Archives de catégorie : Première série de tables-rondes 14h-15h30

Table-ronde 2 : Positionnalité du (jeune) chercheur sur le terrain (salle 237C)

Cette table-ronde propose de faire le point sur les méthodologies de terrain adoptées par les (jeunes) chercheurs au sein des sociétés africaines. Quelle est la place de l’enquête et quelles sont ses modalités dans un contexte de renouvellement constant des objets de recherche sous l’effet de la mondialisation ? Comment se construisent par exemple les terrains multi-situés ? Quelles sont les incidences sur l’évolution de la recherche et la production des connaissances ?
Dans le cadre d’une discussion transdisciplinaire, nous proposons d’analyser et de comparer les méthodes et les pratiques adoptées en fonction du terrain, de sa durée, de ses lieux et de la spécificité de ses objets. Les données de terrain étant vouées à être transformées en production écrite, on se demandera également comment l’écriture scientifique varie selon les terrains entrepris et les disciplines de recherche. Celle-ci utilise également de plus le plus le recours à l’audiovisuel : quelles sont les apports méthodologiques de
cette approche et quels questionnements réflexifs spécifiques permet-elle ?
Pour analyser et déconstruire la relation « chercheur-terrain », il s’agit d’abord de souligner le rôle de l’enquêteur et de ses caractéristiques sociales. L’accès au terrain, le déroulement et le résultat de la recherche sont-ils susceptibles d’être influencés par l’âge, le genre, la classe sociale, la nationalité de l’enquêteur ou encore l’assignation identitaire dont il peut faire l’objet ? Comment trouver un juste équilibre entre la quête, parfois obsessionnelle, d’une neutralité idéale et la subjectivité du (jeune) chercheur, parfois refoulée, dans la production des données ? Enfin, quels enjeux et quels biais interprétatifs peuvent impliquer le fait de faire une enquête « chez soi », ou comment aborder des sujets sensibles dans un environnement où le (jeune) chercheur a été impliqué autrement avant ses investigations ? Comment se traduit alors la distance nécessaire à la recherche ?
Les problématiques liées aux langues usitées durant l’enquête restent également cruciales. Le choix de la langue de travail, et plus généralement la question de la maîtrise des langues souvent plurielles sur un même terrain, peut être déterminant et influencer fortement tant l’implication du (jeune) chercheur, son accès au terrain, que les résultats de sa recherche. Quels enjeux constitue le recours aux langues « locales » au cours de l’enquête ? Quelles peuvent être les conséquences de l’utilisation de langues européennes ou d’un recours aux interprètes, que l’on soit un enquêteur étranger ou natif du pays, de la région étudiés ? La recherche en études africaines est par ailleurs aujourd’hui très diversifiée et s’ouvre de plus en plus à un large éventail de sujets et d’objets. Aussi, le (jeune) chercheur est-il confronté à la gestion de sujets « subversifs » ou « à risque » pour lui ou ses interlocuteurs, tels que pour des recherches dans des zones de conflits ou des lieux d’instabilité politique, sociale, sécuritaire, alimentaire, qui affectent tant la position du (jeune) chercheur que le déroulement de son enquête. D’autres objets s’intéressent à des problématiques mémorielles dont les frontières entre passé et présent sont très floues et peuvent conditionner politiquement et socialement le (jeune) chercheur au coeur de ses enquêtes.
Enfin, cette table ronde souhaite interroger l’apport et l’influence d’autres pratiques de terrain parallèles aux enquêtes effectuées dans un contexte académique. Quels changements subissent les approches méthodologiques et questionnements théoriques lorsqu’ils sont impliqués partiellement ou entièrement dans un contexte de consultance ou d’expertise ? Face à une précarité académique croissante, en Europe comme en Afrique, de plus en plus de (jeunes) chercheurs sont confrontés à cette question, ainsi qu’à des choix professionnels entre secteurs publics et privés, à la fois pour financer leurs enquêtes et pour trouver un poste. Quelles incidences cette multiplication des finalités de l’enquête a-t-elle dans la production des connaissances sur les sociétés africaines ?

Organisatrice : Elizaveta Volkova (IMAf, EPHE)

Intervenant(e)s :
Andrea Ceriana Mayneri (IMAf) (sous réserve)
Ismaël Moya (LESC, CNRS)
Fatoumata Ouattara (LPED, IRD)
Caroline Panis (CERLIS, Université Paris Descartes)
Tatiana Smirnova (RIAM, EHESS)

Table-ronde 1 – Etudier les Afriques, avec ou sans paradigmes postcoloniaux ? (salle 234C)

Il semble aujourd’hui difficile d’aborder la question des paradigmes postcoloniaux sans que ne viennent à l’esprit les débats passionnés qu’ils suscitent, à l’instar de celui de leur réception dans le champ académique français. D’une déconstruction épistémique utile du regard porté par l’Occident sur le reste du monde à des postures mêlant revendications identitaires et politiques, les études postcoloniales, dont les orientations se sont pourtant multipliées, semblent souvent procéder à la reconduction de ce qu’elles s’étaient donné pour objectif de déconstruire : le piège de la binarité. Pour autant, les objets de recherche des sciences sociales s’intéressant aux Afriques apparaissent de plus en plus imprégnés de paradigmes postcoloniaux pluriels : quels sont-ils ? La complexité de leurs interactions avec des postulats d’ordre socio-politique rend parfois leur définition difficile ou masque leur prégnance. Comment comprendre les questionnements épistémologiques qu’ils suscitent ou la banalisation de postulats épistémiques pour certains objets de recherche ? L’importance croissante de l’orientation postcolonialiste dans les travaux des jeunes chercheurs par exemple est-elle liée à une dimension « émique » du terrain qui rend indispensable l’usage de ces outils théoriques, à une absence de mise en perspective de ces derniers, à une torsion faite aux données de terrain liée à un aveuglement conceptuel et politique ? Quels liens ces positionnements théoriques entretiennent-ils aujourd’hui avec les courants de la Négritude et de la Blackness ? Alimentent-ils des débats autour de la racialisation des acteurs de la recherche et des sociétés étudiées ?
Ces interrogations ont pour but de permettre aux jeunes chercheurs de questionner leurs objets d’étude et méthodologies de recherche, les données ethnographiques, ainsi que les dynamiques globales à l’oeuvre sur les « terrains africains », remettant parfois en cause l’usage de certains paradigmes et cadres scientifiques. Ainsi, à quelles limites le postcolonialisme, comme d’autres courants avant lui (fonctionnalisme ou structuralisme), se heurte-t-il pour saisir les configurations des sociétés africaines globalisées ? Y a-t-il une « nécessité » de dépasser une approche postcolonialiste dictée par le terrain où subsistent entre autres des rapports sociaux racialisés, réels ou idéologiques – ou par un positionnement lui-même éthique et politique ? Par exemple, même si les sociétés africaines actuelles sont le produit de diverses expériences de colonisation, les faits historiques les plus étudiés sont la traite négrière et la colonisation européenne, comparativement à la traite transsaharienne. Faut-il y voir un effet d’accentuation de politisation des faits historiques ramenée à la période contemporaine ? A l’inverse, une analyse des sociétés africaines au prisme des classes sociales, considérant d’autres hiérarchisations qui relativisent la prédominance du postulat identitaire, peut-elle permettre de nuancer et questionner différemment la reproduction de certaines catégorisations ethno-raciales, y compris dans l’étude des réseaux « diasporiques » issus du continent ? Quelles limites peut-on poser à cet angle d’analyse ? Enfin, peut-on envisager une voie médiane qui reformule le projet scientifique postcolonial pour analyser les Afriques et leurs interactions avec le reste du monde ? Quelles seraient alors ses incidences académiques ?
Cette discussion pointe en filigrane la place du chercheur par le regard qu’il porte sur ses objets de recherche, les relations personnelles et professionnelles qu’il entretient avec les sociétés étudiées, ses propres représentations de l’Afrique, et pousse à un questionnement réflexif qui interroge aussi le développement et le recours aux paradigmes postcoloniaux : d’où parlons-nous et au nom de qui ?

Organisateur : Tonda Mahéba (IRIS, EHESS)

Intervenant(e)s :
Jean-Loup Amselle (EHESS)
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Elise Pape (IRIS, EHESS)
Sami Tchak (Écrivain)