Catégories
Billets Thème 2 : Société civile, Gouvernance

LA PROBLÉMATIQUE DU LEADERSHIP CONTINENTAL ET LA PROMOTION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE DANS UN ENVIRONNEMENT GLOBAL MONDIALISÉ

Par Léo Gaël Atanga Ondoa

Léo Gaël ATANGA ONDOA, est doctorant, membre du Laboratoire Panafricanisme Unité Africaine et intégration Régionale (PUAIR) de l’UFD/RI de l’IRIC. Il  porte un grand intérêt aux questions liées au panafricanisme, au leadership, au régionalisme, à l’unité africaine et au numérique.

INTRODUCTION

De tous les blocs continentaux qui composent le système international, l’Afrique demeure la zone ayant subi le plus d’influences d’acteurs extérieurs. Les invasions étrangères, avec pour conséquences des phénomènes durables telles que la traite négrière et la colonisation sans oublier la traite arabe conjuguée à la pénétration de l’islam, constituent aujourd’hui le socle de ce que Kwame Nkrumah qualifie d’expérience de la société traditionnelle africaine (Nkrumah, 1976 : 97). C’est une sphère géographique ne s’identifiant plus uniquement par son essence culturelle initiale, mais désormais teintée d’hybridité du fait de la cohabitation ontologique de trois dimensions : l’Afrique traditionnelle, la civilisation judéo-chrétienne (occidentale) et la civilisation musulmane. Les deux dernières restent constitutives de l’enchâssement de la praxis sociale africaine dans les valeurs occidentales, mieux dans l’euro-modernité (Lamola, 2017 : 111). S’il semble indéniable que l’expansionnisme de la modernité occidentale a grandement altéré la libre évolution des sociétés africaines (Ibid.), Nkrumah (Ibid.) préconise une rationalisation de la réaction à travers l’édification d’un corps de doctrines appelé à servir de socle de l’action unificatrice de la nouvelle Afrique. C’est ainsi qu’il propose le « consciencisme ». Sa philosophie axée globalement sur l’émancipation de l’homme s’apparente à une invitation de l’intelligentsia et de la classe dirigeante du continent à la réactivité. Se situant dans le prolongement de la pensée du leader ghanéen, le discours sur la Renaissance africaine,  autrefois soutenu par Pixley Ka Isaka Seme, au début du XXe siècle (Kumalo, 2015 : 192),  refait surface à l’aube des années 2000 sous l’égide du Président sud-africain d’alors Thabo Mbeki. C’était dans l’optique d’un réveil régénératif pour le développement et le repositionnement de l’Afrique parmi les acteurs majeurs de la scène internationale. Pour matérialiser la vision de ce dirigeant sud-africain en actes probants, plusieurs initiatives continentales telles que le NEPAD (New Partnership for Africa Developement) voient le jour en intégrant les idéaux de cette ambition en 2001. En outre, l’Agenda 2063 adopté en 2015 par l’Union Africaine (UA) fait de la Renaissance continentale un axe prioritaire. Seulement réinventer l’Afrique dans un environnement mondial caractérisé par l’ouverture des frontières s’avère difficile vu la menace pesant sur la préservation des identités nègres. Dès lors, pour mieux encadrer la transformation régénérative et se départir de « l’afrocolianité » (Lamola, 2017 : 110), le leadership joue un rôle déterminant. Le dynamisme et l’activisme de certains leaders du continent contribuent petitement, mais progressivement à la promotion de la renaissance africaine en dépit des nombreux freins perceptibles. En menant une analyse qualitative juxtaposée à l’éclairage de la puissance bénigne et du courant de pensée panafricaniste, cette réflexion interroge la contribution du leadership continental en faveur de l’opérationnalisation d’une politique de réinvention voire de prospérité africaine autocentrée. Par ailleurs, tenant compte des éventuels écueils entravant la régénérescence de l’Afrique, notre étude propose l’urgence de la mutation vers l’« afro-postmodernité » comme issue prospective susceptible d’apporter un plus dans la stratégie de résolution du problème en cause.

