Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

Des femmes et des savoirs : dynamique de la construction sociale des rapports de production dans la filière textile au Burkina Faso

Par Laura FORTIN

Laura Fortin est doctorante en anthropologie sociale à l’EHESS, sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo (IIAC-LAIOS), Laura Fortin est l’auteure de « La trame d’une anthropologie textile. Soixante-quinze ans d’évolution de l’artisanat textile féminin au Burkina Faso (1912 – 1987) », ‌(halshs-02107114) et « L’habit ne fait pas le genre. Fabrication textile et rapports de genre au Burkina Faso », Annales de la Fondation Martine Aublet.

A l’heure où la transformation du coton est présentée comme un levier de développement pour le Burkina Faso, l’un des premiers pays cotonniers du continent africain, on s’intéresse aux savoirs construits par les femmes et aux places négociées par celles-ci au sein des rapports de production de la filière textile. L’engouement pour le tissu local, affiché médiatiquement et politiquement depuis 2015 par le gouvernement formé après la chute de Blaise Compaoré, nous renvoie trente ans en arrière, à l’époque du président Thomas Sankara. Celui-ci avait baptisé ce tissu en langues nationales le « faso dan fani » (pagne tissé de la patrie) et y avait associé l’identité burkinabè et la fierté du patrimoine national. Malgré une forte pression exercée par les importations de textiles asiatiques, le faso dan fani semble jouir d’un regain de popularité dans le « pays des hommes intègres » et pose la question du développement d’une filière textile locale au profit des femmes, principales artisanes, aux côtés d’une petite industrie de filature.

Partant du constat d’une division sexuelle du travail dans les activités textiles, on interroge ici les rapports de production entre les femmes et les hommes au sein de cette filière et leur recomposition à travers la construction et la transmission de savoirs spécifiques, à la fois techniques et sociaux, au sein du groupe d’artisanes.

Ce travail s’appuie sur un terrain ethnographique de 15 mois au Burkina Faso, réalisé grâce au soutien financier du Prix Ariane Deluz et de la Fondation Martine Aublet, et sur l’analyse d’archives missionnaires, coloniales et institutionnelles. L’enquête s’est portée principalement sur le plateau Mossi et sur les villes de Ouagadougou, la capitale, et Bobo-Dioulasso, où vit cette ethnie majoritaire du Burkina Faso. Je me suis attachée à interroger les différents acteurs de la chaîne de valeur de la transformation textile : notamment les artisanes et les artisans, les industriels de l’usine de filature burkinabè et les commerçants.

 

Une division sexuelle du travail sous la contrainte de rapports productifs ?

 

Si les femmes sont, en 2020, largement majoritaires dans le processus de fabrication artisanale des étoffes (teinture et tissage principalement), elles sont largement minoritaires au sein du processus de fabrication industrielle du fil (filature), de l’approvisionnement en matière première (vente des fils de coton) et de la commercialisation des tissus sur les marchés.

 

Le métier de teinturière-tisseuse, en tant qu’activité économique principale, n’existait pourtant pas avant le début des années 1980. Les femmes Mossi – comme celles des autres ethnies de la région – pratiquaient des activités liées au coton et détenaient des savoir-faire spécifiques, mais ces activités appartenaient à un mode de production domestique et étaient considérées comme un complément de revenu annexe, au côté de travaux agricoles (Schwartz, 1993). Le métier de tisserand était, lui, traditionnellement masculin et à l’époque précoloniale, interdit aux femmes. Avec l’introduction d’un mode de production capitaliste industriel au début du XXe siècle, sous la colonisation française, la division du travail évolue avec l’apparition et la manipulation des machines. Comme observé dans de nombreux pays africains à l’exception de l’Afrique du Sud (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207-216), les femmes de Haute Volta (ancien nom colonial du Burkina Faso) sont peu impliquées dans l’industrialisation du pays. Le colonisateur, réticent à employer dans l’industrie des femmes jugées incapables de comprendre la modernité, faute d’instruction, préfère assigner ces travaux techniques à des hommes (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 207). En outre, la scolarisation des garçons favorise, dans le contexte urbain ouest africain, le report d’une partie de la population masculine active vers des emplois administratifs et commerciaux (Cordonnier, 1982 : 28). Se recomposent alors, d’une part, les rapports sociaux entre les artisans, anciens détenteurs du capital technique, et les nouveaux ouvriers, davantage rémunérés et socialement valorisés dans une société de plus en plus fondée sur l’échange monétaire et dont les besoins augmentent avec la progression de la mécanisation. La catégorie des artisans est déclassée, à l’instar de ce qu’observe M’Halla dans l’industrie de la soie à Tunis (1983 : 120). D’autre part, les jeunes femmes initiées à de nouveaux savoir-faire textiles par les sœurs missionnaires chrétiennes à Ouagadougou et dans les différents postes régionaux de la Mission, investissent l’artisanat textile et le petit commerce et parviennent à se glisser dans les interstices libérés par les hommes et par le marché. Mais ces activités artisanales peu lucratives – temps de travail faiblement rémunéré pour proposer des services compétitifs sur le marché de la consommation, surtout au regard des produits d’importation (Coquery-Vidrovitch, 1994 : 221) – et socialement déclassées, participent d’une recomposition des rapports de production au détriment des femmes.

 

Aujourd’hui encore, les femmes sont surreprésentées dans le secteur de l’artisanat textile, secteur principal de la filière textile burkinabè après la fermeture de la seule usine textile en 2001. Par ailleurs, elles restent largement absentes des étapes industrielles et commerciales de la chaîne de valeur, qui sont pourtant les plus stratégiques et rémunératrices.

 

Les artisanes rencontrées témoignent, en effet, de la difficulté constante de rémunérer leur travail, de structurer et de développer leur production. Nombreuses sont celles qui entrent et sortent périodiquement dans l’activité de teinture-tissage, au gré de la disponibilité de leur fonds de roulement pour s’approvisionner en fils et de l’assurance de débouchés pour leur production. Travaillant, pour la grande majorité d’entre elles, à domicile, elles doivent articuler leur activité artisanale avec leurs obligations domestiques, donnant souvent la priorité aux secondes, ce qui leur fait perdre en productivité. Parfois isolées tant géographiquement que socialement, elles sont ainsi nombreuses à éprouver des difficultés pour vivre au quotidien de cette activité et subvenir aux besoins de leur famille.

 

L’artisanat textile féminin, comme activité et produit de cette activité, le faso dan fani, jouit pourtant médiatiquement et politiquement d’un engouement croissant de la part de la sphère politique, des ONG du développement et de la population en général. Le port du tissage local, arboré fièrement comme marqueur de l’identité burkinabè et gage d’un artisanat africain de qualité participe d’un marché en expansion, notamment depuis 2015, à l’échelle nationale et sous-régionale. Par conséquent, on s’interroge sur ce que ces éléments, malgré l’existence d’un marché croissant, traduisent du fonctionnement du secteur textile et de l’organisation des rapports de production. On revient, pour cela, aux procès de travail féminins, en questionnant leur homogénéité et leur apprentissage.

 

Standardisation des procès de travail féminins et construction d’une catégorie professionnelle

 

À l’exception d’un centre de production géré par l’État délivrant des formations à la demande, la formation en teinture-tissage s’effectue par le biais d’associations privées (souvent financées par des ONG internationales) et religieuses, ou directement auprès d’une voisine ou d’une parente. La formation peut aller d’un mois à un an et constitue en l’apprentissage technique des processus de teinture (dosage des couleurs et des adjuvants, manipulation des fils) et de tissage (prise en main du métier à tisser, montage de la chaîne, reproduction des motifs). Bien que courte et peu spécifique sur le plan technique, cette formation est avant tout une transmission de savoirs qui tend à se standardiser. En effet, on observe que les procès de travail hétérogènes s’uniformisent et les étoffes se normalisent depuis le début des années 2000. Par exemple, les teintes et les mélanges de couleurs tendent à être stabilisées et reproductibles. Les largeurs et longueurs des bandes de tissus sont fixées à 30x160cm pour un pagne à 4 bandes et 40x160cm pour un pagne à 3 bandes – le nombre de bandes étant défini selon le motif à réaliser. Les motifs, figés et bien identifiés – certains sont même baptisés par des noms reconnaissables –, constituent un répertoire qui circule entre les artisanes. Enfin, le métier à tisser et ses accessoires sont reproduits quasi-systématiquement à l’identique.

 

Cette augmentation des prescriptions du travail artisanal tend à limiter la place de l’improvisation et à uniformiser les procès de travail, stabilisant les artisanes du textile dans de nouvelles conditions productives (Cornu, 2001 : 40-41). Si selon Roger Cornu, cet aspect démultiplie les moyens de domination dans les sociétés capitalistes industrielles (2001 :41), il participe également, à mon sens, à la construction d’une catégorie professionnelle identifiable, par l’homogénéité du travail réalisé et sa qualité, et par l’organisation de la production et la reconnaissance de compétences techniques et professionnelles propres au groupe.

 

Au sein d’une économie textile tendue, sous la pression des importations asiatiques et européennes et dans un contexte de pauvreté locale, la construction et la reconnaissance de cette catégorie professionnelle des « tisseuses », comme elles se font appeler, a pour avantage de créer une coalition entre artisanes, leur permettant de s’orienter au sein de la chaîne de valeur, de s’entraider et de faire valoir leurs droits en l’absence de syndicats.

 

Les associations de « tisseuses » : des stratégies d’organisation et de subversion économiques et politiques

 

Cette construction a été permise et continue de se reproduire à travers la création d’associations de tisseuses, notamment par quartier. Les toutes premières sont fondées au milieu des années 1980, avant de fleurir à partir du milieu des années 1990. L’enjeu de ces associations est, notamment au début, de pouvoir acheter du fil en gros à des prix avantageux, afin de le revendre au détail et à crédit aux artisanes, à des prix raisonnables qu’elles seront en mesure de rembourser une fois leurs tissages vendus. Il s’agit, par ailleurs, de former des réseaux de solidarité et d’épargne à travers des tontines et de proposer un accompagnement en alphabétisation et en gestion du budget. Grâce à l’obtention de financements privés ou publics, les associations construisent, en outre, leur propre boutique, qui leur permet de gagner en visibilité et de vendre leur production directement à des particuliers. Ces dispositions leur permettent, à un certain niveau, de lutter contre la pression économique exercée par la chaîne de valeur en amont du processus artisanal (à travers la spéculation sur le prix du fil), et en aval (à travers la dévaluation du prix d’achat des tissages par les revendeurs de textiles sur les marchés) – ces étapes, on l’a vu, étant essentiellement dominées par des hommes. En effet, il arrive très fréquemment que les détaillants en fils de coton soient aussi revendeurs de pagnes (étoffes tissées). S’entendant entre eux, les commerçants parviennent à « prendre en étau » les artisanes, en refusant de leur vendre du fil, si elles n’acceptent pas de leur vendre leurs tissages à un prix très bas, les contraignants parfois à vendre à perte. Par le biais des associations, les artisanes tendent donc à court-circuiter ces pratiques spéculatives et anticoncurrentielles et à protéger leurs marges, qui sont malgré tout relativement faibles.

 

Les financements associatifs leur permettent également d’investir dans du matériel davantage technologique pour s’adapter aux besoins du marché, notamment du marché extérieur. Par exemple, de nombreuses associations ont fait confectionner des grands métiers à tisser à navette volante, permettant de tisser des étoffes plus larges (1,20 mètre contre 20 à 40 cm pour les étoffes tissées sur les petits métiers) répondant aux standards internationaux et facilitant la confection. Aussi, ces associations ont permis à certaines de leurs membres de se former sur ces nouveaux métiers à tisser.

 

Enfin, le regroupement des tisseuses en associations leur permet de faire valoir leurs droits au niveau politique et sur la scène économique. Une fédération nationale, destinée à représenter les intérêts des tisseuses sur l’ensemble du territoire, est fondée en 2017. Elle est parvenue depuis à obtenir quelques victoires auprès du gouvernement et de la Chambre des Métiers de l’Artisanat, dont l’instauration du pagne officiel en tissage local pour la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, contre, jusqu’alors, le pagne imprimé importé d’Asie. Un arrêté ministériel est obtenu en janvier 2018 pour promouvoir le port du pagne tissé par les représentants de l’Etat à l’occasion de toute manifestation publique. De plus, depuis le 2 juillet 2020, après plusieurs années de négociation, un label a finalement été mis en place pour protéger et contrôler l’appellation « faso dan fani », en particulier contre les copies asiatiques qui fleurissent sur le marché et trompent le consommateur. A partir d’un catalogue de 400 modèles de pagnes, ce label certifie l’origine du fil : burkinabè et le mode de teinture-tissage : fait à la main au Burkina Faso sous certaines conditions ; et assure une traçabilité, en enregistrant pour chaque pagne, le groupement de tisseuses qui l’a produit. Dans une économie capitaliste mondialisée, la standardisation des processus techniques et esthétiques de production à travers la mise en place d’une marque collective apparaît comme un moyen, pour les tisseuses, de se prémunir et de rivaliser contre les affres du marché et de la concurrence. En s’associant et en se construisant comme une catégorie professionnelle reconnue, les tisseuses, dont le nombre ne cesse d’augmenter, produisent donc en commun des savoirs et des compétences stratégiques pour la reproduction du groupe.

 

De la transmission d’une « intelligence des situations » à la reproduction du groupe

 

Ainsi, la transmission de savoirs entre artisanes, que Roger Cornu pourrait appeler « apprentissage-production », correspond tout autant à un apprentissage technique qu’un apprentissage social. « Du fait de l’inséparabilité de l’apprentissage-production et de la production, de la relation pédagogique des autres rapports sociaux, l’apprentissage-production lie trois types d’apprentissages : un apprentissage de « capacités », un apprentissage de procès de travail dans lequel elles s’inscrivent, un apprentissage de rapports sociaux » (Cornu, 2001 : 26). Outre des « capacités » et des « processus » techniques, les rapports sociaux qui sont appris sont des rapports de production qui lient les artisanes aux autres secteurs productifs de la filière textile, selon un trinôme artisanat/industrie/commerce, auquel s’ajoute le rapport économie formelle/informelle. Ce sont également des rapports économiques qui lient les artisanes au marché et aux consommateurs, des rapports technico-professionnelles qui fondent le groupe des tisseuses et ce sont, enfin, des rapports de genre dans une filière marquée par une forte division sexuelle du travail. L’activité productive ne pouvant être pensée en dehors du système de relations économiques et politiques qui en déterminent l’effectuation (Eckert & Vultur, 2016 : 9), les compétences et l’intelligence qu’elle requiert dans sa mise en œuvre, dans le cas des activités textiles féminines au Burkina Faso, sont autant de compétences techniques que sociales – et notamment de genre, dans le sens où il s’agit de négocier à son avantage des rapports de genre.

 

Le concept de Mètis, proposé par Roger Cornu à partir de la pensée grecque et des analyses antérieures de Jean-Pierre Vernant comme « une intelligence rusée mise en œuvre par les agents dans les situations pratiques dans lesquelles ils agissent », invite « à penser leur action dans les liens de dépendance qui la contraignent, avec lesquelles la mètis tend à s’affranchir » (Eckert & Vultur, 2016 : 9). Car « la mètis est une réponse, une façon de contourner ou d’utiliser à son profit les effets de la subordination, de la neutraliser, voire même de la détruire. On ne peut de ce fait réduire la mètis ni à un savoir-faire ni à une technicité, deux éléments qui entretiennent toutefois des rapports avec elle. On peut encore rapprocher la mètis de ce que Henri Wallon appelle « l’intelligence des situations », qui est à la fois une intelligence de l’expérience et une intelligence de l’immédiateté » (Cornu, 2001 : 93).

 

C’est en ce sens que je rapproche ces « compétences sociales » et « compétences de genre » à une mètis, fonctionnant par transposition du savoir d’une situation à une autre (Cornu, 2001 : 101). Dans l’action collective, c’est bien d’intelligence pratique, d’intelligence des situations dont il s’agit (Cornu, 2001 : 100). À travers la revendication politique de mesures économiques de promotion et de protection du faso dan fani, à travers l’organisation de la production sous forme de groupements ou d’associations tendant à court-circuiter les rapports de pouvoir contraignants de la chaîne productive, le groupe d’artisanes parvient, par la négociation, à la définition de nouvelles règles et normes de production qui sont à leur avantage dans le monde socio-économique dans lequel elles s’inscrivent. Ces nouvelles règles relevant, cette fois, d’une intelligence discursive, dont la nature s’exprime par des consignes et dont l’analyse et la synthèse sont les deux termes caractéristiques (selon Henri Wallon cité par Cornu, 2001 : 94), sont transmises à leur tour. Elles rouvrent, ainsi de suite, la voie au règne de mètis dans l’adaptation pratique aux situations, générant un mouvement qui participe à la reproduction du groupe des tisseuses et à l’avancement de ses intérêts.

 

Finalement, on a voulu montrer, à travers cette analyse, que la complexité des rapports productifs se jouait également dans la transmission, au sein d’un groupe professionnel, de savoirs relatifs aux rapports sociaux dans lesquels ce groupe s’inscrit et dans la transmission de compétences (« intelligences des situations et discursive ») développées par le groupe pour renégocier à son avantage ces rapports, qu’ils soient productifs, socio-économiques ou de genre. Au Burkina Faso, la filière textile féminine s’inscrit, d’une part, dans une économie marquée par la cherté structurelle du fil de coton et par un marché sous la pression de la concurrence asiatique, et d’autre part, dans un contexte social patriarcal. Aussi, on comprend les difficultés socio-économiques qui pèsent sur les artisanes, les contraignant à réaliser de faibles marges et à avoir parfois des difficultés à vivre de leur activité. Toujours est-il qu’une analyse fine des rapports productifs à l’œuvre au sein de cette filière textile est nécessaire pour comprendre ces phénomènes dans leur complexité et met en évidence que ces rapports productifs, à première vue au détriment des artisanes, n’en sont pas moins sans cesse renégociés par elles.




Bibliographie :

 

Coquery-Vidrovitch, C. (1994). Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique Noire du XIX au XX siècle. Paris, Desjonquères.

Cordonnier, R. (1982). Femmes africaines et commerce. Les revendeuses de tissu de la ville de Lomé (Togo). Paris, ORSTOM.

Cornu, R. (2001). Éducation, savoir et production. Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Eckert, H. & Vultur, M. (2016). « Présentation : activité et circonstances de l’activité / Activity and circumstances of activity ». Sociologie et sociétés, n° 48 (1), 5–12.

M’Halla, M. (1983). « Apparition d’entreprises capitalistes en milieu artisanal : le cas du tissage de la soie à Tunis ». Dans C. Coquery-Vidrovitch & A. Forest (éds), Entreprises et entrepreneurs en Afrique, XIXe et XXe siècles (tome I) (pp. 99-122). Paris, L’Harmattan. 

Schwartz, A. (1993). Brève histoire de la culture du coton au Burkina Faso. Bondy, ORSTOM.




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.