Panel 16 – Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques 1 (salle 237C)

Les langues introduites par les anciens empires coloniaux européens (le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol) s’entremêlent avec les autres langues du continent, elles-mêmes parfois issues d’anciens empires (à l’instar de l’amharique), ou encore avec l’arabe. Ce panel interroge les pratiques langagières au regard des évolutions, imbrications, rapports de force et interrelations entre les différentes langues usitées, à travers des études de cas linguistiques, historiques, sociolinguistiques, ou des illustrations en littérature et dans les arts. Ces frontières fluctuantes engendrent des rapports de domination, des constructions mythifiées et des investissements identitaires complexes qui dépendent des subjectivités des acteurs, des lieux et de multiples désirs d’appartenance. Les variations linguistiques, comme les rapports de pouvoir symbolique, inscrits dans des contextes mouvants de plurilinguisme et de multilinguisme, rendent par exemple les politiques linguistiques ou les campagnes d’alphabétisation en « langue locale », complexes à harmoniser. Les communications attendues pourront donc analyser les jeux d’échelles et de labilité entre les langues, qui induisent des dynamiques plurielles de bricolage, syncrétisme, rejet et appropriation. Ce panel s’intéressera également au positionnement du chercheur face à l’usage des langues lors du travail de terrain, le choix linguistique constituant un enjeu méthodologique qui détermine tant l’accès au terrain que la production des données.

Béli Mathieu Daila (LaDiPA, Université de Ouagadougou)
« Le français, un habit à la taille du locuteur burkinabè »

Antoine Willy Ndzotom Mbakop (Université de Maroua)
« Communicating in cross-cultural religious groups. The factors of language choice in Protestant Churches in Cameroon »

Komi Simnara (LACITO, Université Sorbonne Nouvelle)
« Du terrain au positionnement épistémologique : une réflexion à partir de l’étude de l’expression des émotions à Kanté (Togo) »

Suzie Telep (CERLIS, Université Paris Descartes)
« Imaginaires linguistiques et construction historique du “Blanc” : le cas du “whitisage” chez des migrants camerounais à Paris »

Discutant(e)s :
Cécile Canut (CERLIS, Université Paris Descartes)
Caroline Juillard (Université Paris Descartes)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *