Archives de catégorie : 14 janvier 2016

Panel 14 – Intervenir en Afrique (salle 280F)

La notion d’intervention est souvent associée à un rapport de domination unilatéral, qui assigne une inégalité entre l’action d’une organisation et l’objet de son intervention. A l’inverse de cette perspective, ce panel propose de considérer l’intervention comme un processus complexe qui s’articule au niveau local en mettant aux prises une pluralité d’acteurs locaux, nationaux et internationaux. Que le processus d’intervention soit le fait de coopération entre États, de projets menés par des organisations internationales, non gouvernementales ou associatives, ce panel propose d’interroger la répartition des actions liées à la mise en œuvre de l’intervention à l’échelle locale. Si pour le discours politique international, le casque bleu africain intervenant en Afrique, ou encore la nationalisation des ONG, est devenu l’horizon idéal de l’intervention, qu’en est-il des normes ethno-raciales, de genre, de religion ou même de classe dans ce processus, ainsi que dans sa mise en œuvre ? Les études, issues de toutes les disciplines, permettant de rendre compte de la mise en œuvre de l’intervention dans sa complexité, et fondées sur des terrains ethnographiques de longue durée ou un travail d’archive, seront valorisées.

Morgane Anziani-Vente (Université de Fribourg, Université de Bayreuth)
« Luttes de conceptions autour des projets d’accès à l’eau potable au Bénin »

Vanessa Pedrotti (IMAf, Aix-Marseille Université)
« La léproserie St-Antoine à Harar (Ethiopie) : un établissement missionnaire, médical et humanitaire »

Charlotte Torretti (LAM, Université de Bordeaux)
« L’émergence de territoires hydrauliques en Ouganda : enjeux de pouvoir et projets d’irrigation »

Aurore Viard-Crétat (Centre Alexandre-Koyré, EHESS)
« La candidature camerounaise pour le programme forestier Redd+ de la Banque Mondiale, entre appropriation et extraversion »

Discutant(e)s :
Fanny Chabrol (IRIS, EHESS)
Philippe Lavigne-Delville (GRED, IRD)

Panel 13 – Géopolitiques globalisées (salle 253E)

Quand il est question de mondialisation, le continent africain est souvent considéré comme marginal dans les discours médiatiques et institutionnels. Pourtant, des grandes découvertes à nos jours, l’Afrique est restée au cœur de nombreuses dynamiques politiques et économiques imbriquées à différentes échelles. Elle ne peut être réduite à un simple récipiendaire de l’aide internationale. Son urbanisation accélérée, la croissance de ses populations et le marché qu’elles représentent, ainsi que l’augmentation rapide de certains PIB du continent, en font un acteur clé de la globalisation actuelle. Les investissements des organismes et bailleurs classiques du développement deviennent inférieurs à ceux des réseaux transnationaux africains. Certaines impulsions économiques complexifient les accords bilatéraux entre les Etats africains et le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine ou les pays dits développés, multipliant les « stratégies d’extraversion ». Les enjeux de sécurité internationale et de ressources minières renforcent également le rôle stratégique de l’Afrique sur l’échiquier mondial, tandis que l’usage des nouvelles technologies révèle des logiques socio-politiques aux ancrages démultipliés. Ce panel propose d’interroger les processus géopolitiques globalisés autour et sur le continent africain. Quelle est l’actualité des notions « Sud », « Nord » ou « régions émergentes » au regard de l’Afrique? L’idée selon laquelle les contours de l’ordre mondial seraient tributaires des BRICS et des pays dits développés est-elle mise en difficulté ?

Xavier Aurégan (FMSH, CIRAD, CQEG)
« La Chine : acteur de la reconfiguration géopolitique du continent africain »

Clément Cayla-Giraudeau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Coopération militaire et détricotage du cocon postcolonial à Djibouti, 1999-2013 »

Ezgi Güner (Université de l’Illinois)
« Turkey’s “Opening to Africa”: Neo-Ottmanism, Islam and Global Capitalism »

Yumiko Yamamoto (CERI, Sciences Po Paris, Fondation France-Japon, EHESS)
« La montée en puissance de la Chine et de l’Inde en Afrique par l’aide et leurs conséquences sur la politique africaine du Japon »