I-/ LE LEADERSHIP CONTINENTAL A L’INITIATIVE DE LA RENAISSANCE AFRICAINE

En éludant le débat de la validité ou non de l’Afrique comme territorialité d’expression des jeux de puissance (Sindjoun, 2002 : 143-146), parler du leadership continental dans le cadre de cette réflexion revient à mettre en visibilité le rôle significatif de certaines unités politiques – disposant les capacités relatives – en matière de capacité de mobilisation et d’attraction autour d’un projet collectif (Muxagato, 2016 : 100). Tenant compte de son statut de géant continental, voire de première puissance africaine (Alden et Schoeman, 2013), la nation arc-en-ciel qui fut le premier pays à gérer la présidence de la Conférence de l’Union Africaine, instance suprême de l’organisation nouvellement créée en 2002, proposa, au cours du sommet de la défunte Organisation de l’Unité Africaine (OUA) tenue en septembre 1999 à Syrte (Libye), le Millenium African Plan (MAP) par l’entremise de son Président Thabo Mbeki (Messi Bekono, 2017 : 25). Cette idée découlait du discours de la Renaissance africaine dont la maturation paraissait en cours dans ce pays. Le MAP figurait comme une forme de plan Marshall africain axé sur les ressources et les potentialités locales dont l’objectif portait sur l’orientation de la nouvelle vision de prospérité de l’Afrique pour le millénaire. Mbeki parvint à exporter un programme conçu comme la nouvelle vision de l’Afrique du Sud post-apartheid (Crouzel, 2000 : 171-172) sur la scène continentale. Aussi transparaît-elle l’affirmation de la puissance bénigne (Kupchan, 1998) par un acteur dans un cadre opératoire fondamentalement régi par le consensus de la collégialité.

Selon (Mona et Kaschula, 2018 : 114) la renaissance africaine telle qu’articulée par Th. Mbeki renvoie à une doctrine dont l’essence tend à réaliser la régénérescence du continent au plan politique et socio-économique et assurer la réintégration de ce bloc territorial dans l’économie globale en accordant la priorité aux intérêts du continent. Comme l’affirmait Mbeki en 2001 à l’université de Havana au Cuba (Ibid.), la question fondamentale qui se pose est celle selon laquelle nous avons le devoir de nous définir. L’évocation du discours sur la Renaissance se justifie par le fait que c’est nous-mêmes qui devons définir qui nous sommes, ce que nous défendons, notre vision, notre manière d’agir, les programmes à adopter, avec qui nouer des partenariats et comment les nouer (Ibid.). On comprend aisément que c’est un crédo révolutionnaire qui ambitionne de recentrer le destin de l’Afrique sur elle-même, et partant, de déconstruire le modernisme africain qui n’est rien d’autre que le rejeton de la modernité européenne pourtant elle-même en proie à de violentes critiques (Lamola, 2017 : 114-115).

Visiblement séduits par la proposition novatrice, voire salvatrice du dirigeant sud-africain, les gouvernants africains marquent leur approbation en mandatant (en 2000 à Lomé) un collège d’hommes d’État composés de Thabo Mbeki, Olusegun Obasanjo (Nigéria), Abdelaziz Boutéflika (Algérie) – qui à leur tour coptèrent Hosni Moubarak (Égypte) – de travailler sur un projet du Programme de millénaire sur le renouveau de l’Afrique (Djuidje Kouam, 2003 : 141). Le choix porté sur ces derniers se justifiait par la qualité des rapports cordiaux qu’ils entretenaient avec les dirigeants du G8. Leur proximité avec ces derniers facilitait toutes formes de négociations pour la remise de la dette des entités souveraines africaines (Messi Bekono, Ibid. : 25-26). Un préalable nécessaire pour éviter le blocage du nouveau plan de redressement du continent. 

Soulignons que le Président Wade, fraîchement élu à la tête du Sénégal, dans une logique sensiblement identique à celle de Mbeki, donne une réplique au plan sud-africain. En janvier 2001, il présente l’esquisse du Plan Oméga pour l’Afrique (POA) au forum économique mondial de Davos ensuite au mois de mars au sommet de l’OUA à Syrte. Cette initiative conçue pour le changement de l’orientation développementaliste du Sénégal se voit portée à l’échelle continentale. Le Président Wade mise sur l’amélioration des secteurs infrastructurel et éducatif comme moyen d’implémentation de son projet. Les voies de communication à construire faciliteront l’interconnexion des pays et des peuples tandis que la formation de la jeunesse augmentera le capital humain du continent, une ressource fondamentale pour la quête de l’émergence souhaitée (Djuidje Kouam, Ibid. : 138-140). L’idée du dirigeant sénégalais trouve écho favorable auprès des chefs d’État et de gouvernement de l’OUA. La conférence mandate les penseurs du MAP et du POA de mutualiser leurs propositions afin d’aboutir à une synthèse commune. C’est ainsi que naît la Nouvelle Initiative Africaine (NIA) au sommet de Lusaka le 9 juillet 2001. Comme plusieurs autres programmes antérieurs, elle entrevoyait « sortir le continent du malaise du sous-développement et de l’exclusion dans un monde en voie de mondialisation» (Ibid. : 142). Le 23 octobre 2001 à Abuja, elle prend le vocable de NEPAD avec une nouvelle dynamique. Poursuivant son action en tant que puissance idéologique, A. Wade, suggère à ses homologues la mise en place d’un dispositif de surveillance mutuelle qui conduit au Mécanisme Africain d’Évaluation par les Pairs (MAEP) (Tiogo, 2017 : 172).

Au regard de tout ce qui précède, il paraît indéniable que le projet sur la renaissance africaine demeure un mobile pertinent de la nouvelle dynamique guidant la prospérité collective africaine. En effet, sur le plan pratique, elle donna lieu à l’érection de diverses institutions panafricaines telles que le MAEP et le NEPAD et dans une certaine mesure il n’est point incongru d’en citer la création de l’UA en remplacement de l’OUA en juillet 2002. Le NEPAD, principal appareil fonctionnel de la régénérescence projetée, constituait un instrument déterminant de promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement, de l’intégration régionale, du développement du capital humain, de la prévention et du règlement des conflits… C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’Afrique du Sud, dans le costume d’acteur unipolaire (Vennesson et Sindjoun, 2000 ; Alden et Schoeman, 2013 : 116-117) tend à jouer, depuis la fin de la décennie 90 et le début des années 2000, le rôle d’unité en charge de la paix et de la sécurité sur la scène continentale. L’African Renaissance Fund fondé en 2001 (Sidiropoulos, 2012) et aujourd’hui substitué par la South African Development Partnership Agency (SADPA) ; a été le biais du gouvernement pour se déployer dans le sens souhaité. C’est ce qui explique la grande détermination de la nation arc-en-ciel à agir en faveur de la résolution du conflit congolais. Bien que le leadership continental se situe à l’initiative de la renaissance africaine, plusieurs paramètres hypothèquent le déploiement de ce projet régénératif.

II-/ LES FREINS À L’OPÉRATIONNALISATION DE LA RENAISSANCE AFRICAINE : LES SYMPTÔMES D’UNE PERPÉTUATION DE L’AFROCOLONIALITE

À l’image de la plupart des blocs d’intra-territorialité régionale de part et d’autre dans le monde, le régionalisme africain reste confronté à une pluralité de freins qui influencent remarquablement le cours de son évolution. Cet état de fait constitue souvent un handicap à l’implémentation des initiatives communautaires pourtant destinées à la promotion d’un bien-être commun, voire à subvertir «l’afrocolonialité ». Ce concept forgé par (Lamola, Ibid.) traduit l’enchâssement de la praxis africaine – également connue sous le vocable de modernité africaine – dans l’euro-modernité. Cette afro-modernité qui encadre les plans de l’évolution sociale du continent depuis l’avènement des États postcoloniaux se bâtit sur la natte idéelle du rejet du colonialisme. Cependant, la conscience anticoloniale en elle-même ne s’empêcha point d’embrasser les valeurs eurocentrées de l’universalisme. Ceci engendra alors une philosophie de l’évolution sociétale africaine calquée sur les schémas développementalistes de l’Europe des lumières. Paradoxalement, les valeurs pour lesquelles l’intelligentsia embryonnaire du continent décida d’embrasser largement à ses dépens, subissaient de virulentes critiques de la part des partisans de la rupture et promoteurs de la post-modernité occidentale (Ibid. : 115). La clarification notionnelle opérée démontre implicitement le caractère impérieux de la renaissance africaine dans la mesure où elle favorise la régénérescence de l’Afrique. Dès lors, toute action entravant sa dimension opératoire se range dans le chapelet des symptômes de perpétuation de «l’afrocolonialité » ou de la « colonialité » évoquée par (Mignolo, 2013).

