Archives de catégorie : Quatrième session de panels 9h-10h45

Panel 19 – Le panafricanisme à l’épreuve du tout-monde (salle 253E)

La notion de panafricanisme a fait l’objet de glissements discursifs et géographiques tout au long du XXe siècle. Ce fut successivement le ferment d’une identité noire américaine, le moteur de mouvements de libération anticoloniaux ou le motif d’une solidarité entre États néoindépendants soucieux de leur intégrité territoriale. De la même façon, les modalités de ces panafricanismes ont été multiples : institutionnelles et militantes, élitistes et populaires, artistiques, politiques, économiques… Aujourd’hui, les formes institutionnelles du panafricanisme, telles que l’Organisation de l’Unité Africaine, tendent à s’essouffler, alors qu’un certain nombre de forces et d’évolutions (la fin des « grands récits » après la Guerre Froide, la régionalisation du monde court-circuitant l’échelle continentale, l’affaiblissement des États africains en situation d’ajustement structurel) en ont sapé les principes anciens. Cet essoufflement invite à penser les mutations contemporaines du discours panafricaniste, des savoirs qu’il construit et ses nouvelles modalités d’action au regard des évolutions passées. Il s’agira d’interroger l’adaptabilité du corpus et des imaginaires panafricains à des formes plus classiques de militantisme dans l’histoire. On questionnera également les échelles d’inscription actuelles et passées des panafricanismes pour déterminer si le continent constitue un horizon indépassable ou si les panafricanismes se jouent paradoxalement à d’autres échelles (locale/globale).

Augusta Anata Mawata (Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé)
« Marcien Towa, le fossoyeur du genre Noir »

Antoine De Boyer Des Roches (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« De Manchester à la Havane : la trajectoire afro-asiatique du panafricanisme ghanéen. »

Boris Bertolt von Siandje (Université Cheikh Anta Diop)
« Au-delà de l’afropolitanisme. »

Discutant(e)s :
Patrick Awondo (ENS Lyon) (sous réserve)
Karine Ramondy (IRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Panel 18 – Lieux de sociabilité et “jeux de société” dans l’espace urbain (salle 244E)

De la fête familiale à la mobilisation politique, les pratiques de la relation à autrui peuvent être plus ou moins marginales ou formelles. Ce panel propose d’aborder les villes africaines sous l’angle de la sociabilité au sens large, en tenant compte de la pluralité de formes que peut revêtir le lien social, pour interroger la capacité des modes de sociabilité urbains à créer un sentiment d’appartenance à la ville. Les communications s’intéresseront à la façon dont les différentes formes de sociabilité rythment la vie urbaine et regroupent des acteurs selon des dynamiques relationnelles multiples (familiales, culturelles, associatives, amoureuses, récréatives, professionnelles etc.). Ce panel interroge les pratiques de la sociabilité, leurs modes relationnels, leurs temporalités, et ce qu’elles disent de l’urbain. De la relation de quartier aux réseaux sociaux de la mégapole, comment les stratégies citadines de formation et d’intégration d’espaces de rencontres (privés, publics, appropriés de façon plus ou moins permanente) reconfigurent-ils la ville ? En étudiant la façon dont les individus et les groupes s’appuient sur leurs pratiques de sociabilité pour se positionner, entre eux, et dans la ville, ce panel s’ouvrira ainsi à une discussion des dynamiques d’inclusion et d’exclusion en contexte urbain.

Sana Benbelli (LADSIS, CM2S, Université Hassan II, Casablanca)
« Les Cafés des quartiers populaires de Casablanca : nouveaux lieux de sociabilité féminine »

Jean-Pierre Kila Roskem (Université de N’Djamena)
« Les nouveaux espaces urbains de vitalité relationnelle : les clubs d’amateurs et lieux d’écoute de musique à N’Djamena (Tchad) »

Jean-Baptiste Lanne (LAM, Sciences Po Bordeaux)
« “La vie de compound”. Étude des jeux quotidiens de sociabilité dans un espace sous surveillance »

Sebastian Prothmann (Université Goethe, Francfort)
« ‘Opportunistic waiting’ and ‘BaayFaalism’. Eclectic situatedness and dexterous tactics to be-in-the-world among young men stuck in temporary immobility in Pikine, Senegal »

Discutant(e)s :
Jean-Luc Martineau (CESSMA, INALCO)
Didier Nativel (CESSMA, Université Paris Diderot)

Panel 17 – Espaces du rire et formes de la dérision politique (salle 238C)

Dans le cadre des travaux sur le politique par le bas en Afrique, le rire est surtout perçu comme un défi à l’autorité, un instrument de contestation et de transgression. Pourtant, la dérision peut aussi servir à exorciser la peur et à ce titre être revendiquée et récupérée par les autorités d’un régime répressif, qui la tolère ou l’encourage, voire se l’approprie pour empêcher des mobilisations directes et violentes. Par ailleurs, les frontières de l’humour politique se restructurent en permanence, soulignant la dimension historicisée du rire. Ce panel propose d’étudier les différentes formes du rire : boutades, bons mots, graffitis, caricatures, slogans subversifs ou satiriques, ou plaisanteries irrévérencieuses et grivoises incarnées par la figure du bouffon. Outre l’humour politique, on s’intéressera à toutes les déclinaisons du rire, dans les domaines religieux et sexuels par exemple où il est sujet comme ailleurs à d’importants tabous. D’une manière générale, il s’agit d’interroger le rôle du rire comme signe d’appartenance sociale et comme source ou mode de gestion des conflits, dans le cadre des relations à plaisanterie par exemple. Langage chuchoté ou raillerie assumée, le rire se situe à la charnière de l’oralité et de l’écriture, depuis l’espace public de la rue ou de l’arène politique jusqu’à l’espace privé, en passant par l’espace médiatique.

