Archives de catégorie : Deuxième série de tables-rondes 15h45-17h15

Table-ronde 4 – Place et représentations de l’Afrique dans les pratiques académiques (salle 237C)

Cette table-ronde souhaite interroger les liens scientifiques établis en pratique avec le continent africain, en privilégiant une analyse réflexive sur le monde de la recherche, ses dynamiques et ses acteurs. Quelle place effective prend l’Afrique au sein des rapports professionnels et institutionnels, en termes socio-économiques et politiques, mais aussi de représentations et d’imaginaires sociaux ? Qu’est-ce que ces enjeux révèlent de l’étude scientifique de ce continent et des carrières construites sur et à l’extérieur de celui-ci?
Ces questionnements ont émergé à plusieurs étapes de l’organisation de cette troisième édition des JCEA, à travers notamment la constitution du comité scientifique, la rédaction de l’appel à communication, les recherches de financements, les modalités de dépôt et de sélection des communications, le choix des conférenciers, ou encore l’organisation des ateliers d’écriture et documentaires. Les débats suscités s’inscrivent dans des processus de production académique plus vastes, qui interrogent les incidences de la « crise de l’africanisme » des années 1980, ainsi que la catégorie académique « études africaines ».
Si les pratiques du monde de la recherche conditionnent la mobilité des élites, et ses ruptures ou continuités à l’échelle internationale, elles informent tout autant sur l’émergence des capitaux, des espaces et des inégalités qui construisent la circulation des savoirs et les modes de valorisation académique. On observe, par exemple, des critères de reconnaissance et de légitimité différenciés entre chercheurs occidentaux et africains travaillant sur l’Afrique, comme entre chercheurs africains expatriés et ceux affiliés à des institutions africaines. Qu’est-ce que ces modes de distinction explicitent des relations académiques entre ces diverses catégories d’acteurs scientifiques, de leurs rapports aux terrains et aux sociétés étudiées, des contextes des pratiques de recherche, et au-delà, des partenariats ou concurrences entretenus entre les institutions et individus concernés ? Comment l’ensemble de ces éléments influence-t-il les conditions de production, de circulation et de valorisation des savoirs (par le choix des laboratoires, des revues de
publication et des conférences) ? Comment certaines pratiques (re)dessinent-elles les hiérarchies globalisées des élites académiques spécialisées sur l’Afrique ?
Dans ce contexte, le continent africain nourrit des objets de recherche pour lesquels les expériences personnelles, les terrains d’étude, les réseaux professionnels, les environnements institutionnels, tout autant que les ressources et les parcours sociaux et biographiques des chercheurs, orientent les regards académiques et les représentations du continent, au-delà des clivages et contextes disciplinaires. En pratique, ces éléments peuvent occulter certaines réalités sociales, économiques et politiques, pourtant questionnées sur le plan académique. Comment ce contraste alimente-t-il, entre des catégories d’acteurs plurielles, des lignes de tensions, jalonnées de références exotisantes, essentialistes ou postcolonialistes, inscrites dans des processus d’ethnicisation réciproques souvent implicites, qui affectent le monde de la recherche à différentes échelles ? Et dans quelle mesure la construction des savoirs devient-elle un enjeu politique au sein des institutions, à la fois en Afrique et hors d’Afrique ?

Organisatrice : Hélène Quashie (IMAf, EHESS)

Intervenant(e)s :
Hamidou Dia (CEPED, IRD)
Anne Doquet (IMAf, IRD)
Abdoulaye Gueye (Université d’Ottawa)
Allison Sanders (IMAf, EHESS)

Table-ronde 3 – Classes sociales et productions des savoirs sur les sociétés africaines (salle 234C)

Cette table-ronde s’intéresse à la place et à l’analyse des stratifications sociales dans les objets de recherche et les cadres scientifiques des études en sciences sociales sur l’Afrique. Les classes moyennes et les élites font-elles par exemple l’objet d’un investissement académique minoritaire? Quels postulats de recherche influencent la production des connaissances socio-économiques, politiques mais aussi historiques, relatives aux groupes et aux sociétés étudiés ?
Les études africaines possèdent un important héritage intellectuel issu du marxisme des années 1960 et 1970. Qu’est-il advenu de sa transmission aux jeunes générations de chercheurs ? De nouveaux objets se réapproprient-ils cet outil d’analyse et comment l’adaptent-ils au contexte de globalisation actuel des sociétés africaines, aux processus de domination et de mobilisation politiques qu’il construit ? Quelles formes revêt alors l’actualisation du concept de classe sociale dans les recherches actuelles sur l’Afrique ? Les études dans le domaine du développement et de l’aide internationale ont également contribué à orienter les analyses académiques en se focalisant sur les causes et les marqueurs de la « pauvreté » en milieu rural et urbain. Cette dimension fait partie intégrante de la recherche. Comment le « populisme développementiste » et le « populisme en sciences sociales » (Olivier de Sardan, 1990) ont-ils cependant remodelé l’appréhension et la définition des objets de recherche associés à l’Afrique, ainsi que les représentations académiques des sociétés étudiées ?
Les prospectives de la Banque mondiale et de la Banque Africaine de Développement ont mis à jour dans plusieurs pays du continent depuis les années 2000 l’émergence de classes moyennes associées à des mobilités et un consumérisme croissants, ainsi qu’aux usages des nouvelles technologies. L’afflux de fonds et d’investissements des « diasporas » ou encore le développement de loisirs touristiques attestent par exemple de mutations socio-économiques importantes. La notion de classe moyenne est alors associée à un renouvellement des définitions de la « pauvreté » en termes de capacités : quelle est sa pertinence scientifique et sa résonance politique? Comment les classes moyennes et les élites au sein des sociétés africaines, ainsi que les transitions descendantes ou ascendantes entre catégories sociales, peuvent-elles désormais être abordées ? L’analyse de ces mutations socio-économiques, mais également politiques, s’inscrit-elle en continuité ou en rupture avec les études historiques sur les stratifications sociales des époques pré et post-indépendance ? Quels changements peut-on observer dans la construction et la hiérarchisation des groupes sociaux ?
Enfin, la question de la place et de l’analyse des rapports sociaux de classe dans les objets de recherche sur les sociétés africaines peut interroger le courant théorique des Subaltern Studies qui imprègne depuis quelques années les débats universitaires et a favorisé une approche spécifique des groupes sociaux « dominés ». En quoi celle-ci se distingue-t-elle des autres perspectives académiques pour appréhender les clivages socio-économiques et identitaires internes aux sociétés étudiées ? Quelles sont ses incidences dans la construction et la production des savoirs et quelles analyses critiques induisent-elles ? Comment les études relatives aux circulations transnationales et leur renouvellement viennent-elles mettre en perspective et redéfinir les rapports de domination socio-économique tels qu’ils sont pensés dans la recherche sur les sociétés africaines ?

Organisatrice : Elsa Paris (CESSMA, Université Paris Diderot)

Intervenant(e)s :
Riccardo Ciavolella (LAIOS-IIAC, CNRS)
Jean Copans (EHESS)
Monique de Saint-Martin (IRIS, EHESS) (sous réserve)
Violaine Tisseau (IMAf)