Archives de catégorie : Deuxième session de panels 14h30-16h15

Panel 8 – Gestion foncière : mode d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains 1 (salle 244E)

La question foncière constitue un champ d’étude particulièrement riche pour les sciences sociales car elle cristallise les enjeux de pouvoir qui traversent des sociétés dans un contexte de pression démographique où l’espace se fait souvent rare. Par le biais de marchés ou de négociations, les acteurs s’approprient l’espace, mettant en jeu des processus de régulation où les sphères formelle et informelle peuvent être imbriquées. Les acteurs développent des stratégies et mobilisent des réseaux, alimentant ainsi des rapports de pouvoir, des situations conflictuelles et entraînant souvent un contournement et/ou une superposition des normes et des droits en vigueur dans les espaces. Ce panel s’intéresse, sous un angle pluridisciplinaire, aux modalités d’accès, de valorisation et d’usage du sol considérés comme plus ou moins légitimes, en fonction de facteurs économiques, politiques, sociaux, etc. Les communications peuvent également porter sur les modes de régulation, plus ou moins violents de ce système foncier (tels que des « déguerpissements »). Nous encourageons les communications portant sur les inégalités d’accès et d’occupation du sol et sur les nouvelles pratiques qu’engendrent ces inégalités (les constructions en zone non ædificandi par exemple). Qu’advient-il des habitants en marge du marché foncier formel, des citadins marginaux aux sans-terres ?

Khalilou Lahi Diagana (ESO-Caen, Université de Caen)
« L’habitat illégal, accès à l’eau et à l’assainissement : des quartiers oubliés par les autorités ? L’exemple des gazra de Nouakchott (Mauritanie) »

Momar Diongue (IPDSR, Université Cheikh Anta Diop)
« La production foncière publique locale à l’épreuve de la participation communautaire : cas de la commission villageoise dans le lotissement d’extension des collectivités locales périurbaines (Diamniadio, Sangalmkam et Yène) et l’agglomération dakaroise »

Thomas Maillard (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Vivre et cultiver sur des micro-polders à Saint-Louis (Sénégal) »

Chloé Violon (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) & Félix Watang Zieba (Université de Maroua)
« Evolution des pratiques foncières chez les Tupiri au Nord Cameroun : entre conflits et fonciers intrafamiliaux et expansion territoriale »

Discutants :
Olivier Iyébi Mandjek (Fondation Paul Ango Ela, Yaoundé)
Amandine Spire (CESSMA, Université Paris Diderot)

Panel 7 – Sociétés et environnement 1 (salle 238C)

L’étude des modes d’appropriation, de façonnement et d’exploitation des environnements dits naturels par les populations, offre un large champ interdisciplinaire où se rencontrent sciences humaines et sciences du vivant. La description des mécanismes cognitifs et sociaux liés à la manipulation d’entités biologiques vivantes, l’utilisation novatrice des propriétés des plantes et des phénomènes naturels, l’analyse des jeux d’acteurs entourant la création et la gestion d’aires protégées ou encore l’étude de l’introduction de techniques agricoles alternatives, sont autant de champs qui reçoivent un intérêt croissant dans les études africanistes actuelles et qui trouveront leur place dans ce panel au croisement des disciplines. Seront aussi abordés les phénomènes mondialisés d’industrialisation et d’exploitation des sols et des sous-sols africains qui complexifient les enjeux de destruction ou de transformation des systèmes environnementaux du continent. Ce panel se propose donc d’analyser les rapports sociaux, économiques et politiques entre administrations, industries et populations partageant de manière complémentaire ou conflictuelle un même espace. Il constitue également une entrée pour l’étude des interactions entre savoirs locaux et discours globaux liées à un usage durable des ressources naturelles.

Marion Comptour (CEFE, Université Montpellier 2)
« Fonctionnement et dynamique d’un socio-écosystème dans les plaines inondables du fleuve Congo »

Cédric Aurélien Matsaguim Nguimdo (Université de Yaoundé 1)
« Diffusion de l’innovation en agriculture familiale africaine et présupposés théoriques. Quelle situation conditionne le choix des agriculteurs en matière de stratégie d’adaptation aux changements climatiques ? »

Ronan Mugele (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« La Grande Muraille Verte au Ferlo (Sénégal) : leurres et lueurs du reboisement au Sahel au XXIème siècle »

Williams Fulbert Yogno Tabeko (Université de Maroua)
« La protection de la nature en Afrique à l’épreuve du développement »

Discutants :
Guillaume Blanc (CRH, EHESS)
Eric Garine (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Panel 6 – Le religieux et ses réseaux 2 (salle 237C)

L’intervention du religieux, la visibilité croissante et la résurgence de cultes et rituels (protestant, catholique, musulman, chamanique, prophétique, new-age, de possession, etc.) marquent le quotidien individuel et collectif, tant sur le continent africain qu’au sein des diasporas. Avec le développement exponentiel de nouveaux moyens de transport et de communication, des dynamiques de circulation de biens religieux, de production d’imaginaires transnationaux et de mises en réseaux opèrent une délocalisation et une relocalisation mondialisée des croyances, rituels et pratiques religieuses, hors du simple cadre de l’Etat-nation, dans des espaces réels ou symboliques. En abordant les thématiques de la (ré)invention des paysages religieux et cultuels et de la construction du sujet croyant à l’heure des nouvelles technologies et des réseaux numérisés, il s’agit aussi bien d’interroger le processus de transnationalisation religieuse, que les enjeux politiques du recours au religieux dans les sociétés africaines. En élargissant la réflexion au « croire en actes », ce panel vise à analyser non seulement l’activité rituelle en train de se faire, mais aussi la manière dont sont (ré)inventés, façonnés, modelés et transformés au quotidien, tant les croyants, les convertis ou les initiés, que les collectifs et subjectivités religieuses, dans des mouvances contrastées et parfois ouvertement en conflit.

Sariette Batibonak (IMAf, Aix-Marseille Université)
« Migrants africains et églises ethniques à Genève »

Carla Bertin (IMAf, EHESS)
« (Re)conversions au pouvoir et pentecôtisme au village »

Khaoula Matri (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse)
« La pratique du voile intégral entre représentations et pratiques »

Ana Carla Rocha de Oliveira Bentegeat (LAM, Université de Bordeaux)
« Etude de cas autour des consultations et des pratiques de guérison chez une “catimbozeira” dans une périphérie urbaine au Brésil »

Discutantes :
Stefania Capone (CéSor, EHESS, CNRS)
Sandra Fancello (IMAf, CNRS)

Panel 5 – Mobilités et migrations 2 (salle 234C)

Dans le champ des migrations internationales, la notion de mobilité semble devenir un outil d’analyse privilégié et apparaît comme une logique structurante des rapports sociaux, économiques, culturels et politiques. Selon différentes échelles, des formes variées de déplacements, renouvelées par les progrès techniques, construisent en effet des transitions sociales et spatiales et favorisent différents modes d’appartenance, de gestion de la distance et d’accomplissement de soi. Aussi, les trajectoires d’hommes et de femmes, associées aux mouvements croissants des informations, des capitaux et des biens, à destination, à l’intérieur ou vers l’extérieur du continent africain, induisent de multiples jeux de frontières qui redéfinissent les notions de nationalité, territorialité et citoyenneté, ou reconfigurent les majorités et les minorités, les hiérarchies sociales, les rapports de genre et de générations. Cependant, si les temporalités et modalités de ces déplacements révèlent des stratégies individuelles ou collectives, elles soulignent aussi des enjeux de restriction qui interrogent l’accès différencié à la mobilité. Ce panel s’intéresse donc aux dynamiques plurielles du capital mobilité, à ses contraintes et ses imaginaires, passés et contemporains, au sein des sociétés africaines et des réseaux transnationaux qui leur sont liés. Il questionne également la valeur heuristique de la distinction mobilité/migration dans l’analyse des circulations humaines en Afrique et depuis l’Afrique.

Abdourahmane Mangane (URMIS, Université Nice Sophia Antipolis)
« Les remises des émigrés sénégalais entre solidarité contrainte et aspirations à l’autonomie »

Aurore Mottet (URMIS, Université Nice Sophia Antipolis,)
« Mobilité bien ordonnée. Des documents de voyage aux “irréguliers” : éléments de réflexion sur la mobilité des réfugiés en Afrique »

Médina Ina Niang (HDEA, Université Paris-Sorbonne)
« Les trajectoires de la réussite ? Perceptions dakaroises contrastées de la migration vers Paris et New York »

Discutant(e)s :
Françoise Blum (CHS, CNRS)
Pierre Kamdem (Université de Dschang, Université de Poitiers)