Catégories
Billets

Préambule à l’édition 2020

Les textes réunis sur ce blog sont une partie des communications qui auraient dû/pu être présentées lors de la cinquième édition des rencontres des JCEA, prévue à Marseille du 07 au 10 juillet 2020. 

Cette édition fut pensée avec l’idée de rendre compte, ou du moins de tenter de saisir, à partir de positions, d’approches, de disciplines ou d’expériences différentes et diverses, un monde en mouvement : l’Afrique. Le singulier ne prétendait ni nier la multiplicité qui caractérise ce lieu — en tant que continent et espace symbolique — ni l’effervescence qui anime chacune de ses parts, là où elles se retrouvent. Au moment de rédiger l’appel à communications de cette conférence d’envergure internationale, nous notions, en plus de cette pluralité et de ce dynamisme, que l’Afrique bouge comme depuis toujours. Elle se fait et se refait sans cesse dans un monde qui semble prôner l’universalisme absolu, l’enjeu étant toutefois de promouvoir la diversité sans s’acculturer. Quelles pouvaient, dès lors, être, nous interrogions-nous, ses potentialités au moment même où elle était au cœur des discours et agendas internationaux ? Quelles pouvaient être les façons de la penser, ou de saisir comment elle se pense ou est pensée ? Comment se mettait-elle en mouvement dans un monde en mouvement, forçant ainsi le/la jeune chercheur/euse en études africaines sinon à s’adapter, du moins à se réinventer théoriquement, méthodologiquement et épistémologiquement ?

En mettant ainsi le mouvement au coeur de l’événement, il était difficile, pour ne pas dire impossible, d’envisager que la question serait littéralement vitale non seulement pour l’Afrique, mais aussi pour l’ensemble de la planète. La situation de pandémie provoquée par la Covid-19 fut, en effet, une véritable épreuve sur divers plans : sanitaire, d’abord, mais aussi social, politique, intellectuel, etc. Les confinements ont révélé un monde en arrêt (au moins en apparence), avec la difficulté, voire l’impossibilité, de se déplacer sur les courtes distances comme sur les longues. Paradoxalement, l’accélération n’aura peut-être jamais été aussi remarquée que durant cette période : notamment au niveau de la circulation des images, des activismes, etc. Ce temps aura été (il continue de l’être) un temps de révélation : celui de l’existence de formes de violences diverses, celui de la capacité de résilience de l’Afrique – (qui, contre toute attente, semble moins souffrir de la pandémie au plan sanitaire).  C’est aussi un temps de possibilités, au moins au plan académique et intellectuel, avec la migration (et donc la multiplication) en ligne des lieux de savoir. C’est également surtout un temps d’interrogation sur ce que le monde sera désormais.

La forme qu’emprunte, finalement, cet événement que nous aurions souhaité en présentiel comme les précédentes éditions, est une réaction à cette situation exceptionnelle que vit notre planète. Plutôt que d’annuler purement et simplement, se laissant ainsi déborder par la difficulté et l’impossibilité que portent ces temps, nous avons préféré nous engouffrer dans la brèche qu’offrait ce temps d’incertitude, en faisant le pari de la possibilité et de la continuité de l’interrogation. En effet, interroger le mouvement de l’Afrique nous semble encore plus essentiel aujourd’hui et s’interroger sur le moyen d’y parvenir l’est d’autant plus. Comment  examiner encore le dynamisme de cette Afrique en mouvement dans un tel contexte, dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences ? Voilà une question qu’il nous faudra certainement désormais porter avec nous en permanence, que nous nous l’adressions directement, ou non.

Les contributeurs qui ont bien voulu nous suivre dans cette entreprise n’ont pas eu le temps et la possibilité de réorienter leur proposition en fonction de l’actualité, mais on ne saurait suggérer, pour cela, qu’ils n’en étaient pas conscients. C’est dans leur geste qu’il faudra voir l’adaptabilité. Et dans leurs travaux se lisent des enjeux épistémologiques, méthodologiques, théoriques qui continuent d’interpeller dans les études africaines. Les contributions se structurent finalement autour de six thèmes de réflexion transversaux. 

Le concept d’engagement constitue le premier thème. Il explore les formes de mobilisation individuelle ou collective dans les espaces de la vie sociale. (Cliquez ici pour lire les articles) La société civile et la gouvernance, en lien avec la notion d’engagement, permet de mettre en lumière les logiques d’actions en cours dans l’arène du développement en Afrique. Les contributions de ce deuxième thème, relèvent que dans la problématique du changement social, il existe une diversité d’acteurs qui implique une pluralité de logiques, parfois contradictoires. (Cliquez ici pour lire les articles)

Discuter la pratique de la recherche en contexte africain sans qu’il s’agisse de remettre en cause les outils utilisés, ou de rejeter le patrimoine de la science, est la réflexion menée autour du troisième thème. Il est question d’appréhender les objets d’étude avec des paradigmes certes universels, mais qui autorisent l’expression d’identités particulières. (Cliquez ici pour lire l’article) 

Dans le même ordre d’idée, les contributions sur l’esclavage et la colonisation mobilisent les questions historiques, de mémoire et de géopolitique. Elles remettent la question identitaire au centre des débats : restituer les éléments constitutifs de ces identités contribuant à leur restauration. (Cliquez ici pour lire les articles)

Dans une perspective conciliante, les productions linguistiques sont explorées pour montrer que dans le processus inter culturel, l’appropriation linguistique et culturelle ne constitue pas une menace pour l’identité, mais une richesse rendant compte de la diversité issue du contact entre les peuples. (Cliquez ici pour lire les articles)

Pour finir, le dernier thème, sur les migrations et la circulation en Afrique analyse les mobilités, l’occupation de l’espace, ainsi que les implications que le phénomène migratoire a sur l’identité et les notions de territorialité dans un contexte sécuritaire parfois instable, mais dynamique.  (Cliquez ici pour lire les articles)

Le comité éditorial des JCEA 2020.


Par Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.