Discutant(e)s :
Raphaëlle Chevrillon-Guibert (PRODIG, IRD)
Sadio Soukouna (MIGRINTER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Panel 12 – Musique(s) d’Afrique(s) ? (salle 244E)

Les musiques associées au continent africain, de par leur diffusion à l’échelle mondiale, ont été étudiées par l’ensemble des sciences humaines et sociales pour illustrer les mécanismes du transfert culturel. Dans cette perspective, de nombreuses études opèrent un glissement de la notion de musique africaine vers celle de « musique noire ». L’espace atlantique comme cadre d’étude y exerce un poids considérable, écrasant peut-être, si l’on considère qu’il tend à s’émanciper des complexités internes au continent africain. Ce panel se propose de penser les musiques africaines en contexte, en portant une attention particulière aux genres populaires nés de la période coloniale et des indépendances, du highlife à la rumba congolaise, en passant par le raï. On pourrait par exemple interroger l’importance des influences extérieures – rumba, jazz, hymnes religieux, rap… –, le poids des contextes politiques – les indépendances, les situations postcoloniales… –, les circulations continentales – la question de l’espace saharien en particulier –, ou encore le rapport dialectique entre musique dite « traditionnelle » et musique dite « moderne ».

Marta Amico (Centre Georg Simmel, EHESS, FMSH)
« Musique touarègue globale, un “son du désert” au tournant du conflit »

Alfonso Castellanos Malagon (IMAf, EHESS)
« La musique zikiri à Bobo-Dioulasso : une mode islamique urbaine au cœur de l’Afrique de l’ouest »

Anna Cuomo (IMAf, EHESS)
« La fabrique d’un rap africain »

Souleymane Ganou (Université de Ouagadougou)
« “M’Ninda” ou la quête identitaire chez Asalfo de Magic System »

Discutant(e)s :
Pap Ndiaye (ChSP, Sciences Po Paris)
Emmanuelle Olivier (Centre Georg Simmel, CNRS)

Panel 11 – Les espaces de citoyenneté critique (salle 238C)

Plus que de réfléchir à la réalisation africaine d’un idéal-type de citoyenneté critique qui s’articulerait dans une sphère publique, il s’agira d’interroger la mise en forme d’espaces publics de la parole permettant de définir les formes d’exclusion et d’inclusion socio-politiques dans leur rapport avec le pouvoir étatique. Alors que les printemps arabes et le Burkina Faso montrent l’actualité de cette question, il est important d’interroger les formes contemporaines de relations entre l’espace public, l’espace numérique et l’espace politique. Quelles sont les nouvelles formes de prise de parole citoyenne ? Avec quelles innovations et quelles permanences historiques ? Comment sont-elles appréhendées selon les disciplines ? Quels sont les lieux, les médias, les réseaux où s’énonce le politique et où se construisent les liens entre la société et l’État, au sein des régimes politiques africains ? Au-delà de la description de ces espaces de discussion, de leur fonctionnement et de leur organisation, l’objectif de ce panel est d’interroger la capacité ou non de ces espaces de parole et de débat à se construire comme des instances de contrôle vis-à-vis du pouvoir politique, et à articuler des espaces de citoyenneté(s) critique(s), de potentialités révolutionnaires, de reconfiguration du vivre ensemble.

Fred Biyela (CEPED, Université Paris Descartes)
« Pouvoirs et démocratie par le bas au Congo-Brazzaville. Crises de succession et production de citoyenneté critique au sein d’une Eglise prophétique »

Maria de Lurdes Mangueleze (LAM, Sciences Po Bordeaux)
« Le processus de légitimation des chefs traditionnels dans les conseils consultatifs au Mozambique : une obéissance sans soumission ? »

Maha Messaoudene (Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger) & Karima Messaoudi (Université du 20 août, Skikda)
« La gouvernance participative interrogée à travers l’exemple de la requalification du centre-ville de Skikda (Algérie) »

Discutant(e)s :
Séverine Awenengo d’Alberto (IMAf, CNRS) (sous réserve)
Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris)

Panel 10 – Gestion foncière : mode d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains 2 (salle 237C)

La question foncière constitue un champ d’étude particulièrement riche pour les sciences sociales car elle cristallise les enjeux de pouvoir qui traversent des sociétés dans un contexte de pression démographique où l’espace se fait souvent rare. Par le biais de marchés ou de négociations, les acteurs s’approprient l’espace, mettant en jeu des processus de régulation où les sphères formelle et informelle peuvent être imbriquées. Les acteurs développent des stratégies et mobilisent des réseaux, alimentant ainsi des rapports de pouvoir, des situations conflictuelles et entraînant souvent un contournement et/ou une superposition des normes et des droits en vigueur dans les espaces. Ce panel s’intéresse, sous un angle pluridisciplinaire, aux modalités d’accès, de valorisation et d’usage du sol considérés comme plus ou moins légitimes, en fonction de facteurs économiques, politiques, sociaux, etc. Les communications peuvent également porter sur les modes de régulation, plus ou moins violents de ce système foncier (tels que des « déguerpissements »). Nous encourageons les communications portant sur les inégalités d’accès et d’occupation du sol et sur les nouvelles pratiques qu’engendrent ces inégalités (les constructions en zone non ædificandi par exemple). Qu’advient-il des habitants en marge du marché foncier formel, des citadins marginaux aux sans-terres ?

Mahamadou Abdourahamani (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Abdou Moumouni de Niamey)
« Mobilités pastorales des pasteurs du Niger oriental dans un contexte d’insécurité (Diffa, lac Tchad) »

Moustapha Cissé Fall (LAM, Sciences Po Bordeaux, Université Gaston Berger)
« Investissements agricoles à grande échelle dans la zone du lac de Guiers au Sénégal : mécanismes d’acquisition des terres et logiques d’acteurs. Analyse du processus d’implantation d’une entreprise d’agrobusiness, West Africa Farms (WAF) à Yamane »

Mélanie Favrot (LPED, IRD)
« La stratégie congolaise d’industrialisation de l’agriculture par des investisseurs étrangers »

Discutant(e)s :
Nancy Andrew (LAM, Sciences Po Bordeaux)
Alexis Roy (Développement et sociétés, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRD)
Bernard Tallet (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Panel 9 – Sociétés et environnement 2 (salle 234C)

L’étude des modes d’appropriation, de façonnement et d’exploitation des environnements dits naturels par les populations, offre un large champ interdisciplinaire où se rencontrent sciences humaines et sciences du vivant. La description des mécanismes cognitifs et sociaux liés à la manipulation d’entités biologiques vivantes, l’utilisation novatrice des propriétés des plantes et des phénomènes naturels, l’analyse des jeux d’acteurs entourant la création et la gestion d’aires protégées ou encore l’étude de l’introduction de techniques agricoles alternatives, sont autant de champs qui reçoivent un intérêt croissant dans les études africanistes actuelles et qui trouveront leur place dans ce panel au croisement des disciplines. Seront aussi abordés les phénomènes mondialisés d’industrialisation et d’exploitation des sols et des sous-sols africains qui complexifient les enjeux de destruction ou de transformation des systèmes environnementaux du continent. Ce panel se propose donc d’analyser les rapports sociaux, économiques et politiques entre administrations, industries et populations partageant de manière complémentaire ou conflictuelle un même espace. Il constitue également une entrée pour l’étude des interactions entre savoirs locaux et discours globaux liées à un usage durable des ressources naturelles.

Jonathan Benabou
(éco-anthropologie ethnobiologie, Université Paris Diderot, Muséum National d’Histoire Naturelle)
« “Let’s not forget where we came from” : rôle et légitimité des autorités traditionnelles dans les institutions communautaires de gestion des ressources naturelles en Namibie »

Mariama Diallo (Centre Norbert Elias, EHESS)
« “On délègue, mais on contrôle !” La gestion des aires protégées par les communautés locales dans l’Aire Marine Protégée Communautaire du Bamboung : une délégation de services à deux vitesses »

Boniface Ganota (PlaGéo, ENS-Université de Maroua)
« Evolution des forêts sacrées sous l’effet des pressions humaines et de la variabilité climatique au sud-est de la région de l’Extrême-Nord Cameroun »

Konan Séverin Mlan (JERFRI, Abidjan)
« “Une localité, un espace reboisé” : une réponse à la dégradation de la forêt ivoirienne par les dirigeants politiques »

Discutant(e)s :
Marie-Christine Cormier-Salem (PALOC, IRD)
Christine Raimond (PRODIG, CNRS)

Panel 8 – Gestion foncière : mode d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains 1 (salle 244E)

La question foncière constitue un champ d’étude particulièrement riche pour les sciences sociales car elle cristallise les enjeux de pouvoir qui traversent des sociétés dans un contexte de pression démographique où l’espace se fait souvent rare. Par le biais de marchés ou de négociations, les acteurs s’approprient l’espace, mettant en jeu des processus de régulation où les sphères formelle et informelle peuvent être imbriquées. Les acteurs développent des stratégies et mobilisent des réseaux, alimentant ainsi des rapports de pouvoir, des situations conflictuelles et entraînant souvent un contournement et/ou une superposition des normes et des droits en vigueur dans les espaces. Ce panel s’intéresse, sous un angle pluridisciplinaire, aux modalités d’accès, de valorisation et d’usage du sol considérés comme plus ou moins légitimes, en fonction de facteurs économiques, politiques, sociaux, etc. Les communications peuvent également porter sur les modes de régulation, plus ou moins violents de ce système foncier (tels que des « déguerpissements »). Nous encourageons les communications portant sur les inégalités d’accès et d’occupation du sol et sur les nouvelles pratiques qu’engendrent ces inégalités (les constructions en zone non ædificandi par exemple). Qu’advient-il des habitants en marge du marché foncier formel, des citadins marginaux aux sans-terres ?

Khalilou Lahi Diagana (ESO-Caen, Université de Caen)
« L’habitat illégal, accès à l’eau et à l’assainissement : des quartiers oubliés par les autorités ? L’exemple des gazra de Nouakchott (Mauritanie) »

Momar Diongue (IPDSR, Université Cheikh Anta Diop)
« La production foncière publique locale à l’épreuve de la participation communautaire : cas de la commission villageoise dans le lotissement d’extension des collectivités locales périurbaines (Diamniadio, Sangalmkam et Yène) et l’agglomération dakaroise »

Thomas Maillard (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Vivre et cultiver sur des micro-polders à Saint-Louis (Sénégal) »

Chloé Violon (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) & Félix Watang Zieba (Université de Maroua)
« Evolution des pratiques foncières chez les Tupiri au Nord Cameroun : entre conflits et fonciers intrafamiliaux et expansion territoriale »

Discutants :
Olivier Iyébi Mandjek (Fondation Paul Ango Ela, Yaoundé)
Amandine Spire (CESSMA, Université Paris Diderot)

Panel 7 – Sociétés et environnement 1 (salle 238C)

L’étude des modes d’appropriation, de façonnement et d’exploitation des environnements dits naturels par les populations, offre un large champ interdisciplinaire où se rencontrent sciences humaines et sciences du vivant. La description des mécanismes cognitifs et sociaux liés à la manipulation d’entités biologiques vivantes, l’utilisation novatrice des propriétés des plantes et des phénomènes naturels, l’analyse des jeux d’acteurs entourant la création et la gestion d’aires protégées ou encore l’étude de l’introduction de techniques agricoles alternatives, sont autant de champs qui reçoivent un intérêt croissant dans les études africanistes actuelles et qui trouveront leur place dans ce panel au croisement des disciplines. Seront aussi abordés les phénomènes mondialisés d’industrialisation et d’exploitation des sols et des sous-sols africains qui complexifient les enjeux de destruction ou de transformation des systèmes environnementaux du continent. Ce panel se propose donc d’analyser les rapports sociaux, économiques et politiques entre administrations, industries et populations partageant de manière complémentaire ou conflictuelle un même espace. Il constitue également une entrée pour l’étude des interactions entre savoirs locaux et discours globaux liées à un usage durable des ressources naturelles.

Marion Comptour (CEFE, Université Montpellier 2)
« Fonctionnement et dynamique d’un socio-écosystème dans les plaines inondables du fleuve Congo »

Cédric Aurélien Matsaguim Nguimdo (Université de Yaoundé 1)
« Diffusion de l’innovation en agriculture familiale africaine et présupposés théoriques. Quelle situation conditionne le choix des agriculteurs en matière de stratégie d’adaptation aux changements climatiques ? »

Ronan Mugele (PRODIG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« La Grande Muraille Verte au Ferlo (Sénégal) : leurres et lueurs du reboisement au Sahel au XXIème siècle »

Williams Fulbert Yogno Tabeko (Université de Maroua)
« La protection de la nature en Afrique à l’épreuve du développement »

Discutants :
Guillaume Blanc (CRH, EHESS)
Eric Garine (LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Panel 6 – Le religieux et ses réseaux 2 (salle 237C)

L’intervention du religieux, la visibilité croissante et la résurgence de cultes et rituels (protestant, catholique, musulman, chamanique, prophétique, new-age, de possession, etc.) marquent le quotidien individuel et collectif, tant sur le continent africain qu’au sein des diasporas. Avec le développement exponentiel de nouveaux moyens de transport et de communication, des dynamiques de circulation de biens religieux, de production d’imaginaires transnationaux et de mises en réseaux opèrent une délocalisation et une relocalisation mondialisée des croyances, rituels et pratiques religieuses, hors du simple cadre de l’Etat-nation, dans des espaces réels ou symboliques. En abordant les thématiques de la (ré)invention des paysages religieux et cultuels et de la construction du sujet croyant à l’heure des nouvelles technologies et des réseaux numérisés, il s’agit aussi bien d’interroger le processus de transnationalisation religieuse, que les enjeux politiques du recours au religieux dans les sociétés africaines. En élargissant la réflexion au « croire en actes », ce panel vise à analyser non seulement l’activité rituelle en train de se faire, mais aussi la manière dont sont (ré)inventés, façonnés, modelés et transformés au quotidien, tant les croyants, les convertis ou les initiés, que les collectifs et subjectivités religieuses, dans des mouvances contrastées et parfois ouvertement en conflit.

Sariette Batibonak (IMAf, Aix-Marseille Université)
« Migrants africains et églises ethniques à Genève »

Carla Bertin (IMAf, EHESS)
« (Re)conversions au pouvoir et pentecôtisme au village »

Khaoula Matri (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse)
« La pratique du voile intégral entre représentations et pratiques »

Ana Carla Rocha de Oliveira Bentegeat (LAM, Université de Bordeaux)
« Etude de cas autour des consultations et des pratiques de guérison chez une “catimbozeira” dans une périphérie urbaine au Brésil »

Discutantes :
Stefania Capone (CéSor, EHESS, CNRS)
Sandra Fancello (IMAf, CNRS)

Panel 5 – Mobilités et migrations 2 (salle 234C)

Dans le champ des migrations internationales, la notion de mobilité semble devenir un outil d’analyse privilégié et apparaît comme une logique structurante des rapports sociaux, économiques, culturels et politiques. Selon différentes échelles, des formes variées de déplacements, renouvelées par les progrès techniques, construisent en effet des transitions sociales et spatiales et favorisent différents modes d’appartenance, de gestion de la distance et d’accomplissement de soi. Aussi, les trajectoires d’hommes et de femmes, associées aux mouvements croissants des informations, des capitaux et des biens, à destination, à l’intérieur ou vers l’extérieur du continent africain, induisent de multiples jeux de frontières qui redéfinissent les notions de nationalité, territorialité et citoyenneté, ou reconfigurent les majorités et les minorités, les hiérarchies sociales, les rapports de genre et de générations. Cependant, si les temporalités et modalités de ces déplacements révèlent des stratégies individuelles ou collectives, elles soulignent aussi des enjeux de restriction qui interrogent l’accès différencié à la mobilité. Ce panel s’intéresse donc aux dynamiques plurielles du capital mobilité, à ses contraintes et ses imaginaires, passés et contemporains, au sein des sociétés africaines et des réseaux transnationaux qui leur sont liés. Il questionne également la valeur heuristique de la distinction mobilité/migration dans l’analyse des circulations humaines en Afrique et depuis l’Afrique.

Abdourahmane Mangane (URMIS, Université Nice Sophia Antipolis)
« Les remises des émigrés sénégalais entre solidarité contrainte et aspirations à l’autonomie »

Aurore Mottet (URMIS, Université Nice Sophia Antipolis,)
« Mobilité bien ordonnée. Des documents de voyage aux “irréguliers” : éléments de réflexion sur la mobilité des réfugiés en Afrique »

Médina Ina Niang (HDEA, Université Paris-Sorbonne)
« Les trajectoires de la réussite ? Perceptions dakaroises contrastées de la migration vers Paris et New York »

Discutant(e)s :
Françoise Blum (CHS, CNRS)
Pierre Kamdem (Université de Dschang, Université de Poitiers)

Panel 4 – Les arènes de la santé, du local au transnational (salle 244E)

Depuis environ deux décennies, le champ de la « santé globale » avec ses acteurs, un langage et des modes d’action renouvelés ont mis en exergue la collision entre les situations épidémiologiques et l’analyse critique des priorités de santé inscrites dans les agendas internationaux concernant l’Afrique. Les confrontations et ajustements entre différents systèmes et modèles de santé au cours de l’histoire du continent ont construit des schémas ambivalents autour de la place qu’il occupe dans la recherche biomédicale, publique et privée. Le renouveau des questions de santé, sous le prisme de l’acception « santé globale », a cependant contribué à souligner la richesse des ressources que l’Afrique a historiquement offertes à la biomédecine, et la pluralité d’intérêts qu’elle représente désormais pour des organisations philanthropiques et non-gouvernementales, les pouvoirs publics africains, les stakeholders transnationaux et les plans d’aide internationale bilatérale ou multilatérale. Ce panel encourage la présentation de travaux qui interrogent les projections des questions sanitaires africaines au sein d’une économie mondialisée. Les propositions illustrant la diversité des réalités locales dans leurs interactions avec les sociétés, les gouvernements, les organismes, les experts et les chercheurs du Nord comme du Sud seront appréciées.

Eugénie d’Alessandro (Centre Norbert Elias, EHESS)
« Activités humaines et géographies microbiennes, approche anthropologique du risque infectieux dans les hôpitaux ouest-africains »

Papa Mamadou Diagne (Université de Rouen)
« Des systèmes de prise en charge à l’errance des malades mentaux dans l’agglomération dakaroise. Socio-anthropologie de la santé mentale au Sénégal »

Pierrine Didier (ADESS, Université de Bordeaux)
« Le développement de la “médecine intégrative” à Madagascar : évaluations thérapeutiques et enjeux politiques »

Charlotte Pelletan (LAM, Sciences Po Bordeaux)
« De la santé comme bien public mondial aux produits de santé comme biens marchands : une étude des nouvelles politiques de l’innovation pharmaceutique en Afrique du Sud »

Discutants :
Doris Bonnet (CEPED, IRD)
Fred Eboko (CEPED–LAM, IRD)
Moritz Hunsmann (IRIS, CNRS)

Panel 3 – Dynamiques circulatoires des arts et des artistes (salle 238C)

Intégrées au marché de l’art globalisé, les œuvres produites en Afrique – et leurs auteurs – circulent au sein et à l’extérieur du continent, sur fond d’une inégale répartition géographique des instances de légitimation culturelle, majoritairement installées en Europe et en Amérique du Nord. Pour être (re)connus, les artistes répondent à des impératifs esthétiques, économiques, sociologiques, propres aux lieux qu’ils cherchent à investir et à leurs publics, en partie situés en dehors de l’Afrique. Ce panel s’inscrit dans une chronologie large, depuis l’émergence d’un art pour l’art, individuel, déjà conditionné par les stratégies de ses praticiens en période coloniale, jusqu’aux redéfinitions très contemporaines et multi-scalaires de la création artistique, par un marché et des structures mondialisés, en passant par ses rapports au, et ses usages en politique. Il invite à des réflexions sur les réseaux de production et de diffusion des œuvres et leurs variétés, sur leur réception au sein et à l’extérieur du continent, sur les stratégies mobilisées par les artistes, et sur ce que ces dynamiques révèlent de la réappropriation et de la circulation des savoirs sur l’Afrique dans le champ artistique. Se pose aussi en filigrane la question de l’identité des artistes, qui, à l’heure de l’afropolitanisme, tendent à remettre en question l’identité et le label « africain ».

Sophie Eliot (Université Carl von Ossietzky, Oldenburg)
« Le rôle des curateurs.trices indépendant.e.s dans la circulation des pratiques artistiques et des savoirs dans le champ de l’art contemporain en Afrique »

Cécile Navarro (ISSRC, Université de Lausanne)
« Les pratiques circulatoires d’artistes de rap sénégalais : la construction d’une scène musicale entre le Sénégal, les Etats-Unis et l’Europe »

Boukary Tarnagda (Université Rennes 2, LaDiPA, Université de Ouagadougou)
« Théâtre contemporain africain francophone ou “Théâtre de tout-monde” ? »

Discutant(e)s :
Nora Greani (EHESS)
Olivier Marcel (ARTL@S, ENS)

Panel 2 – Le religieux et ses réseaux 1 (salle 237C)

L’intervention du religieux, la visibilité croissante et la résurgence de cultes et rituels (protestant, catholique, musulman, chamanique, prophétique, new-age, de possession, etc.) marquent le quotidien individuel et collectif, tant sur le continent africain qu’au sein des diasporas. Avec le développement exponentiel de nouveaux moyens de transport et de communication, des dynamiques de circulation de biens religieux, de production d’imaginaires transnationaux et de mises en réseaux opèrent une délocalisation et une relocalisation mondialisée des croyances, rituels et pratiques religieuses, hors du simple cadre de l’Etat-nation, dans des espaces réels ou symboliques. En abordant les thématiques de la (ré)invention des paysages religieux et cultuels et de la construction du sujet croyant à l’heure des nouvelles technologies et des réseaux numérisés, il s’agit aussi bien d’interroger le processus de transnationalisation religieuse, que les enjeux politiques du recours au religieux dans les sociétés africaines. En élargissant la réflexion au « croire en actes », ce panel vise à analyser non seulement l’activité rituelle en train de se faire, mais aussi la manière dont sont (ré)inventés, façonnés, modelés et transformés au quotidien, tant les croyants, les convertis ou les initiés, que les collectifs et subjectivités religieuses, dans des mouvances contrastées et parfois ouvertement en conflit.

Alicia Legault-Verdier (CEETUM, Université de Montréal)
« Bayefallités et mouridites : lieux de cultes, matérialités et réseaux transnationaux à Montréal »

Frédérick Madore (GIERSA, Université Laval)
« L’islam ivoirien et burkinabè à l’ère du numérique : des communautés musulmanes 2.0 ? »

Carolin Maevis (Université de Cologne)
« A West African Traveling Muslim Association and the Circulation of Believers, Ideas and Religious Objects »

N’gna Traoré (ISFRA, Université des Sciences juridiques et politiques de Bamako)
« Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales et dans l’information à Sénou : vers une gouvernance par la mosquée »

Discutant(e)s :
Sébastien Fath (GSRL, CNRS)
Frédérique Louveau (CER, Université Gaston Berger, LPED, IRD)

Panel 1 – Mobilités et migrations 1 (salle 234C)

Dans le champ des migrations internationales, la notion de mobilité semble devenir un outil d’analyse privilégié et apparaît comme une logique structurante des rapports sociaux, économiques, culturels et politiques. Selon différentes échelles, des formes variées de déplacements, renouvelées par les progrès techniques, construisent en effet des transitions sociales et spatiales et favorisent différents modes d’appartenance, de gestion de la distance et d’accomplissement de soi. Aussi, les trajectoires d’hommes et de femmes, associées aux mouvements croissants des informations, des capitaux et des biens, à destination, à l’intérieur ou vers l’extérieur du continent africain, induisent de multiples jeux de frontières qui redéfinissent les notions de nationalité, territorialité et citoyenneté, ou reconfigurent les majorités et les minorités, les hiérarchies sociales, les rapports de genre et de générations. Cependant, si les temporalités et modalités de ces déplacements révèlent des stratégies individuelles ou collectives, elles soulignent aussi des enjeux de restriction qui interrogent l’accès différencié à la mobilité. Ce panel s’intéresse donc aux dynamiques plurielles du capital mobilité, à ses contraintes et ses imaginaires, passés et contemporains, au sein des sociétés africaines et des réseaux transnationaux qui leur sont liés. Il questionne également la valeur heuristique de la distinction mobilité/migration dans l’analyse des circulations humaines en Afrique et depuis l’Afrique.

Giovanna Cavatorta (IRIS, EHESS)
« Le champ d’accès à la mobilité et l’appartenance sociale. Une perspective démographique à partir du retour de l’Italie au Sénégal »

Irène Dos Santos (IIAC, EHESS, Centro em Rede de Investigação em Antropologia, Universidade Nova de Lisboa)
« L’Angola post-colonial face aux “nouveaux” migrants portugais : mémoires collectives de la colonisation et rapport au passé »

Félix Watang Ziéba (Université de Maroua)
« Immigration tchadienne au Nord Cameroun : entre installation sur le long terme et circulation migratoire »

Discutant(e)s :
Daouda Gary-Tounkara (LAM, CNRS)
Liza Terrazzoni (CADIS, EHESS)