Panel 20 – États, nations et frontières (salle 234C)

Alors qu’en leur temps, les décolonisations africaines étaient apparues comme un désir de « faire communauté » à l’intérieur des frontières coloniales, les États-nations post-coloniaux n’ont pas tardé à devenir eux-mêmes la source de nombreux conflits et de querelles. L’autoritarisme, les faibles performances économiques et la prédation des élites gouvernantes n’ont pas permis l’amélioration des conditions d’existence des populations. Il s’en est suivi une crise de légitimité des États, ainsi qu’une exacerbation des replis identitaires, qui hypothèquent l’avenir des jeunes nations africaines, comme l’illustre l’apparition de mouvements irrédentistes et de rebellions armées. Avec la sécession du Sud Soudan et la rébellion touareg au Mali, le mythe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation s’est définitivement effondré, révélant au passage la faiblesse et la déliquescence des États africains post-coloniaux. Ce panel se propose, à partir d’études empiriques, de questionner le processus de construction de l’État-nation en Afrique, ainsi que les facteurs internes ou externes au continent qui conditionnent son « odyssée ». Il interroge aussi les différentes formes de réappropriation ou de remise en cause des États, des nations et des frontières africaines, ainsi que les mobilisations, les discours et les représentations identitaires par lesquels elles s’expriment.

Yves Béringue (IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« D’une limite intra-impériale à une frontière nationale : exemple de la Guinée et du Mali de 1958 à 1970 »

Guilain Mathe (IEPI, Université de Lausanne)
« Gouvernance rebelle et politique de sécurité : les défis de la recherche de terrain dans les espaces de conflits armés au Nord-Kivu (RDC) »

Richard Oko Ajah (Université d’Uyo)
« Nationalism and African Communal Identity in Marguerite Abouet and Clément Oubrerie’s Aya de Yopoungon »

Silvester Trnovec (Académie slovaque des sciences, Institut des études orientales et africaines)
« Enseignement de l’histoire en Afrique Occidentale Française en 1900-1945. La construction d’une identité ? »

Discutant(e)s :
Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf, EHESS)
Cindy Morillas (LAM)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *