Table-ronde 2 : Positionnalité du (jeune) chercheur sur le terrain (salle 237C)

Cette table-ronde propose de faire le point sur les méthodologies de terrain adoptées par les (jeunes) chercheurs au sein des sociétés africaines. Quelle est la place de l’enquête et quelles sont ses modalités dans un contexte de renouvellement constant des objets de recherche sous l’effet de la mondialisation ? Comment se construisent par exemple les terrains multi-situés ? Quelles sont les incidences sur l’évolution de la recherche et la production des connaissances ?
Dans le cadre d’une discussion transdisciplinaire, nous proposons d’analyser et de comparer les méthodes et les pratiques adoptées en fonction du terrain, de sa durée, de ses lieux et de la spécificité de ses objets. Les données de terrain étant vouées à être transformées en production écrite, on se demandera également comment l’écriture scientifique varie selon les terrains entrepris et les disciplines de recherche. Celle-ci utilise également de plus le plus le recours à l’audiovisuel : quelles sont les apports méthodologiques de
cette approche et quels questionnements réflexifs spécifiques permet-elle ?
Pour analyser et déconstruire la relation « chercheur-terrain », il s’agit d’abord de souligner le rôle de l’enquêteur et de ses caractéristiques sociales. L’accès au terrain, le déroulement et le résultat de la recherche sont-ils susceptibles d’être influencés par l’âge, le genre, la classe sociale, la nationalité de l’enquêteur ou encore l’assignation identitaire dont il peut faire l’objet ? Comment trouver un juste équilibre entre la quête, parfois obsessionnelle, d’une neutralité idéale et la subjectivité du (jeune) chercheur, parfois refoulée, dans la production des données ? Enfin, quels enjeux et quels biais interprétatifs peuvent impliquer le fait de faire une enquête « chez soi », ou comment aborder des sujets sensibles dans un environnement où le (jeune) chercheur a été impliqué autrement avant ses investigations ? Comment se traduit alors la distance nécessaire à la recherche ?
Les problématiques liées aux langues usitées durant l’enquête restent également cruciales. Le choix de la langue de travail, et plus généralement la question de la maîtrise des langues souvent plurielles sur un même terrain, peut être déterminant et influencer fortement tant l’implication du (jeune) chercheur, son accès au terrain, que les résultats de sa recherche. Quels enjeux constitue le recours aux langues « locales » au cours de l’enquête ? Quelles peuvent être les conséquences de l’utilisation de langues européennes ou d’un recours aux interprètes, que l’on soit un enquêteur étranger ou natif du pays, de la région étudiés ? La recherche en études africaines est par ailleurs aujourd’hui très diversifiée et s’ouvre de plus en plus à un large éventail de sujets et d’objets. Aussi, le (jeune) chercheur est-il confronté à la gestion de sujets « subversifs » ou « à risque » pour lui ou ses interlocuteurs, tels que pour des recherches dans des zones de conflits ou des lieux d’instabilité politique, sociale, sécuritaire, alimentaire, qui affectent tant la position du (jeune) chercheur que le déroulement de son enquête. D’autres objets s’intéressent à des problématiques mémorielles dont les frontières entre passé et présent sont très floues et peuvent conditionner politiquement et socialement le (jeune) chercheur au coeur de ses enquêtes.
Enfin, cette table ronde souhaite interroger l’apport et l’influence d’autres pratiques de terrain parallèles aux enquêtes effectuées dans un contexte académique. Quels changements subissent les approches méthodologiques et questionnements théoriques lorsqu’ils sont impliqués partiellement ou entièrement dans un contexte de consultance ou d’expertise ? Face à une précarité académique croissante, en Europe comme en Afrique, de plus en plus de (jeunes) chercheurs sont confrontés à cette question, ainsi qu’à des choix professionnels entre secteurs publics et privés, à la fois pour financer leurs enquêtes et pour trouver un poste. Quelles incidences cette multiplication des finalités de l’enquête a-t-elle dans la production des connaissances sur les sociétés africaines ?

Organisatrice : Elizaveta Volkova (IMAf, EPHE)

Intervenant(e)s :
Andrea Ceriana Mayneri (IMAf) (sous réserve)
Ismaël Moya (LESC, CNRS)
Fatoumata Ouattara (LPED, IRD)
Caroline Panis (CERLIS, Université Paris Descartes)
Tatiana Smirnova (RIAM, EHESS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *