Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Décentralisation et amélioration de la gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’Extrême-Nord au Cameroun

Par Jean Clovis KAMDEM

Jean Clovis Kamdem est titulaire d’un master recherche en Sciences Sociales pour le développement, inspecteur Pédagogique Régional des Sciences et Technologie du Tertiaire en charge de l’Action et de la  Communication Administrative et chercheur à l’Université de Maroua/Cameroun. 

Le contexte dans lequel notre étude a été menée est la région de l’Extrême-Nord. Nous avons porté un intérêt capital sur le questionnement de la décentralisation au Cameroun à travers les compétences qui ont été transférées de manière générale. De manière spécifique, il s’agit de mesurer et analyser l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. En s’appuyant sur les théories telles que la théorie de la dépendance selon Pfeffer et Salansik, (1978). Le Petit Larousse (2007) définit la décentralisation comme étant « un système d’organisation des structures administratives de l’État qui accorde des pouvoirs de décision et de gestion à des organes autonomes régionaux ou locaux (collectivités locales, établissements publics). Au XXe siècle, nous avons une définition plus psychotechnique dans le domaine des apprentissages : Bresson et Pierron, (1957 : 64) « phénomène par lequel les progrès obtenus au cours de l’apprentissage d’une certaine forme d’activité entraînent une amélioration dans l’exercice d’une activité différente, plus ou moins analogue». La décentralisation administrative promulguée par la constitution du 18 janvier 1996 est la réforme administrative la plus importante jamais réalisée au Cameroun depuis l’État unitaire le 20 mai 1972 ; assurément, la réforme la plus importante que notre pays a pu faire afin d’orienter son développement économique socioculturel, éducatif, sanitaire etc… de notre pays. 

L’État traditionnel camerounais ne souffre pas seulement de centralisation des décisions et de concentration des services dans l’aire métropolitaine ; il est aussi particulièrement affecté par un ensemble d’autres dysfonctionnements dans l’organisation des services publics. Ces traits qui caractérisent la mal administration dont souffre le pays sont aussi bien connus. La mauvaise gestion de ces ressources par le gaspillage qu’elle entraîne constituera nécessairement un obstacle à la décentralisation. Il est question de présenter la décentralisation administrative comme effet levier pouvant améliorer la gestion des établissements des enseignements secondaires.

Problématiques sur le transfert  de compétence et la gouvernance locale des établissements des enseignements secondaires

Le concept de gouvernance locale ou territoriale vise aussi bien à rationaliser les formes de management territorial à travers les circonscriptions administratives, qu’à permettre de conduire des actions économiques efficaces et de constituer des territoires performants. Centrée sur la répartition des pouvoirs entre les acteurs organisationnels, la gouvernance publique locale met la lumière sur les mécanismes de coordination nécessaires à l’intérieur et à l’extérieur d’une organisation pour réguler les conflits d’intérêts entre ses différentes parties prenantes. C’est pourquoi, dans la plupart des communes de la région de l’Extrême-Nord, il existe certaines communes qui assurent la charge des écoles et celles des collèges et lycées. De ce fait, d’autres préoccupations taraudent notre esprit, à savoir : quelles sont les causes qui entraîneraient la mauvaise utilisation des compétences transférées ? Au regard de l’engouement peu reluisant manifesté autour de l’éducation de manière générale au Cameroun et en particulier dans la région de l’Extrême-Nord et au regard de ce qui précède, quelles sont les facteurs dus à l’insuffisance des ressources transférées quand bien même lorsque les ressources sont transférées, existe-t-il une bonne gouvernance en matière d’utilisation de ces ressources ? Suite aux dispositions prises par l’État pour la mise en œuvre de la décentralisation au niveau local, la marge de manœuvre  des communes se trouve réduite.  L’inefficience de la gestion des ressources transférées empêche la collectivité d’assurer les services de L’État correspondant aux nouvelles compétences des départements et régions. De ce fait, la coopération intercommunale et le partenariat accompagneraient la commune à son épanouissement.

Revue de la littérature sur le transfert de compétence

Le transfert des compétences administratives influence l’amélioration de la gestion des établissements des enseignements secondaires. Des auteurs nous ont précédés. Afin de suivre le fil d’Ariane laissé qui entrevoit la poursuite de la recherche, plusieurs écrits ont servi à l’élaboration du cadre d’analyse général. 

Au Cameroun, la décentralisation administrative est perçue comme le fait, pour l’État, de confier la gestion d’une région, d’une commune ou d’une communauté rurale à un conseil élu (Diouf, 1997). L’étape qui marque cette décentralisation est la régionalisation survenue dans la Constitution du 18 janvier 1996. Par rapport à l’éducation, la décentralisation paraît avoir un intérêt. Plusieurs pays du Nord l’expérimentent depuis longtemps et semblent en tirer beaucoup de bénéfices. Pelletier (2001 : 26-27) pense que « la mise en place d’un processus de décentralisation est présentée comme une stratégie prometteuse pour l’accroissement de la qualité générale de l’éducation et la réussite scolaire des élèves.» Mais l’auteur s’empresse de souligner que cela ne peut fonctionner si certaines conditions techniques et matérielles ne sont pas remplies. Parmi ces conditions, il cite la stabilisation des effectifs scolaires, la mise à disposition de structures d’accueil et de gestion, la formation adéquate du personnel de direction et du personnel enseignant. Il reste à savoir si le Cameroun remplit ces conditions pour espérer que le secteur de l’éducation puisse fonctionner.

Ainsi, par exemple, dans le domaine d’application choisi ici, l’éducation et la formation professionnelle, les chercheurs se sont appliqués à trouver un sens à l’action régionale, une cohérence régionale de l’action publique. Se faisant, ils sont partis, consciemment ou non, d’une « posture État », un peu technocratique, avec dans l’esprit les modes de pensée et d’action de l’état et l’idée que le « transfert de compétences » était une sorte de translation, d’homothétie. 

Après de nombreuses interrogations au sujet de la meilleure forme de gouvernance possible, l’intérêt de la question se trouve recentré autour de son but. Tout aussi important que la manière, le but de la gouvernance a fait couler beaucoup d’encre. Ainsi, il ne suffit pas de savoir comment gouverner ; encore faut-il savoir pourquoi le faire. C’est notamment à cette préoccupation que Schneider (1999 : 8) tente de répondre lorsqu’il affirme qu’au-delà de la gouvernance « classique », « la gouvernance participative (…) débouche potentiellement sur une plus grande efficacité au niveau de la prise des décisions et des résultats ». Pranab Bardhan (1997 : 51) affirme que la décentralisation a une signification différente selon les personnes qui ont des raisons multiples de la soutenir (…). Les avantages de la décentralisation, définie comme un transfert de pouvoir, seront tout d’abord énumérés (…).

Hypothèses et élaboration de l’opérationnalisation Hypothèses statistiques :

H: La décentralisation n’influence pas l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires. Contre H: La décentralisation influence l’amélioration de la gestion administrative des collectivités territoriales des  établissements des enseignements secondaires.

Opérationnalisation de la variable dépendante

VD : Gestion administrative des établissements des enseignements secondaires

Indicateurs 

Les problèmes liés à la gestion de votre établissement, les freins à l’implémentation de la décentralisation, mobilisation des ressources financières pour l’autonomie financière de votre établissement, participation à la gestion pédagogique des enseignements de votre établissement, le bénéfice des avantages liés aux transferts de compétence, le bénéfice de l’assistance de l’autorité communale, le domaine d’assistance.

Modalités 

Comme modalités nous utiliserons : l’appréciation Bonne et Moins bonne qui nous permettra d’être efficace lors de l’analyse. 