Il existe plusieurs freins au développement du projet salvateur de la régénération de l’Afrique au rang desquels on note les querelles de leadership et le défaut de volonté politique. Comme relevé plus haut, le NEPAD lancé en octobre 2001 représentait l’instrument matérialisant l’effectivité de la dynamique du renouveau continental. Afin d’assurer son fonctionnement de manière efficace, il revenait aux États de témoigner leur adhésion à l’initiative commune en contribuant volontairement de façon significative au plan financier. L’Afrique du Sud qui était l’une des promotrices principales de cette nouvelle vision dota le fonds national dédié à cet effet de 30 millions USD (Sidiropoulos, 2012). Faisant partie des économies florissantes du sous-système global concerné, la Libye du Guide Mouammar Kadhafi ne se montra guère réceptive à l’égard de la philosophie développementaliste en cause. Rappelons-le, la Renaissance africaine façonnée par Mbeki prône les principes essentiels de la démocratie libérale telle la bonne gouvernance, les libertés… un ensemble de valeurs que Kadhafi estime imposées par les pays du G8 auprès de qui furent mandatés les initiateurs du MAP pour négocier la remise de la dette africaine. Il va même jusqu’à la qualifier d’ « invention de Bush » (Tiogo, Ibid. : 176). Le défaut d’adhésion du Guide bloqua le projet d’interconnexion de l’Afrique occidentale à l’Afrique orientale en passant par l’Afrique médiane. Ce pan avait été confié au Président sénégalais qui, du fait de son soutien au projet de relance de l’intégration africaine par Kadhafi (Djuidje Kouam, Ibid. : 106 ; Lecoutre, 2007 : 2), comptait sur celui-ci pour la réalisation de son ambition panafricaine d’une intégration des peuples au moyen du développement des infrastructures de communications intra-régionales. À titre indicatif, lors d’une intervention sur le plateau du média télévisuel Africa24  le 11 septembre 2011, A. Wade déclare : « En 2002 (…) quand nous avons créé le NEPAD, je lui ai dit : Kadhafi, je te donne l’occasion de laisser ton nom à l’Afrique. Il faut que tu (investisses) 2 milliards de dollars US (…), que tu finances de grandes infrastructures comme un train continental, comme une route transcontinentale… » (Tiogo, Ibid.) Cette déclaration illustre dans une certaine mesure le degré d’espoir porté par Wade à l’endroit de son homologue d’Afrique du Nord qui disposait de pétrodinars en abondance. Le défaut de soutien que le colonel afficha à l’aurore 2000 lui valut le lâchage de la part de Wade en 2011 pendant le vent révolutionnaire du printemps arabe.

Par ailleurs, le manque de volonté politique s’inscrit aussi au rang des obstacles qui hypothèquent la mise en œuvre efficiente du plan régénératif de l’Afrique. Si l’exigüité des budgets nationaux de la majorité des pays africains relève d’un truisme, il n’en demeure pas moins qu’une organisation stratégique conduirait à une logique de rationalisation des priorités afin d’accorder la primauté aux mesures facilitant l’aboutissement vers la prospérité. En dépit du fait que la renaissance africaine se situe dans le sillage de la promotion du bien-être collectif, ce slogan peine encore à susciter l’adhésion probante de l’ensemble des unités politiques du sous-système international africain. Bien qu’ils donnent tous leurs accords – dans le cadre des prises de décisions collégiales de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine – sur les projets à implémenter, la plupart des pays appliquent difficilement les décisions qu’ils ont eux-mêmes signées. Une situation qui fragilise grandement les initiatives communautaires. Le défaut de mise en œuvre à échéance de l’ensemble des dispositions prévues par le (Traité d’Abuja, 1991) instituant la Communauté Economique Africaine (AEC) reste assez évocateur. Notons que ces différents éléments qui contribuent à la pérennisation de « l’afrocolonialité » imposent la convergence vers un nouveau paradigme d’action.

III-/ L’URGENCE DE LA MUTATION VERS L’AFRO-POSTMODERNITE : UN PRÉALABLE À LA RENAISSANCE EFFECTIVE

L’afro-postmodernité pensée par (Lamola, Ibid. : 119-121) désigne un mobile catalyseur reposant sur l’engagement méthodique en faveur de la formulation et l’application d’outils conceptuels et analytiques portés vers la critique acerbe de la culture intellectuelle qui prévaut en Afrique depuis la fin de la colonisation (Ibid.). On comprend alors qu’il s’agit d’un programme épistémique sur le renforcement ainsi que la reconstruction de l’imaginaire social africain. Une philosophie afro-postmoderniste exige le courage de se départir des abstractions établies avec pour ambition de renverser l’orthodoxie afin d’établir un monde meilleur voire un nouvel ordre mondial. (Ibid. : 120) préconise d’ailleurs de confronter le passé en interrogeant perpétuellement le futur. Pour parvenir à la régénérescence effective de l’Afrique, il semble désormais impérieux d’intégrer ce paradigme d’action naissant. Les leaders africains de concert avec leur intelligentsia, doivent significativement décoloniser la praxis qui prévaut actuellement sur le continent. Ce préalable exige de faire preuve d’une ingéniosité gouvernementale pour procéder tout d’abord à la promotion des savoirs africains dans tous les programmes éducatifs. Car, une véritable renaissance commence par la maîtrise et l’appropriation des savoirs locaux, socles d’une émancipation substantielle des esprits. Toutefois, il importe de relever qu’il ne s’agit point d’une rupture complète avec les acquis externes puisque l’Afrique comme l’Occident ont autant besoin l’un de l’autre pour la construction de leur postmodernité.

BIBLIOGRAPHIE

-ALDEN, Chris, et SCHOEMAN, Maxi, (2013), “South Africa in the company of giants: the search for leadership in a transforming global order”, International Affairs (Royal Institute of International Affairs 1994- ), Vol. 89, N° 1, January 2, pp. 111-129.

– CROUZEL, Ivan, (2000), « La renaissance africaine » : Un discours sud-africain ? », Politique africaine, Volume 1, Numéro 77, pp. 171-182.

– DJUIDJE KOUAM, Reine, (2003), « Les dynamiques de l’ordre international africain : un espace d’interdépendance en mutation », Thèse de Doctorat de 3e cycle en Relations Internationales, option Diplomatie, Yaoundé, IRIC.

– KUMALO, Raymond S., (2015), “Ex Africa semper aliquid Novi! Pixley kaIsaka Seme, the African Renaissance and the Empire in Contemporary South Africa”, Alternation: Interdisciplinary Journal for the Study of the Arts and Humanities in Southern Africa, S14: pp. 190 – 211.

– KUPCHAN, Charles A., (1998), “After Pax Americana: Benign Power, Regional Integration, and the Source of a Stable Multipolarity” International Security, Vol. 23, N°. 2 (Fall), pp. 40 – 79.

– LAMOLA MALESELA, John, (2017), « African Potsmodernism : Its moments, nature and content », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 12, Number 2, pp. 110 – 123.

– LECOUTRE, Delphine, (2007), « Vers un gouvernement de l’Union Africaine ? Maximalistes vs gradualistes ? », ISS occasional Paper, Pretoria, Institut d’Etudes de Sécurité, N°147, Juin.

– MESSI BEKONO, Hermann, (2017), « Témoignage sur la naissance de l’Union africaine » in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 23 – 29.

– MIGNOLO, Walter, (2013), « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé) Colonialité, pensée frontalière  et désobéissance épistémologique », La Découverte, Numéro 73, pp. 181 – 190.

– MONA, Godfrey V., et KASCHULA Russel H., (2018), « Mbeki’s African Renaissance Vision as Reflected in isiXhosa Written Poetry: 2005–2011 », International Journal of African Renaissance Studies, Volume 13, Number 1, pp 113-128.

– MUXAGATO, Bruno, (2016), « Intégration et leadership en Amérique du Sud: la difficile émergence du Brésil comme puissance régionale », Critique internationale, Volume 2, Numéro 71, pp. 91 – 108.

– NKRUMAH, Kwame, (1976), Le Consciencisme, Paris, Présence Africaine, Collection « Le Panafricanisme ».

– SIDIROPOULOS, Elizabeth, (2012), « L’Afrique du Sud sur l’échiquier mondial : “donateur” émergent et acteur géopolitique », International Development Policy, Revue internationale de politique de développement, en ligne.

– SINDJOUN, Luc, (2002), Sociologie des Relations Internationales africaines, Paris, Karthala.

– TIOGO, Romaric, (2017), « Kadhafi, Wade et la construction de l’Union africaine : du duo au duel », in ZANG Laurent et MVELLE Guy, L’union africaine quinze ans après, Tome1, Paris, l’Harmattan, pp. 163 – 183.

– Traité d’Abuja, (1991).

– VENNESSON, Pascal, et SINDJOUN, Luc, (2000), « Unipolarité et intégration régionale : l’Afrique du Sud et la « renaissance africaine », Revue française de science politique, 50e année, n°6, pp. 915-940.




Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.