Panel 9 – Sociétés et environnement 2 (salle 234C)

L’étude des modes d’appropriation, de façonnement et d’exploitation des environnements dits naturels par les populations, offre un large champ interdisciplinaire où se rencontrent sciences humaines et sciences du vivant. La description des mécanismes cognitifs et sociaux liés à la manipulation d’entités biologiques vivantes, l’utilisation novatrice des propriétés des plantes et des phénomènes naturels, l’analyse des jeux d’acteurs entourant la création et la gestion d’aires protégées ou encore l’étude de l’introduction de techniques agricoles alternatives, sont autant de champs qui reçoivent un intérêt croissant dans les études africanistes actuelles et qui trouveront leur place dans ce panel au croisement des disciplines. Seront aussi abordés les phénomènes mondialisés d’industrialisation et d’exploitation des sols et des sous-sols africains qui complexifient les enjeux de destruction ou de transformation des systèmes environnementaux du continent. Ce panel se propose donc d’analyser les rapports sociaux, économiques et politiques entre administrations, industries et populations partageant de manière complémentaire ou conflictuelle un même espace. Il constitue également une entrée pour l’étude des interactions entre savoirs locaux et discours globaux liées à un usage durable des ressources naturelles.

Jonathan Benabou
(éco-anthropologie ethnobiologie, Université Paris Diderot, Muséum National d’Histoire Naturelle)
« “Let’s not forget where we came from” : rôle et légitimité des autorités traditionnelles dans les institutions communautaires de gestion des ressources naturelles en Namibie »

Mariama Diallo (Centre Norbert Elias, EHESS)
« “On délègue, mais on contrôle !” La gestion des aires protégées par les communautés locales dans l’Aire Marine Protégée Communautaire du Bamboung : une délégation de services à deux vitesses »

Boniface Ganota (PlaGéo, ENS-Université de Maroua)
« Evolution des forêts sacrées sous l’effet des pressions humaines et de la variabilité climatique au sud-est de la région de l’Extrême-Nord Cameroun »

Konan Séverin Mlan (JERFRI, Abidjan)
« “Une localité, un espace reboisé” : une réponse à la dégradation de la forêt ivoirienne par les dirigeants politiques »

Discutant(e)s :
Marie-Christine Cormier-Salem (PALOC, IRD)
Christine Raimond (PRODIG, CNRS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *