Table-ronde 4 – Place et représentations de l’Afrique dans les pratiques académiques (salle 237C)

Cette table-ronde souhaite interroger les liens scientifiques établis en pratique avec le continent africain, en privilégiant une analyse réflexive sur le monde de la recherche, ses dynamiques et ses acteurs. Quelle place effective prend l’Afrique au sein des rapports professionnels et institutionnels, en termes socio-économiques et politiques, mais aussi de représentations et d’imaginaires sociaux ? Qu’est-ce que ces enjeux révèlent de l’étude scientifique de ce continent et des carrières construites sur et à l’extérieur de celui-ci?
Ces questionnements ont émergé à plusieurs étapes de l’organisation de cette troisième édition des JCEA, à travers notamment la constitution du comité scientifique, la rédaction de l’appel à communication, les recherches de financements, les modalités de dépôt et de sélection des communications, le choix des conférenciers, ou encore l’organisation des ateliers d’écriture et documentaires. Les débats suscités s’inscrivent dans des processus de production académique plus vastes, qui interrogent les incidences de la « crise de l’africanisme » des années 1980, ainsi que la catégorie académique « études africaines ».
Si les pratiques du monde de la recherche conditionnent la mobilité des élites, et ses ruptures ou continuités à l’échelle internationale, elles informent tout autant sur l’émergence des capitaux, des espaces et des inégalités qui construisent la circulation des savoirs et les modes de valorisation académique. On observe, par exemple, des critères de reconnaissance et de légitimité différenciés entre chercheurs occidentaux et africains travaillant sur l’Afrique, comme entre chercheurs africains expatriés et ceux affiliés à des institutions africaines. Qu’est-ce que ces modes de distinction explicitent des relations académiques entre ces diverses catégories d’acteurs scientifiques, de leurs rapports aux terrains et aux sociétés étudiées, des contextes des pratiques de recherche, et au-delà, des partenariats ou concurrences entretenus entre les institutions et individus concernés ? Comment l’ensemble de ces éléments influence-t-il les conditions de production, de circulation et de valorisation des savoirs (par le choix des laboratoires, des revues de
publication et des conférences) ? Comment certaines pratiques (re)dessinent-elles les hiérarchies globalisées des élites académiques spécialisées sur l’Afrique ?
Dans ce contexte, le continent africain nourrit des objets de recherche pour lesquels les expériences personnelles, les terrains d’étude, les réseaux professionnels, les environnements institutionnels, tout autant que les ressources et les parcours sociaux et biographiques des chercheurs, orientent les regards académiques et les représentations du continent, au-delà des clivages et contextes disciplinaires. En pratique, ces éléments peuvent occulter certaines réalités sociales, économiques et politiques, pourtant questionnées sur le plan académique. Comment ce contraste alimente-t-il, entre des catégories d’acteurs plurielles, des lignes de tensions, jalonnées de références exotisantes, essentialistes ou postcolonialistes, inscrites dans des processus d’ethnicisation réciproques souvent implicites, qui affectent le monde de la recherche à différentes échelles ? Et dans quelle mesure la construction des savoirs devient-elle un enjeu politique au sein des institutions, à la fois en Afrique et hors d’Afrique ?

Organisatrice : Hélène Quashie (IMAf, EHESS)

Intervenant(e)s :
Hamidou Dia (CEPED, IRD)
Anne Doquet (IMAf, IRD)
Abdoulaye Gueye (Université d’Ottawa)
Allison Sanders (IMAf, EHESS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *