Panel 24 – Patrimoine, patrimonialisation, tourisme (salle 253E)

La protection des « traditions » culturelles et d’ensembles paysagers africains est une préoccupation apparue pendant la période coloniale, avant la normalisation d’une définition universaliste et internationalisée du patrimoine par l’Unesco. De nombreux acteurs locaux, nationaux ou internationaux participent depuis aux processus de patrimonialisation, renouvellent la définition de leurs objets ou contestent leurs enjeux. Le patrimoine constitue un construit social et un outil politique qui induit des stratégies conflictuelles autour de ses usages et des identités qu’il dessine. Ses valorisations sélectives modifient le rapport au passé, redéfinissent les savoirs socio-historiques et culturels et influencent leur circulation. Elles impliquent également des recompositions territoriales qui engendrent des questions économiques et des modes de hiérarchisations sociales. Ce panel propose d’analyser la « fabrique du patrimoine » africain sur le temps long, ainsi que ses enjeux territoriaux, identitaires et politiques, en incluant les objets patrimoniaux qui ne sont pas institutionnalisés et qui questionnent la définition mondialisée du patrimoine. Les analyses épistémologiques liées à la (re)construction et à la circulation des savoirs, ou encore aux inégalités et distinctions sociales résultant de la valorisation patrimoniale, seront appréciées. Elles incluront les pratiques du tourisme culturel qui révèlent des contestations, discours alternatifs ou contournements des usages officiels du patrimoine et interrogent les savoirs qu’il incarne.

Benjamin Barbier (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) & Eustache Amoussou (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
« Entre le local et l’universel : la fabrique du patrimoine à Porto-Novo (Bénin) »

Eliane Djemgou (EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« La réinvention de la tradition dans les chefferies et les funérailles bamileke pour le développement du tourisme. »

Monica Labonia (Université Nice Sophia Antipolis)
« Le rôle du patrimoine culturel dans le processus de pacification et intégration régionale : le cas d’étude de l’initiation masculine du village sénégalais de Youtou »

Boubacar Sambaré (CESSMA, Université Paris Diderot, Université de Ouagadougou)
« Les métiers à tisser améliorés et l’essor de l’artisanat textile au Burkina Faso (des années 1960 à 2010) »

Discutant(e)s :
Saskia Cousin (Université Paris Descartes)
Marie-Pierre Ballarin (URMIS, IRD)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *