Table-ronde 1 – Etudier les Afriques, avec ou sans paradigmes postcoloniaux ? (salle 234C)

Il semble aujourd’hui difficile d’aborder la question des paradigmes postcoloniaux sans que ne viennent à l’esprit les débats passionnés qu’ils suscitent, à l’instar de celui de leur réception dans le champ académique français. D’une déconstruction épistémique utile du regard porté par l’Occident sur le reste du monde à des postures mêlant revendications identitaires et politiques, les études postcoloniales, dont les orientations se sont pourtant multipliées, semblent souvent procéder à la reconduction de ce qu’elles s’étaient donné pour objectif de déconstruire : le piège de la binarité. Pour autant, les objets de recherche des sciences sociales s’intéressant aux Afriques apparaissent de plus en plus imprégnés de paradigmes postcoloniaux pluriels : quels sont-ils ? La complexité de leurs interactions avec des postulats d’ordre socio-politique rend parfois leur définition difficile ou masque leur prégnance. Comment comprendre les questionnements épistémologiques qu’ils suscitent ou la banalisation de postulats épistémiques pour certains objets de recherche ? L’importance croissante de l’orientation postcolonialiste dans les travaux des jeunes chercheurs par exemple est-elle liée à une dimension « émique » du terrain qui rend indispensable l’usage de ces outils théoriques, à une absence de mise en perspective de ces derniers, à une torsion faite aux données de terrain liée à un aveuglement conceptuel et politique ? Quels liens ces positionnements théoriques entretiennent-ils aujourd’hui avec les courants de la Négritude et de la Blackness ? Alimentent-ils des débats autour de la racialisation des acteurs de la recherche et des sociétés étudiées ?
Ces interrogations ont pour but de permettre aux jeunes chercheurs de questionner leurs objets d’étude et méthodologies de recherche, les données ethnographiques, ainsi que les dynamiques globales à l’oeuvre sur les « terrains africains », remettant parfois en cause l’usage de certains paradigmes et cadres scientifiques. Ainsi, à quelles limites le postcolonialisme, comme d’autres courants avant lui (fonctionnalisme ou structuralisme), se heurte-t-il pour saisir les configurations des sociétés africaines globalisées ? Y a-t-il une « nécessité » de dépasser une approche postcolonialiste dictée par le terrain où subsistent entre autres des rapports sociaux racialisés, réels ou idéologiques – ou par un positionnement lui-même éthique et politique ? Par exemple, même si les sociétés africaines actuelles sont le produit de diverses expériences de colonisation, les faits historiques les plus étudiés sont la traite négrière et la colonisation européenne, comparativement à la traite transsaharienne. Faut-il y voir un effet d’accentuation de politisation des faits historiques ramenée à la période contemporaine ? A l’inverse, une analyse des sociétés africaines au prisme des classes sociales, considérant d’autres hiérarchisations qui relativisent la prédominance du postulat identitaire, peut-elle permettre de nuancer et questionner différemment la reproduction de certaines catégorisations ethno-raciales, y compris dans l’étude des réseaux « diasporiques » issus du continent ? Quelles limites peut-on poser à cet angle d’analyse ? Enfin, peut-on envisager une voie médiane qui reformule le projet scientifique postcolonial pour analyser les Afriques et leurs interactions avec le reste du monde ? Quelles seraient alors ses incidences académiques ?
Cette discussion pointe en filigrane la place du chercheur par le regard qu’il porte sur ses objets de recherche, les relations personnelles et professionnelles qu’il entretient avec les sociétés étudiées, ses propres représentations de l’Afrique, et pousse à un questionnement réflexif qui interroge aussi le développement et le recours aux paradigmes postcoloniaux : d’où parlons-nous et au nom de qui ?

Organisateur : Tonda Mahéba (IRIS, EHESS)

Intervenant(e)s :
Jean-Loup Amselle (EHESS)
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Elise Pape (IRIS, EHESS)
Sami Tchak (Écrivain)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *