Archives de catégorie : Première session de panels 11h15-13h

Panel 4 – Les arènes de la santé, du local au transnational (salle 244E)

Depuis environ deux décennies, le champ de la « santé globale » avec ses acteurs, un langage et des modes d’action renouvelés ont mis en exergue la collision entre les situations épidémiologiques et l’analyse critique des priorités de santé inscrites dans les agendas internationaux concernant l’Afrique. Les confrontations et ajustements entre différents systèmes et modèles de santé au cours de l’histoire du continent ont construit des schémas ambivalents autour de la place qu’il occupe dans la recherche biomédicale, publique et privée. Le renouveau des questions de santé, sous le prisme de l’acception « santé globale », a cependant contribué à souligner la richesse des ressources que l’Afrique a historiquement offertes à la biomédecine, et la pluralité d’intérêts qu’elle représente désormais pour des organisations philanthropiques et non-gouvernementales, les pouvoirs publics africains, les stakeholders transnationaux et les plans d’aide internationale bilatérale ou multilatérale. Ce panel encourage la présentation de travaux qui interrogent les projections des questions sanitaires africaines au sein d’une économie mondialisée. Les propositions illustrant la diversité des réalités locales dans leurs interactions avec les sociétés, les gouvernements, les organismes, les experts et les chercheurs du Nord comme du Sud seront appréciées.

Eugénie d’Alessandro (Centre Norbert Elias, EHESS)
« Activités humaines et géographies microbiennes, approche anthropologique du risque infectieux dans les hôpitaux ouest-africains »

Papa Mamadou Diagne (Université de Rouen)
« Des systèmes de prise en charge à l’errance des malades mentaux dans l’agglomération dakaroise. Socio-anthropologie de la santé mentale au Sénégal »

Pierrine Didier (ADESS, Université de Bordeaux)
« Le développement de la “médecine intégrative” à Madagascar : évaluations thérapeutiques et enjeux politiques »

Charlotte Pelletan (LAM, Sciences Po Bordeaux)
« De la santé comme bien public mondial aux produits de santé comme biens marchands : une étude des nouvelles politiques de l’innovation pharmaceutique en Afrique du Sud »

Discutants :
Doris Bonnet (CEPED, IRD)
Fred Eboko (CEPED–LAM, IRD)
Moritz Hunsmann (IRIS, CNRS)

Panel 3 – Dynamiques circulatoires des arts et des artistes (salle 238C)

Intégrées au marché de l’art globalisé, les œuvres produites en Afrique – et leurs auteurs – circulent au sein et à l’extérieur du continent, sur fond d’une inégale répartition géographique des instances de légitimation culturelle, majoritairement installées en Europe et en Amérique du Nord. Pour être (re)connus, les artistes répondent à des impératifs esthétiques, économiques, sociologiques, propres aux lieux qu’ils cherchent à investir et à leurs publics, en partie situés en dehors de l’Afrique. Ce panel s’inscrit dans une chronologie large, depuis l’émergence d’un art pour l’art, individuel, déjà conditionné par les stratégies de ses praticiens en période coloniale, jusqu’aux redéfinitions très contemporaines et multi-scalaires de la création artistique, par un marché et des structures mondialisés, en passant par ses rapports au, et ses usages en politique. Il invite à des réflexions sur les réseaux de production et de diffusion des œuvres et leurs variétés, sur leur réception au sein et à l’extérieur du continent, sur les stratégies mobilisées par les artistes, et sur ce que ces dynamiques révèlent de la réappropriation et de la circulation des savoirs sur l’Afrique dans le champ artistique. Se pose aussi en filigrane la question de l’identité des artistes, qui, à l’heure de l’afropolitanisme, tendent à remettre en question l’identité et le label « africain ».

Sophie Eliot (Université Carl von Ossietzky, Oldenburg)
« Le rôle des curateurs.trices indépendant.e.s dans la circulation des pratiques artistiques et des savoirs dans le champ de l’art contemporain en Afrique »

Cécile Navarro (ISSRC, Université de Lausanne)
« Les pratiques circulatoires d’artistes de rap sénégalais : la construction d’une scène musicale entre le Sénégal, les Etats-Unis et l’Europe »

Boukary Tarnagda (Université Rennes 2, LaDiPA, Université de Ouagadougou)
« Théâtre contemporain africain francophone ou “Théâtre de tout-monde” ? »

Discutant(e)s :
Nora Greani (EHESS)
Olivier Marcel (ARTL@S, ENS)

Panel 2 – Le religieux et ses réseaux 1 (salle 237C)

L’intervention du religieux, la visibilité croissante et la résurgence de cultes et rituels (protestant, catholique, musulman, chamanique, prophétique, new-age, de possession, etc.) marquent le quotidien individuel et collectif, tant sur le continent africain qu’au sein des diasporas. Avec le développement exponentiel de nouveaux moyens de transport et de communication, des dynamiques de circulation de biens religieux, de production d’imaginaires transnationaux et de mises en réseaux opèrent une délocalisation et une relocalisation mondialisée des croyances, rituels et pratiques religieuses, hors du simple cadre de l’Etat-nation, dans des espaces réels ou symboliques. En abordant les thématiques de la (ré)invention des paysages religieux et cultuels et de la construction du sujet croyant à l’heure des nouvelles technologies et des réseaux numérisés, il s’agit aussi bien d’interroger le processus de transnationalisation religieuse, que les enjeux politiques du recours au religieux dans les sociétés africaines. En élargissant la réflexion au « croire en actes », ce panel vise à analyser non seulement l’activité rituelle en train de se faire, mais aussi la manière dont sont (ré)inventés, façonnés, modelés et transformés au quotidien, tant les croyants, les convertis ou les initiés, que les collectifs et subjectivités religieuses, dans des mouvances contrastées et parfois ouvertement en conflit.

Alicia Legault-Verdier (CEETUM, Université de Montréal)
« Bayefallités et mouridites : lieux de cultes, matérialités et réseaux transnationaux à Montréal »

Frédérick Madore (GIERSA, Université Laval)
« L’islam ivoirien et burkinabè à l’ère du numérique : des communautés musulmanes 2.0 ? »

Carolin Maevis (Université de Cologne)
« A West African Traveling Muslim Association and the Circulation of Believers, Ideas and Religious Objects »

N’gna Traoré (ISFRA, Université des Sciences juridiques et politiques de Bamako)
« Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales et dans l’information à Sénou : vers une gouvernance par la mosquée »

Discutant(e)s :
Sébastien Fath (GSRL, CNRS)
Frédérique Louveau (CER, Université Gaston Berger, LPED, IRD)

Panel 1 – Mobilités et migrations 1 (salle 234C)

Dans le champ des migrations internationales, la notion de mobilité semble devenir un outil d’analyse privilégié et apparaît comme une logique structurante des rapports sociaux, économiques, culturels et politiques. Selon différentes échelles, des formes variées de déplacements, renouvelées par les progrès techniques, construisent en effet des transitions sociales et spatiales et favorisent différents modes d’appartenance, de gestion de la distance et d’accomplissement de soi. Aussi, les trajectoires d’hommes et de femmes, associées aux mouvements croissants des informations, des capitaux et des biens, à destination, à l’intérieur ou vers l’extérieur du continent africain, induisent de multiples jeux de frontières qui redéfinissent les notions de nationalité, territorialité et citoyenneté, ou reconfigurent les majorités et les minorités, les hiérarchies sociales, les rapports de genre et de générations. Cependant, si les temporalités et modalités de ces déplacements révèlent des stratégies individuelles ou collectives, elles soulignent aussi des enjeux de restriction qui interrogent l’accès différencié à la mobilité. Ce panel s’intéresse donc aux dynamiques plurielles du capital mobilité, à ses contraintes et ses imaginaires, passés et contemporains, au sein des sociétés africaines et des réseaux transnationaux qui leur sont liés. Il questionne également la valeur heuristique de la distinction mobilité/migration dans l’analyse des circulations humaines en Afrique et depuis l’Afrique.

Giovanna Cavatorta (IRIS, EHESS)
« Le champ d’accès à la mobilité et l’appartenance sociale. Une perspective démographique à partir du retour de l’Italie au Sénégal »

Irène Dos Santos (IIAC, EHESS, Centro em Rede de Investigação em Antropologia, Universidade Nova de Lisboa)
« L’Angola post-colonial face aux “nouveaux” migrants portugais : mémoires collectives de la colonisation et rapport au passé »

Félix Watang Ziéba (Université de Maroua)
« Immigration tchadienne au Nord Cameroun : entre installation sur le long terme et circulation migratoire »

Discutant(e)s :
Daouda Gary-Tounkara (LAM, CNRS)
Liza Terrazzoni (CADIS, EHESS)