Méthodologie 

La méthode retenue pour cette analyse sera une méthode hypothético déductive R. Quivy et I. V. Campenhoudt, (1995 : 116). Nous partons d’abord de l’existant qui est la résultante des travaux des autres chercheurs en termes de généralité, ce qui sera suivi d’une enquête et d’une analyse de notre propre champ d’action ; enfin, nous commenterons nos propres résultats.

Questionnaire comme outil d’évaluation

Dans ce processus de recherche, nous avons opté pour une approche quali-quantitative avec l’appui d’un questionnaire d’enquête, sans oublier que sur la base des occurrences, des observations ont été effectuées.

Outils d’intervention

En ce qui concerne la mesure des données, nous utiliserons le logiciel SPSS v20, installé dans un PC Core i5 avec un système d’exploitation de Windows 8, tout en appliquant le test de la régression logistique binaire, le test de Khi deux, et pour le traitement de texte, le logiciel Microsoft Word 2013. Comme instruments de collecte des données, nous avons utilisé le questionnaire d’enquête.

Déroulement 

Après avoir procédé à la consultation des divers documents portant sur la décentralisation et la gestion des établissements des enseignements secondaires, des observations, et entretiens ont été effectués, suivis des questionnaires administrés à 75 participants. Enfin nous avons procédé à des analyses.  

Caractéristique de l’échantillon 

La présente recherche repose sur une enquête effectuée auprès d’un échantillon de 75 participants regroupés en plusieurs catégories. Au regard du diagramme à secteur ci-dessous, 4 % des maires ; 4 % adjoints aux maires ont répondu. 1,33 % sont des agents communaux et 42,6 % sont des conseillers municipaux, ce qui représente l’ensemble des personnels de l’administration communale qui ont fourni les réponses sur l’ensemble des indicateurs. Toutefois, s’agissant des responsables des services de la gestion des établissements des enseignements secondaires, 6 % des chefs d’établissements et 9,33 % des censeurs chefs des travaux et surveillants généraux se sont partagés le même pourcentage. Le total de 100 % des enquêtés équivalent à 75 individus.

Méthodes d’analyse

À visée exploratoire, cette méthode d’analyse statistique sert avant tout à explorer dans le détail des variables.

Résultats 

Afin d’analyser et mesurer Le lien qui existe entre la VI (décentralisation administrative) et la VD (gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires), la variable dans l’équation du modèle exécuté sur les 75 observations disponibles et les données estimées ont permis de construire la matrice de l’équation ci-dessous.

Tableau 1 : Variables dans l’équation du modèle de recherche 

 

A

E.S.

Wald

Ddl

Sig.

Exp(B)

IC pour Exp(B) 95%

Inférieur

Supérieur

Etape 1a

VI11

,551

,348

2,506

1

,113

1,736

,877

3,436

VI12

-1,877

1,202

2,436

1

,119

,153

,015

1,616

VI13

,201

,305

,434

1

,510

1,222

,673

2,220

VI14

,016

1,315

,000

1

,990

1,016

,077

13,375

VI15

,878

,637

1,903

1

,168

2,407

,691

8,386

VI16

-,206

,596

,120

1

,729

,814

,253

2,616

VI17

,125

,688

,033

1

,856

1,133

,294

4,369

Constante

69,062

1259,746

,003

1

,956

9842E+29

   

a. Variable(s) entrées à l’étape 1 : VI11, VI12, VI13, VI14, VI15, VI16, VI17 et Vi18.

Écriture de l’équation du modèle  

L’équation du modèle isolé de l’hypothèse de recherche écrira alors :

Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec.= 11+e(69,062+0,5511,877+0,201+0,016+0,8780,2060,125)

Avec :Ges.Coll.Ter.Ets.Ens.Sec. (VD): Gestion des collectivités territoriales des établissements d’enseignements secondaires.

