Archives de catégorie : Entre passés et présents

Panel 24 – Patrimoine, patrimonialisation, tourisme (salle 253E)

La protection des « traditions » culturelles et d’ensembles paysagers africains est une préoccupation apparue pendant la période coloniale, avant la normalisation d’une définition universaliste et internationalisée du patrimoine par l’Unesco. De nombreux acteurs locaux, nationaux ou internationaux participent depuis aux processus de patrimonialisation, renouvellent la définition de leurs objets ou contestent leurs enjeux. Le patrimoine constitue un construit social et un outil politique qui induit des stratégies conflictuelles autour de ses usages et des identités qu’il dessine. Ses valorisations sélectives modifient le rapport au passé, redéfinissent les savoirs socio-historiques et culturels et influencent leur circulation. Elles impliquent également des recompositions territoriales qui engendrent des questions économiques et des modes de hiérarchisations sociales. Ce panel propose d’analyser la « fabrique du patrimoine » africain sur le temps long, ainsi que ses enjeux territoriaux, identitaires et politiques, en incluant les objets patrimoniaux qui ne sont pas institutionnalisés et qui questionnent la définition mondialisée du patrimoine. Les analyses épistémologiques liées à la (re)construction et à la circulation des savoirs, ou encore aux inégalités et distinctions sociales résultant de la valorisation patrimoniale, seront appréciées. Elles incluront les pratiques du tourisme culturel qui révèlent des contestations, discours alternatifs ou contournements des usages officiels du patrimoine et interrogent les savoirs qu’il incarne.

Benjamin Barbier (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) & Eustache Amoussou (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Entre le local et l’universel : la fabrique du patrimoine à Porto-Novo (Bénin) »

Eliane Djemgou (EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« La réinvention de la tradition dans les chefferies et les funérailles bamileke pour le développement du tourisme. »

Monica Labonia (Université Nice Sophia Antipolis)
« Le rôle du patrimoine culturel dans le processus de pacification et intégration régionale : le cas d’étude de l’initiation masculine du village sénégalais de Youtou »

Boubacar Sambaré (CESSMA, Université Paris Diderot, Université de Ouagadougou)
« Les métiers à tisser améliorés et l’essor de l’artisanat textile au Burkina Faso (des années 1960 à 2010) »

Discutant(e)s :
Saskia Cousin (Université Paris Descartes)
Marie-Pierre Ballarin (URMIS, IRD)

Panel 23 – Fabriques mémorielles (salle 244E)

Comme dans d’autres régions du monde, mémoire et histoire sont articulées et recomposées à différentes échelles sur le continent africain. Elles sont associées à des objectifs politiques, économiques et sociaux diversifiés, qui font aussi écho aux enjeux de légitimation politique des Etats-nations. De la « fabrique des grands hommes » aux processus de reconstruction de la mémoire des conflits, en passant par un retour de la mémoire coloniale qui oscille entre rejet et nostalgie, l’histoire est réinterprétée, hybridée et frôle souvent la fiction. Ce panel transdisciplinaire propose d’interroger les constructions mémorielles selon différents angles. Il s’agira par exemple de décrire et d’expliquer la façon dont l’histoire se mythifie, l’évènement entre dans la légende et la personne historique devient héroïque. Quels sont les acteurs de ces processus, les outils qu’ils mobilisent, les arènes dans lesquelles ils se déploient, ou encore l’impact politique, médiatique ou culturel de ces récits ? On s’intéressera également au traitement actuel des matérialités du passé qui informe sur la transformation des pratiques, des représentations et des discours dans les processus historico-mémoriels et la circulation des savoirs. Nous questionnerons enfin la position du chercheur face à ces enjeux de mémoire : comment observer et analyser les réécritures de l’histoire et comment rendre compte de leur imbrication et de leur circulation ?

Isabelle Denis (Université Paris-Sorbonne)
« Mayotte, entre construction d’une mémoire et appropriation de son histoire »

Pierre Leroux (CERC, THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
« Le rêve des autres, représentations des deux premières Chimurenga dans l’oeuvre de Dambudzo Marechera »

Simon Ngono (GRESEC, Université Grenoble Alpes) & Charles Le Grand Tchagnéno Téné (LIP, Université Grenoble Alpes)
« La presse camerounaise et la construction de la représentation sociale du martyr »

Discutant(e)s :
Maria Benedita Basto (CRIMIC, Université Paris-Sorbonne)
Marie-Aude Fouéré (IMAF, EHESS)

Panel 22 – Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques 2 (salle 238C)

Les langues introduites par les anciens empires coloniaux européens (le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol) s’entremêlent avec les autres langues du continent, elles-mêmes parfois issues d’anciens empires (à l’instar de l’amharique), ou encore avec l’arabe. Ce panel interroge les pratiques langagières au regard des évolutions, imbrications, rapports de force et interrelations entre les différentes langues usitées, à travers des études de cas linguistiques, historiques, sociolinguistiques, ou des illustrations en littérature et dans les arts. Ces frontières fluctuantes engendrent des rapports de domination, des constructions mythifiées et des investissements identitaires complexes qui dépendent des subjectivités des acteurs, des lieux et de multiples désirs d’appartenance. Les variations linguistiques, comme les rapports de pouvoir symbolique, inscrits dans des contextes mouvants de plurilinguisme et de multilinguisme, rendent par exemple les politiques linguistiques ou les campagnes d’alphabétisation en « langue locale », complexes à harmoniser. Les communications attendues pourront donc analyser les jeux d’échelles et de labilité entre les langues, qui induisent des dynamiques plurielles de bricolage, syncrétisme, rejet et appropriation. Ce panel s’intéressera également au positionnement du chercheur face à l’usage des langues lors du travail de terrain, le choix linguistique constituant un enjeu méthodologique qui détermine tant l’accès au terrain que la production des données.

Ferhat Balouli (Université Mohand Oulhadj de Bouira)
« Les langues dans les villes algériennes. Enjeux de statut et d’appartenance »

François Ousmane Dupuy (Institut de Langues et littératures romanes, Université Goethe, Francfort)
« Rapports inter- et transculturels et traduction de la littérature subsaharienne de langue française dans l’espace germanophone »

Amos Kamsu Souoptetcha (Université de Maroua)
« La néonymie au coeur du discours des écrivains négro-africains : problématique des identités linguistiques »

Lozzi Martial Meutem Kamtchueng (Université de Maroua)
« Il a coupé la petite-là. A Linguistic Study of the Language of Sexuality in French-Speaking Cameroon »

Discutant(e)s :
Aïssatou Mbodj-Pouye (IMAf, CNRS)
Cécile Van den Avenne (ICAR, ENS Lyon)

Panel 20 – États, nations et frontières (salle 234C)

Alors qu’en leur temps, les décolonisations africaines étaient apparues comme un désir de « faire communauté » à l’intérieur des frontières coloniales, les États-nations post-coloniaux n’ont pas tardé à devenir eux-mêmes la source de nombreux conflits et de querelles. L’autoritarisme, les faibles performances économiques et la prédation des élites gouvernantes n’ont pas permis l’amélioration des conditions d’existence des populations. Il s’en est suivi une crise de légitimité des États, ainsi qu’une exacerbation des replis identitaires, qui hypothèquent l’avenir des jeunes nations africaines, comme l’illustre l’apparition de mouvements irrédentistes et de rebellions armées. Avec la sécession du Sud Soudan et la rébellion touareg au Mali, le mythe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation s’est définitivement effondré, révélant au passage la faiblesse et la déliquescence des États africains post-coloniaux. Ce panel se propose, à partir d’études empiriques, de questionner le processus de construction de l’État-nation en Afrique, ainsi que les facteurs internes ou externes au continent qui conditionnent son « odyssée ». Il interroge aussi les différentes formes de réappropriation ou de remise en cause des États, des nations et des frontières africaines, ainsi que les mobilisations, les discours et les représentations identitaires par lesquels elles s’expriment.

Yves Béringue (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« D’une limite intra-impériale à une frontière nationale : exemple de la Guinée et du Mali de 1958 à 1970 »

Guilain Mathe (IEPI, Université de Lausanne)
« Gouvernance rebelle et politique de sécurité : les défis de la recherche de terrain dans les espaces de conflits armés au Nord-Kivu (RDC) »

Richard Oko Ajah (Université d’Uyo)
« Nationalism and African Communal Identity in Marguerite Abouet and Clément Oubrerie’s Aya de Yopoungon »

Silvester Trnovec (Académie slovaque des sciences, Institut des études orientales et africaines)
« Enseignement de l’histoire en Afrique Occidentale Française en 1900-1945. La construction d’une identité ? »

Discutant(e)s :
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Cindy Morillas (LAM)

Panel 16 – Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques 1 (salle 237C)

Les langues introduites par les anciens empires coloniaux européens (le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol) s’entremêlent avec les autres langues du continent, elles-mêmes parfois issues d’anciens empires (à l’instar de l’amharique), ou encore avec l’arabe. Ce panel interroge les pratiques langagières au regard des évolutions, imbrications, rapports de force et interrelations entre les différentes langues usitées, à travers des études de cas linguistiques, historiques, sociolinguistiques, ou des illustrations en littérature et dans les arts. Ces frontières fluctuantes engendrent des rapports de domination, des constructions mythifiées et des investissements identitaires complexes qui dépendent des subjectivités des acteurs, des lieux et de multiples désirs d’appartenance. Les variations linguistiques, comme les rapports de pouvoir symbolique, inscrits dans des contextes mouvants de plurilinguisme et de multilinguisme, rendent par exemple les politiques linguistiques ou les campagnes d’alphabétisation en « langue locale », complexes à harmoniser. Les communications attendues pourront donc analyser les jeux d’échelles et de labilité entre les langues, qui induisent des dynamiques plurielles de bricolage, syncrétisme, rejet et appropriation. Ce panel s’intéressera également au positionnement du chercheur face à l’usage des langues lors du travail de terrain, le choix linguistique constituant un enjeu méthodologique qui détermine tant l’accès au terrain que la production des données.

Béli Mathieu Daila (LaDiPA, Université de Ouagadougou)
« Le français, un habit à la taille du locuteur burkinabè »

Antoine Willy Ndzotom Mbakop (Université de Maroua)
« Communicating in cross-cultural religious groups. The factors of language choice in Protestant Churches in Cameroon »

Komi Simnara (LACITO, Université Sorbonne Nouvelle)
« Du terrain au positionnement épistémologique : une réflexion à partir de l’étude de l’expression des émotions à Kanté (Togo) »

Suzie Telep (CERLIS, Université Paris Descartes)
« Imaginaires linguistiques et construction historique du “Blanc” : le cas du “whitisage” chez des migrants camerounais à Paris »

Discutant(e)s :
Cécile Canut (CERLIS, Université Paris Descartes)
Caroline Juillard (Université Paris Descartes)