont pour mission de passer les informations émanant du chef au grand public sont moins discrets que les premiers. 

Ils sont choisis parmi les citoyens pour le caractère imposant de leur voix et leur maitrise de la parole. En effet, chaque famille a sa particularité. Pour inciter chacune d’elle à répondre favorablement à la convocation, le messager procède par déclamation. C’est donc un véritable art accompagné d’une forte connaissance de l’histoire du village et des familles. Ici, il n’y a aucune réponse directe. L’information passe sans échanges. Le messager se contente d’informer la population et n’attend aucune réaction directe de celle-ci. 

2-Les instruments d’alerte 

Plusieurs instruments sont utilisés pour passer les informations. Il y a entre autres, les instruments à vent (corne ou ivoire), les instruments à cordes (guitares) et les membranophones (tambour-parleur). Mais on retient que l’exemple du tam-tam parleur pour sa forte représentativité dans tout l’espace ivoirien. Le tambour-parleur est utilisé par les autorités pour informer (Pepper, 1956). Sa particularité est qu’il a la possibilité d’informer un nombre plus important de personnes. Il parle, non seulement à ceux qui n’ont pu se rendre aux champs, mais aussi à ceux qui sont loin du village et occupés par les travaux champêtres. Le son du tam-tam peut également atteindre les villages voisins. Le tambour-parleur ne parle pas dans le vide. Il est utilisé pour les grands évènements (décès de personnalité, grandes cérémonies, ou guerres). À chaque village correspond un code particulier que seuls les initiés peuvent comprendre. Au-delà des vivants, le tambour a la  possibilité d’envoyer des informations aux ancêtres.

La spécificité  du discours tambouriné est sa capacité à  susciter des réactions directes. Par exemple, un tambour peut envoyer des messages à un village voisin. Dans l’immédiat, le tamboureur de l’autre village peut répondre en battant son tambour. La réponse au message suit ainsi le même canal. Ici, seuls les initiés peuvent communiquer entre eux même si tout le monde peut entendre le son du tam-tam. Dans ce cas de figure, les réactions libres sont quasi impossibles. Il en ressort que la communication traditionnelle peut susciter des réactions. Cependant, celles-ci sont mesurées et cadrées de sorte à protéger l’image des autorités. 

II- Les stratégies d’utilisation du numérique

Dans les années 2000, la majorité des villages ivoiriens voit l’apparition d’anciens fonctionnaires dans les institutions traditionnelles comme chefs. Au même moment, les canaux de communication prennent un nouveau tournant. Internet se généralise, devenant ainsi le moyen privilégié de diffusion des informations et d’atteinte du plus large public. Depuis, il est au cœur des mœurs des populations. Selon le ministère de la communication, la Côte d’Ivoire enregistre 17 millions d’abonnés à internet en 2017. On ne peut donc l’ignorer dans la politique moderne de communication. Avec l’arrivée au pouvoir des chefs intellectuels, ce moyen est privilégié pour passer des informations relative aux activités des chefs pourtant gardienne des us et coutumes. Les chefs de villages privilégient les revues de presse en ligne, les sites officiels et les réseaux sociaux. Ce choix s’explique d’abord par le fait que les villages africains souffrent d’une grande vague d’exode rural. Les jeunes se déplacent vers les grandes villes. Les fonctionnaires y vivent pour travailler. Ces derniers ne viennent au village que rarement (Gibbal, 1973). Comme internet offre un certain « brouillage de l’échelle territoriale » (Dupuy, 1991) telle que la possibilité d’être « ici et ailleurs » au même moment (Bertrand, 2001), les chefs traditionnels se dotent de cet instrument pour informer la population locale et la population globale.

  En plus, avec la loi n°2014-428  du 14 juillet 2014, la mission officielle de la chefferie est d’œuvrer pour la réconciliation et la paix au niveau national. Dès lors le chef n’est plus uniquement traditionnel. Il devra agir dans un monde contrôlé par les hommes politiques. Ils n’hésitent donc pas à publier leurs activités sur Facebook et sur des sites internet. Mais les sites internet ou les journaux en lignes génèrent une rubrique dénommée « Commentaire » dans laquelle les internautes postent leurs avis ou leurs impressions. Ils revêtent dès lors, un véritable enjeu pour les chefs traditionnels dont la fonction exige discrétion.  

III – les commentaires et les enjeux de l’utilisation du numérique

Selon le  dictionnaire le petit Larousse grand format 1996, le commentaire peut être défini comme une remarque, ou un exposé qui explique, interprète, apprécie un texte ou une œuvre. Appliqué sur internet, Il a bouleversé les modes traditionnels de communication. Avec l’avènement des commentaires en ligne, les avis des lecteurs ou de l’auditoire sont directement perceptibles. Internet avec cette rubrique est donc un instrument à double tranchant. Son utilisation peut être « bénéfique, mais peut être tout aussi destructrice » (Jean Michel, 1998). Bien qu’il y ait de nombreux  sites portant les commentaires sur les activités du chef, mais on isole ici la page Facebook de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT) en raison de son caractère officiel.

1-Les commentaires positifs

Les commentaires positifs peuvent être compris comme les prises de positions des internautes en faveur des informations postées par les chefs traditionnels. Plusieurs visiteurs de la page Facebook des chefs postent des avis positifs après lecture des publications. Ces avis favorables ont la « vertu de faire la publicité » (Thierry Poupard, 2011). L’internaute qui trouve pertinente une information sur le site des chefs a la possibilité de la partager. Le partage de cet avis multiplie les vues sur internet en faisant la promotion du chef auprès d’autres internautes. La circulation des avis positifs  assure ainsi la promotion de l’autorité traditionnelle auprès des différentes couches de la population.

Aussi, les commentaires positifs  forgent la réputation du chef traditionnel. Ils permettent de soigner l’image de celui-ci. Dans le commentaire sur l’information publiée le 6 mars 2020, relatives aux remerciements adressés au gouvernement,  un internaute réagissait ainsi : «  Félicitations à Sa Majesté pour son Leadership et sa maîtrise de soi. Grâce à ses bonnes actions, la chambre gagne aujourd’hui et c’est tout le monde qui gagne. Félicitations à toutes et à tous. En particulier un personnel dynamique et infatigable. » Un autre félicite les chefs pour leur discours tenu dans la lutte contre la maladie à corona virus « Vraiment merci que dieu nous protège Aminnnn souma Aminnnn vraiment  Félicitations, ». Ces commentaires renvoient un écho positif. Ils peuvent contribuer à polir l’image du chef. Les commentaires élogieux des internautes qui découlent bien entendu de la pertinence des activités postées par les chefs, peuvent permettre de renforcer la confiance entre les chefs et la population en majorité jeune, influencée par la modernité. 

2- Les commentaires désobligeants 

Sur le site des chefs traditionnels et sur leur page Facebook, les internautes postent plusieurs commentaires, souvent désagréables.  L’internaute en visite sur le site des chefs, est libre de ses commentaires. Alors, certains internautes ne se privent pas de critiquer vivement les chefs. Ainsi, un internaute écrit ce qui suit : « pourquoi vous êtes obligés de porter un masque pour parler ? Cela s’appelle de l’exagération et ça n’a aucun sens.  Finalement tout le monde veut prouver quoi? (…).Un autre pose son commentaire en ces termes : « Pour parler encore et étant seul face au micro, tu es obligé de porter masque Puffff vraiment». Un autre commentaire désobligeant s’attaque à la place du chef traditionnel.  : « Voilà des gens payés à ne rien faire ».  De ce qui précède, il faut dire que les commentaires sont faits avec légèreté. Ces internautes n’utilisent aucune formule de politesse pour s’adresser aux chefs. À travers le ton utilisé, on perçoit le manque de considération dont peuvent faire preuve certains  dans leur discours aux chefs. Les commentaires injurieux ou critiques vulgaires auront pour corolaire la démystification de l’autorité coutumière et partant le nom respect des us et coutumes. De cette façon, le chef traditionnel risque de perdre son autorité et son influence peut être remise en cause. Partant de ce postulat, la liberté d’expression suppose parfois injure, opprobre, manque de respect de l’autorité. Le chef a intérêt à faire bon usage de l’internet afin de garder sa crédibilité et son autorité. 

                                            Conclusion

À l’issue de cette étude, on retient que depuis peu, les chefs traditionnels intègrent le numérique dans leur stratégie de communication. La particularité de ce canal est sa grande liberté d’expression accordée à tous les individus. Dès lors, les chefs sont exposés à des commentaires souvent peu appropriés, voire injurieux. Cependant, les commentaires désobligeants ne sont pas forcément négatifs car les chefs peuvent s’en servir pour améliorer leur système. Les commentaires positifs ne sont pas non plus tous productifs parce qu’ils favorisent, bien souvent, des décisions impopulaires. Les chefs gagneraient donc à utiliser internet avec prudence.

                                   Bibliographie

ANY-GBAYERE S. (1998), Gestion des réunions en Afrique, Séoul, Haedong/confors. 

BERTRAND N. (2001) « Technologies d’information et de communication : quel rôle dans les dynamiques territoriales de développement ? », In : Armand Colin, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 135 – 152.

DOZON J-P. (1985), La société Bété, Histoires d’une « ethnie » de Côte d’Ivoire, Paris, Katharla Orstom.

DUPUY G. (1991), « Nouvelles technologies, nouveaux territoires ? pour conclure », in Entreprises et territoire en réseaux, direction F. ROWE et P. VELTZ, Presse de I ‘École Nationale des Ponts et Chaussées, 291-300.

MICHEL J. (1998), « les nouvelles technologies de l’information et de la communication », In: Sciences et techniques éducatives, volume 5, n°3, 263-269.

PEPPER H. (1956) « Les messages du tam-tam se répandent en Afrique », ORSTOM fon documentaire n° 22990, 79-83.

POUPARD T. (2011), « Les Avis sur Internet appliqués au monde de la restauration » : www.service-attitude.com.

GIBBAL J-M. (1973) « Le retour au village des nouveaux citadins. Résultats d’enquête et amorce de réflexion méthodologique», In: Cahiers d’études africaines, volume 13, n°51, 549-574.




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.