Mohamed Rafik Benaouda (Université Dr. Yahia Feres, Médéa)
« La tragédie du Roi Christophe d’Aimé Césaire : une pièce écrite dans la durée ? Quand le rire césairien pointe la politique de l’Afrique post-2000 »

Anouar Karra (Faculté des Lettres et des sciences humaines d’El Jadida)
« La poétique du rire en contexte colonial et postcolonial : le cas de Léopold Ferdinand Oyono (Le vieux nègre et la médaille), de Mongo Béti (Le pauvre christ de Bomba) et de Yasmina Khadra (Morituri) »

Sarah Kouider Rabah (Université Ali Lounici Blida 2)
« Le rire par saccade ou l’amère réalité dans Le remonteur d’horloge de Habib Ayyoub »

Discutant(e)s :
Xavier Garnier (THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
Maëline Le Lay (LAM, CNRS)

Panel 16 – Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques 1 (salle 237C)

Les langues introduites par les anciens empires coloniaux européens (le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol) s’entremêlent avec les autres langues du continent, elles-mêmes parfois issues d’anciens empires (à l’instar de l’amharique), ou encore avec l’arabe. Ce panel interroge les pratiques langagières au regard des évolutions, imbrications, rapports de force et interrelations entre les différentes langues usitées, à travers des études de cas linguistiques, historiques, sociolinguistiques, ou des illustrations en littérature et dans les arts. Ces frontières fluctuantes engendrent des rapports de domination, des constructions mythifiées et des investissements identitaires complexes qui dépendent des subjectivités des acteurs, des lieux et de multiples désirs d’appartenance. Les variations linguistiques, comme les rapports de pouvoir symbolique, inscrits dans des contextes mouvants de plurilinguisme et de multilinguisme, rendent par exemple les politiques linguistiques ou les campagnes d’alphabétisation en « langue locale », complexes à harmoniser. Les communications attendues pourront donc analyser les jeux d’échelles et de labilité entre les langues, qui induisent des dynamiques plurielles de bricolage, syncrétisme, rejet et appropriation. Ce panel s’intéressera également au positionnement du chercheur face à l’usage des langues lors du travail de terrain, le choix linguistique constituant un enjeu méthodologique qui détermine tant l’accès au terrain que la production des données.

Béli Mathieu Daila (LaDiPA, Université de Ouagadougou)
« Le français, un habit à la taille du locuteur burkinabè »

Antoine Willy Ndzotom Mbakop (Université de Maroua)
« Communicating in cross-cultural religious groups. The factors of language choice in Protestant Churches in Cameroon »

Komi Simnara (LACITO, Université Sorbonne Nouvelle)
« Du terrain au positionnement épistémologique : une réflexion à partir de l’étude de l’expression des émotions à Kanté (Togo) »

Suzie Telep (CERLIS, Université Paris Descartes)
« Imaginaires linguistiques et construction historique du “Blanc” : le cas du “whitisage” chez des migrants camerounais à Paris »

Discutant(e)s :
Cécile Canut (CERLIS, Université Paris Descartes)
Caroline Juillard (Université Paris Descartes)

Panel 15 – Corps, genre(s) et sexualité(s) 1 (salle 234C)

Depuis deux décennies, les études africaines ont pleinement investi les réflexions initiées par les études de genre, que ce panel vise à aborder par le prisme du corps et des sexualités. En abordant les thématiques liées à la prostitution, au concubinage, au mariage, aux pratiques sexuelles, mais aussi à l’homosexualité et à l’hybridité du féminin et masculin, il s’agit d’interroger la construction et l’articulation d’un ensemble de discours et de pratiques de colonisation, d’encadrement et de gestion de l’intime dans les sociétés africaines. Il s’agit aussi de « reconnecter » l’Afrique en montrant que l’évolution des sexualités et des pratiques corporelles se fait souvent, mais pas exclusivement, en regard de valeurs et de normes, souvent politisées, d’autres régions du monde.
En outre, en élargissant la réflexion aux techniques corporelles et à la mise en scène de soi, ce panel vise à analyser non seulement la manière dont les corps sont investis et disciplinés par des enjeux et politiques visant à assigner une place aux individus dans l’espace social, mais aussi comment ces derniers habitent, négocient, voire superposent ces « normes ».

Altaïr Despres (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Au-delà du tourisme sexuel. Amours afro-occidentales et transactions intimes à Zanzibar (Tanzanie) »

Nicolas Faynot (CREA, Université Lumière Lyon 2)
« A propos de sexualité prémaritale et de virginité symbolique à Dakar »

Hayatou Djouldé (LADYRUS, Université de Ngaoundéré)
« Le discours des jeunes camerounais sur les pratiques sexuelles à l’heure de la globalisation : une aperception à partir du magazine 100% Jeunes de l’ACMS »

Hinde Maghnouji (Centre d’histoire sociale de l’Islam Méditerranéen, EHESS)
« Un homme à tout faire : sexualité entre hommes dans un village du Rif (Maroc) »

Discutant(e)s :
Amalia Dragani (LAS, EHESS)
Corinne Fortier (LAS, CNRS)