Analyse et discussion du modèle

Quatre (05) variables expliquent mieux la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires ; il s’agit de la VI15 : Tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales présentant un Exp(B)=2,407 ; la VI11(Niveau de ressources transférées  dans votre commune) avec unExp(B)= 1,736 ; le Odds-ratio ou Exp(B) de la VI13 = 1,222 028 : Freins à la décentralisation tandis que  1,016=VI14 (Perception de  la déconcentration du pouvoir éducatif au sein des communes) et 1,133= pour la VI17 : Échelle de satisfaction de cette autonomie. On peut conclure que la tutelle administrative comme frein à la gestion des affaires locales a deux fois plus de chance d’expliquer la gestion administrative des établissements d’enseignements secondaires et que le transfert de compétences est la solution pour le développement des communes. 

Après avoir mesuré et analysé l’influence de la décentralisation sur l’optimisation de la gestion administrative des collectivités territoriales, et plus précisément, celle des établissements scolaires dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, nous avons obtenu les résultats suivants  : le Xlu2=14,067  et XCal2=8,484 ddl=7 donc le  XCal2<XLu2 ; le R² Cox  et Snell est de 0,107 ; et le R² Nagelkerke  est de  0,143 comme décision et inférence statistique  Ho rejetée et, Ha acceptée alors l’hypothèse est confirmée.

Parvenu au terme de cet article qui a porté sur la décentralisation et l’amélioration de la gestion  des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’extrême-nord au Cameroun, il convient de rappeler que l’objectif général qui avait été fixé était de  mesurer et analyser l’influence du transfert de compétence sur l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. Suite à une étude empirique et la consultation des divers documents, des analyses, des observations et des questionnaires administrés, il a été constaté des réalités sur le terrain, et notamment que le transfert de compétences fait face à l’insuffisance des ressources des collectivités locales, qui utilisent presque la totalité de leur fond de dotation émanant de l’État pour leur fonctionnement. Pour mener à bien ce travail, nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle le transfert des compétences influence l’amélioration de la gestion administrative des établissements des enseignements secondaires. D’après les tests, comme décision et inférence statistique Ho rejetée et, Ha acceptée, l’hypothèse est confirmée. Certes, ce transfert vise la responsabilisation des acteurs locaux et leur implication dans le développement économique, social et culturel de leur collectivité, mais les moyens aussi bien financiers, matériels, et humains font défaut. Il est donc nécessaire et même désormais indispensable pour les collectivités locales de se tourner vers la coopération décentralisée pour viabiliser leur localité et améliorer les conditions de vie de leurs populations. 

Bibliographie : 

Bardam, P. (1997). La gestion des affaires publiques au service du développement. Une approche par l’économie politique. Paris, Centre de développement de l’OCDE. 

Campenhoudt, R. Q. (1995). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris, Dunod.

Cox, D. R. (1989). The Analysis of Binary Data, 2nd éd. Londres, Chapman and Hall.

Diouf, A. (1997). Le transfert de compétences: partage du pouvoir entre l’État et les Collectivités locales. Dakar, SAFEFOD.

Nagelkerke, N. J. (1991). A note on the general definition of the coefficient of determination. Biometrika. 

Pelletier, G. (dir.) (2001), Autonomie et décentralisation en éducation : entre projet et
évaluation. Montréal, Labriprof. 

Pfeffer J., Salansik. G. (1978). The external control organizations and resource Dependence perspective. New York, Harper and Row Publisher.

Saint-Pierre, M., Brunet, L. (dir.) (2004). De la décentralisation au partenariat :
administration en milieu scolaire. Québec, Presses de l’université du Québec.

Schneider, H. (1999). Gouvernance participative : le chaînon manquant dans la lutte contre la pauvreté. Paris, OECD (Coll. Cahier de politique économique). 




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

2 réponses sur « Décentralisation et amélioration de la gestion des collectivités territoriales des établissements des enseignements secondaires dans la région de l’Extrême-Nord au Cameroun »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.