Panel 17 – Espaces du rire et formes de la dérision politique (salle 238C)

Dans le cadre des travaux sur le politique par le bas en Afrique, le rire est surtout perçu comme un défi à l’autorité, un instrument de contestation et de transgression. Pourtant, la dérision peut aussi servir à exorciser la peur et à ce titre être revendiquée et récupérée par les autorités d’un régime répressif, qui la tolère ou l’encourage, voire se l’approprie pour empêcher des mobilisations directes et violentes. Par ailleurs, les frontières de l’humour politique se restructurent en permanence, soulignant la dimension historicisée du rire. Ce panel propose d’étudier les différentes formes du rire : boutades, bons mots, graffitis, caricatures, slogans subversifs ou satiriques, ou plaisanteries irrévérencieuses et grivoises incarnées par la figure du bouffon. Outre l’humour politique, on s’intéressera à toutes les déclinaisons du rire, dans les domaines religieux et sexuels par exemple où il est sujet comme ailleurs à d’importants tabous. D’une manière générale, il s’agit d’interroger le rôle du rire comme signe d’appartenance sociale et comme source ou mode de gestion des conflits, dans le cadre des relations à plaisanterie par exemple. Langage chuchoté ou raillerie assumée, le rire se situe à la charnière de l’oralité et de l’écriture, depuis l’espace public de la rue ou de l’arène politique jusqu’à l’espace privé, en passant par l’espace médiatique.

Mohamed Rafik Benaouda (Université Dr. Yahia Feres, Médéa)
« La tragédie du Roi Christophe d’Aimé Césaire : une pièce écrite dans la durée ? Quand le rire césairien pointe la politique de l’Afrique post-2000 »

Anouar Karra (Faculté des Lettres et des sciences humaines d’El Jadida)
« La poétique du rire en contexte colonial et postcolonial : le cas de Léopold Ferdinand Oyono (Le vieux nègre et la médaille), de Mongo Béti (Le pauvre christ de Bomba) et de Yasmina Khadra (Morituri) »

Sarah Kouider Rabah (Université Ali Lounici Blida 2)
« Le rire par saccade ou l’amère réalité dans Le remonteur d’horloge de Habib Ayyoub »

Discutant(e)s :
Xavier Garnier (THALIM, Université Sorbonne Nouvelle)
Maëline Le Lay (LAM, CNRS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *